En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 495.60 PTS
+0. %
5 388.00
-
SBF 120 PTS
4 363.05
-
DAX PTS
12 367.46
-
Dow Jones PTS
25 766.64
-4.42 %
8 436.67
+0. %

Clôture de Wall Street : le coronavirus fait trembler la Bourse

| Boursier | 386 | Aucun vote sur cette news

La Bourse américaine a flanché lundi face à la propagation du coronavirus chinois, dont le bilan est monté à plus de 80 morts.

Clôture de Wall Street : le coronavirus fait trembler la Bourse
Credits Reuters

Wall Street a terminé dans le rouge lundi soir pour la 2e séance consécutive. Les investisseurs ont cédé à l'inquiétude face au coronavirus de Wuhan, dont le bilan s'est alourdi à plus de 80 morts en Chine et plus de 2.800 malades. Les cours du pétrole ont chuté au plus bas depuis plus de 3 mois dans la crainte d'un ralentissement de la demande mondiale, tandis que les valeurs-refuge, dont l'or, le yen et les obligations ont progressé. C'est dans ce contexte nerveux que 147 sociétés du S&P 500 publieront cette semaine leurs résultats du 4e trimestre, dont Apple (-2,9%), Facebook (-1,4%), Amazon (-1,8%) ou encore General Electric (-2,3%) et Boeing (-2%).

A la clôture, l'indice Dow Jones a cédé lundi 1,57% à 28.535 points, tandis que l'indice large S&P 500 a aussi lâché 1,57% à 3.243 pts et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques, a reculé de 1,89% à 9.139 pts. La semaine dernière, les trois indices avaient reculé respectivement de 1,2%, 1% et 0,8%, déjà affectés par la propagation du coronavirus. Avant cela, le S&P 500 avait enchaîné une série de 8 semaines de hausse ininterrompues. Les trois indices avaient franchi de nouveaux records historiques en janvier dans le sillage de la signature de l'accord commercial partiel entre les Etats-Unis et la Chine.

La totalité des 11 indices sectoriels du S&P 500 ont baissé lundi, et les casinos, les croisiéristes, les compagnies aériennes et les groupes pétroliers ont particulièrement souffert, ainsi que les technologiques et le luxe.

Plus tôt dans la journée, à Tokyo, le Nikkei a perdu 2%, tandis qu'en Europe, l'indice EuroStoxx 50 a chuté de 2,7% et qu'à Paris, le CAC 40 a aussi abandonné 2,68%. Les marchés chinois sont fermés au moins jusqu'à vendredi pour cause de Nouvel an lunaire, et pourraient rester clos plus longtemps en raison du virus. L'indice Shanghai Composite avait perdu 4,5% entre le 13 et le 24 janvier.

Dollar, yen, obligations... Les valeurs refuge sont recherchées

Les analystes sont partagés quant aux risques réels posés par le coronavirus à l'économie mondiale... Certains estiment qu'un ralentissement sera passager, comme l'avait été celui causé par l'épidémie de SRAS en 2003 qui avait provoqué la mort d'environ 800 personnes. Des experts financiers soulignent qu'à leurs niveaux élevés de valorisation, les marchés boursiers sont vulnérables à une correction après une forte hausse d'environ 25% depuis un an. Une correction serait même bienvenue compte tenu des valorisations, notamment pour les valeurs technologiques, soulignent des analystes.

Sur le marché des changes, l'indice du dollar (qui mesure l'évolution du billet vert face à un panier de 6 grandes devises) a progressé lundi de 0,12% à 97,97 points, tandis que l'euro a cédé 0,08% à 1,1014$ après la publication d'un indice Ifo du climat des affaires décevant en Allemagne en janvier. Le yen a progressé de 0,3% face au dollar à 109 Y/$, profitant d'un rapatriement de capitaux vers le Japon, jugé plus sûr en période troublée.

Les obligations ont aussi été recherchées en tant que valeurs-refuge, faisant reculer les taux d'intérêts (qui évoluent en sens inverse des cours). Le rendement du T-Bond à 10 ans a encore reculé de 7 points de base à 1,61%. En Europe, le rendement du Bund à 10 ans a cédé 5 pdb à -0,39%.

Le pétrole en berne, l'or au plus haut depuis 7 ans

Les cours du pétrole se sont enfoncés dans le rouge pour la 5e séance d'affilée. Le baril de brut léger américain (WTI) a perdu 1,9% à 53,14$ sur le Nymex (contrat à terme de mars), tandis que le Brent de la mer du Nord a cédé 2,3% à 59,32$ (contrat à terme de mars). La semaine dernière, le WTI avait déjà plongé de 7,5% et le Brent de 6,4%. Les deux variétés de pétrole sont désormais retombées au plus bas depuis début octobre 2019. Le Brent a notamment perdu 17% depuis son pic de début janvier à près de 70$, où il avait été propulsé par l'accord commercial signé le 15 janvier entre les Etats-Unis et la Chine.

En revanche, l'or brille en ce début d'année, confirmant son rôle de valeur-refuge face aux incertitudes géopolitiques, économiques et désormais sanitaires. L'once d'or a progressé lundi de 0,6% à 1.581,85$ l'once, pour le contrat à terme de février coté sur le Comex. Le métal jaune a progressé de 3,6% depuis début 2020, après avoir gagné 19% en 2019, et pointe désormais à son plus haut niveau depuis 7 ans.

Les investisseurs ont accordé peu d'attention aux indicateurs macro-économiques du jour aux Etats-Unis. Les ventes de logements neufs ont reculé en décembre à 694.000, alors que le consensus de place tablait sur 728.000. Par ailleurs, le chiffre de novembre a été révisé en baisse à 697.000.

Par ailleurs, l'indice manufacturier de la Fed de Dallas est ressorti en janvier à -0,2, contre un consensus de place de -3,1 (indice d'activité générale) et une lecture de -3,2 un mois avant. Cet indice se rapproche donc de l'équilibre, signalant une relative stabilité de l'activité manufacturière de la région en janvier.

La Fed devrait maintenir ses taux directeurs mercredi

La semaine boursière sera par ailleurs marquée aux Etats-Unis par la réunion de la Fed, qui se tient demain et mercredi et devrait se solder par un statu quo sur le taux des fonds fédéraux. Le communiqué monétaire de la Fed sera révélé mercredi soir à 20 heures, suivi de la conférence de presse de Jerome Powell, président de la digne institution, à 20h30. Selon l'outil FedWatch du CME Group, le taux des fed funds devrait rester inchangé entre 1,50 et 1,75% le 29 janvier (probabilité actuelle de 89,5%). La probabilité d'un relèvement de taux d'un quart de point, entre 1,75 et 2%, est assez minime à 10,5% selon FedWatch.

La réunion suivante se tiendra les 17 et 18 mars et devrait également déboucher sur un statu quo, la probabilité d'un taux logé entre 1,50 et 1,75% le 18 mars étant de 82,5% selon l'outil FedWatch - contre 9,6% de 'proba' d'une hausse d'un quart de point et 7,9% de chances pour un éventuel assouplissement d'un quart de point.

VALEURS A SUIVRE

La saison des résultats entre dans le vif du sujet cette semaine avec les publications de 147 sociétés du S&P 500 attendues, dont 14 membres du Dow Jones (Apple, Boeing, Visa, ExxonMobil, Chevron...). Jusqu'à présent, 17% des compagnies du S&P 500 ont publié leurs comptes du trimestre octobre-décembre : 73% d'entre elles ont fait mieux que prévu en termes de bénéfices et 67% ont dépassé les attentes pour leurs ventes. Selon le cabinet Factset, le consensus table désormais sur un recul de 1,9% des bénéfices du S&P 500 au 4e trimestre par rapport à la même période de 2018, alors qu'il attendait un recul de 2,4% début janvier. Les bonnes surprises sont venues notamment des banques et des sociétés technologies, notamment Intel, qui a fait bien mieux que prévu.

Walt Disney (-2,9%) souffre encore en bourse ce lundi, le géant américain du divertissement ayant choisi de fermer temporairement les portes de Disneyland Hong Kong, après avoir précédemment annoncé des actions comparables à Shanghai. Disney évoque une mesure de précaution en ligne avec les efforts de prévention de Hong Kong face à l'épidémie du coronavirus chinois. Disneyland Hong Kong est donc fermé depuis hier, afin d'assurer la sécurité des clients et employés. Les hôtels Hong Kong Disneyland Resort resteront toutefois ouverts. Disney se dit en contact étroit avec les autorités locales de santé et le gouvernement local, et annoncera dès que possible la date de réouverture.

Le géant américain des loisirs a aussi dû fermer son parc à thème de Shanghai jusqu'à nouvel ordre, afin de prévenir l'éventuelle contagion du coronavirus, qui a tué désormais 80 personnes et fait plus de 2700 malades en Chine, selon le dernier bilan en date. Il s'agit pour Disney d'une décision assez lourde, puisque cette période cruciale de vacances du Nouvel An lunaire est généralement propice au parc financièrement. L'an dernier pendant les festivités du Nouvel An, le Shanghai Disney Resort avait même été contraint d'arrêter de vendre des billets, victime de son succès durant cette période habituellement très active.

D.R. Horton (+1,9%), le promoteur immobilier texan, a rehaussé ce lundi le haut de fourchette de sa guidance de ventes annuelles et dévoilé un profit trimestriel supérieur aux attentes. Le géant immobilier américain, profitant d'une solide demande, table désormais pour 2020 sur des ventes de logements allant de 60.000 à 61.500 unités, contre une fourchette antérieure allant de 60.000 à 61.000 unités. Le bénéfice net trimestriel attribuable au groupe sur la période close est quant à lui ressorti à 431 millions de dollars soit 1,16$ par action, contre 287 millions de dollars et 76 cents par titre un an plus tôt, à la même période. Le consensus était de 92 cents de bpa trimestriel. Les revenus du groupe ont augmenté de 14% en glissement annuel à 4,02 milliards de dollars, contre 3,77 Mds$ de consensus.

Sprint (-3,6%) a réduit ses pertes sur le trimestre clos, mais ses revenus du troisième trimestre fiscal sont ressortis inférieurs aux attentes de marché. L'opérateur télécom wireless a levé le voile sur une perte nette trimestrielle de 120 M$ et 3 cents par titre, contre 141 M$ un an avant. Le consensus était de -4 cents par titre sur la période close. Les revenus opérationnels trimestriels sont ressortis à 8,08 milliards de dollars, contre 8,6 Mds$ un an plus tôt et environ 8,2 Mds$ de consensus. Michel Combes, DG du groupe, continue de croire que la fusion avec T-Mobile constitue le meilleur moyen d'apporter des bénéfices aux consommateurs américains...

Les pétrolières ont fortement baissé dans le sillage du brut, dont ExxonMobil (-2,4%), Chevron (-1,3%) et Transocean (-9,4%).

Les valeurs chinoises cotées à Wall Street sont malmenées ce jour, Alibaba abandonnant 3,8% et Baidu 2,8%. JD.com a régressé de 4,8%.

Les casinos, très présents en Asie, ont aussi souffert, à l'instar de Wynn Resorts (-8%), Melco Crown (-5,2%), Las Vegas Sands (-6,6%) et MGM Resorts International (-3,8%). Les spécialistes des croisières étaient aussi en berne : Carnival (-4,7%), Norwegian Cruise Line (-3%) et Royal Caribbean Cruises (-7,5%).

Les compagnies aériennes, dont le fonctionnement est aussi perturbé par le virus chinois, ont été chahutées : United Airlines (-5,2%), Southwest Airlines (-0,5%), Delta Air Lines (-3,4%), Jetblue Airways (-2,9%) et American Airlines (-5,5%).

Par ailleurs, Whirlpool et Xerox dévoilaient leurs derniers résultats après la clôture.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON FÊTE SA 1ÈRE ANNÉE

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 29 février 2020 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 27/02/2020

L'année 2020 va, pour Groupe Parot, être concentrée sur la rentabilité du périmètre d'activités...

Publié le 27/02/2020

Les équipes de Développement Pharmagest ont participé au HashCode 2020 organisé par Google...

Publié le 27/02/2020

Genkyotex a une trésorerie suffisante pour financer son activité jusqu'à fin février 2021...

Publié le 27/02/2020

OX401 est le 2e candidat issu de la plateforme propriétaire d'agonistes leurres d'Onxeo, platON...

Publié le 27/02/2020

Mecelec Composites acquiert ainsi une expertise de grande qualité avec un portefeuille de clients additionnels, et une présence géographique renforcée...