En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 316.51 PTS
+0.67 %
5 282.0
+1.00 %
SBF 120 PTS
4 196.33
+0.66 %
DAX PTS
12 011.04
+0.49 %
Dowjones PTS
25 585.69
+0.37 %
7 300.96
-0.10 %
1.120
+0.00 %

Clôture de Wall Street : hésitations avant la reprise des négociations commerciales

| Boursier | 243 | Aucun vote sur cette news

Les indices américains se sont stabilisés mercredi, dans l'espoir qu'un accord commercial sera conclu entre les Etats-Unis et la Chine.

Clôture de Wall Street : hésitations avant la reprise des négociations commerciales
Credits Reuters

Après une chute de l'ordre de 2% depuis lundi, la Bourse de New York s'est quelque peu stabilisée mercredi après des propos jugés un peu plus optimistes de Donald Trump sur l'issue des négociations commerciales prévues jeudi et vendredi à Washington avec une délégation chinoise. Les marchés restent toutefois prudents, alors que la presse rapporte que Pékin prépare des taxes en représailles à celles que Washington menace de lui imposer dès ce vendredi sur 200 milliards de dollars de marchandises importées.

A l'issue d'une séance hésitante, l'indice Dow Jones a fini stable (+0,01%) à 25.967 points, après avoir franchi en séance les 26.000 points, tandis que l'indice large S&P 500 a reculé de 0,16% à 2.879 pts et que le Nasdaq composite a lâché 0,26% à 7.943 pts. Plus tôt dans la journée, les marchés asiatiques ont fini en baisse (-1,4% pour le Nikkei à Tokyo et pour le le CSI 300 à Shanghai) tandis qu'en Europe, l'EuroStoxx 50 a progressé de 0,47% en clôture et qu'à Paris, le CAC 40 a regagné 0,4%.

Donald Trump continue de souffler le chaud et le froid sur les marchés : après avoir créé un électrochoc, dimanche, en annonçant l'instauration, dès vendredi, de taxes de 25% sur 200 milliards de dollars de biens chinois importés, le président américain s'est montré plus optimiste, mercredi quant à la possibilité de parvenir à un accord commercial avec Pékin.

Dans un nouveau tweet, le président américain a ainsi estimé que les Chinois, menés par le vice-Premier ministre Liu He"viennent maintenant aux U.S. pour conclure un accord", tout en les prévenant qu'ils ne pourraient pas continuer à "saigner les Etats-Unis dans les années à venir"...

Pékin serait revenu sur certains de ses engagements

Les autorités chinoises ont confirmé mardi que le vice-Premier ministre Liu He allait bien accompagner la délégation se rendant à Washington en fin de semaine, jeudi et vendredi. Mais Pékin n'entend pas faire de concessions dans les négociations futures, malgré ces pressions insistantes de Trump.

Lundi soir, le représentant américain au commerce, Robert Lighthizer, a accusé la Chine d'être revenue sur des engagements pris plus tôt dans les négociations, sans préciser sur quels points Pékin avait fait volte-face. Il a confirmé que la taxation allait passer de 10% à 25% sur 200 Mds$ de biens chinois importés dès ce vendredi 10 mai.

Outre une réduction du colossal déficit commercial américain, l'administration Trump exige de la Chine des changements structurels pour mettre fin aux transferts forcés de technologie américaine, au "vol" de la propriété intellectuelle ou aux subventions aux entreprises publiques. Pour s'assurer que ces engagements seront tenus, l'administration américaine entend en outre mettre en place un mécanisme de vérification de l'application de l'accord.

Sur le marché des changes, le dollar et le yen ont maintenu leurs gains face aux principales devises. L'indice du dollar (qui mesure son évolution face à un panier de 6 devises de référence) a fini stable à 97,62 points, tandis que le yen a avancé de 0,15% à 110,17 yens/$. L'euro a gagné 0,02% à 1,1191$.

Sur les marchés obligataires, le rendement de l'emprunt d'Etat américain de référence, le T-Bond à 10 ans, est remonté de 3 points de base à 2,48%. En Allemagne, le rendement du Bund à 10 ans a encore reculé de 1 point de base à -0,05%, confirmant son retour depuis la veille en terrain négatif, sur fond de révision en baisse des prévisions de croissance dans la zone euro par la Commission européenne.

Le pétrole profite d'une baisse des stocks US et des tensions autour de l'Iran

Le pétrole est reparti en hausse mercredi, après l'annonce d'une baisse surprise de 4 millions de barils des stocks de brut américains la semaine dernière. Le contrat à terme de juin sur le brut léger américain WTI a regagné mercredi 1,17%, à 62,12$ le baril sur le Nymex, tandis que le Brent d'échéance juillet avançait de 0,7% à 70,37$ le baril au moment de la clôture du Nymex.

En outre, les tensions au Moyen-Orient sont montées d'un cran après que l'Iran a menacé de s'affranchir de certains engagements pris dans le cadre de l'accord sur le nucléaire iranien signé en 2015... Téhéran a donné mercredi un délai de 60 jours aux autres pays signataires de l'accord (Europe, Russie, Chine) pour qu'ils mettent en oeuvre leurs promesses de protéger les secteurs bancaire et pétrolier contre les sanctions américaines.

Les Etats-Unis, qui se sont retirés de l'accord il y a tout juste un an, infligeant des sanctions pétrolières à Téhéran, sont en train de déployer dans le Golfe un groupe aéronaval face à l'Iran, composé notamment d'un porte-avions et d'une force de bombardiers. Selon la chaîne israélienne 'Channel 13', Israël aurait informé les Etats-Unis d'un projet d'attaque iranienne contre des intérêts américains dans le Golfe persique.

VALEURS A SUIVRE

Lyft (-10,8%) a sombré après avoir publié ses premiers comptes trimestriels depuis sa récente et chaotique introduction en mars dernier. La société a presque doublé son chiffre d'affaires au premier trimestre, mais a encaissé de lourdes pertes. Lyft a fait état d'une perte nette de 1,14 milliard de dollars au premier trimestre (48,53$ par action!), a comparer à -234,3 millions pour la même période de 2018.

Cependant, cette perte est essentiellement liée (pour 894 M$) à des compensations en actions consécutives à l'introduction en Bourse. Sur une base ajustée, excluant ce facteur et d'autres éléments exceptionnels, la perte nette s'établit à 211,5 M$, soit 9,02$ par action, ce qui reste tout de même supérieur à la perte de 3,77$ par action attendue par le consensus.

Lyft avait affiché une perte nette de 911 M$ sur l'exercice 2018, et les analystes s'interrogent sur sa capacité à dégager des bénéfices. La même question se pose pour son principal concurrent, Uber, qui prépare son introduction en Bourse pour ce vendredi. Selon des sources de marché citées par 'Bloomberg', la demande est plus de trois fois supérieure à l'offre de titres Uber, ce qui augure d'un prix fixé en haut de la fourchette indicative de 44$ à 50$. Le prix sera fixé jeudi, en vue de la première cotation vendredi sur le Nyse. En haut de fourchette, Uber pourrait lever 10,3 Mds$ et être valorisé 90 Mds$. A l'approche de cette "IPO", les chauffeurs d'Uber à Londres et New York viennent de lancer une grève pour protester contre leur précarité.

Electronic Arts (+1,2%) a progressé. Le concepteur de jeux vidéo a annoncé des revenus trimestriels supérieurs aux attentes de marché, propulsé par le succès du déjà légendaire jeu de survie 'Apex Legends'. Le CA ajusté du quatrième trimestre de l'exercice fiscal décalé est ressorti à 1,36 milliard de dollars, contre un consensus de 1,20 milliard. Le bénéfice net s'est établi à 209 millions de dollars soit 69 cents par titre, pour un bpa ajusté de 1,41$. Le consensus était de 97 cents sur une base ajustée.

Tesla (-0,9%) a bouclé sa levée de fonds totalisant 2,7 milliards de dollars en actions et obligations convertibles. Au passage, son CEO Elon Musk a déboursé 25 millions de dollars pour acquérir 102.880 titres supplémentaires du constructeur de véhicules électriques à un prix moyen de 243$, selon les informations transmises à la Securities & Exchange Commission, gendarme boursier américain. Ainsi, la participation de Musk au capital atteint environ 20%.

3D Systems (-18,8%) a plongé après l'annonce de revenus et de résultats sans relief. Pour le premier trimestre, la perte nette s'est élevée à 24,4 millions de dollars et 22 cents par titre, alors que la perte ajustée est ressortie à 9 cents par titre. Le consensus était de 1 cent par action de déficit. Le concepteur d'imprimantes 3D a réalisé des revenus trimestriels de 152 M$, alors que le consensus atteignait 166 M$.

Cray (-7%), le concepteur de supercalculateurs, a annoncé pour son premier trimestre une perte de 29 millions de dollars, 72 cents par action, ainsi qu'une perte ajustée de 63 cents et des revenus de 71,5 millions. Les revenus du trimestre entamé sont attendus voisins de 70 millions.

Match Group (+12,4%) a grimpé. Le site de rencontres, connu notamment pour sa marque Tinder, a affiché de solides revenus et résultats sur le trimestre clos. Pour le premier trimestre, le bénéfice net s'est élevé à 123 millions de dollars et 42 cents par titre, alors que le bénéfice ajusté a représenté 49 cents par action - contre 33 cents de consensus. Les revenus du géant de la rencontre en ligne ont atteint 465 M$, légèrement supérieurs aux attentes.

Western Union (stable). Pour son premier trimestre, le groupe a dégagé un bénéfice de 173 M$, 39 cents par titre, contre un consensus légèrement plus élevé à 42 cents. Les revenus du leader des transferts d'argent ont totalisé 1,34 milliard, contre 1,35 Md$ de consensus.

TripAdvisor (-11,4%) a dévissé. Pour son premier trimestre, le groupe a affiché un bénéfice de 26 millions de dollars et 18 cents par action, ainsi qu'un bpa ajusté de 36 cents à comparer à un consensus de 31 cents. L'opérateur de site de voyage en ligne a dégagé des revenus de 376 millions, mais le consensus était plus ambitieux à 385 millions de dollars.

Barrick Gold (-1%), le second producteur aurifère au monde, basé à Toronto et coté à Wall Street, a annoncé, pour son premier trimestre consécutif à l'acquisition de Randgold, un bénéfice ajusté de 184 millions de dollars, à comparer aux 170 M$ de l'an dernier. Le bpa s'est en revanche tassé à 11 cents par action. Le bénéfice net a représenté 111 M$ et 6 cents par titre. La production d'or a progressé à 1,37 million d'onces, contre 1,05 million.

Chesapeake (+3,9%) a progressé, même si le producteur de gaz a creusé ses pertes sur le premier trimestre, avec la chute de la production et les prix du pétrole. La perte nette attribuable aux actionnaires du groupe de l'Oklahoma a atteint 44 millions de dollars et 3 cents par action, contre 6 millions un an avant.

Pfizer (+0,29%) a annoncé la signature d'un accord définitif portant sur l'acquisition de la totalité des actions de Therachon Holding AG, une société privée de biotechnologie basée en Suisse et spécialisée dans les maladies rares. La société développe des actifs pour le traitement de l'achondroplasie et du syndrome de l'intestin court (Short Bowel Syndrome).

Aux termes de l'accord, Pfizer fera l'acquisition de Therachon pour 340 millions de dollars, avec un paiement de 470 M$ supplémentaires subordonnés à la réalisation des étapes clés dans le développement et la commercialisation du TA-46 pour le traitement de l'achondroplasie, une maladie génétique et la forme la plus commune de nanisme disharmonieux.

McKesson (4,7%) a gagné du terrain sur la cote américaine. La perte trimestrielle du groupe pharmaceutique a pourtant totalisé 796 millions de dollars sur ce T4 fiscal, soit 4,17$ par titre. Le groupe de San Francisco a dégagé néanmoins un bénéfice ajusté par action positif de 3,69$, légèrement supérieur au consensus de Wall Street. Le distributeur pharmaceutique a réalisé des revenus totaux de 52,4 milliards de dollars sur le trimestre, contre 53,3 Mds$ de consensus. Sur l'exercice entamé, le bpa ajusté est anticipé entre 13,85 et 14,45$.

Wendy's (+3,9%) a battu le consensus sur le trimestre clos. La chaîne américaine de restauration rapide a affiché des revenus trimestriels en croissance de 7,4% à 409 M$, contre 400 M$ de consensus. La croissance à comparable est ressortie à 1,3% en Amérique du Nord. Le bénéfice net s'est élevé à 32 millions de dollars et 14 cents par action, contre 20 M$ un an plus tôt.

Thomson Reuters (+2,9%) a dépassé les attentes de profits. Le groupe a affiché un bénéfice ajusté par action de 36 cents, contre 28 cents un an avant et 25 cents de consensus. Les revenus se sont améliorés de 8% à 1,49 milliard de dollars, assez proches des attentes de marché. La stratégie d'acquisitions du groupe se confirme par ailleurs, le management se disant 'toujours en chasse'.

Walt Disney (+1,1%) publiait ses comptes trimestriels mercredi soir, après la clôture de Wall Street.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 30 juin 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 24/05/2019

Liée essentiellement à la présence de Valérian et la Cité des mille planètes dans le line-up de l'exercice précédent...

Publié le 24/05/2019

Rallye annonce qu’il a été mis fin avec date d’effet au 24 mai 2019 au contrat de liquidité conclu avec Rothschild Martin Maurel. Au jour de cette résiliation, les moyens suivants figuraient…

Publié le 24/05/2019

Europacorp a dévoilé un chiffre d’affaires 2018/2019 (exercice clos le 31 mars) de 148,7 millions d'euros (hors activités cédées), soit une baisse de 33% par rapport à l’exercice 2017/2018,…

Publié le 24/05/2019

Les principales causes sont la baisse des cours du zinc et du plomb

Publié le 24/05/2019

NEOPOSTLe spécialiste de l'affranchissage du courrier publiera après Bourse son chiffre d'affaires du premier trimestre.source : AOF