En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 451.59 PTS
-
5 457.0
+0.09 %
SBF 120 PTS
4 365.94
+0.00 %
DAX PTS
12 326.48
-
Dowjones PTS
26 656.98
+0.95 %
7 569.03
+0.00 %
1.178
+0.06 %

Clôture de Wall Street : en ordre dispersé, le Nasdaq reste à la peine

| Boursier | 175 | Aucun vote sur cette news

Les valeurs technologiques n'ont pas redressé la tête jeudi, tandis que le DJIA est parvenu à finir dans le vert, malgré les tensions commerciales et les turbulences sur les marchés émergents.

Clôture de Wall Street : en ordre dispersé, le Nasdaq reste à la peine
Credits Reuters

La Bourse américaine a terminé en ordre dispersé jeudi, pour le deuxième jour consécutif. Les valeurs technologiques ont poursuivi leur correction, plombées par les semiconducteurs, tandis que l'énergie a pâti de la chute des cours du pétrole. Les tensions commerciales persistent entre Washington, le Canada et la Chine, tandis que la crise des marchés émergents s'étend chaque jour davantage, faisant craindre un ralentissement de la croissance mondiale.

L'indice Dow Jones a légèrement progressé à la clôture, de 0,08% à 25.995 points, tandis que l'indice large S&P 500 a reculé de 0,37% à 2.878 pts, et que le Nasdaq composite, riche en valeurs technologiques et biotechnologiques, a chuté de 0,91% à 7.922 pts après avoir déjà perdu 1,2% la veille. Il s'agit de la troisième séance de baisse consécutive pour le S&P 500 et la Nasdaq.

Sur le marché des changes, l'indice du dollar, qui reflète son évolution face à un panier de 6 devises, a cédé 0,13% à 95,06, tandis que l'euro a lui aussi cédé 0,1% à 1,1622$. Sur le marché obligataire américain, les taux d'intérêts ont reculé, le rendement du T-Bond américain à 10 ans lâchant 2 points de base à 2,88%.

Stocks et crise des émergents pèsent sur le pétrole

Les cours du pétrole se sont nettement tassés jeudi, malgré l'annonce d'une forte baisse des stocks de brut aux Etats-Unis. Le baril de brut léger américain WTI a reculé de 1,38%, à 67,77$, au plus bas depuis deux semaines sur le Nymex, tandis que le Brent de la Mer du Nord a lâché 1% à 76,50$.

Le département de l'Energie a annoncé un recul plus important que prévu des stocks de brut aux Etas-Unis (-4,3 millions de barils au lieu de -1,3 mb attendu) lors de la semaine close au 31 août, à 401,5 mb. Cependant, les stocks d'essence ont augmenté alors que les économistes prévoyaient un recul, et les stocks à Cushing, principal terminal pétrolier aux Etats-Unis, ont eux aussi augmenté de 549.000 barils, ce qui pourrait témoigner d'une chute des exportations liée à une demande chinoise en berne, sur fond de querelles commerciales.

La situation des pays émergents continue de préoccuper les investisseurs, alors que l'indice MSCI des Bourses émergentes a chuté jeudi pour le 7ème jour consécutif, ce qui porte sa baisse à 20% depuis ses plus haut d'avril dernier, et constitue donc une entrée dans un "bear market".

Négociations en cours avec le Canada, menaces sur la Chine

Sur le front commercial, les investisseurs retiennent leur souffle pendant que les négociations se poursuivent pour la deuxième journée entre les Etats-Unis et le Canada. Donald Trump a donné aux négociateurs jusqu'à la fin de la semaine pour s'entendre. Ils ont travaillé tard dans la nuit mercredi soir, mais il restait jeudi des points de désaccord, en particulier sur les produits laitiers et sur la procédure à suivre pour résoudre de futurs conflits commerciaux. Donald Trump a menacé de conclure un accord bilatéral avec le Mexique, mais en excluant le Canada, si la renégociation de l'accord Alena entre les trois pays n'aboutit pas. Ce traité conclu il y a 25 ans porte sur quelque 1.200 milliards de dollars (1.032 milliards d'euros) d'échanges commerciaux.

Par ailleurs, Donald Trump pourrait appliquer avant la fin de la semaine sa menace de taxation à 25% de 200 milliards de dollars (173 milliards d'euros) supplémentaires de produits chinois. La phase de commentaire public concernant ces taxes supplémentaires a pris fin ce jeudi, ouvrant la voie à la mise en place de ces nouvelles barrières douanières, auxquelles la Chine entend évidemment riposter de manière proportionnée...

Les chiffres de l'emploi en août attendus pour vendredi

Les publications macro-économiques du jour sont ressorties mitigées avant la publication des chiffres de l'emploi en août, attendus vendredi. Les commandes à l'industrie ont reculé plus que prévu (-0,8%) en juillet en comparaison du mois antérieur, contre -0,5% de consensus et +0,6% un mois auparavant.

Sur le marché de l'emploi, l'étude mensuelle de la firme Challenger, publiée jeudi, a fait état de 38.472 licenciements, contre 27.122 en juillet. De son côté, le rapport d'ADP sur l'emploi dans le secteur privé a annoncé seulement 163.000 créations d'emplois contre 182.000 de consensus et après 217.000 en juillet. Enfin, pour la semaine passée, les inscriptions hebdomadaires au chômage ont été moins nombreuses que prévu à 203.000, contre un consensus de 214.000 et après 213.000 une semaine plus tôt. Les économistes s'attendent en moyenne à ce que le rapport gouvernemental mensuel de vendredi annonce environ 195.000 créations d'emplois non-agricoles en août pour un taux de chômage de 3,8%.

Les indices d'activité dans les services sont ressortis mitigés pour août. L'indice Markit PMI final s'est établi à 54,8, contre 55,2 de consensus, 55,2 mi-août (lecture 'flash') et 56 en juillet. A l'inverse, l'indice ISM des services (calculé différemment) grimpe à 58,5 en août contre 56,8 de consensus et 55,7 un mois plus tôt...

VALEURS A SUIVRE

Les technologiques ont été plombées notamment par le secteur des semiconducteurs, mais aussi par le par le titre Facebook, qui a chuté de 2,7%. Le réseau social pâtit dune part des menaces de régulation accrue des réseaux sociaux, mais aussi d'une étude montrant que de nombreux internautes ont supprimé l'application Facebook de leurs smartphones depuis le scandale des données transmises à Cambridge Analytica à l'insu des membres du réseau social.

L'indice de Philadelphie des semiconducteurs a chuté de 2,6% après une conférence organisée par Citigroup, qui a revu à la baisse le rebond attendu des ventes de "semis" au 2ème semestre. Micron Technology (-9,9%) et KLA-Tencor (-9,7%) ont été particulièrement affectés. Intel a cédé 0,9% et son concurrent AMD a perdu 2,3%. Parmi les autres valeurs "technos", Apple a perdu 1,6%, tandis qu'Amazon a cédé 1,8% et Alphabet a reculé de 1,26%.

Les valeurs pétrolières ont suivi à la baisse les cours du pétrole : -1,1%pour ExxonMobil, -3,1% pour Chevron, -3,3% pour Transocean, et -2,6% pour Devon Energy.

Les résultats trimestriels de Navistar International (-8,5%) ont déçu. Les bénéfices sont de 170 M$ (1,71$ par action), contre 37 M$ (0,38$ par action) un an avant. Les revenus grimpent de 18% à 2,6 Mds$. Sur 2018, le groupe vise désormais des revenus logés entre 10,1 et 10,4 Mds$.

GameStop (-0,7%) consolide, après s'être envolé de près de 16% hier à Wall Street. Le dossier a profité mercredi de rumeurs évoquant à nouveau une possible vente de la société. D'après la presse anglo-saxonne, le distributeur américain de jeux vidéo aurait fait appel à des conseillers financiers pour l'aider à examiner cette hypothèse, alors que les noms de Sycamore Partners et d'Apollo Group sont cités parmi les potentiels acquéreurs en cas de vente. GameStop devait en outre publier ses comptes du second trimestre jeudi après la clôture de Wall Street.

Pebblebrook Hotel Trust (-3,2%), groupe hôtelier américain, a annoncé mercredi un accord en vue du rachat de LaSalle Hotel Properties (-1,1%) pour 5,2 milliards de dollars en cash et actions. Mardi, LaSalle avait repoussé l'offre en cash de 4,8 milliards de dollars du groupe Blackstone. Une indemnité de rupture de 112 M$ sera versée à ce dernier, puisqu'un accord en numéraire sur la base d'un prix de 33,5$ par titre avait précédemment été conclu.

Barnes & Noble (-8%) a annoncé une perte nette trimestrielle de 17 M$ (0,23$ par action), contre une perte de 10,8 M$ (0,15$ par action) un an avant. Les revenus s'affiche à 795 M$, en recul de -6,9%. Les analystes anticipaient en moyenne une perte par action de 0,09$, pour des revenus de 833 M$. Les ventes "comparables" sont en baisse de -6,1%, contre -1,8% de consensus.

Marvell Technology (-5%), société spécialisée dans les composants semi-conducteurs pour l'informatique, les supports de stockage et les interfaces réseau, a publié ses résultats du second trimestre après la clôture. Le titre regagnait 1,7% après cette publication. Broadcom (-2,4%) a lui aussi publié ses résultats du troisième trimestre fiscal après la clôture, et le titre regagnait 3,3% après les annonces.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/09/2018

Au premier semestre 2018, le Groupe Aures a signé un niveau de chiffre d'affaires semestriel record à 52,5 millions d'euros, soit une progression de...

Publié le 20/09/2018

Le résultat opérationnel du premier semestre 2018 de Soft Computing s'élève à 1...

Publié le 20/09/2018

Comme publié précédemment, Mauna Kea a enregistré une baisse de son chiffre d'affaires de 18% à 2,707 ME, principalement imputable au T1, mais avec...

Publié le 20/09/2018

Kerlink, spécialiste et leader mondial des réseaux et solutions dédiés à l'Internet des Objets (IoT), annonce aujourd'hui que la société a été choisie...

Publié le 20/09/2018

Au 1er semestre 2018, Alpha MOS a réalisé un chiffre d'affaires consolidé de 1,6 ME en baisse de (0,5) ME par rapport à la même période de l'année...