En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 580.38 PTS
+0.31 %
5 528.00
-
SBF 120 PTS
4 415.60
+0.30 %
DAX PTS
12 222.39
+0.57 %
Dowjones PTS
26 559.54
+0.42 %
7 689.72
+0.00 %
1.124
+0.13 %

Clôture de Wall Street : l'espoir d'un accord commercial soutient la cote

| Boursier | 269 | Aucun vote sur cette news

L'accord commercial entre les Etats-Unis et la Chine serait prêt à 90%, selon des sources citées par la presse américaine... Les marchés boursiers ont apprécié.

Clôture de Wall Street : l'espoir d'un accord commercial soutient la cote
Credits Reuters

Après une séance hésitante, mardi, la Bourse de New York est repartie prudemment de l'avant mercredi, alors que des rumeurs font état d'avancées considérables dans les négociations commerciales sino-américaines sur le commerce. Des statistiques un peu meilleures que prévu dans la zone euro et aux Etats-Unis ont allégé les craintes pesant sur la croissance mondiale. Les taux d'intérêts ont repris le chemin de la hausse malgré les nouvelles critiques de Donald Trump contre la Fed et son président Jerome Powell.

A la clôture, les indices ont cependant réduit leurs gains par rapport aux plus hauts de la séance. Le Dow Jones a fini en hausse de 0,15% à 26.218 points, tandis que l'indice large S&P 500 a progressé de 0,21% à 2.873 pts et que le Nasdaq composite, riche en valeurs technologiques et biotechnologiques, a gagné 0,60% à 7.895 pts.

Boeing (-1,54%) a pesé sur l'indice Dow Jones alors que le gouvernement éthiopien doit rendre public jeudi matin le rapport préliminaire sur le crash du Boeing 737 MAX d'Ethiopian Airlines. Selon le 'Wall Street Journal', l'équipage a suivi les procédures d'urgence fournies par Boeing mais n'a pas pu redresser l'appareil.

Après leurs récents gains à deux chiffres au premier trimestre, les indices américainssont de retour près de leurs records historiques inscrits en 2018, dont ils ne sont plus éloignés que d'environ 2,5%.

Sur le marché des changes, le dollar a fait l'objet de prises de bénéfices. L'indice du dollar, qui mesures son évolution face à un panier de devises de référence a cédé 0,25% à 97,12 points, tandis que l'euro a regagné 0,31% à 1,1237$ (sa première séance de hausse depuis 7 séances). La livre sterling a pris 0,21% à 1,3156$, dans l'espoir d'un accord entre Theresa May et le leader travailliste Jeremy Corbyn sur les modalités du Brexit. La Première ministre britannique a demandé mardi soir à l'Union européenne un nouveau "court" report du Brexit, au-delà du 12 avril.

Donald Trump s'en prend encore à Jerome Powell

Sur les marchés obligataires américains, le rendement de l'emprunt d'Etat américain de référence, le T-Bond à 10 ans a progressé de 5 points de base à 2,521%, après être tombé jusqu'à 2,35% la semaine passée, au plus bas niveau depuis 2017. Le rendement du bon à 3 mois s'affichait mercredi soir à 2,37% (-3 points de base).

Le 22 mars dernier, le taux à 10 ans était tombé sous le taux à 3 mois pendant 6 séances, provoquant un vent de panique sur les marchés. L'inversion de la courbe des taux est considérée comme un signe avant-coureur d'une récession, car ce phénomène a souvent précédé d'environ 15 mois les récessions aux Etats-Unis.

Mercredi, les marchés n'ont pas réagi à la dernière "sortie " de Donald Trump contre Jerome Powell, le président de la Fed, à qui le président américain reproche d'avoir relevé les taux directeurs trop vite en 2018. Selon le 'Wall Street Journal', qui rapporte des propos privés, Donald Trump aurait dit à Jerome Powell : "je suppose que je suis coincé avec vous", et aurait aussi reproché à Steven Mnuchin, le secrétaire au Trésor, de lui avoir recommandé de nommer M. Powell à la tête de la banque centrale.

La Maison Blanche fait désormais pression sur la Fed pour qu'elle baisse rapidement ses taux d'un demi-point, ce qu'elle a exclu pour le moment, au vu de la solidité des indicateurs macro-économiques aux Etats-Unis.

Solide activité dans les services aux Etats-Unis, les ventes de détail résistent en zone euro

Ce mercredi, les indicateurs macro-économiques du jour étaient plutôt encourageants aux Etats-Unis ainsi que dans la zone euro, où les ventes au détail ont progressé plus que prévu en février (+0,4%) après un gain de 0,9% le mois précédent. En glissement annuel, les ventes affichent une progression de 2,8% contre un consensus positionné à +2,3%.

Toujours dans la zone euro, l'indice PMI composite IHS Markit de l'activité globale (manufacturier + services) est ressorti à 51,6 en mars en lecture finale, un niveau supérieur à la première estimation flash (51,3). Même si l'activité ralentit (après 51,9 en février), elle a donc continué de croître à un rythme modéré dans le secteur privé en mars dans la zone euro.

Aux Etats-Unis, les indicateurs des services ont montré une nette expansion en mars. L'indice PMI final des services est ressorti à 55,3, mieux que la première lecture flash (54,8) et que le consensus (54,8) et à peine inférieur à février (56). L'indice ISM des services (dit 'non-manufacturier') est pour sa part ressorti inférieur aux attentes de marché à 56,1 en mars, contre 58 de consensus et 59,7 en février, mais il reste en forte expansion.

En revanche, les créations d'emplois dans le privé aux Etats-Unis sont ressorties moins nombreuses que prévu en mars, à 129.000 selon ADP, contre 165.000 de consensus et 197.000 pour le mois antérieur. Le chiffres globaux de l'emploi en mars seront publié officiellement vendredi : les économistes tablent sur la création de 180.000 emplois non-agricoles après 186.000 en février.

90% de l'accord commercial Etats-Unis -Chine serait bouclé

Les investisseurs ont salué mercredi les informations de presse faisant état d'avancées dans les négociations commerciales. Selon le 'Financial Times', "90% de l'accord est bouclé", l'essentiel des questions en suspens ayant été résolues.

"On parvient à l'étape finale", a assuré au quotidien Myron Brilliant, vice-président de la Chambre de commerce américaine en charge des affaires internationales. Il a toutefois précisé que "90% de l'accord est bouclé, mais les 10% restant sont le plus difficile. C'est la partie la plus délicate et il faudra faire des compromis des deux côtés", a-t-il ajouté.

Négociateurs américains et chinois se sont retrouvés mercredi dans la capitale américaine pour ce qui pourrait être un ultime cycle de discussions avant de parvenir à un accord commercial entre les deux premières économies mondiales.

Le vice-Premier ministre chinois Liu He, et les deux négociateurs en chef pour les Etats-Unis, le représentant au Commerce (USTR) Robert Lighthizer et le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin devaient mener deux jours de pourparlers après avoir tenu la semaine d'avant à Pékin des discussions "franches et constructives". Les négociations ont commencé mercredi matin à Washington comme prévu, a confirmé un porte-parole de l'USTR.

Le pétrole fait une pause après ses sommets de 5 mois

Les cours du pétrole ont fléchi, mercredi, après avoir atteint la veille leur plus haut niveau depuis près de 5 mois. L'annonce d'une forte hausse surprise des réserves américaines de pétrole la semaine passée a donné le signal de la baisse, alors que les investisseurs s'attendaient au contraire à une baisse de ces stocks.

Mercredi soir, le contrat à terme de mai sur le brut léger américain WTI a cédé 0,19%, à 62,46$ le baril à la clôture du Nymex, tandis que le Brent d'échéance juin lâchait 0,09% à 69,31$ le baril au moment de la clôture du Nymex.

D'après le Département à l'énergie, les stocks pétroliers de brut, hors réserve stratégique, ont bondi de 7,2 millions de barils sur la semaine close le 29 mars à 449,5 millions de barils, contre un consensus de -0,8 million de barils. Les stocks d'essence ont reculé de 1,8 million de barils, alors que les réserves de produits distillés ont diminué de 2 millions de barils.

VALEURS A SUIVRE

Boeing (-1,54%) a pesé sur l'indice Dow Jones alors que le gouvernement éthiopien doit rendre public jeudi matin le rapport préliminaire sur le crash du Boeing 737 MAX d'Ethiopian Airlines, le 10 mars dernier, qui avait fait 157 morts. Selon la presse, c'est bien le système anti-décrochage de l'appareil (appelé MCAS) qui a mal fonctionné. Le 'Wall Street Journal' a indiqué mercredi soir, en citant des sources proches du dossier, que l'équipage avait initialement suivi la procédure fournie par Boeing après l'accident du B-737 MAX de Lion Air en octobre (lui aussi dû au système MCAS), mais qu'il n'est pas parvenu à redresser l'appareil, qui s'est finalement écrasé.

Intel (+2%) a nommé l'ex-directeur financier de Qualcomm (-0,7%), George Davis, en tant que nouveau CFO. Le géant des processeurs attribue donc ce poste laissé vacant suite à l'accession de Bob Swan au rang de directeur général.

L'autre grand fabricant de semi-conducteurs, AMD, a bondi de 8,4%. Selon le quotidien taïwanais 'Digitimes", les ventes du groupe devraient nettement accélérer au deuxième semestre 2019. AMD tiendra une conférence de presse le 27 mai à Taiwan pour présenter sa nouvelle gamme de puces. Dans un communiqué publié mardi soir, la directrice générale, Lisa Su, a précisé que "parmi les produits à venir, citons les processeurs de centres de données AMD EPYC 7 nm, les processeurs de bureau AMD Ryzen de troisième génération et les cartes graphiques basées sur l'architecture "Navi".

AMD est particulièrement attendu sur ses annonces de puces et cartes graphiques, un secteur où le groupe a pris du retard sur son concurrent américain Nvidia (+3%).

GameStop (-4,65%) a déçu par ses derniers trimestriels. Sur le T4 fiscal, achevé le 2 février, le distributeur américain de jeux vidéo et de matériel électronique a creusé ses pertes nettes, à 188 millions de dollars contre une perte de 106 M$ un an plus tôt. Sur l'ensemble de l'exercice 2018, la perte nette atteint 673 M$. Le bénéfice net ajusté par action du trimestre a représenté 1,45$ contre 1,60$ de consensus. Les prévisions de la société basée à Grapevine (Texas) sont aussi inférieures aux attentes.
La direction a annoncé un projet de réduction de coûts et d'amélioration des bénéfices. Gamestop souffre d'une baisse de fréquentation de ses magasins physiques alors que les clients "gamers" achètent de plus en plus leurs jeux en les téléchargeant en ligne ou en jouant à des jeux en streaming sur des supports variés.

Caterpillar (-0,66%), le géant américain des engins de chantier, est victime d'une dégradation de broker ce mercredi. La Deutsche Bank vient ainsi d'abaisser sa recommandation d''achat' à 'conserver' sur la valeur. Le courtier s'inquiète surtout du backlog de commandes de 'Cat', dont l'évolution pourrait bien devenir négative.

Tesla (+2%). Le Model 3 grand public du groupe d'Elon Musk affiche des ventes robustes en Allemagne, avec 2.367 véhicules écoulés au mois de mars, alors que la voiture en question n'avait été introduite qu'en février sur le marché européen. En tenant compte des Model S et X, les ventes de Tesla en mars sont assez comparables (à 15% près) à celles de Porsche en Allemagne.

Facebook a fléchi de 0,38% après un début de séance dans le vert après une nouvelle affaire de manquement à la protection des données personnelles de ses utilisateurs. Des millions de données d'utilisateurs du réseau social ont ainsi été affichées par erreur dans le "cloud" d'Amazon (+0,37%), a révélé mercredi soir la société de cybersécurité UpGuard.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/04/2019

Pour l'exercice 2018, Wedia affiche un chiffre d'affaires consolidé de 10,8 ME, en hausse de 16% par rapport à l'exercice 2017, soit 9,3 ME...

Publié le 18/04/2019

Les revenus locatifs de Carmila pour les 3 premiers mois de l'année 2019 s'élèvent à 89,2 millions d'euros, contre 82,1 millions d'euros en 2018 sur...

Publié le 18/04/2019

Implanet affiche pour l'exercice 2018 une perte nette de 5,55 ME, contre 6,61 ME un an auparavant...

Publié le 18/04/2019

L'assemblée générale des actionnaires de CNP Assurances qui s'est réunie le 18 avril 2019 à Paris a approuvé les comptes sociaux et consolidés de...

Publié le 18/04/2019

Accor a fait le point sur son activité du premier trimestre 2019. Ainsi, le groupe hôtelier a réalisé un chiffre d'affaires de 987 millions d’euros sur la période, en progression de 34,2% en…