En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 479.10 PTS
-
5 467.50
-
SBF 120 PTS
4 386.46
-
DAX PTS
12 374.66
-
Dowjones PTS
26 492.21
-0.26 %
7 563.19
+0.19 %
1.176
-0.01 %

Clôture de Wall Street : le goût du risque revient en fin de semaine

| Boursier | 360 | Aucun vote sur cette news

La Bourse américaine a fini la semaine dans le vert, après une série d'informations rassurantes, tant aux Etats-Unis qu'à l'étranger. Les créations d'emplois sont restées solides en novembre outre-Atlantique.

Clôture de Wall Street : le goût du risque revient en fin de semaine
Credits Reuters

Wall Street a signé vendredi une deuxième séance de hausse consécutive, les investisseurs se montrant plus confiants après une série d'annonces rassurantes. Aux Etats-Unis, le marché de l'emploi est resté dynamique en novembre, le "shutdown" des administrations publiques été évité, et la réforme fiscale est dans sa dernière étape avant une adoption définitive. A l'étranger, un accord a été conclu entre Londres et Bruxelles sur les modalités du Brexit, tandis qu'en Chine (où des signaux de ralentissement avaient inquiété récemment), les chiffre du commerce extérieur sont ressortis meilleurs que prévu pour novembre. Le pétrole a poursuivi son rebond et les valeurs bancaires ont salué l'adoption des normes internationales "Bâle III".

A la clôture, le Dow Jones a gagné jeudi 0,49% à 24.329 points, tandis que l'indice large S&P 500 a progressé de 0,55% à 2.651 pts et que le Nasdaq composite, riche en valeurs technologiques et biotechnologiques, a regagné 0,40% à 6.840 pts. Sur l'ensemble de la semaine, le DJIA et le S&P 500 ont progressé respectivement de 0,40% et 0,35%, tandis que le Nasdaq reculé de 0,1%.

Sur le marché des changes, le dollar a avancé pour la 5ème séance consécutive. Le billet vert a retrouvé son plus haut niveau depuis plus de deux semaines, dans l'espoir que le Sénat et la Chambre des représentants parviendront à un compromis entre leurs deux versions de la réforme fiscale, en vue de son adoption finale par Donald Trump avant la fin de l'année.

La meilleure semaine de l'année pour le billet vert

L'indice du dollar, qui mesure son évolution face à un panier de 6 devises de référence (dont l'euro, le franc suisse et le yen) a gagné 0,1% à 93,89, et a bondi de 1% en 5 séances, sa plus forte progression hebdomadaire depuis le début de l'année.

L'euro cédait en soirée 0,1% à 1,1767$, portant le recul de la devise unique européenne à plus de 1% sur la semaine. La livre a reculé vendredi de 0,6% à 1,3391$ après l'annonce d'un accord sur le Brexit vendredi matin. La monnaie britannique avait progressé ces derniers jours dans l'anticipation de cet accord.

Sur les marchés obligataires américains, les taux d'intérêts se sont tendus, le rendement du T-Bond à 10 ans progressant vendredi soir d'un point de base à 2,38%. Les investisseurs s'attendent à ce que la Fed, qui se réunira mardi et mercredi prochain, procède à une nouvelle hausse d'un quart de point de ses taux directeurs, pour les porter dans une fourchette de 1,25% à 1,50%.

Les chiffres de l'emploi américain en novembre n'ont pas apporté d'éléments susceptibles de modifier ces anticipations, même si la hausse des salaires est ressortie inférieure aux attentes. Le mois dernier l'économie américaine a créé 228.000 emplois, contre 200.000 attendus et après 244.000 en octobre. Toutefois, le salaire horaire n'a progressé que de 0,2% sur un mois contre +0,3% attendu par les analystes. La faiblesse des hausses de salaires entretient celle de l'inflation, qui reste bloquée sous l'objectif de 2% par an de la Fed depuis plus de 5 ans...

La Chine et le Japon rassurent, le pétrole progresse

L'autre grande donnée macro-économique du jour aux Etats-Unis a en revanche déçu les marchés. Contre toute attente, le moral des ménages américains s'est dégradé en décembre, selon l'enquête mensuelle de l'Université du Michigan. L'indice de confiance préliminaire est ainsi ressorti à 96,8 contre 98,5 en novembre, alors que les économistes interrogés par 'Reuters' l'attendaient à 99.

Par ailleurs, le Congrès américain a voté tard jeudi soir un prolongement du financement fédéral pour deux semaines, jusqu'au 22 décembre, évitant ainsi dans l'immédiat le risque d'un "shutdown", la fermeture des administrations fédérales.

A l'étranger, la situation de la Chine a quelque peu rassuré après les inquiétude des derniers jours, qui avaient plombé les cours des matières premières et les Bourses asiatiques. Le commerce extérieur chinois a ainsi connu une croissance robuste en novembre, les importations (+15,6% sur un an) et exportations (+10,3% sur un an) ayant dépassé les attentes. Les importations chinoises de pétrole brut ont notamment augmenté plus que prévu, ce qui a soutenu les cours de l'or noir et laisse penser que la croissance de la 2ème économie mondiale continue de croître solidement, même si l'endettement des entreprises d'Etat chinoises inquiète les milieux financiers.

Toujours en Asie, la croissance du PIB du Japon a été revue à la hausse pour le 3ème trimestre à 2,5% contre +1,4% en première estimation, et après +2,6% au 2ème trimestre.

Les cours du pétrole ont poursuivi leur rebond entamée la veille, soutenus d'une part par la hausse de la demande chinoise, par la perspective d'une grève dans le secteur pétrolier au Nigéria et par le regain de tension au Moyen-Orient depuis la reconnaissance par Donald Trump de Jérusalem comme capital d'Israël.

Vendredi soir, le cours du baril de brut léger américain WTI a gagné 1,18%, à 57,36$ (contrat à terme de janvier sur le Nymex). L'échéance de février sur le Brent de Mer du Nord a avancé de 1,93% à 63,40$ le baril. Le bilan est cependant négatif sur l'ensemble de la semaine, le WTI ayant perdu 1,76% et le Brent 0,52% sur fond de crainte sur la hausse de la production américaine de pétrole de schiste.

VALEURS A SUIVRE

Au lendemain de la présentation de l'accord sur les normes bancaires dites "Bâle III", le secteur bancaire s'est montré soulagé sur toutes le places mondiales. Les valeurs du secteur ont progressé en moyenne de 0,8% à Wall Street, une hausse moins marquée qu'en Europe, où les gains ont dépassé les 2%. A Wall Street, parmi les hausses du secteur figurent Goldman Sachs (+0,7%), JP Morgan Chase (+1,25%), Morgan Stanley (+1%) et Bank of America (+0,9%).

Wells Fargo (-0,08%) n'a pas profité de cette amélioration sectorielle. Le président Donald Trump n'envisage pas l'abandon des sanctions financières imposées à la banque... Trump estime même que les amendes pourraient être "augmentées substantiellement". Trump évoque là les sanctions contre Wells relatives à ses pratiques commerciales. "Je vais réduire la régulation mais rendre les pénalités plus sévères", a encore lancé Trump, s'adressant au secteur financier.

Gilead Sciences (+2%) et sa filiale Kite (spécialisée dans les thérapies cellulaires) annoncent un accord pour l'acquisition de Cell Design Labs. Gilead va ainsi mettre la main sur l'ensemble des parts de Cell Design Labs, y compris les 12,2% de parts détenues par Kite. Le montant de la transaction ressort approximativement à 567 M$. L'opération devrait être finalisée dans les prochaines semaines. Pour mémoire, Giead avait annoncé le rachat de Kite au mois d'août dernier, pour un prix d'environ 11,9 Mds$.

Teva Pharmaceutical (+7%), le géant israélien des traitements génériques, envisagerait de supprimer jusqu'à 10.000 postes d'après Bloomberg News. Le groupe entend en effet réduire ses coûts de 1,5 milliard à 2 milliards de dollars sur les deux prochaines années, croit savoir 'Bloomberg', qui cite des sources "ayant connaissance de la question".

United Natural Foods (+0,43%) a publié ses comptes du premier trimestre fiscal 2018. Les ventes progressent de 7,9% à 2,46 Mds$. Le bénéfice par action ressort à 0,60$, contre 0,58$ un an plus tôt. Les profits s'élèvent à 30,5 M$, contre 29,2 M$ un avant. Le bpa ajusté est quant à lui de 0,62$. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,60$, pour des revenus de 2,4 Mds$. Sur l'exercice, le groupe vise désormais des ventes comprises entre 9,84 et 10 Mds$ (contre une précédente fourchette de 9,63/9,81 Mds$), pour un bpa entre 2,72 et 2,80$ (contre une précédente fourchette de 2,67/2,77$).

United Continental (stable). Le transporteur aérien américain a annoncé un plan de rachat d'actions totalisant 3 Mds$, soit environ 17% de sa capitalisation boursière. Rappelons qu'en juillet, United avait déjà approuvé un programme de rachat de 2 Mds$, dont la finalisation est attendue ce mois.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

NOUVEAUTÉ - Bourse Direct lance ses Webinaires

Trader sur Indices, Matières Premières, Devises...
Lundi 2 octobre de 12h00 à 13h00

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Jeudi 11 octobre de 12h30 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 25/09/2018

Le résultat net, qui intègre désormais un IS à taux plein en raison de la fin en 2017 des déficits reportables, atteint 0,94 ME en croissance de +310,3%...

Publié le 25/09/2018

Pour l'exercice 2018, le Groupe DOM Security maintient sa prévision de chiffre d'affaires de 180 ME hors croissance externe...

Publié le 25/09/2018

Le groupe reste optimiste pour la poursuite de son exercice...

Publié le 25/09/2018

Au 30 juin 2018, les capitaux propres s'élèvent à 11,71 ME...

Publié le 25/09/2018

Le résultat net des entreprises consolidées s'élève à 10,9 ME sur le 1er semestre...