Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 782.65 PTS
-
5 841.00
+0.22 %
SBF 120 PTS
4 567.73
-
DAX PTS
13 920.69
-
Dow Jones PTS
31 496.30
+1.85 %
12 668.51
+0. %
1.191
+0.02 %

Clôture de Wall Street : en ordre dispersé avant une salve de résultats d'entreprises

| Boursier | 330 | 5 par 1 internautes

La Bourse de New York a commencé la semaine sur une note mitigée. Près d'un quart des sociétés du S&P 500 publieront leurs comptes cette semaine.

Clôture de Wall Street : en ordre dispersé avant une salve de résultats d'entreprises
Credits Reuters

La Bourse de New York a commencé la semaine sur une note mitigée, les investisseurs s'interrogeant sur l'évolution de la situation sanitaire et sur l'adoption rapide du plan de soutien de 1.900 milliards de dollars présenté par Joe Biden. Les "technos" ont cependant permis au Nasdaq d'inscrire un nouveau record, avant une salve de résultats d'entreprises : quelque 120 sociétés du S&P 500, dont Apple, Facebook ou Microsoft sont attendues cette semaine. La Fed est aussi attendue en réunion mardi et mercredi, tandis que la première estimation de la croissance du PIB au 4e trimestre aux Etats-Unis sera publiée jeudi.

A la clôture, le Dow Jones a cédé 0,12% à 30.960 points, alors que l'indice large S&P 500 a gagné 0,36% à 3.855 pts, et que l'indice Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques et biotechs, a avancé de 0,69% à 13.635 pts, signant un 4e record d'affilée en clôture. Apple (+2,77%) et Tesla (+4%) ont signé de nouveaux records, tandis que le titre du distributeur de jeux vidéo Gamestop (+18,1%) a encore fait l'objet d'une folles spéculations.

La semaine dernière, les trois indices avaient progressé respectivement de 0,6% (DJIA), 1,9% (S&P 500) et 4,2% (Nasdaq), saluant l'investiture, le 20 janvier, du président américain Joe Biden et la perspective de son plan de relance face à la crise sanitaire.

Vers un délai d'un mois et demi pour adopter le plan Biden ?

Ce plan de 1.900 milliards de dollars d'aide face à la crise sanitaire pourrait toutefois mettre plus de temps que prévu pour être adopté, selon les médias américains. Ainsi, Chuck Schumer, le leader démocrate du Sénat, cité lundi par l'agence 'Bloomberg', a dit s'attendre à ce que le plan soit adopté d'ici à la mi-mars... Plusieurs sénateurs des deux camps rechignent à adopter un package aussi élevé, et à alourdir excessivement le déficit budgétaire.

'Nous essaierons de l'adopter dans le prochain mois ou mois et demi", avant la mi-mars, au moment où les aides actuelles prendront fin, a ainsi indiqué Schumer à propos du plan Biden.

Dimanche, un groupe de sénateurs bipartisans, ainsi que plusieurs membres de la chambre des représentants des deux camps ont questionné le montant actuel du plan. Ils ont exigé de Brian Deese, le nouveau directeur du Conseil économique national, de justifier le montant du plan. La sénatrice républicaine du Maine, Susan Collins, a même proposé que ce groupe bipartisan rédige son propre plan, plus ciblé, ce qui ouvrirait la voie à de longues discussions...

Il semble donc que le projet de Nancy Pelosi, la présidente démocrate de la Chambre des représentants, de faire adopter le plan Biden via une procédure d'urgence dans les deux semaines qui suivent l'investiture de Joe Biden, soit désormais caduc.

Un autre sujet, à savoir la procès en "impeachment" de Donald Trump, risque aussi de ralentir les travaux du Congrès. Le Sénat a approuvé le début des procédures le 9 février, mais il est difficile de prévoir combien de temps elles vont durer, et si les sénateurs pourront traiter des deux sujets simultanément.

Des indicateurs "macro" tiennent bon aux Etats-Unis, mais flanchent en Allemagne

Dans l'actualité économique ce jour, l'indice d'activité nationale de la Fed de Chicago pour le mois de décembre 2020 est ressorti à 0,52, contre un niveau révisé à 0,31 pour le mois antérieur. La précédente lecture du mois de novembre était de 0,27. Un indice positif traduit rappelons-le une croissance 'supérieure à la tendance' aux USA.

L'indice d'activité manufacturière régionale de la Fed de Dallas pour janvier s'est établi à 7, contre 9,7 un mois avant. Il faiblit mais traduit toujours une expansion de l'activité, puisqu'il est positif.

En Europe, l'indice Ifo allemand du climat des affaires est ressorti à 90,1 en janvier contre 91,4 de consensus, alors qu'il était de 92,2 un mois avant.

Sur les marchés boursiers européens, la tendance était négative lundi, sur fond d'aggravation de la crise sanitaire et de crainte des effets économiques négatifs en cas de reconfinement dans plusieurs pays, dont la France.

Le nombre de cas de Covid-19 marque le pas aux Etats-Unis

Selon l'Université Johns Hopkins ce jour, le nombre de cas confirmés du nouveau coronavirus dans le monde depuis le début de l'épidémie approche des 100 millions, dont 25,1 millions aux USA, 10,7 millions en Inde et 8,8 millions au Brésil. La pandémie a fait 2,13 millions de morts dans le monde et 419.228 aux Etats-Unis.

A noter qu'aux Etats-Unis, sur les 7 derniers jours, le nombre moyen de nouveaux cas de Covid-19 est revenu à 170.559 par jour, en diminution de 33% par rapport à deux semaines plus tôt, selon les statistiques du 'New York Times'. Le nombre des décès et les hospitalisations ont aussi commencé à refluer depuis quelques jours, même si les chiffres restent préoccupants.

L'un des objectifs de l'administration Biden est de parvenir à 100 millions de vaccinations sur les 100 premiers jours de son mandat. Le suivi des nouveaux variants est également au programme. Jusqu'ici, 21,8 millions de doses ont été injectées et 41,4 millions de doses livrées dans le pays. La semaine dernière, le nombre de vaccinés a frôlé le million par jour en moyenne, un rythme qui, s'il se maintient, permettrait d'atteindre l'objectif de Joe Biden.

Notons également que le groupe américain Merck & Co vient de mettre un terme au développement de ses deux vaccins potentiels contre le Covid. En France, l'institut Pasteur a arrêté pour sa part son principal projet de vaccin, jugé insuffisamment efficace.

VALEURS A SUIVRE

Sur le front des entreprises, près d'un quart du S&P 500, soit environ 120 sociétés, doit publier cette semaine ses comptes du 4e trimestre 2020. Les compagnies concernées représentent en capitalisation boursière près de 40% de l'indice large américain... Le consensus FactSet actuel modélise une baisse de 5% des bénéfices de l'indice S&P sur le trimestre par rapport à la même période de 2019.

Apple a gagné 2,77% à 142,92$ (un nouveau record), à deux jours de la publication de ses comptes du trimestre octobre-décembre, une période de fin d'année décisive pour les ventes des produits du géant des smartphones. Les comptes sont attendus mercredi soir après la clôture, de même que ceux de deux autres géants de la "tech", Tesla et Facebook. Microsoft publiera pour sa part ses comptes dès mardi soir post-clôture.

Malgré la crise sanitaire (ou grâce à elle), les analystes tablent sur des ventes historiquement élevées pour Apple, Tesla et Facebook. Apple devrait ainsi afficher pour la première fois des ventes trimestrielles supérieures à 100 milliards de dollars. Le courtier Wedbush a profité de l'occasion pour doper son objectif de cours de 160 à 175$ sur le dossier.

Tesla Motors (+4,03% à 880,80$) a aussi fini de justesse sur un nouveau sommet. Les comptes attendus mercredi soir seront les premiers depuis l'intégration dans l'indice S&P 500 du constructeur californien de véhicules électriques.

Le groupe a déjà publié de très bons chiffres de livraisons pour l'année. Les marchés surveilleront donc les perspectives 2021. Le patron de Tesla, Elon Musk a évoqué lors de la dernière présentation de résultats certains chiffres, estimant qu'un analyste n'était "pas loin" en anticipant 840.000 à 1 million d'unités livrées cette année. A noter que le courtier Baird a rehaussé lundi son objectif de cours de 488$ à 728$ sur Tesla.

Kimberly-Clark (+3,2%), fournisseur américain de produits de consommation, a annoncé pour son quatrième trimestre 2020 des ventes de 4,8 milliards de dollars, en augmentation de 6%, avec une croissance organique de 5%. Le bpa dilué net trimestriel est ressorti à 1,58$, presque stable. Le bpa ajusté trimestriel s'est établi à 1,69$, contre 1,71$ un an avant. Le consensus était de 1,6$ de bpa ajusté pour 4,71 milliards de revenus. Pour l'exercice 2021, les revenus sont attendus en croissance de 4 à 6%. Le bénéfice ajusté par action est anticipé entre 7,75 et 8$. Le consensus sur l'exercice entamé était de 7,77$ de bpa ajusté pour 19,54 milliards de revenus.

Blackstone (stable). Foley Trasimene Acquisition, firme de l'investisseur Bill Foley, serait, selon les sources proches du dossier de l'agence Reuters, sur le point de conclure le rachat à Blackstone du groupe de services aux entreprises Alight Solution sur la base d'une valorisation de 7,3 milliards de dollars, dette comprise.

Merck & Co (+0,2%) met un terme au développement de deux vaccins expérimentaux contre le Covid-19, suite à des résultats cliniques initiaux jugés décevants, qui n'auraient généré que de faibles réponses immunitaires contre le virus. Le groupe du New Jersey poursuit toutefois les développements parallèles concernant deux traitements expérimentaux du nouveau coronavirus. Merck anticipe des résultats de tests de ces deux traitements dans les semaines à venir, ce qui pourrait déboucher sur des demandes d'autorisations aux régulateurs si les résultats sont positifs.

Pfizer (+2%). L'Australie vient à son tour de valider l'utilisation du vaccin contre le Covid-19 développé par le géant pharmaceutique américain et son partenaire allemand BioNTech (+2% à New York).

Moderna (+12,2% !). Une entité du conglomérat indien Tata a initié, selon l'Economic Times, des discussions avec le laboratoire en vue de distribuer en Inde son vaccin covid... Moderna annonce par ailleurs ce jour que son vaccin retiendrait son activité neutralisante contre les variants émergents identifiés d'abord au Royaume-Uni et en Afrique du Sud.

United Airlines (-4,2%), Southwest Airlines (-3,7%) ou American Airlines (-2,47%) ont souffert alors que l'administration Biden entend durcir les conditions d'accès au territoire américain pour lutter contre la pandémie et les nouveaux variants.

Advanced Micro Devices (AMD, +1,4%) annoncera ses trimestriels mardi soir après Bourse. RBC vient de porter son cours-cible à 105$. Le broker table sur des comptes supérieurs aux attentes et une guidance renforcée, ainsi que sur une poursuite de la croissance des parts de marché du groupe. Citi a pour sa part placé le dossier AMD sous surveillance en vue d'un "catalyseur positif".

Electronic Arts (+0,2%) et Take-Two (-0,33%) ont les faveurs de Goldman Sachs. Le broker vient de restaurer ses recommandations à l'achat sur les valeurs des deux éditeurs de jeux vidéo. GS dégrade en revanche Imax d''achat' à 'neutre' dans le contexte sanitaire que l'on sait.

GameStop a encore gagné 18%, après avoir plus que doublé en début de séance... Le titre du distributeur de jeux vidéo avait déjà flambé de 51% vendredi soir, sous l'effet d'un bras de fer entre le cabinet d'analyse baissier Citron Research et des "day traders" réunis sur le réseau social Reddit en soutien à Gamestop. Les "day traders" l'ont emporté, forçant les vendeurs à découvert à se racheter en panique sur ce dossier qui, sur le plan fondamental paraît désormais très surévalué... Le courtier Telsey a ainsi dégradé la valeur de 'surperformance' à 'sous-performance'.

Les opérateurs se sont aussi rués lundi sur les plusieurs autres valeurs les plus vendues à découvert, comme Virgin Galactic (+5%), Bed Bath & Beyond (+1,5%) ou AMC Entertainment (+26%)...

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 05/03/2021

Les Etats-Unis et l’Union Européenne se sont mis d’accord afin de suspendre pendant quatre mois les surtaxes imposées dans le cadre du conflit de longue haleine opposant Airbus et Boeing sur…

Publié le 05/03/2021

Les Etats-Unis et l’Union Européenne se sont mis d’accord afin de suspendre pendant quatre mois les surtaxes imposées dans le cadre du conflit de longue haleine opposant Airbus et Boeing sur…

Publié le 05/03/2021

Pernod Ricard annonce la signature d'un accord en vue de l'acquisition d'une participation majoritaire dans La Hechicera, marque de rhum colombien...

Publié le 05/03/2021

Pernod Ricard a annoncé la signature d’un accord en vue de l’acquisition d’une participation majoritaire dans La Hechicera, marque de rhum colombien ultra-premium lancée en 2012. " La…

Publié le 05/03/2021

Airbus a fait le point vendredi soir sur son activité commerciale du mois de février 2021. Ainsi, le groupe aéronautique a livré 32 avions commerciaux le mois dernier à 20 clients. En parallèle,…

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne