En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 049.63 PTS
+0.84 %
5 046.00
+0.79 %
SBF 120 PTS
3 971.74
+0.77 %
DAX PTS
12 806.99
+0.86 %
Dow Jones PTS
26 642.59
+2.13 %
10 689.52
+0. %
1.140
-0.01 %

Clôture de Wall Street : le Nasdaq se hisse à un nouveau record !

| Boursier | 347 | Aucun vote sur cette news

La Bourse de New York a commencé la semaine en hausse, toujours soutenue par les paris d'une reprise économique rapide face au coronavirus.

Clôture de Wall Street : le Nasdaq se hisse à un nouveau record !

La Bourse de New York a commencé la semaine en hausse, toujours soutenue par les paris d'une reprise économique rapide face au coronavirus, et en attendant les annonces de la Fed, qui se réunira mardi et mercredi. Le Nasdaq a terminé lundi sur un nouveau sommet historique, le premier depuis le 19 février. Les marchés se projettent dans une reprise en "V", même si la Banque mondiale a annoncé s'attendre à une récession mondiale de 5,2% en 2020, avant une reprise partielle en 2021. L'OMS a aussi averti lundi que la situation sanitaire s'aggravait au niveau mondial, malgré une amélioration dans certaines régions.

A la clôture, le Dow Jones a gagné 1,70% à 27.572 points, tandis que l'indice large S&P 500 a grimpé de 1,20% à 3.232 pts et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques, a progressé de 1,13% à 9.924 pts, un nouveau record après celui inscrit le 19 février dernier (9.817 pts), avant la crise du Covid-19. La semaine dernière, les trois indices avaient bondi respectivement de 6,8%, 4,9% et 3,4%.

Plus tôt dans la journée, les autres Bourses mondiales ont commencé la semaine en ordre dispersé. Le Nikkei a gagné 1,38% et le Shanghai composite a pris 0,24%, mais l'Europe s'est montrée plus prudente, l'EuroStoxx 50 cédant 0,53% après +3,76% vendredi. A Paris, le CAC 40 a reculé de 0,43% après avoir bondi vendredi de 3,71%, et signé un gain de 10,7% sur l'ensemble de la semaine dernière !

Les nouvelles prévisions économiques de la Fed très attendues

Les marchés ont été galvanisés ces derniers jours par la réouverture de l'économie américaine et européenne face à une épidémie de Covid-19 qui semble désormais sous contrôle, tandis que la Banque centrale européenne a renforcé son soutien aux marchés, et que l'économie américaine a contre toute attente créé 2,5 millions d'emplois en mai, alors que les marchés s'attendaient à la perte de près de 8 millions de postes...

Malgré la persistance de facteurs de risque, notamment sur le plan sanitaire, les investisseurs sont nombreux à tabler sur un rebond en "V" de l'économie mondiale. La Réserve fédérale, qui a mis en place de nombreux programmes de soutien depuis mars, ne devrait pas accroître ces mesures de soutien ce mercredi, mais les investisseurs seront attentifs à ses nouvelles prévisions économiques, les premières depuis la réunion de décembre... Par ailleurs, les marchés s'attendent à ce que la banque centrale américaine confirme son intention de maintenir ses taux directeurs proches de zéro pour une période prolongée, afin d'accompagner la reprise économique.

Les injections massives de liquidités ont fait gonfler le bilan de la Fed à 7.210 milliards de dollars contre 4.000 Mds$ en mars avant les mesures prises pour contrer la crise du Covid-19.

Bonne surprise sur l'emploi aux Etats-Unis

Vendredi, les chiffres de l'emploi aux Etats-Unis en mai ont donc créé un électrochoc sur les marchés boursiers. Ainsi, alors que le consensus tablait sur la destruction de 7,7 millions d'emplois, l'économie américaine a au contraire créé 2,51 millions d'emplois non agricoles le mois dernier. Le taux de chômage a baissé à 13,3% contre 14,7% en avril, alors que le consensus s'attendait à un taux proche de 20%, à 19,8% !

Le secteur privé a créé 3,09 millions de postes en mai selon le rapport du Département au Travail, alors que les économistes craignaient les destructions de 6,5 millions de postes supplémentaires. L'emploi manufacturier a augmenté de 225.000, contre -530.000 de consensus. Le taux de participation à la force de travail est ressorti à 60,8%, contre 60% de consensus.

Les Etats-Unis en récession après 128 mois d'expansion

Alors que les marchés se projettent vers la reprise, le National Bureau of Economic Research a officiellement annoncé lundi que les Etats-Unis sont entrés en récession en février, mettant fin au plus long cycle de croissance économique de l'histoire du pays, qui aura commencé en juin 2009 (après la crise des crédit "subprime") et aura duré 128 mois, soit 10 ans et demi.

De son côté, la Banque Mondiale a publié lundi ses dernières prévisions économiques. Elle s'attend à un plongeon de 5,2% du PIB mondial en 2020, suivi d'un rebond partiel de 4,2% en 2021. En avril, la BM s'attendait à une récession mondiale moins profonde, de 3% en 2020.

Ce sont les économies avancées qui souffriront le plus, avec une chute du PIB de 7% en moyenne, contre -2,5% pour les pays émergents. La zone euro sera de loin la région du monde la plus touchée, avec une récession attendue à -9,1%, contre "seulement" -6,1% en Etats-Unis, et une très légère progression (+1%) prévue en Chine.

Le Covid-19 sous contrôle en Europe, mais en expansion dans d'autres zones

En 2021, la reprise de l'activité devrait être sensible dans les pays industrialisés (+3,9%) grâce aux nombreux plans de relance budgétaires et monétaires. Les économies en développement devraient, pour leur part, connaître une forte croissance de 4,6%, la Chine pouvant même retrouver ses niveaux d'avant crise avec +6,9%, selon la Banque mondiale.

Par ailleurs, sur le plan sanitaire, l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a appelé lundi à la prudence concernant l'évolution de la pandémie. "Bien que la situation en Europe s'améliore, dans le monde elle s'aggrave", a déclaré le patron de l'OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus. Le nombre de nouveaux cas détectés augmente ainsi en Amérique du Sud, en Asie du Sud, en Europe centrale ou encore en Afrique. Et dans les pays où la situation s'améliore, "la plus grande menace est désormais le laisser-aller", a ajouté le responsable de l'OMS.

Le pétrole s'essouffle, l'or repasse au-dessus des 1.700$ l'once

Les cours du pétrole ont fait l'objet de prises de bénéfices lundi, après la décision de l'Opep+, largement attendue, de prolonger d'un mois, jusqu'à la fin juillet, son accord de réduction drastique de la production. Le baril de brut léger américain WTI pour livraison juillet a cédé lundi 3,4% à 38,19$ sur le Nymex, tandis que le baril de Brent de la mer du Nord d'échéance août a reculé de 3,6% à 40,80$.

Samedi, les membres du cartel Opep et leurs partenaires, dont la Russie ont donc annoncé la prolongation pour un mois, jusqu'à la fin juillet, de leur accord conclu le 12 avril en vue de soutenir les cours de l'or noir. Toutefois, l'Arabie saoudite, qui avait donné l'exemple en effectuant des coupes volontaires supplémentaires, allant au-delà de l'accord Opep+, a indiqué lundi qu'elle allait dès la fin juin relever sa production pour revenir à un respect strict de l'accord. Dans le sillage de l'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis et le Koweït ont eux aussi décidé d'arrêter en juillet les coupes volontaires supplémentaires qu'ils s'étaient imposées en plus des coupes décidées au sein de l'accord Opep+.

De son côté, l'or est reparti à la hausse lundi, le contrat à terme d'août reprenant 1,15% à 1.702,40$ l'once à la clôture du Comex. Le métal jaune progresse plus de 11% depuis le début de l'année, faisant office de valeur-refuge face à la multiplication des risques. Les encours des ETF adossés à l'or ont atteint un record en mai, selon le dernier rapport mensuel du conseil mondial de l'or (WGC).

VALEURS A SUIVRE

Gilead Sciences (+0,29%), firme américaine de biotechnologies, aurait été approchée par le laboratoire pharmaceutique britannique AstraZeneca (-2,7% à Londres) en vue d'un possible rapprochement, a précisé hier dimanche l'agence Bloomberg, citant des sources proches de la question. Cependant, ces contacts n'ont pas débouché sur des négociations formelles, et Gilead a fait savoir qu'il n'était pas intéressé par une vente ni un rapprochement, ce qui a fait retomber la spéculation.

Le compartiment aérien a poursuivi son rattrapage dans l'espoir d'une reprise du trafic aérien, après avoir été laminé depuis deux mois. Boeing s'est adjugé encore 12,2% (après +11,4% vendredi), United Airlines 14,8% (après +8,4%), American Airlines 9,2% (après +11,1%). Delta Air Lines a pris 8,2% et Southwest Airlines a gagné 6,3%.

L'action Apple (+0,59% à 333,46$) a signé un nouveau record historique, toujours soutenue par une recommandation positive du courtier Wedbush, qui parie sur le succès des futurs iPhones 5G de la firme à la pomme. Dans le secteur internet, Alphabet (+0,56%), Amazon (+1,65%), Facebook (+0,27%) et Microsoft (+0,6%) ont aussi progressé lundi.

PG&E (+0,4%). La compagnie californienne d'électricité entend lever au moins 5,75 milliards de dollars pour financer partiellement sa sortie de la protection du chapitre 11 de la loi américaine sur les faillites. Un groupement d'investisseurs incluant Appaloosa et Third Point s'est engagé à acheter pour au moins 3,25 milliards de dollars d'actions par la suite.

Blackstone (+0,8%) a réduit ce lundi de 25% son offre pour l'acquisition de la banque néerlandaise NIBC, du fait des incertitudes liées à la crise du Covid-19.

Tesla (+7,2%). Les ventes du constructeur de véhicules électriques ont rebondi en Asie. Le groupe d'Elon Musk a ainsi écoulé 11.065 exemplaires de son Model 3 en Chine en mai, un chiffre multiplié par trois par rapport à avril, selon les données de l'Association chinoise des voitures de tourisme.

Fiat Chrysler (+3,5%). La Commission européenne s'inquièterait de la part de marché élevée qu'aurait le groupe issu de la fusion entre PSA Groupe (+0,8%) et FCA dans les petits utilitaires. La Commission pourrait demander aux deux groupes des concessions pour autoriser leur mariage à près de 50 milliards d'euros, a appris Reuters de sources proches. PSA et FCA auraient été informés de ces préoccupations.

Si les deux groupes n'arrivent pas à dissiper ces craintes dans les deux jours suivant cette notification puis refusent de proposer des concessions d'ici mercredi, la Commission pourrait ouvrir une enquête de quatre mois sur leur projet de fusion une fois terminé l'examen préliminaire.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON FÊTE SA 1ÈRE ANNÉE

Découvrez le contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 juillet 2020 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 15/07/2020

Tout se recycle...

Publié le 15/07/2020

Le groupe DBT-CEV a annoncé la nomination d’Alexandre Borgoltz, 34 ans, en tant que directeur général. Diplômé de Neoma (2009), il assure actuellement le poste de directeur commercial au sein…

Publié le 15/07/2020

Groupe Gorgé a annoncé le rapprochement capitalistique de sa filiale Van Dam, dont il avait fait l'acquisition en 2012 avec son concurrent InterDam. A l’issue de ce rapprochement, Groupe Gorgé…

Publié le 15/07/2020

Medicrea a trouvé un accord avec Medtronic pour le rachat de toutes les actions Medicrea en circulation...

Publié le 15/07/2020

Nicox SA a annoncé que plus de 40 sites cliniques sont opérationnels, et ce dès lepremier mois de l'étude de phase 3 Mont Blanc qui vise à évaluer le NCX 470 pour la réduction de la pression…

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne