En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 903.23 PTS
+0.16 %
5 904.50
+0.18 %
SBF 120 PTS
4 647.57
+0.16 %
DAX PTS
13 267.06
+0.52 %
Dow Jones PTS
27 691.49
+0.04 %
8 241.91
+0. %
1.101
-0.13 %

Clôture de Wall Street : finalement en baisse !

| Boursier | 178 | Aucun vote sur cette news

La cote américaine s'est montrée incertaine ce mardi, en baisse en clôture après le nouveau report du deal sur le Brexit qui va prendre sans doute...

Clôture de Wall Street : finalement en baisse !
Credits Reuters

La cote américaine s'est montrée incertaine ce mardi, en baisse en clôture après le nouveau report du deal sur le Brexit qui va prendre sans doute quelques semaines, voire quelques mois supplémentaires après le dernier vote des Communes à Londres. Le S&P500 perd 0,36% à 2.996 pts, alors que le DJIA cède 0,15% à 26.788 pts. Le Nasdaq baisse de 0,72% à 8.104 pts.
Les députés britanniques ont donc donné ce soir leur accord de principe au projet de loi visant à transposer l'accord de Brexit dans la législation britannique, mais ils ont rejeté le calendrier que le gouvernement voulait leur imposer pour en débattre afin de tenir sa promesse de sortie de l'UE le 31 octobre. Le Premier ministre Boris Johnson s'est félicité que les Communes aient approuvé l'accord négocié avec Bruxelles, tout en déplorant le nouveau report que le rejet du calendrier rend inévitable...

ECO ET DEVISES

"Prenant acte" des votes de mardi, la Commission européenne a fait savoir que le président du Conseil européen, Donald Tusk, consultait les chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE sur la réponse à apporter à la demande de report. Donald Tusk n'a "aucun commentaire à faire" dans l'immédiat, a précisé son porte-parole.
Sur le front commercial, l'espoir persiste concernant l'avancée des discussions sino-américaines... Les commentaires du vice-ministre chinois aux Affaires étrangères, Le Yucheng, en charge notamment des affaires diplomatiques courantes, ont confirmé ceux livrés il y a quelques jours par le le vice-Premier ministre Liu He. Les deux hommes ont relevé les progrès accomplis, alors que Washington avait évoqué pour sa part un accord 'de phase 1' en vue d'une résolution du conflit commercial, accord qui doit être prochainement rédigé, sans doute en marge du prochain sommet du forum de Coopération économique pour l'Asie-Pacifique (Apec). Le sommet se tiendra les 16 et 17 novembre au Chili. Xi Jinping, le président chinois, sera également présent au fameux sommet.

D'après la National Association of Realtors ce mardi, les reventes de logements aux Etats-Unis pour le mois de septembre 2019 sont ressorties au nombre de 5,38 millions d'unités, contre 5,44 millions de consensus de place et 5,50 millions pour la lecture révisée du mois antérieur. Ainsi, ces reventes ratent le consensus, déclinant de plus de 2% par rapport à la lecture ajustée du mois d'août 2019.
L'indice manufacturier régional de la Fed de Richmond pour le mois d'octobre 2019, qui vient lui aussi d'être annoncé, s'est établi à +8, contre un consensus de -9 et un niveau de -9, également, pour le mois de septembre. Il s'agit donc d'une excellente surprise pour le secteur manufacturier américain, puisque cet indice traduit un retour en territoire d'expansion de l'activité manufacturière dans la région considérée.
L'euro revient à 1,1130/$ entre banques. Le pétrole remonte de 2% à 54,40$ le WTI.

Les valeurs

UPS : -2,4% après des revenus décevants sur le trimestre clos. Le géant américain de la livraison de colis a annoncé pour le troisième trimestre fiscal un bénéfice net de 1,75 milliard de dollars et 2,01$ par titre, contre 1,51 milliard et 1,73$ par action un an plus tôt. Le bénéfice ajusté par action s'est établi à 2,07$, contre 2,06$ de consensus de marché. Les revenus ont totalisé 18,32 milliards de dollars, contre 17,44 milliards un an auparavant et 18,35 milliards de consensus. Les revenus domestiques ont néanmoins dépassé les attentes, à 11,46 Mds$, contre 11,44 Mds$ un an plus tôt et 11,3 Mds$ de consensus. Les revenus internationaux ont représenté 3,49 Mds$, contre 3,54 Mds$ de consensus. Le groupe maintient sa guidance 2019 de bpa ajusté entre 7,45 et 7,75$.

Procter & Gamble (+2,6%), le spécialiste américain des biens de consommation, a dépassé les attentes pour le premier trimestre fiscal... Sur la période, le groupe a dégagé un bénéfice net de 3,59 milliards de dollars soit 1,36$ par titre, contre 3,20 milliards de dollars et 1,22$ par action un an plus tôt. Le bénéfice trimestriel ajusté par action a représenté 1,37$, alors que le consensus n'était que de 1,24$. Les revenus ont totalisé 17,8 milliards de dollars, contre 16,7 milliards un an plus tôt et 17,45 milliards de consensus. Le groupe évoque même une croissance 'disproportionnée' dans les activités de soins personnels et dermatologie. Pour l'exercice fiscal 2020, le groupe dope ses estimations et table désormais sur une croissance de 3-5% (contre 3-4%), alors que le bénéfice par action est attendu en progression de... 225% à 243% - en comparaison d'une base toutefois très déprimée sur la période correspondante de l'exercice antérieur. P&G prévoit une progression du bpa ajusté 2020 de 5-10%, contre 4-9% auparavant.

McDonald's (-5%) a déçu pour le troisième trimestre fiscal. Les bénéfices et la croissance domestique à comparable du groupe ont en effet manqué le consensus, ce qui fait désordre. Pour le trimestre clos, le géant américain de la restauration rapide a ainsi publié un bénéfice par action de 2,11$, contre 2,21$ de consensus. Les revenus totaux ont représenté 5,43 milliards de dollars contre 5,49 milliards de consensus, mais la croissance domestique à comparable, toujours très surveillée, n'a pas convaincu à +4,8% sur ce trimestre clos fin septembre. Le consensus se situait en effet à +5,2%. Au niveau mondial, McDonald's a tout de même réalisé une croissance à restaurants comparables de 5,9%, grâce notamment au dynamisme de marchés tels que la France ou le Royaume-Uni.

Lockheed Martin (stable), contractant américain majeur de défense, a relevé sans réelle surprise ses prévisions annuelles de profits. Pour l'exercice 2019, le groupe de Bethesda, Maryland, table désormais sur un bénéfice par action de 21,55$, contre 21,15$ pour le haut de fourchette auparavant envisagé. Sur le trimestre écoulé, clos fin septembre 2019, le bénéfice net a atteint 1,61 milliard de dollars et 5,66$ par action, contre 1,47 milliard et 5,14$ par titre un an plus tôt. Les revenus trimestriels totaux ont représenté 15,17 milliards de dollars, contre 14,32 milliards un an avant.

United Technologies (+2,2%) a annoncé pour le troisième trimestre des résultats supérieurs aux attentes. Le groupe aéronautique et industriel américain a affiché un bénéfice net trimestriel de 1,15 milliard de dollars soit 1,33$ par action, contre 1,24 milliard de dollars et 1,54$ par titre un an auparavant. Le bénéfice ajusté par action a représenté 2,21$, alors que le consensus était à peine supérieur à 2$. Les revenus trimestriels sont ressortis à 19,5 milliards de dollars, contre 16,5 milliards de dollars l'an dernier, sur la même période. Le management indique que cette forte performance trimestrielle le conforte dans ses prévisions. Le bénéfice ajusté par action est attendu entre 8,05 et 8,15$, alors que le free cash flow est anticipé entre 5,3 et 5,7 milliards de dollars sur l'année.

Biogen (+26% !) a profité de solides publications trimestrielles, mais aussi et surtout des nouvelles concernant son prometteur traitement d'Alzheimer. Sur le trimestre clos, les revenus totaux ont augmenté de 5% à 3,60 milliards de dollars, contre un consensus de 3,54 milliards de dollars. Le bénéfice net consolidé a atteint 1,55 milliard de dollars et 8,39$ par titre, contre 1,44 milliard et 7,15$ par titre un an plus tôt. Le bénéfice ajusté par action a représenté quant à lui 9,17$, contre 7,40$ un an auparavant et 8,3$ de consensus.
Mais "l'énorme" annonce du groupe concerne surtout l'essai de phase 3 d'aducanumab, traitement expérimental de la maladie d'Alzheimer, qui a atteint son critère principal ! Ainsi, le groupe se montre confiant et entend poursuivre le processus d'approbation... La surprise est d'autant plus grande que le traitement avait été pratiquement abandonné. Une nouvelle analyse des données de deux essais cliniques non concluants a toutefois montré des résultats prometteurs. Le groupe a donc pris la décision de mener à bien le processus, après avoir échangé à ce sujet avec l'autorité américaine de santé, la Food & Drug Administration, qui a donné son aval à la soumission du dossier. Les données en question démontrent que le traitement favoriserait les fonctions cognitives des patients et leur capacité à réaliser des tâches basiques.

Travelers (-8%), firme d'assurance américaine cotée sur le Dow Jones, a annoncé pour son troisième trimestre 2019 un bénéfice net dilué par action de 1,50$ et un retour sur equity de 6,2%. Le bénéfice ajusté dilué par action a représenté 1,43$. Le bénéfice net trimestriel s'est élevé à 396 millions de dollars et le bénéfice ajusté à 378 millions de dollars. Le ratio combiné consolidé s'est établi à 101,5%, alors que le ratio combiné sous-jacent s'est élevé à 94,1%. Les primes nettes ont représenté un total de 7,57 milliards de dollars, en croissance de 7%, la performance étant répartie sur tous les segments. Les revenus ont dépassé les 8 Mds$, contre 7,72 Mds$ un an plus tôt. Sur le même trimestre de septembre, un an avant, le bénéfice net s'élevait à 709 millions de dollars, alors que le profit ajusté était de 687 millions de dollars.

Xerox (-2%), le géant américain des photocopieurs et des imprimantes, a livré hier soir, après la clôture de Wall Street, des chiffres mitigés. Le groupe a battu le consensus de profits pour le trimestre clos, en abaissant toutefois dans la foulée sa guidance de revenus, du fait de "changements organisationnels", essentiellement en Amérique du Nord. Pour le second trimestre fiscal, Xerox a affiché un bénéfice net de 181 millions de dollars soit 77 cents par titre, contre 112 millions de dollars un an auparavant. Le bénéfice ajusté par action a représenté 99 cents, contre 80 cents un an plus tôt et 88 cents de consensus de place. Les revenus se sont érodés à 2,29 milliards de dollars, contre 2,51 milliards un an avant et 2,32 milliards de consensus. Le groupe, qui entend dépenser 600 M$ en rachats d'actions d'ici la fin de l'année, ajuste ses prévisions de revenus et dit désormais envisager une baisse de 6% à devises constantes - contre -5% précédemment.

TD Ameritrade Holding (+1,3%), la firme américaine de courtage basée à Omaha, a dépassé les attentes sur le trimestre clos. Le groupe, qui vient de supprimer la majeure partie de ses commissions de trading en ligne plus tôt ce mois sur les actions, ETFs et options - ce qui pèsera sur les revenus futurs -, a annoncé au titre de son quatrième trimestre fiscal un bénéfice net de 551 millions de dollars et 1$ par titre, contre 454 millions de dollars et 80 cents par action un an plus tôt. Le bénéfice ajusté par action a représenté quant à lui 1,05$, pour des revenus trimestriels de 1,56 milliard de dollars (1,4 Md$ un an avant). Le consensus était de 98 cents de bpa ajusté et 1,47 Md$ de recettes. Comme prévu, les résultats devraient reculer sur le premier trimestre fiscal 2020, "mais avec une position compétitive plus forte".

Harley-Davidson (+8%) grimpe à Wall Street, le groupe ayant dépassé les attentes de marché pour le troisième trimestre. La firme de Milwaukee a dévoilé un bénéfice net de 87 millions de dollars et 55 cents par titre, contre 114 millions de dollars et 68 cents par action un an plus tôt. Le bénéfice ajusté par action est ressorti à 70 cents, contre 66 cents de consensus. Les revenus se sont érodés à 1,07 milliard de dollars, contre 1,12 milliard de dollars un an auparavant et 1,04 milliard de consensus. Les ventes de détail aux USA ont décliné de 3,6% en glissement annuel, mais la croissance est ressortie positive de 2,7% à l'international. Le groupe maintient sa fourchette prévisionnelle annuelle de livraisons de motos allant de 212.000 à 217.000 unités.

Kimberly-Clark (-7%), le groupe texan actif dans les produits de consommation, a annoncé pour le troisième trimestre fiscal un bénéfice net de 671 millions de dollars et 1,94$ par action, contre 451 millions de dollars un an avant. Le bénéfice ajusté par action a représenté 1,84$, alors que le consensus n'était que de 1,80$. Les revenus sont ressortis à 4,64 milliards de dollars, contre 4,58 milliards de dollars un an auparavant et 4,65 milliards de consensus. Le groupe table sur un bénéfice annuel par action allant de 5,75 à 6$. Le profit ajusté par action sur l'exercice est anticipé entre 6,75 et 6,90$, alors que le consensus était de 6,83$.

Hasbro (-16,7% à 100$) après des comptes peu reluisants. Pour le troisième trimestre, le bénéfice net s'est établi à 213 millions de dollars et 1,67$ par titre, contre 264 millions de dollars et 2,06$ par action un an plus tôt. Le bénéfice ajusté, hors éléments non récurrents, est ressorti à 1,84$ par titre contre un consensus de 2,2$. Le compte n'y est absolument pas non plus sur le plan des revenus. Ces derniers ressortent en effet stables à 1,58 milliard de dollars pour le trimestre clos, contre 1,72 milliard de consensus. Les revenus de franchise ont corrigé en effet de 8% à 780 millions de dollars.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

Privatisation de La Française des Jeux du 7 au 19 novembre 2019

Ouvrez dès aujourd’hui votre compte chez Bourse Direct : c'est rapide, gratuit et 100% en ligne !

Investir dans des instruments financiers comporte des risques de perte en capital, pouvant aller jusqu'à une perte totale du capital investi pour les investissements en titres de capital (actions).Le rendement et la performance d'un investissement en actions ne sont pas garantis. Nous vous invitons à consulter notre guide investisseur.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 12/11/2019

A l'occasion du salon AfricaCom, Orange s'associe à itel, marque mobile phare en Afrique et une nouvelle fois à KaiOs Technologies pour commercialiser...

Publié le 12/11/2019

Les grandes capitalisations du CAC40 continuent à porter la tendance

Publié le 12/11/2019

D.R. Horton a publié mardi soir les résultats du quatrième trimestre de son exercice fiscal 2019 (clos fin septembre). Ainsi, le constructeur immobilier américain a publié un bénéfice net de…

Publié le 12/11/2019

Eutelsat a signé un contrat pluriannuel avec Orao Telecom Congo pour de la fourniture de capacité à bord d'un de ses satellites localisé à 7 degrés...

Publié le 12/11/2019

Renault (-1,54 % à 45,45 euros) accuse la plus forte baisse du CAC 40, dans le sillage de l’avertissement lancé par Nissan sur ses perspectives financières annuelles. Pour son exercice en cours,…