Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 553.86 PTS
+0.14 %
6 554.0
+0.93 %
SBF 120 PTS
5 070.82
+0.09 %
DAX PTS
13 795.85
+0.74 %
Dow Jones PTS
33 761.05
+1.27 %
13 565.87
+2.06 %
1.026
+0. %

Clôture de Wall Street : le Nasdaq rebondit de plus de 4% après la Fed !

| Boursier | 282 | Aucun vote sur cette news

Wall Street a nettement rebondi ce mercredi, stimulé par les dossiers Alphabet, Microsoft, PayPal et Boeing...

Clôture de Wall Street : le Nasdaq rebondit de plus de 4% après la Fed !
Credits Reuters

Wall Street a nettement rebondi ce mercredi, stimulé par les dossiers Alphabet, Microsoft, PayPal et Boeing. Le S&P 500 reprend 2,62% à 4.023 pts, le Dow Jones 1,37% à 32.196 pts et le Nasdaq 4,06% à 12.032 pts. Le baril de brut WTI remonte aussi de 3% sur les 98,30$.
La Fed américaine, face à une inflation record, a annoncé relever comme prévu de nouveau de 75 points de base le taux de ses fonds fédéraux ce soir, entre 2,25 et 2,5%, contre une fourchette allant de 1,5 à 1,75%.
Jerome Powell, le patron de la Fed, a répété qu'il ne voyait pas de récession pointer à l'horizon et a laissé entendre que l'objectif de taux pour la fin de l'année se situait 75 à 100 points plus haut seulement...

Les commandes nouvelles de biens durables aux USA pour le mois de juin 2022 se sont établies en augmentation de 1,9% en comparaison du mois antérieur, contre -0,2% de consensus de place (FactSet) et +0,8% pour la lecture révisée du mois de mai. Hors transport, les commandes de biens durables du mois de juin progressent de 0,3%, en ligne avec le consensus, après un gain révisé à 0,5% en mai.
La balance du commerce international de biens (lecture avancée), qui vient aussi d'être publiée pour le mois de juin, est ressortie déficitaire de 98,2 milliards de dollars, contre 103 milliards de consensus et 104 milliards un mois avant.

Les valeurs

Microsoft (+6,7%) a réagi très positivement à Wall Street, malgré des comptes mitigés. Le géant software américain a raté le consensus de profit et de revenus sur la période close. Le groupe a toutefois rassuré quelque peu par ses prévisions annuelles plutôt optimistes pour 2023. Microsoft a indiqué s'attendre à une augmentation de ses revenus et de son bénéfice opérationnel sur un rythme à deux chiffres pour l'exercice 2023, qui se terminera en juin prochain. Les fluctuations de changes affecteront les ventes de 4% environ sur l'année, selon le management, alors que les opérateurs craignaient pour certains un impact encore plus important du dollar fort.
Les investisseurs ont donc préféré se concentrer sur cette forte guidance, ignorant les résultats trimestriels par ailleurs mitigés. Les revenus sur le quatrième trimestre fiscal de l'exercice décalé 2022, se terminant fin juin 2022, ont augmenté de 12% à 51,9 milliards de dollars, contre un consensus de 52,4 milliards de dollars. Le bénéfice net a représenté 16,7 milliards de dollars 2,23$ par action, contre 2,29$ de consensus. La croissance des revenus de l'activité de services cloud, Azure, a ralenti à 40%, ratant également le consensus.

Alphabet (près de 8% de hausse !), la maison-mère de Google, grimpe aussi à Wall Street, malgré un deuxième recul consécutif de ses résultats. Le Californien de Mountain View a raté le consensus de bénéfices, mais dépassé les attentes en matière de revenus publicitaires. La croissance globale des revenus est ressortie au plus bas en deux ans. Ainsi, les revenus ont progressé de 13% seulement à 69,7 milliards de dollars sur ce trimestre de juin, contre près de 71 milliards de dollars de consensus. Cela marque aussi le quatrième trimestre consécutif de ralentissement de croissance pour le groupe de Sundar Pichai. La marge opérationnelle a elle décliné à 28%. Le bénéfice net a régressé à 16 milliards de dollars, contre 18,5 milliards un an plus tôt et 17,4 milliards de consensus. Le bénéfice par action s'est établi à 1,21$, contre 1,27$ de consensus.
Ruth Porat, la directrice financière du groupe, a toutefois qualifié la performance de solide, évoquant en particulier une croissance à devises constantes de 16%. Elle juge que l'apparente faiblesse pourrait s'expliquer par la comparaison avec une base très favorable de l'an dernier dans un contexte de flambée de la demande stimulée par la pandémie. Il est vrai que sur la période comparable, l'an dernier, les revenus s'étaient envolés de 62%. Porat juge que cette base de comparaison très forte devrait encore affecter les taux de croissance en glissement annuel des revenus publicitaires sur le reste de l'année.

Visa (-1%) a dépassé les attentes pour le trimestre clos. En outre, le management ne voit pas de preuve pour l'heure d'un ralentissement des dépenses. Pour son troisième trimestre fiscal, le groupe a dégagé un bénéfice ajusté par action de 1,98$, à comparer à un consensus de 1,74$ et à un niveau de 1,49$ sur la période correspondante, l'an dernier. Les revenus trimestriels se sont établis à 7,28 milliards de dollars, sur cette période close en juin, dépassant de 3% le consensus des analystes. Un an plus tôt, à la même période, les revenus étaient situés à 6,13 milliards de dollars seulement.

Texas Instruments gagne 6,6% à Wall Street, au lendemain de sa publication trimestrielle. Le groupe a publié hier soir des bénéfices supérieurs aux attentes de marché et une guidance plutôt rassurante. TI a ainsi affiché au deuxième trimestre des revenus de 5,21 milliards de dollars, un bénéfice net de 2,29 milliards de dollars et un bpa de 2,45$. Le consensus était de 2,13$ de bpa et 4,7 milliards de revenus. Les revenus se sont améliorés de 14% en glissement annuel. Pour son troisième trimestre fiscal, le concepteur de semi-conducteurs anticipe des revenus allant de 4,9 à 5,3 milliards, ainsi qu'un bpa allant de 2,23 à 2,51$. Wall Street tablait pour cette période sur un bpa de 2,07$ et des revenus de 4,64 milliards.

Boeing (+0,1%) a annoncé également ses comptes du deuxième trimestre. Le groupe fait état d'un cash flow opérationnel positif de 0,1 milliard de dollars, et continue d'anticiper un free cash flow positif sur l'exercice 2022. La production du 737 a été augmentée à 31 par mois. Le travail se poursuit par ailleurs avec la FAA, autorité américaine du secteur, à propos des actions finales en vue d'une reprise des livraisons du 787. Les revenus trimestriels ont représenté 16,7 milliards de dollars, tandis que le bénéfice GAAP par action a été de 32 cents et que le bpa ajusté s'est inscrit dans le rouge de 37 cents (-13 cents de consensus). Le backlog en fin de période totalise 372 milliards de dollars, comprenant plus de 4.200 appareils commerciaux.
Ainsi, les revenus reculent de 2% en glissement annuel sur le trimestre clos. La marge opérationnelle se tasse à 4,6% contre 6% un an avant. La marge ajustée baisse à 2,9% contre 4,4% sur la période comparable, l'an dernier. Dave Calhoun, le PDG du géant aéronautique, estime tout de même que Boeing a effectué des progrès importants sur des programmes essentiels durant le trimestre. La perte trimestrielle ajustée est plus lourde qu'attendu, mais le free cash flow constitue une bonne surprise. Les revenus sont inférieurs au consensus (17,6 milliards).

Spotify (+12%), le service suédois de streaming musical coté à Wall Street, a publié de solides résultats pour son deuxième trimestre fiscal, son nombre d'utilisateurs et ses revenus ayant dépassé les attentes de marché. La base d'abonnés a ainsi augmenté de 19% à 433 millions d'utilisateurs mensuels. Les revenus des abonnements se sont appréciés de 22% à 2,5 milliards d'euros. Les revenus publicitaires ont grimpé de 31% à 360 millions d'euros. Les recettes totales se sont améliorées de 23% à 2,86 milliards d'euros. La perte nette a représenté 125 millions d'euros soit 85 cents par titre, contre 20 millions d'euros un an avant. Le free cash flow a atteint 37 millions, contre 34 millions un an plus tôt. Pour le trimestre entamé, le groupe table sur un nombre d'utilisateurs actifs mensuels de 450 millions et des revenus de 3 milliards d'euros.

PayPal bondit de 12,2%, suite à une information de Bloomberg selon laquelle Elliott Investment Management construit une participation au capital du fournisseur de services de paiement. Elliott entendrait ensuite pousser le géant fintech à accélérer ses réductions de dépenses, d'après les sources de Bloomberg familières de la question. PayPal a déjà initié une réduction de ses effectifs mondiaux et entend économiser 260 millions de dollars annuels, afin de mieux gérer les conditions économiques difficiles. Le Wall Street Journal a aussi fait état de la montée au capital d'Elliott, sans préciser le niveau de la participation.

Boston Scientific (+6,2%), le géant américain des équipements médicaux, a annoncé pour son deuxième trimestre fiscal des comptes supérieurs aux attentes sur le plan des profits et ventes. Néanmoins, le groupe abaisse prudemment ses estimations annuelles. Quoi qu'il en soit, le spécialiste du matériel médical estime maintenir de solides positions dans un contexte macroéconomique incertain. Le bénéfice net trimestriel a été de 246 millions de dollars soit 17 cents par titre, contre 172 millions un an avant. Le bénéfice ajusté par action a été de 44 cents, contre un consensus FactSet de 42 cents. Les revenus se sont appréciés de 5,4% à 3,24 milliards de dollars.

Mondelez (+1%), la multinationale alimentaire américaine, a dépassé les attentes de profits sur le deuxième trimestre et rehaussé de 10% son dividende. Le dollar fort affecte toutefois les perspectives du groupe. Sur le trimestre clos, le groupe a dégagé un bénéfice net de 747 millions de dollars et 54 cents par titre, contre 1,08 milliard de dollars et 76 cents par action un an avant. Le bénéfice ajusté par action a été de 67 cents. Les revenus se sont appréciés de 9,5% à 7,3 milliards de dollars. Le consensus était de 64 cents de bénéfice ajusté par titre et 6,8 milliards de dollars de revenus selon FactSet.

Kraft Heinz (-6%) a dépassé les attentes de bénéfices sur le trimestre clos et relevé ses prévisions de ventes. Sur le second trimestre, le bénéfice net est ressorti à 265 millions de dollars et 21 cents par titre, contre une perte de 27 M$ un an avant. Le bénéfice ajusté par action a été de 70 cents contre 68 cents de consensus FactSet. Les ventes ont été presque stables à 6,6 milliards.

Bristol-Myers Squibb (+1,6%), le groupe pharmaceutique américain, a annoncé pour le deuxième trimestre des revenus totalisant 11,9 milliards de dollars, contre 11,7 milliards un an plus tôt et 11,4 milliards de consensus. Les ventes du blockbuster Revlimid, traitement du cancer, ont grimpé à 2,5 milliards contre 2,1 milliards de consensus. Le bénéfice net trimestriel a représenté 4,2 milliards de dollars soit 1,93$ par titre, hors éléments, contre 3,7 milliards de dollars soit 1,63$ par action un an avant. Le consensus était de 1,8$ de bpa ajusté.

Teva Pharmaceutical s'enflamme de 28%, le groupe pharmaceutique, géant des génériques, ayant conclu un accord financier pour le règlement de l'affaire des opioïdes. Le groupe israélien devra tout de même débourser 4,3 milliards de dollars sur une période de 13 ans pour régler les litiges. Teva a aussi publié hier soir ses trimestriels, avec des revenus de 3,8 milliards, une perte GAAP de 21 cents par titre et un bpa ajusté de 68 cents. Le free cash flow a représenté 301 millions de dollars sur le trimestre clos.

T-Mobile US (+5,2%), l'opérateur télécom américain, a annoncé de solides résultat pour son deuxième trimestre et relevé ses prévisions financières. Pour le trimestre clos, les revenus de services ont grimpé de 6% à 15,3 milliards de dollars, alors que la perte nette s'est établie à 108 millions de dollars et 9 cents par titre, du fait des coûts de fusion et exceptionnels pesant pour 1,9 milliard de dollars. L'Ebitda ajusté a été de 6,6 milliards de dollars, en augmentation de 10%. Le free cash flow s'est apprécié de 5% à 1,8 milliard de dollars. Pour 2022, la guidance d'abonnements est revue en hausse. L'Ebitda ajusté est anticipé entre 26 et 26,3 milliards. L'opérateur relève aussi son objectif de synergies de fusion entre 5,4 et 5,6 milliards de dollars.

Hilton Worldwide (+7,5%), le groupe hôtelier américain, a rehaussé ce jour ses estimations de profits et annoncé des comptes trimestriels supérieurs aux attentes, avec le rebond de la demande. Hilton table désormais sur un bénéfice net annuel allant de 1,15 à 1,22 milliard de dollars. Le groupe de Virginie prévoit un RevPAR 'comparable' en augmentation de 37 à 43%. Sur le deuxième trimestre, les revenus ont été de 2,24 milliards de dollars, contre 2,1 milliards de consensus. Le bénéfice ajusté par action a atteint 1,29$, 20% de plus que le consensus.

Shopify (+11,7%), le fournisseur de services de e-commerce, se redresse à Wall Street après sa chute de la veille. Le groupe, qui entend supprimer environ 1.000 postes soit 10% de ses effectifs, vient de faire état d'une perte pour son deuxième trimestre et de revenus inférieurs aux attentes. Le management affiche sa prudence quant à l'impact de l'inflation. Sur la période close fin juin, la perte nette a été de 1,2 milliard de dollars et 95 cents par titre, contre un bénéfice de 879 millions de dollars un an avant. La perte ajustée par action a été de 3 cents, contre +2 cents de consensus. Les revenus se sont tout de même améliorés de 16% à 1,3 milliard de dollars, contre 1,33 milliard de consensus.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Pour toute 1ère ouverture de compte avant le 15 septembre 2022

CODE OFFRE : SUMMER22

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : SUMMER22 lors de votre ouverture de compte.

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 12/08/2022

Les marchés américains ont clôturé en ordre dispersé. Après l’annonce d’un ralentissement de l’inflation américaine, une autre bonne nouvelle est pourtant arrivée aux oreilles des…

Publié le 12/08/2022

Après un bon début de séance, la Bourse de New York est revenue sur ses pas, tiraillée entre les signes de ralentissement de l'inflation américaine et les incertitudes persistantes quant au…

Publié le 11/08/2022

Seul le Dow Jones résiste jeudi soir, malgré un bon début de séance. La hausse du jour est signée Disney, qui a réussi à doubler Netflix en nombre d'abonnés.

Publié le 11/08/2022

La Bourse de New York a fini en nette hausse, les investisseurs étant rassurés par le ralentissement de la hausse de l’inflation en juillet, des données qui pourraient conduire la Fed à être…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 12/08/2022

Epizyme opère désormais comme " une société du Groupe Ipsen " suite à la clôture de l'acquisition.

Publié le 12/08/2022

14h30Indice manufacturier 'Empire State' de la Fed de New York.16H00Indice du marché immobilier américain de la NAHB.source : AOF

Publié le 12/08/2022

L'action Johnson & Johnson est en repli de 0,81 % à 165,78 dollars à la bourse new-yorkaise. Le groupe a annoncé qu'il allait cesser de commercialiser de la poudre pour bébé à base de talc dès…

Publié le 12/08/2022

L'action TF1 perd 3,17 % à 6,88 euros. Le groupe de médias est pénalisé par Barclays, qui a dégradé sa recommandation de Sur-pondérer à Sous-pondérer en raison de la récession qui se profile…

Publié le 12/08/2022

Vente du Turbo Illimité Best CALL VIVENDI C021T à 0,19 EUR (+0 %) Analyse :Nous visions 10,2 euros sur Vivendi après le déclenchement d'un double bottom en juillet. La…

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne