Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 571.29 PTS
+0.23 %
5 561.0
+0.21 %
SBF 120 PTS
4 405.03
+0.15 %
DAX PTS
13 289.80
-0.02 %
Dow Jones PTS
29 844.98
-0.67 %
12 098.80
+0.16 %
1.191
+0.13 %

Clôture de Wall Street : en repli, incertitudes sur les taxes du 15 décembre

| Boursier | 862 | Aucun vote sur cette news

La Bourse de New York a reculé mardi, alors que l'incertitude demeure sur un report ou non des taxes supplémentaires prévues le 15 décembre par Washington contre la Chine.

Clôture de Wall Street : en repli, incertitudes sur les taxes du 15 décembre
Credits Reuters

La Bourse de New York a signé mardi une deuxième séance de baisse, après des informations contradictoires concernant un possible report par Washington des taxes supplémentaires prévues le 15 décembre sur quelque 160 milliards de dollars de biens chinois importés. Les investisseurs sont en outre attentistes, alors que la Fed a entamé mardi une réunion de politique monétaire de deux jours, et que la BCE se réunira aussi jeudi. Enfin les élections au Royaume-Uni, jeudi, seront très suivies par les marchés financiers qui aimeraient enfin être fixés sur les modalités du Brexit.

A la clôture, l'indice Dow Jones a reculé de 0,10% à 27.881 points, tandis que l'indice large S&P 500 a lâché 0,11% à 3.132 pts et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques, a cédé 0,07% à 8.616 pts.

Sur le marché des changes, l'indice du dollar, qui mesure son évolution face à un panier de 6 devises, a fléchi de 0,20% à 97,45 points, tandis que l'euro a gagné 0,29% à 1,1094$. L'indice du dollar a reculé de 0,8% depuis le début du mois, face à la crainte du report d'un accord commercial entre les Etats-Unis et la Chine.

Vers un report des nouvelles taxes contre la Chine?

Le principal sujet de préoccupation des marchés reste le dossier commercial, à l'approche de la date-butoir du 15 décembre, à partir de laquelle les Etats-Unis menacent d'imposer une surtaxe de 10% sur environ 160 milliards de dollars de biens chinois importés supplémentaires. Selon des informations publiées mardi sur le site internet du 'Wall Street Journal', l'administration Trump serait disposée à reporter une nouvelle fois la date de mise en oeuvre de ces taxes (déjà repoussée en août dernier), afin de laisser une chance aux négociations commerciales de se conclure positivement.

Cette nouvelle a donné un peu de baume au coeur des investisseurs, car elle éloigne le risque d'une nouvelle escalade de barrières douanières préjudiciable à la croissance mondiale. Toutefois, plus tard dans la journée, le conseiller économique de la Maison Blanche Larry Kudlow a quelque peu douché les espoirs, en déclarant que les taxes du 15 décembre étaient toujours "sur la table".

Les marchés aimeraient donc enfin pouvoir compter sur la conclusion d'un accord, au moins partiel, qui permettrait d'enterrer la hache de guerre entre les deux puissances économiques mondiales.

Incertitudes sur la date d'un accord entre Washington et Pékin

Mais les informations restent contradictoires sur l'état d'avancement des pourparlers : selon le quotidien chinois 'South China Morning' de mardi, "il est de plus en plus improbable qu'un accord commercial Etats-Unis-Chine soit complété cette semaine".

Un autre sujet pourrait faire dérailler les discussion : après la loi soutenant les manifestants pro-démocratie à Hong Kong (qui avait suscité la colère de Pékin), le Congrès américain travaille à l'élaboration d'une nouvelle loi, qui interdirait d'utiliser des fonds fédéraux américains pour acheter des autobus et des wagons de chemin de fer chinois. Une telle mesure évincerait les groupes chinois de nombreux appels d'offre dans les transports aux Etats-Unis.

Les marchés prêtent en revanche peu d'attention au psychodrame politique entourant la procédure de destitution contre Donald Trump. Les démocrates ont présenté mardi les charges qui pèsent contre le président américain. Deux d'entre elles ont été retenues, à savoir "abus de pouvoir" et "entrave à la bonne marche du Congrès". La Chambre des Représentants doit se prononcer avant Noël, avant un probable procès au Sénat début 2020, en sachant qu'il est peu probable que le Sénat, à majorité républicaine, se prononce en faveur d'un "impeachment" du président américain.

La Fed devrait maintenir le statu quo sur ses taux directeurs mercredi

Les marchés obligataires sont calmes dans l'attente de la décision de la Fed mercredi, qui ne devrait pas modifier ses taux directeurs. Les cours des obligations ont reflué légèrement mardi, entraînant une petite tension sur les taux (qui évoluent en sens inverse des cours). Le rendement du T-Bond à 10 ans a ainsi regagné 2 point de base à 1,83%, proche de ses plus hauts depuis plus de 3 semaines.

L'outil FedWatch du CME Group, qui reflète l'évolution des contrats à terme sur les "fed funds", estimait ce mardi à 97,8% la probabilité d'un statu quo sur ce taux directeur, actuellement fixé à 1,5%-1,75%. Après avoir abaissé ce taux trois fois depuis le mois de juillet pour faire face au ralentissement conjoncturel, la Fed a signalé ces dernières semaines son intention de marquer une pause, estimant que l'économie américaine restait sur la voie d'une croissance modérée malgré les risques, liés notamment aux tensions commerciales entre Washington et Pékin.

Le pétrole reste ferme après le nouvel accord de l'Opep+

Le pétrole a légèrement progressé, soutenu par les espoirs sur le plan commercial ainsi que l'annonce vendredi par l'Opep+ d'une réduction supplémentaire de sa production de 500.000 barils par jour jusqu'en mars 2020. Le cours du baril de brut léger américain (WTI) a gagné 0,40% à 59,24$ sur le Nymex (contrat à terme de janvier), tandis que le Brent de la mer du Nord a avancé de 0,1% à 64,34$ pour le contrat à terme de février. Les cours sont proches de leurs plus hauts niveaux depuis trois mois, et le WTI a grimpé d'environ 30% depuis le début de l'année.

Le cartel de l'Opep et ses alliés (dont la Russie) feront le point début mars, pour savoir s'ils reconduisent ou non ces mesure destinées à soutenir les cours de l'or noir. L'Arabie saoudite et la Russie effectueront l'essentiel de l'effort de cette tranche supplémentaire de maîtrise de la production.

Sur le plan macro-économique, la productivité non-agricole a reculé aux Etats-Unis au 3e trimestre, sur un rythme de 0,2%, contre un consensus de -0,1% et après un déclin de 0,3% sur le trimestre antérieur. Il s'agit de la lecture révisée de la productivité du troisième trimestre. Les coûts unitaires du travail, quant à eux, ont augmenté sur un rythme de 2,5%, contre +3,4% de consensus.

VALEURS A SUIVRE

AutoZone (+7%). Les profits du géant américain des pièces et accessoires automobiles de rechange ont dépassé les attentes. Sur le premier trimestre, la croissance atteint 3,4% à comparable pour un bénéfice par action de 14,30$.

Morgan Stanley (+0,16%). La Commission des sanctions du gendarme français des marchés financiers, l'AMF, a infligé une amende de 20 millions d'euros à la banque d'affaires américaine pour manipulation du cours d'obligations souveraines et d'un contrat à terme sur obligations souveraines.

Amazon (-0,6%) a décroché les droits de diffusion de la Ligue des Champions 2021-2022 en Allemagne. Par ailleurs, le groupe dirigé par Jeff Bezos, privé en octobre d'un méga-contrat avec le Pentagone, baptisé "JEDI", a attaqué en justice et accuse nommément le président américain Donald Trump d'avoir fait pression pour l'écarter au profit de son rival Microsoft (-0,15%). Selon un document judiciaire publié lundi, Amazon stipule que Donald Trump a "mené de manière répétée des attaques publiques et en coulisses" pour qu'Amazon n'obtienne pas le contrat JEDI, ajoutant que son inimitié envers Jeff Bezos, "perçu comme un ennemi politique", a joué un rôle conséquent dans la décision du Pentagone

Netflix (-3,1%), leader de la vidéo en streaming menacé par une concurrence grandissante (Disney, Apple...), souffre ce jour d'une dégradation de la firme Needham, qui anticipe des pertes d'abonnés aux USA en 2020 pour le service.

Apple (+0,58%) se dit préoccupé. Le groupe californien à la pomme craint que deux de ses anciens employés chinois accusés d'avoir subtilisé des données secrètes ne prennent la fuite afin d'échapper à leur procès.

Boeing (-0,94%) a engrangé ses premières commandes de B-737 Max depuis que la flotte de cet l'appareil est clouée au sol, en mars dernier, après deux catastrophes aériennes qui ont tué 346 personnes. Selon les chiffres de novembre, publiés mardi, le constructeur aéronautique américain a reçu 30 commandes pour cet appareil, à la suite du salon aéronautique de Dubai. L'un des acheteurs est la compagnie turque SunExpress (10 appareils) tandis que l'acquéreur des 20 autres n'a pas été identifié.

Depuis le début de l'année, en tenant compte des annulations, conversions et d'un changement de norme comptable, Boeing affiche des commandes nettes négatives, de -84 appareils commerciaux. Une bien piètre performance face à son rival européen Airbus, qui affiche à la fin novembre des commandes nettes de 718 unités sur les 11 premiers mois de 2019.

Du côté des livraisons, Boeing a subi une chute de plus de moitié sur les 11 premiers mois de 2019, avec 345 avions livrés de janvier à novembre, contre 704 sur la même période l'an dernier. Airbus en a livré plus du double, avec 725 unités sur les 11 premiers mois de l'année.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

Suivez la tendance avec
Nicolas PAGNIEZ,

du lundi au vendredi à 9h55, 12h30, 14h55 et 18h30 sur

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 25/11/2020

Claranova confirme à ses actionnaires que son Assemblée Générale Ordinaire et Extraordinaire du mardi 1er décembre aura lieu à 15 heures à l'Espace...

Publié le 25/11/2020

Fnac Darty a finalisé la cession de 100% de sa filiale néerlandaise BCC, spécialiste de l'électronique et de l'électroménager aux Pays-Bas,...

Publié le 25/11/2020

L'action HP Inc se distingue en progressant de 3,49% à 22,51 dollars grâce à ses bons résultats trimestriels. Si les changements technologiques des dernières années, comme le développement des…

Publié le 25/11/2020

Les société Morgan Stanley font le point sur le tour de table...

Publié le 25/11/2020

MILIBOOLa marque digitale d'ameublement publiera son chiffre d'affaires du premier semestre.NEXTSTAGELa société d'investissement publiera (avant Bourse) son chiffre d'affaires du troisième…

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne