Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 713.63 PTS
-1.21 %
5 718.00
-1.06 %
SBF 120 PTS
4 522.09
-1.1 %
DAX PTS
13 830.92
-0.35 %
Dow Jones PTS
31 275.22
-0.4 %
12 950.64
+0.95 %
1.212
-0.47 %

Clôture de Wall Street : fin de séance hésitante, le Nasdaq flanche

| Boursier | 278 | 5 par 1 internautes

Les actions américaines ont terminé en ordre dispersé mercredi, le Nasdaq faisant l'objet de prises de bénéfices dans la dernière heure de cotation

Clôture de Wall Street : fin de séance hésitante, le Nasdaq flanche
Credits Reuters

Les actions américaines ont terminé en ordre dispersé mercredi, le Nasdaq faisant l'objet de prises de bénéfices dans la dernière heure de cotation. Les indices ont cependant regagné depuis lundi l'essentiel de leurs pertes de la semaine passée. La vague spéculative semble désormais passée, et les investisseurs se recentrent sur les fondamentaux, à savoir les résultats d'entreprises et l'adoption du plan Biden contre le Covid-19 par le Congrès. Les résultats record d'Amazon (-2%) et d'Alphabet (+7,2%!) ont suscité des réactions divergentes. Le pétrole poursuit sa remontée, au plus haut depuis un an, après que l'Opep+ a décidé de ne pas augmenter sa production.

A la clôture, l'indice Dow Jones a gagné 0,12% à 30.723 points, alors que l'indice large S&P 500 a avancé de 0,1% à 3.830 pts. Le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques et biotechs, a finalement fini en très léger recul, de 0,02% à 13.610 pts, faisant l'objet de prises de bénéfices après un gain de 0,8% en séance, en terrain record.

Six des 11 indices sectoriels du S&P 500 ont progressé, à commencer par l'énergie (+4,2%), les services de communication (+2%) et les financières (+0,5%). En baisse, la santé a perdu 0,7% victime de prises de bénéfices ainsi que l'immobilier (-0,37%) et les technologiques (-0,3%).

Les réseaux sociaux Facebook (-0,16%), Twitter (+1%), Snap (+0,6%) ont réduit leur gains en clôture après avoir profité par ricochet des bons résultats d'Alphabet. Google a ainsi bénéficié d'une reprise plus forte que prévu du marché de la publicité en ligne au 4e trimestre, ce qui a sans doute aussi profité aux autres sociétés dépendantes de ces revenus publicitaires. Les valeurs pétrolières ont profité de la hausse des cours du pétrole : Chevron a gagné 2,18%, Exxonmobil a pris 3,9%, Devon Energy a bondi de 7,3%, Transocean de 7,4% et Schlumberger de 7,4%.

Le plan Biden semble bien parti pour être adopté

Outre les résultats d'entreprises, les marchés suivent toujours la progression au Congrès américain du projet de plan de relance de 1.900 milliards de dollars de l'administration Biden. Mardi soir, le Sénat a adopté par 50 voix contre 49 un texte de procédure qui ouvre la voie à une approbation du plan Biden avec une majorité simple de 51 voix.

Il s'agit d'une bonne nouvelle, car sans cette procédure, c'est une majorité des deux tiers qui serait requise, alors que les Démocrates ne disposent que de 51 voix au Sénat. Rappelons que la chambre haute est divisée à 50/50 voix, mais que les Démocrates peuvent obtenir la majorité simple grâce à la voix de la vice-présidente Kamala Harris. Un groupe de sénateurs républicains continue de défendre de son côté un "package" d'aide réduit de 600 milliards de dollars.

La spéculation surveillée de près par Janet Yellen

Les titres préférés de petits porteurs actifs sur les réseaux sociaux sont restés entourés, mais sans la frénésie spéculative de la semaine passée, qui avait fait trébucher l'ensemble du marché. Mercredi, GameStop, qui avait flambé de 400% la semaine passée, avant de rechuter de plus de 70% lundi et mardi, a regagné 2,6%... AMC Entertainement (+277% la semaine dernière) a repris 14,7% après une chute de 40% en deux séances et Koss (+1.816% la semaine passée) a flambé de 28%, après -70% en 2 séances...

Mardi soir, la secrétaire au Trésor américaine Janet Yellen s'est saisie du dossier et a demandé une réunion avec les autorités de régulation financière pour discuter de la récente "volatilité des marchés". Cette réunion pourrait avoir lieu dès ce mercredi entre Mme Yellen, et des représentants de la Securities and Exchange Commission (SEC), de la Réserve fédérale et la Commodities Futures Trading Commission (CFTC, l'agence fédérale de régulation boursière).

Sa demande intervient alors que des parlementaires démocrates et républicains ont réclamé des mesures pour lutter contre les manipulations de marchés, suite à la fronde de boursicoteurs contre les grands fonds spéculatifs, qui a ébranlé Wall Street la semaine dernière.

L'activité américaine reste dynamique en janvier malgré la pandémie

Les dernières statistiques publiées aux Etats-Unis continuent de montrer une bonne résistance de l'activité malgré la crise sanitaire et alors que la campagne de vaccination monte en puissance. Après de solides indicateurs d'activité manufacturière publiés lundi, les indices des services sont aussi ressortis en nette progression en janvier. L'indice PMI des services s'est établi à 58,3, contre 57,5 de consensus de marché, et l'indice ISM des services est ressorti à 58,7, contre un consensus de marché de 56,8 et un niveau de 57,2 en décembre.

Le PMI composite final américain (manufacturier et services) est ressorti à 58,7 en janvier, contre 58 de consensus et en nette progression par rapport a décembre (55,3). Rappelons qu'une lecture supérieure à 50 traduit une expansion de l'activité.

Sur le front de l'emploi, en attendant le rapport complet de janvier, vendredi, le cabinet ADP a publié des données très supérieures aux attentes concernant le secteur privé. Le nombre de créations de postes dans le privé est ainsi ressorti à 174.000, près de quatre fois plus que prévu (50.000). Il s'agit donc d'une très bonne surprise concernant le marché du travail américain, à deux jours par ailleurs du rapport gouvernemental mensuel sur la situation de l'emploi. Les destructions de postes dans le privé pour décembre 2020 ont par ailleurs été revues à 78.000, contre une précédente estimation de 123.000.

Pour les chiffres complets de l'emploi attendus vendredi, le consensus table sur la création de 50.000 postes en janvier après la destruction de 140.000 en décembre. Le taux de chômage devrait rester stable à 6,7%.

+15% pour le pétrole depuis début 2021, le WTI au plus haut depuis un an

Les cours du pétrole sont restés bien orientés mercredi, soutenus par ces "stats", après l'annonce d'une baisse des stocks de brut aux Etats-Unis la semaine passée. Des déclarations de l'Opep+ s'engageant à poursuivre ses efforts pour maîtriser sa production a aussi contribué à la hausse.

Le contrat à terme de mars sur le baril de pétrole brut WTI a encore progressé de 1,7% à 55,69$ sur le Nymex, tandis que le Brent d'échéance avril a aussi avancé de 1,7% à 58,46$.. Les cours du pétrole ont désormais gagné environ 15% depuis le début de l'année. Le Département à l'Energie a fait état mercredi de stocks domestiques de pétrole en recul de 1,1 million de barils, à 475,7 mb, pour la semaine close le 29 janvier, au plus bas depuis mars 2020.

Après avoir été chahuté par des mouvements induits par les spéculateurs particuliers, l'argent a repris son ascension mercredi, le contrat à terme de mars coté sur le Comex grimpant de 1,6% à 26,88$ l'once. L'or a avancé bien plus timidement après un chute de 1,6% la veille, le contrat à terme d'échéance avril sur le métal jaune gagnant mercredi 0,1% à 1.835,10$ l'once.

Sur le marché des changes, le dollar s'est stabilisé, l'indice du dollar cédant 0,08% à 91,12 points, face à un panier de devises. L'euro a cédé 0,07% face au billet vert, à 1,2034$. Les taux souverains se sont tendus, le rendement du T-Bond a 10 ans remontant à 1,13% (+3 points de base) et celui du Bund allemand à 10 ans terminant à -0,47% (+2 pdb).

VALEURS A SUIVRE

Alphabet (+7,2%), la maison-mère de Google, a largement dépassé les attentes au dernier trimestre 2020, avec un bénéfice record de 15,23 milliards de dollars (22,30$ par action), en hausse de 43% sur un an. Le consensus du cabinet FactSet tablait sur un bénéfice net de 10,92 Mds$ (15,77$ par action). Porté par la publicité en ligne pendant la saison des fêtes, le groupe a engrangé un chiffre d'affaires de 56,9 Mds$ au 4e trimestre contre 46,9 Mds$ un an plus tôt, et bien supérieur aux 53 Mds$ attendus par les analystes. Les revenus tirés du moteur de recherche Google ont atteint 31,9 Mds$ en hausse de 17% sur un an. Les revenus publicitaire de YouTube ont flambé de 46% pendant les fêtes de fin d'année pour atteindre 6,9 Mds$, portant les revenus publicitaires du groupe à 46,2 Mds$ (+22% sur un an), représentant plus de 80% du chiffre d'affaires total du géant américain d'internet.

Les revenus publicitaires de Google avaient chuté de 8% au 2e trimestre sous l'effet de la crise du coronavirus, avant de remonter de 10% au 3e trimestre et d'accélérer à +22% au 4e trimestre. Les revenus de la division Cloud ( informatique dématérialisée) ont bondi de 47% à 3,83 Mds$, même si cette division reste plus petite que celles des grands rivaux Amazon et Microsoft. Alphabet a en outre indiqué que Google Cloud avait enregistré une perte d'exploitation de 1,24 Md$ au quatrième trimestre et de 5,6 Mds$ en 2020, une perte supérieure de 20% à celle de 2019 (-4,65 Mds$).

Amazon (-2%) a fini en baisse après une séance en dents de scie. Le géant du ecommerce a publié mardi soir des résultats trimestriels record, et a annoncé simultanément que son fondateur et patron Jeff Bezos quittera ses fonctions de directeur général au troisième trimestre 2021. Jeff Bezos cédera sa place à Andy Jassy, qui dirige actuellement la division d'informatique dématérialisée ("Cloud") Amazon Web Services (AWS). De son côté, Jeff Bezos endossera le rôle de président exécutif afin de concentrer son énergie et son attention sur de nouveaux produits et initiatives, a-t-il expliqué dans une lettre aux employés du groupe.

Le géant américain du commerce en ligne a fait état de ce changement de gouvernance en même temps qu'il publiait ses comptes du 4e trimestre qui sont ressortis supérieurs aux attentes des analystes financiers. Le groupe a continué de profiter des changements de mode de consommation et d'organisation du travail engendrés par la crise du coronavirus. Celle-ci a entraîné depuis un an une forte hausse du recours aux livraisons à domicile, à la vidéo en streaming et au télétravail.

Le chiffre d'affaires d'Amazon a atteint 125,56 milliards de dollars contre 87,44 Mds$ un an plus tôt (+44%!), alors que les prévoyaient en moyenne 119,7 Mds$, selon les données IBES/Refinitiv. C'est la première fois dans son histoire que le groupe dépasse les 100 Mds$ de ventes trimestrielles (un record également battu sur le même trimestre par Apple).

Le bénéfice a battu un record pour le 3e trimestre consécutif, à 7,2 Md$, soit 14,09$ par action contre 6,47$ par action au 4e trimestre 2019. Le consensus Refinitiv s'attendait à seulement 7,23$ de bénéfice par action. Sur l'ensemble de l'exercice 2020, le bénéfice net d'Amazon a presque doublé pour s'établir à un record de 21,3 Mds$ contre 11,59 Mds$ en 2019. Les ventes annuelles ont atteint 386,1 Mds$ contre 280,5 Mds$ en 2019 (+37%).

Pour le 1er trimestre 2021 en cours, la direction s'attend à des ventes situées entre 100 et 106 Mds$, en baisse par rapport au 4e trimestre 2020, mais en hausse de 33% à 40% par rapport au 1er trimestre 2019. Les analystes s'attendaient à seulement 95,8 Mds$ de ventes.

Electronic Arts (-5,4%) a publié pour le troisième trimestre fiscal un bénéfice ajusté par action de 3,09$, contre un consensus de 2,94$ et un bpa de 2,79$ sur la période correspondante de l'an dernier. L'éditeur américain de jeux vidéo a réalisé des revenus de 'bookings' de 2,4 milliards de dollars sur la période close en décembre 2020, ce qui dépasse de 1% le consensus. Le chiffre d'affaires trimestriel a atteint 1,67 milliard contre 1,59 milliard un an avant. Le bénéfice net consolidé a représenté 211 millions de dollars et 72 cents par titre, contre 346 millions de dollars et 1,18$ par action un an avant. Le consensus de bpa net était de 77 cents selon FactSet. Pour le quatrième trimestre fiscal, le groupe envisage une perte par action de 7 cents et des recettes de 1,32 milliard. Le bpa annuel devrait ressortir à 2,54$ pour des recettes de 5,6 milliards.

Spotify (-8%) a annoncé des prévisions trop légères en termes de revenus et d'abonnés payants pour le trimestre entamé. Sur le seul quatrième trimestre juste clos, les revenus se sont améliorés de 17% en glissement annuel pour atteindre 2,17 milliards d'euros, contre 2,15 milliards de consensus. Le nombre total des utilisateurs actifs mensuels a grimpé de 27% à 345 millions selon le groupe. La perte nette est ressortie à 125 ME soit 66 centimes par action (51 centimes de consensus FactSet). Pour le premier trimestre, Spotify ne vise que des revenus allant de 1,99 à 2,19 milliards d'euros, contre 2,2 milliards de consensus. Le groupe envisage un nombre total d'abonnés premium allant de 155 à 158 millions sur le premier trimestre.

Amgen (-1,4%), le géant américain des biotechnologies, a dévoilé hier soir des prévisions prudentes pour l'exercice 2021. Le groupe envisage un bénéfice ajusté par action allant de 16$ à 17$ sur la période, alors que le consensus était supérieur à 17$. Les revenus annuels sont attendus entre 25,8 et 26,6 milliards de dollars, contre 26,4 milliards de consensus. Le groupe anticipe une nouvelle baisse des prix de vente de ses traitements, alors que la pandémie affecte toujours les revenus. Sur le seul quatrième trimestre, Amgen a annoncé un bénéfice ajusté par action de 3,81$ dépassant nettement le consensus. Le bénéfice net a reculé de 3% à 2,76$. Les revenus ont augmenté de 7% à 6,6 milliards de dollars.

Biogen (-5,2%) a enregistré pour le trimestre clos un bénéfice divisé par quatre, avec la concurrence accrue frappant son traitement de la sclérose en plaques. La guidance 2021 du groupe de biotechnologies ressort par ailleurs faible. Pour le trimestre clos, le bpa ajusté est ressorti à 4,58$ et les revenus se sont établis à 2,85 milliards de dollars. Le consensus était de 4,78$ de bpa et 2,79 milliards de facturations selon FactSet. Sur la période comparable de l'an dernier, le bpa était de 8,34$ et les ventes ressortaient à 3,67 milliards. Pour l'exercice entamé, le bpa est attendu entre 17 et 18,5$, alors que les revenus sont espérés entre 10,45 et 10,75 milliards de dollars.

AbbVie (+3,3%) a dépassé les attentes en matière de revenus et profits sur le trimestre clos, et livre par ailleurs une solide guidance. Le groupe biopharmaceutique a dégagé sur son quatrième trimestre un bénéfice net de 36 millions de dollars soit 1 cent par titre, contre 2,8 milliards de dollars et 1,88$ par action un an avant. Le bénéfice ajusté par action a représenté quant à lui 2,92$, contre 2,21$ un an avant et 2,85$ de consensus FactSet. Les revenus ont grimpé de 59% à 13,86 milliards de dollars, alors que le consensus était de 13,7 milliards. Les revenus réalisés par Humira ont augmenté de 5% à 5,15 milliards. Pour 2021, le groupe envisage un bpa ajusté allant de 12,32 à 12,52$.

CureVac (+6,6%), le groupe biopharmaceutique allemand coté sur le Nasdaq, s'associe au Britannique GlaxoSmithKline dans le cadre d'un programme de 150 millions d'euros destiné au développement de la future génération de vaccins contre le Covid-19 efficaces contre plusieurs variants en un seul produit.

Bristol-Myers Squibb (-1,4%), groupe pharmaceutique new-yorkais, va développer, produire et commercialiser au niveau mondial un traitement contre le covid développé par l'université Rockefeller à New York.

Boston Scientific (+2,2%), le géant américain des technologies médicales, a annoncé des profits et ventes inférieurs aux attentes. Pour le quatrième trimestre fiscal, le groupe a dévoilé un bénéfice net de 138 millions de dollars soit 10 cents par titre, contre 4 milliards de dollars et 2,83$ par titre un an avant. Hors éléments, le bénéfice ajusté par action s'est établi à 23 cents, contre 46 cents un an plus tôt et 31 cents de consensus. Les revenus se sont affaissés de 7% à 2,71 milliards de dollars, alors que les analystes tablaient en moyenne sur 2,8 milliards. Pour son premier trimestre, le groupe anticipe un bénéfice ajusté par action allant de 28 à 34 cents, contre un consensus de 35 cents. Les revenus sont attendus en hausse de 0 à 6%, contre 7,6% de consensus.

Humana (+0,78%), assureur santé américain, a déploré au quatrième trimestre une perte par action GAAP de 2,07$ et de 2,3$ sur une base ajustée. La perte ajustée était attendue encore plus lourde, à 2,36$. Les revenus sont ressortis quant à eux voisins des 19 milliards de dollars et supérieurs aux attentes de marché. Le groupe livre par ailleurs une guidance 2021 de bénéfice par action allant de 20,82 à 21,32$ en base GAAP, alors que le bpa ajusté annuel est anticipé entre 21,25 et 21,75$.

Apollo Global Management (+2,5%) a déploré pour le trimestre clos une baisse de plus de moitié de son bénéfice, avec de moindres cessions d'actifs.

Chipotle Mexican Grill (-1,5%), chaîne américaine de restaurants, a affiché des comptes décevants, annonçant un profit trimestriel inférieur aux attentes du fait des dépenses additionnelles générées par la crise sanitaire.

Capri Holdings (+2,5%) a annoncé un bénéfice trimestriel supérieur aux attentes de marché, grâce à l'amélioration des marges.

Alibaba (+3,5%). Ant Group, filiale fintech du groupe chinois de e-commerce, serait parvenue à un accord avec les autorités locales de régulation afin de se transformer en une holding financière, croit savoir l'agence Bloomberg.

3M (+0,26%), le géant industriel du Minnesota, renforce de 1% son dividende et vient d'annoncer par ailleurs l'entrée au conseil d'administration du PDG de Dow, Jim Fitterling.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 26/02/2021

Soditech publie pour son année 2020 un chiffre d'affaires total de 4,02 millions d'euros, contre 4,25 millions un an avant...

Publié le 26/02/2021

La tendance est dans le rouge toujours avant l’ouverture des marchés américainsMarchés américains attendus dans le rouge également à en croire les contrats futurs sur les indicesPour…

Publié le 26/02/2021

Salesforce, le fournisseur de solutions de gestion de la relation client à distance, a présenté des objectifs de profits plus faibles que prévu. Au quatrième trimestre, clos fin janvier, de…

Publié le 26/02/2021

Engie dévoile des comptes 2020 en repli mais mise sur une forte amélioration de ses performances financières cette année...

Publié le 26/02/2021

Portefeuille bien garni !

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne