5 379.74 PTS
+0.50 %
5 385.00
+0.71 %
SBF 120 PTS
4 288.64
+0.65 %
DAX PTS
13 042.80
+0.21 %
Dowjones PTS
23 526.18
-0.27 %
6 386.12
+0.12 %
Nikkei PTS
22 523.15
+0.48 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Clôture de Wall Street : en ordre dispersé entre l'inflation et le pétrole

| Boursier | 153 | Aucun vote sur cette news

Le Dow Jones a une nouvelle fois terminé à son plus haut historique, mais le S&P 500 et la Nasdaq ont fléchi. Apple a encore reculé de 0,9%.

Clôture de Wall Street : en ordre dispersé entre l'inflation et le pétrole
Credits Reuters

La Bourse américaine a peiné à trouver une direction jeudi, après la publication d'une inflation supérieure aux attentes en août aux Etats-Unis. Ce facteur a relancé les spéculations sur une 3ème hausse des taux de la Fed avant la fin de l'année. Les indices ont fini en ordre dispersé : le Dow Jones a inscrit un nouveau record, mais le Nasdaq et le S&P 500 ont cédé un peu de terrain. Les valeurs de consommation ont sous-performé, ainsi que les "technos", dont Apple (-0,86%), tandis que le secteur de l'énergie était dans le vert. Le cours du baril de brut WTI a franchi en séance la barre des 50$, avant de finir juste en dessous de ce seuil psychologique.

A la clôture, l'indice Dow Jones s'affichait jeudi en hausse de 0,20% à 22.203 points, tandis que l'indice large S&P 500 a cédé 0,11% à 2.484 pts, et que le Nasdaq composite, riche en valeurs technologiques et biotechnologiques, a lâché 0,48% à 6.429 pts.

L'indice des prix américains à la consommation (CPI) a donc augmenté plus que prévu en août, affichant une hausse de 0,4% par rapport à juillet, contre un consensus de +0,3%. Hors alimentaire et énergie, le CPI a cependant augmenté de +0,2%, en ligne avec le consensus. Sur un an, le CPI progresse tout de même de +1,9% et de 1,7% hors alimentation et énergie, approchant de l'objectif de 2% de la Réserve fédérale. Par ailleurs, les chiffres hebdomadaires de l'emploi sont ressortis plus vigoureux que prévu, même s'ils peuvent avoir été faussés par les aléas liés au cyclone Irma. Les inscriptions nouvelles au chômage ont ainsi baissé de 14.000 la semaine passée, à 284.000 alors que le consensus tablait sur 302.000 inscriptions.

La Fed va-t-elle procéder à une 3ème hausse des taux en 2017 ?

La Fed réunira son comité de politique monétaire mardi et mercredi prochain, mais elle ne devrait pas relever une troisième fois ses taux depuis le début de l'année, estiment la grande majorité des observateurs. Cependant, la banque centrale dispose d'encore deux occasions de resserrer sa politique monétaire cette année : le 1er novembre, et surtout, le 13 décembre, lorsque la réunion sera suivie d'une conférence de presse de Janet Yellen, la présidente de la Fed.

Sur le marché obligataire, les taux ont maintenu leurs gains inscrits depuis lundi. Le rendement du T-Bond à 10 ans a fini stable à 2,19%, ce qui représente une hausse de 15 pdb depuis le début de la semaine !

Le dollar s'est en revanche affaibli face à un panier de devises. L'euro a regagné 0,15% à 1,1906$. La vedette du jour sur le marché des changes a été la livre sterling, qui a bondi (+1,4% à 1,3399$), malgré le statu quo de la Banque d'Angleterre sur ses taux. La BoE a cependant laissé entendre qu'elle allait les relever bientôt : "la politique monétaire pourrait être durcie d'une manière beaucoup plus importante sur la période de prévisions par rapport aux attentes actuelles du marché", a ainsi annoncé la banque centrale britannique.

Le pétrole a poursuivi son rebond pour la 4ème séance consécutive. Le cours du baril de pétrole léger américain (WTI ou light sweet crude) a progressé de 1,2% sur le Nymex, pour finir à 49,89$, après avoir évolué en séance au-dessus du seuil psychologique des 50$, qu'il n'a plus franchi depuis la fin juillet. Le Brent de la Mer du Nord a gagné 0,33% à 55,34$ le baril. Depuis le 30 août dernier, le WTI a repris 8%.

LES VALEURS

Les pétrolières ont poursuivi leur progression dans le sillage de la hausse des cours de l'or noir : ExxonMobil a gagné 0,4%, Chevron a avancé de 0,2%, Transocean a pris 0,1% et Schlumberger a pris 1,2%.

Les investisseurs continuent en revanche de se détourner d'Apple après ses annonces, mardi, de nouveaux produits, dont trois iPhones. L'action de la firme à la pomme a cédé jeudi 0,86% ce qui porte sa chute à plus de 2% en 3 séances. Certains analystes évoquaient des prises de bénéfices assez logiques, après un parcours impressionnant cette année, l'action Apple ayant flambé de 36% depuis le 1er janvier dernier. D'autres citaient une relative déception concernant notamment l'iPhone X (prononcer iPhone Ten ou Dix) qui coïncide avec le 10ème anniversaire de la création de l'iPhone.

En outre, la commercialisation de l'iPhone X sera plus tardive (pas avant le 3 novembre) que celle des iPhones 8 et 8 Plus dévoilés eux aussi mardi (en vente dès le 22 septembre), ce qui pourrait nuire aux ventes de l'iPhone haut de gamme.

Parmi les valeurs de consommation, le joaillier Tiffany a plongé de 4,7%, le distributeur Kroger a abandonné 2,1% et Wal-Mart a cédé 0,2%.

Oracle (stable) gagnait 1,8% après la clôture, suite à la publication, juste après la cloche, des résultats de son premier trimestre fiscal 2018.

Boeing (+1,3%). L'avionneur américain a décidé de porter la production de son 787 à 14 appareils par mois en 2019, contre 12 actuellement. "C'est une étape importante pour nous et un autre signe de la vigueur du marché", a déclaré Dennis Muilenberg, le directeur général de Boeing, au cours d'une conférence Morgan Stanley. Ce projet d'accélérer la production du Dreamliner avait été auparavant suspendu le temps d'évaluer la demande pour les avions à fuselage large. Alors que les ventes de la plupart des gros porteurs ont chuté l'année dernière en raison des bas prix du pétrole et d'un afflux de modèles d'occasion peu coûteux, la demande pour le 787, le premier avion commercial fabriqué principalement à partir de fibres de carbone, est nettement repartie cette année. Boeing a ainsi enregistré 78 commandes nettes pour l'appareil en 2017, soit davantage qu'au cours des trois dernières années.

Netflix (-0,5%). A l'occasion du renouvellement de l'accord conclu en 2014 pour la distribution de Netflix sur la TV d'Orange en France, Orange et Netflix ont étendu leur partenariat à l'ensemble des pays dans lesquels le Groupe français est présent. Ce partenariat stratégique permettra aux filiales du Groupe en Europe, Afrique et Moyen-Orient de distribuer à l'avenir Netflix et ainsi faire bénéficier leurs clients des contenus riches et exclusifs du service sur leurs différents écrans. Orange distribue déjà Netflix en France depuis 2014 et en Espagne depuis quelques mois. Dans les prochains mois, Netflix sera proposé aux clients d'Orange Pologne au sein de son offre TV. D'autres lancements suivront en 2018.

Amazon.com (-0,7%) lance à son tour son service de musique en streaming en France. Dénommé 'Amazon Music Unlimited', l'application est dotée d'un catalogue de plus de 50 millions de titres, ainsi que de centaines de playlists.

Facebook (-1,2%). L'optimisation fiscale pratiquée par les groupes américains Facebook et Google constitue un manque à gagner de taille pour l'Union européenne. Ces mesures ont entraîné une perte de 5,4 milliards d'euros en impôts entre 2013 et 2015, selon le rapport de l'eurodéputé socialiste Paul Tang, qui est favorable à une réforme pour contraindre les "GAFA", ces grands groupes internet, à payer davantage d'impôts. Le document, que dévoile l'agence de presse Reuters, sera publié aujourd'hui, avant la réunion de deux jours des ministres des Finances de l'UE à Tallinn où le sujet sera évoqué.

Tenet healthcare (+5,6%). D'après les informations de Reuters, le groupe hospitalier aurait mandaté des banques pour l'aider à explorer des options stratégiques, y compris une possible vente.

Pfizer (+1,9%). Le titre est bien orienté ce jeudi, soutenu par l'atteinte d'un objectif en essai clinique du Xtandi, un traitement du cancer de la prostate.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 30 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/11/2017

Les marchés européens rebondissent, soutenus par des statistiques économiques une nouvelle fois favorables. L'indice des directeurs d'achat, qui mesure l'activité dans le secteur privé, signale…

Publié le 23/11/2017

Le groupe pourrait enfin bénéficier d'un contexte plus favorable. Cela n'a pas échappé aux investisseurs...

Publié le 23/11/2017

Rémy Cointreau cède plus de 3% à 107,60 euros malgré la publication de résultats semestriels très solides grâce à la santé florissante du cognac. Le titre a atteint une valorisation si…

Publié le 23/11/2017

Sycomore Asset Management, agissant pour le compte de fonds dont elle assure la gestion, a déclaré à l'AMF avoir franchi en baisse, le 20 novembre, le...

Publié le 23/11/2017

Une belle cible

CONTENUS SPONSORISÉS