Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 259.31 PTS
-0.59 %
6 206.50
-0.38 %
SBF 120 PTS
4 928.91
-0.52 %
DAX PTS
15 362.51
-0.04 %
Dow Jones PTS
34 077.63
-0.36 %
13 907.67
+0. %
1.207
+0.3 %

Clôture de Wall Street : et finalement, la hausse l'emporte !

| Boursier | 293 | Aucun vote sur cette news

A l'issue d'une séance très indécise, la Bourse de New York s'est finalement orientée à la hausse en clôture...

Clôture de Wall Street : et finalement, la hausse l'emporte !
Credits Reuters

A l'issue d'une séance très indécise, la Bourse de New York s'est finalement orientée à la hausse jeudi, les investisseurs se livrant à une chasse aux bonne affaires sur les valeurs les plus attaquées ces derniers jours. Les investisseurs ont salué les nouveaux signes de reprise économique, notamment sur le front de l'emploi. Les marchés ont aussi suivi la première conférence de presse de Joe Biden depuis son arrivée à la Maison Blanche. Le président américain a notamment indiqué qu'il détaillerait le 31 mars son plan pour les infrastructures, et a relevé ses objectifs en matière de vaccination contre le coronavirus.

A la clôture, le Dow Jones a gagné 0,62% à 32.619 points, tandis que l'indice large S&P 500 a progressé de 0,52% à 3.909 pts et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques et biotechs, a avancé de 0,12% 12.977 pts, après un recul de plus de 3% en 2 séances.

Plus tôt dans la journée, les marchés européens sont restés proches de l'équilibre, toujours préoccupés par la 3e vague de coronavirus et les restrictions sanitaires annoncées par l'Allemagne et la France. Le retard de la campagne européenne de vaccination est au coeur d'un sommet européen qui se tient jeudi et vendredi. L'indice EuroStoxx 50 a fini stable, de même que le Dax 30 (+0,08%) et le CAC 40 (+0,09%). En Asie, le Nikkei a gagné 1,1% et le Shanghai composite a cédé 0,1%.

A Wall Street, neuf des 11 indices sectoriels du S&P 500 ont fini en hausse jeudi soir, les valeurs cycliques restant les plus dynamiques, après les chiffres de l'emploi hebdomadaire encourageants, et la révision à la hausse du PIB du 4e trimestre aux Etats-Unis. Les matériaux de base, les industrielles et les financières ont gagné environ 1,5%, tandis qu'à la baisse, on trouve les technologiques (-0,07%) et les services de communication (-0,3%). L'indice S&P de l'énergie a grappillé 0,25% malgré la rechute des cours du pétrole, qui ont perdu environ 4% après un bond de 6% mercredi.

Légère amélioration du marché de l'emploi US

Les dernières statistiques macro-économiques publiées aux Etats-Unis ont été plutôt rassurantes jeudi. Les inscriptions hebdomadaires au chômage ont ainsi reculé plus que prévu pour la semaine close au 20 mars. Elles sont ressorties à 684.000, en baisse de 97.000 sur une semaine, contre 730.000 de consensus. C'est la première fois depuis le début de la crise du Covid que le nombre de demandes d'emploi hebdomadaires revient sous la barre des 700.000.

Par ailleurs, la hausse du PIB américain du 4e trimestre a été revue en hausse à 4,3% pour sa 3e et dernière lecture, contre 4,1% en 2e lecture et 4,1% attendu par le consensus. Les dépenses personnelles de consommation ont cependant grimpé un peu moins qu'attendu, de 2,3% contre 2,4% de consensus et 2,4% pour la lecture antérieure.

Enfin, l'indice manufacturier de la Fed de Kansas City est ressorti à 26 en mars, en ligne avec le consensus, et en progression par rapport à février (24), signalant une poursuite de l'expansion dans cette région.

Le "plan infrastructures" de Joe Biden présenté le 31 mars

Lors de sa première conférence ce presse, Joe Biden a mis l'accent sur les vaccins, et vise désormais les 200 millions d'injections dans ses 100 premiers jours de son mandat (c'est-à-dire d'ici au 20 avril) au lieu de 100 millions initialement. Dans le cadre du plan de soutien budgétaire de 1.900 milliards de dollars adopté début mars, 10 Mds$ sont fléchés vers l'organisation de la campagne vaccinale et la distribution des vaccins. Depuis la Maison Blanche, Joe Biden a en outre annoncé son intention de se représenter à la présidentielle de 2024, après que Donald Trump a fait de même il y a quelques jours...

Le président démocrate a notamment indiqué qu'il détaillerait la semaine prochaine, le vendredi 31 mars, son vaste plan pour les infrastructures à l'occasion d'un déplacement dans la ville industrielle de Pittsburgh. Ce plan de rénovation des infrastructures et de développement des énergies nouvelles, pourrait s'élever à environ 3.000 milliards de dollars, selon la presse américaine. Les marchés attendent avec impatience d'en connaître les détails, et en particulier son financement, qui devrait inclure de la dette supplémentaire, mais aussi des hausses d'impôts sur les entreprises et les ménages les plus aisés, redoutées par Wall Street.

A noter que l'essentiel des questions de la presse a porté sur la crise des l'immigration à la frontière avec le Mexique, où des milliers de personnes, dont des enfants, ont afflué depuis que Joe Biden a annoncé le gel de la construction du mur entre les deux pays.

Léger regain de tension sur les taux US, Powell évoque l'après-crise

Sur les marchés obligataires, les taux d'intérêts sont repartis en légère hausse jeudi, après de nouveaux commentaires de Jerome Powell, jugés un peu moins "colombe" que ses précédents propos. Le taux de l'emprunt d'Etat américain (T-Bond) à 10 ans est remonté à 1,63% (+2 point de base), après avoir plafonné à 1,74% la semaine dernière, au plus haut depuis la fin 2019. Le taux US à 30 ans est à 2,36% (+5 pb), en nette hausse depuis le début de l'année, où il s'établissait à 1,64%.

Sur le marché des changes, l'indice du dollar reste vigoureux, en hausse de 0,37% à 92,85 points, face à un panier de devises internationales, et progresse de plus de 3% depuis le début 2021, tandis que l'euro est stable à 1,1765$.

Après plusieurs interventions sans surprise depuis une semaine, le président de la Fed Jerome Powell, s'est montré un peu moins accommodant dans une interview live sur la 'Morning Edition' de la radio américaine NPR. Il a une nouvelle fois salué la vigueur de la reprise économique aux Etats-Unis grâce à la vaccination contre le coronavirus, mais a pour la première fois évoqué la possibilité pour la Fed de lever une partie de son soutien. Tout geste en ce sens serait cependant très graduel et effectué dans la transparence, a-t-il promis.

"Au fur et à mesure que nous progressons substantiellement vers nos objectifs, nous réduirons progressivement le montant des bons du Trésor et des titres adossés à des hypothèques que nous avons achetés", a-t-il ainsi déclaré. "Nous le ferons très progressivement au fil du temps et avec une grande transparence, lorsque l'économie se sera presque complètement rétablie, nous retirerons le soutien que nous avons fourni pendant les périodes d'urgence".

Le pétrole, toujours très volatil, rechute de 4%

Les cours du pétrole continuent de faire du yo-yo, les craintes sur la demande mondiale de pétrole l'emportant sur le blocage du canal de Suez par un porte-conteneur échoué depuis deux jours. Le contrat à terme de mai sur le baril de pétrole brut WTI a reperdu 4,3% à 58,56$ sur le Nymex, tandis que le baril de Brent d'échéance mai a lâché 3,8% à 61,95$.

Les cours du pétrole avaient repris environ 6% mercredi, après une chute de 6% mardi, les spéculations allant bon train après le "rally" qui a fait grimper les cours de l'or noir de plus de 30% depuis le début de l'année...

Mercredi, on apprenait que les stocks pétroliers hebdomadaires américains avaient augmenté de 1,9 million de barils, leur 5e semaine de hausse d'affilée. Les cours avaient cependant été soutenus par l'annonce qu'un porte-conteneurs s'est échoué dans le canal de Suez, bloquant le trafic sur l'une des routes commerciales maritimes les plus fréquentées au monde, notamment par les pétroliers...

VALEURS A SUIVRE

AstraZeneca (+1,8%) a rebondi après avoir publié une nouvelle mise au point sur l'efficacité de son vaccin anti-Covid, pressé par le Pr Anthony Fauci, directeur de l'Institut national des allergies et maladies infectieuses. Selon ce dernier communiqué, le vaccin serait efficace à 76% (contre 79% estimé dans la publication faite lundi) pour la prévention des symptômes de la maladie.
En début de semaine, les autorités sanitaires américaines avaient reproché au laboratoire anglo-suédois d'avoir utilisé des "informations obsolètes" pour calculer l'efficacité à 79% du vaccin et le Pr Fauci avait demandé au groupe d'effectuer une clarification.

AstraZeneca s'est donc exécuté, rappelant par ailleurs que son vaccin serait efficace à 100% contre les formes sévères de la maladie, selon cette étude menée aux Etats-Unis, au Chili et au Pérou. Le vaccin serait en outre efficace à 85% chez les personnes âgées de plus de 65 ans.

Par ailleurs, AstraZeneca a soumis à l'Agence européenne des médicaments (EMA) une demande d'autorisation pour son usine néerlandaise de fabrication de doses de vaccin anti-covid. En cas d'accord, l'usine de Halix pourrait alors effectuer de premières livraisons de vaccins dans l'Union européenne dès la fin du mois. Stella Kyriakides, la commissaire européenne chargée de la Santé, a précisé que l'EMA initiait une évaluation rapide afin d'accorder une autorisation à l'usine via une procédure d'urgence dès cette semaine.

Nike (-3,4%). Les réseaux sociaux chinois se sont attaqués au géant américain des chaussures de sport, après un communiqué de Nike exprimant sa préoccupation face aux allégations de travail forcé au Xinjiang. Adidas et H&M font aussi fait l'objet d'une campagne de dénigrement sur les réseaux sociaux chinois depuis quelques jours, ce qui a fait chuter leurs cours de Bourse.

Cisco Systems (+1,7%). Les ajustements de brokers se poursuivent sur le dossier du géant californien des équipements de réseaux, et ils sont généralement favorables. Goldman Sachs a rehaussé son conseil de 'neutre' à 'achat' sur la valeur à Wall Street.

La bataille boursière pour le contrôle de Coherent (stable) s'est achevée en faveur de II-VI (-2,7%), dans le cadre d'une offre valorisant Coherent près de 7 milliards de dollars. La firme de fibres optiques Lumentum, dont l'offre rivale a été refusée par Coherent, a regagné 8,5% jeudi à Wall Street.

Facebook (-1,2%), le réseau social de Menlo Park, a bloqué un groupe de pirates informatiques chinois ayant utilisé sa plateforme pour cibler des membres de la communauté musulmane des Ouïghours résidant hors de Chine en leur envoyant des liens vers des logiciels malveillants.

Darden Restaurants (+8,2%) a battu le consensus sur le trimestre clos. La chaîne américaine de restaurants a réalisé sur le troisième trimestre fiscal un bpa ajusté de 98 cents, à comparer à un consensus de 72 cents et un niveau de 1,9$ un an avant. Les revenus ont pourtant reculé de 26%, la performance à restaurants constants étant négative de 27%. Le CA se monte à 1,73 Md$ contre 1,62 Md$ de consensus.

Alibaba (-3%), Baidu (-14,4%) et autres JD.com (-0,4%) ont souffert suite à l'adoption de mesures par les autorités financières américaines, pouvant conduire à des retraits forcés de la cote si ces groupes chinois ne se conformaient pas aux normes américaines en matière d'audit.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/04/2021

Tendance en léger recul ce matin à la Bourse de Paris ! Le marché parisien semble vouloir faire une pause après les cinq séances de hausse d’affilée sur le CAC 40 afin de prendre le temps de…

Publié le 20/04/2021

Navya et REE Automotive ont signé un accord de collaboration pour le développement d’un système de conduite autonome de niveau 4 intégrant la technologie REEcorner et les solutions de conduite…

Publié le 20/04/2021

Après Daimler, c’est désormais au tour de BMW de publier ses résultats préliminaires du premier trimestre 2021. Comme on pouvait s’y attendre, le groupe de Munich a dépassé les attentes du…

Publié le 20/04/2021

Mersen et Autoliv, leader mondial des systèmes de sécurité automobile, annoncent avoir conclu une alliance pluriannuelle en vue de développer des...

Publié le 20/04/2021

Danone fait état d'un chiffre d'affaires consolidé de 5,7 milliards d'euros au premier trimestre, en retrait de 3,3%, en données comparables, soit un...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne