En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 344.93 PTS
-0.08 %
5 350.5
+0.08 %
SBF 120 PTS
4 288.07
-0.06 %
DAX PTS
12 210.55
-0.22 %
Dowjones PTS
25 669.32
+0.43 %
7 377.54
+0.04 %
1.144
+0.00 %

Clôture de Wall Street : la correction s'accélère avec les tensions obligataires

| Boursier | 233 | Aucun vote sur cette news

La baisse a pris de l'ampleur mardi à New York alors que la tension sur les taux se poursuit aux Etats-Unis. Les investisseurs attendent le discours de Trump et la décision de la Fed.

Clôture de Wall Street : la correction s'accélère avec les tensions obligataires
Credits Reuters

La Bourse américaine a fini mardi en net recul, de l'ordre de 1%, toujours affectée par la poussée haussière des taux d'intérêts. Les investisseurs jouent aussi la prudence avant des échéances importantes cette semaine, avec le discours sur l'état de la Nation de Donald Trump, tard mardi soir, la décision de la Fed, mercredi, et les chiffres de l'emploi US en janvier, vendredi. Côté sociétés, de nombreux poids-lourds "technos" annonceront leurs résultats ces prochains jours, dont Apple (jeudi), Microsoft (mercredi), Amazon (jeudi), Alphabet (jeudi) ou encore Facebook (mercredi). A noter que le titre Apple a encore cédé 0,6% après -2% lundi. Mardi, les valeurs de la santé ont souffert de l'annonce d'un accord dans l'assurance-santé entre Amazon, JP Morgan, et Berkshire Hathaway, la firme de Warren Buffett.

A la clôture, le Dow Jones a cédé 1,37% à 26.076 points (après -0,67% lundi), tandis que l'indice large S&P 500 a rendu 1,09% à 2.822 pts (après -0,67% lundi) et que le Nasdaq composite, riche en valeurs technologiques et biotechnologiques, a fléchi de 0,86% à 7.402 pts (contre -0,52% lundi).

La volatilité en hausse, la Fed pourrait changer de ton mercredi

La correction boursière qui frappe Wall Street depuis deux jours s'est accompagnée d'un brusque réveil de la volatilité sur les marchés financiers. L'indice VIX, qui établit la moyenne des volatilités sur les options d'achat (call) et les options de vente (put) sur l'indice S&P 500 a bondi de 34,5% en deux jours pour remonter à 14,9, au plus haut depuis 5 mois. Il reste néanmoins pour l'instant sous sa moyenne historique d'environ 20, qu'il n'a plus atteint depuis la mi-novembre 2016.

Sur les marchés obligataires, les rendements des emprunts d'Etat ont continué leur ascension mardi aux Etats-Unis dans l'anticipation d'un durcissement de politique monétaire cette année. Le rendement du bon du Trésor américain (T-Bond) à 10 ans a atteint 2,73% mardi (+2 points de base), son plus haut niveau depuis près de 4 ans, en avril 2014. Les taux américains se sont fortement tendus depuis le début de l'année, ayant achevé 2017 sur le niveau de 2,40%. Les experts voient désormais les 3% en ligne de mire pour le taux à 10 ans américain... A ce niveau, les rendements obligataires seraient nettement supérieurs à ceux des actions, ce qui pourrait entraîner une accélération de la correction boursière.

Les stratégistes de la banque d'affaires américaines Goldman Sachs s'attendent à ce que la Fed profite de sa dernière réunion sous l'égide de Janet Yellen --avant la prise de fonction de Jerome Powell--, pour adopter mercredi un ton plus haussier sur sa politique monétaire. La Fed devrait néanmoins s'abstenir de relever ses taux directeurs dès cette semaine, mais devrait agir à l'issue de la réunion des 20 et 21 mars.

Malgré la tension sur les taux, l'indice du dollar est reparti en recul, cédant 0,1% mardi soir à 89,22, proche de son plus bas depuis trois ans face à un panier de 6 devises internationales. L'euro a gagné 0,1% à 1,2396$ dans les échanges entre banques.

Le pétrole a chuté pour la deuxième séance consécutive. Le cours du brut léger américain (WTI) a reculé mardi de 1,62%, à 64,50 $ (contrat à terme de mars sur le Nymex), tandis que le baril de Brent a cédé -0,63% à 69,02$ le baril. L'or a subi sa 4ème séance baissière, finissant à 1.340,10$ l'once, en recul de 0,37%, pour le contrat à terme d'avril sur le Comex. Le 24 janvier, le métal jaune avait atteint ses plus hauts niveaux depuis 4 ans.

Sur le plan macro-économique, l'indice S&P Corelogic Case-Shiller des prix de l'immobilier américain a augmenté de 0,7% en novembre sur un mois, contre +0,6% de consensus. Par ailleurs, l'indice de confiance des consommateurs du Conference Board est ressorti à 125,4 en janvier, contre 123,6 de consensus de place et 123,1 en décembre.

VALEURS A SUIVRE

Les titres des principaux assureurs-santé ont chuté mardi, après l'annonce par Amazon, JP Morgan Chase et la firme de Warren Buffett, Berkshire Hathaway, de la création d'une structure destinée à fournir une assurance-santé moins chère à leurs employés américains respectifs. La perspective de cette concurrence a fait chuter les cours d'UnitedHealth (-4,3%), Humana (-3%), Aetna (-3% malgré de solides trimestriels) et CVS (-4,1%). De leur côté, les titres d'Amazon (+1,4%), JP Morgan Chase (-0,9%) et Berkshire Hathaway (-0,5%) ont fini en ordre dispersé... A travers ce partenariat, les trois sociétés entendent réduire les coûts d'assurance des salariés et améliorer les services dans ce domaine. Warren Buffett, CEO de Berkshire, a dénoncé "les coûts colossaux des soins de santé, qui agissent comme un ténia affamé sur l'économie américaine".

Apple a encore cédé 0,6% mardi, après avoir perdu la veille 2,07% après des informations du quotidien japonais 'Nikkei' selon lesquelles la firme à la pomme a l'intention de réduire de moitié son objectif de production de l'iPhone X pour le premier trimestre. Mardi, l'agence 'Bloomberg' a en outre rapporté que le département américain de la Justice et la SEC ont ouvert une enquête sur le ralentissement volontaire d'anciens modèles d'iPhones dont les batteries étaient usées.

Aetna (-3%) a annoncé pour le 4ème trimestre un bénéfice de 244 M$ (0,74$ par action), contre 139 M$ (0,39$ par action) un an avant. Le bpa ajusté ressort à 1,25$, en recul de 23% en glissement annuel. Les revenus baissent de 6%, à 14,8 Mds$. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 1,17$, pour des revenus de 14,7 Mds$.

Pfizer (-3,1%) a publié ses comptes du quatrième trimestre. Les revenus progressent de 1% à 13,7 Mds$. Les bénéfices ressortent à 12,2 Mds$, contre 775 M$ un an avant. Le bénéfice par action est ainsi de 2,02$, contre 0,13$ un an plus tôt. En base ajustée, le bpa grimpe de 32% à 0,62$. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,56$, pour des revenus de 13,6 Mds$. Sur 2018, le groupe vise des revenus compris entre 53,5 et 55,5 Mds$, pour un bpa entre 2,90 et 3$. Sur 2017, Pfizer affiche des revenus de 52,5 Mds$ (-1% par rapport à 2016) et un bpa de 2,65$ (+11%).

Corning (-5,6%) a publié ses comptes du quatrième trimestre. Les revenus se sont appréciés de 6% à 2,64 Mds$, soutenus par la demande en produits Gorilla Glass. La perte nette est ressortie néanmoins massive à 1,4 Md$ soit 1,66$ par titre, contre un profit de 1,6 Md$ un an avant. Le groupe a passé en effet une charge exceptionnelle de 1,8 Md$ liée aux évolutions fiscales aux USA.

Zimmer Biomet (-1,1%) a réalisé des profits trimestriels conformes aux attentes. Pour le quatrième trimestre, le bénéfice a atteint ainsi près de 1,3 Md$, soit 6,16$ par titre. Le bénéfice ajusté par action s'est élevé à 2,10$, en ligne avec le consensus. Le concepteur d'appareils orthopédiques, basé à Warsaw, a affiché des revenus trimestriels de 2,1 Mds$, contre un consensus voisin de 2 Mds$. Pour l'exercice clos, le bénéfice a atteint 1,8 Md$, 9,03$ par action, alors que les revenus se sont élevés à 7,8 Mds$. Pour le T1, les revenus sont attendus entre 1,96 et 2 Mds$, pour un bpa allant de 1,84 à 1,91$.

Harley-Davidson (-8%) a annoncé ses comptes du quatrième trimestre. Les profits sont de 8,3 M$ (0,05$ par action), contre 47,2 M$ (0,27$ par action). Les bénéfices sur la période ont été plombés par des charges exceptionnelles atteignant environ 82,5 M$. Les revenus s'élèvent à 1,05 Md$, contre 933 M$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne des revenus de 1 Md$, pour un bpa de 0,45$. Sur 2018, le groupe anticipe la livraison de 231.000 à 236.000 véhicules, contre un consensus supérieur à 240.000 et près de 243.000 en 2017.

McDonald's (-3%) présente ses résultats du quatrième trimestre. Les revenus s'affichent à 5,34 Mds$, contre 6,03 Mds$ un an avant. Les ventes "comparables" sont en croissance de 5,5% en glissement annuel, avec une hausse de 4,5% aux Etats-Unis. Le résultat net s'élève à 699 M$, contre 1,19 Md$ sur la même période de l'exercice précédent. Le bénéfice par action ressort à 0,87$, en recul de 40%. Sans prendre en compte la réforme fiscale américaine, le bpa s'affiche à 1,71$, en progression de 19%. Les analystes anticipaient en moyenne une croissance comparable des ventes de 4,9%, un bpa de 1,59$ et des revenus de 5,2 Mds$. Sur 2017, le groupe enregistre des revenus en baisse de 7%, des ventes "comparables" en croissance de 5,3%, et des profits de 5,19 Mds$, en hausse de 11% par rapport à 2016. Le bpa ajusté annuel monte de 16% à 6,66$. McDonald's annonce par ailleurs son intention d'investir environ 2,4 Mds$ sur 2018 pour améliorer son activité, et d'ouvrir un millier de nouveaux restaurants.

HCA Healthcare (+3,9%). Le géant hospitalier américain, basé à Nashville, a agréablement surpris au quatrième trimestre. Le bénéfice net est ressorti à 474 M$ soit 1,30$ par titre, alors que le bpa ajusté a atteint 2,12$, contre 1,9$ de consensus. Les revenus trimestriels ont totalisé 12,5 Mds$. Les revenus 'ajustés' ont représenté 11,6 Mds$, contre 11,2 Mds$ de consensus de place. Sur l'exercice, les revenus ont atteint 43,6 Mds$, pour un profit de 2,2 Mds$. Le bpa annuel 2018 est anticipé entre 8,50 et 9$, pour des revenus allant de 45 à 46 Mds$.

Thomson Reuters (+7%) a confirmé ce jour des discussions avancées en vue de la cession éventuelle d'une participation de contrôle au sein de ses opérations financières ('finance et risque') au groupe Blackstone, géant du 'private equity'. L'unité livre ses services aux banques, gestionnaires d'actifs et autres acteurs financiers. Les opérations en question constituent l'activité majeure de Thomson Reuters, puisqu'elles génèrent plus de la moitié des revenus de la firme.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/08/2018

Sur la semaine, le marché parisien abandonne 1,3%

Publié le 17/08/2018

A 08h00 en Allemagne
Indice des prix à la production de juillet.
source : AOF

Publié le 17/08/2018

Pendant ce temps, la SEC poursuivrait ses investigations

Publié le 17/08/2018

Communiqué de presse                                 Tours-en-Savoie, le 17 août 2018   Transfert du contrat de liquidité TIVOLY   TIVOLY…

Publié le 17/08/2018

Fox21 acquiert les droits d'adaptation du jeu vidéo à succès Vampyr, développé et coproduit par Dontnod Entertainment et édité par Focus Home Interactive, pour la production d'une série…