En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 978.18 PTS
-1.22 %
4 961.00
-1.35 %
SBF 120 PTS
3 939.83
-1.21 %
DAX PTS
13 116.25
-0.7 %
Dow Jones PTS
27 657.42
-0.88 %
10 936.98
-1.3 %
1.184
0. %

Clôture de Wall Street : en ordre dispersé après une séance volatile

| Boursier | 319 | Aucun vote sur cette news

Après un début de séance dans le vert, les principaux indices boursiers américains ont réduit leurs gains, avant de passer dans le rouge.

Clôture de Wall Street : en ordre dispersé après une séance volatile
Credits Reuters

La Bourse de New York a vécu une fin de semaine volatile, les principaux indices boursiers américains terminant en ordre dispersé. Les "technos" ont poursuivi leur correction vendredi, tandis que les valeurs cycliques, les financières et certaines valeurs de consommation ont entamé un rattrapage. Les marchés restent nerveux face à la hausse du nombre de cas de Covid-19 dans de nombreuses régions du monde, un facteur qui pourrait freiner le rythme de la reprise économique. Le regain de tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine ainsi que la campagne électorale pour l'élection présidentielle américaine du 3 novembre rendent aussi les marchés volatils ces jours-ci...

A la clôture, l'indice Dow Jones a progressé de 0,48% à 27.665 points, tandis que l'indice large S&P 500 a fini proche de l'équilibre (+0,05%) à 3.340 pts et que le Nasdaq Composite a reculé de 0,61% à 10.853 pts. Les trois indices ont désormais subi deux semaines consécutives de correction : en 5 séances, le Dow Jones a perdu 1,7%, le S&P 500 a cédé 2,5% et le Nasdaq a chuté de 4%. Ce dernier est entré cette semaine dans une zone de correction avec une chute de 10% par rapport à son record historique du 2 septembre dernier, à 12.056 points. Mais l'indice riche en valeurs "technos" gagne encore près de 21% depuis le début 2020.

Trump tance Bytedance, Goldman Sachs entrevoit la fin de la correction boursière

Parmi les valeurs en vue ce vendredi, l'éditeur de logiciels d'entreprises Oracle (-0,58%) a reculé légèrement malgré la publication, jeudi après la clôture, de résultats trimestriels meilleurs qu'attendus. Les poids-lourds d'internet, qui ont profité ces dernier mois de la crise du coronavirus, évoluent en ordre dispersé, dont Apple (-1,3%), Amazon (-1,8%), Facebook (-0,5%), Microsoft (-1,3%) et Netflix (+0,28%).

Les valeurs cycliques ont progressé, comme l'atteste la hausse de indices S&P 500 sectoriels des matériaux de base (+1,3%), de l'industrie (+1,4%) et des financières (+0,7%). Au sein du Dow Jones, Dow (+2,3%), Caterpillar (+2,6%), Nike (+2,8%) et Coca-Cola (+2,1%) ont soutenu l'indice phare, tandis que les technos Salesforce (-1,9%), Apple (-1,3%) et Microsoft (-0,6%) ont subi les plus fortes baisses.

Sur le front commercial, le président américain Donald Trump a maintenu la pression sur la Chine dans le dossier TikTok. Il a affirmé qu'aucun délai ne serait accordé à ByteDance, la maison mère chinoise de l'application de partage de vidéos très prisée des adolescents, mais soupçonnée de velléités d'espionnage par l'administration Trump. "TikTok sera soit vendu, soit fermé", a asséné vendredi le président américain. Trump avait ordonné le 15 août au Chinois de céder sous 90 jours les activités américaines de TikTok.

En début de séance, la Bourse de New York avait progressé plus nettement, portée notamment par la banque d'affaires Goldman Sachs (+0,45%), qui vient de relever sa recommandation sur les Bourses mondiales à 'surpondérer' à un horizon de trois mois, évoquant une inflexion dans la croissance des profits des entreprises cotées, et un possible rattrapage sur les valeurs cycliques. Pour GS, la correction actuelle serait donc en train de se terminer et constituerait une occasion d'achat.

Le déficit budgétaire américain dépasse les 3.000 Mds$

Sur le plan macro-économique aux Etats-Unis, l'inflation a accéléré en août : l'indice des prix à la consommation a grimpé de 0,4% par rapport à juillet, contre +0,3% de consensus. Sur un an, il ne progresse toutefois que de 1,3%. Hors alimentation et énergie cette fois, le 'CPI' américain d'août progresse de 0,4% par rapport à juillet, contre +0,2% de consensus, et il s'apprécie de 1,7% en glissement annuel.

La crise du coronavirus a fait exploser le déficit budgétaire américain. En août, il a atteint 200 milliards de dollars, un peu moins élevé que prévu tout de même. Pour les 11 premiers mois de l'année fiscale 2020, le déficit a cependant dépassé pour la première fois le seuil des 3.000 milliards de dollars.

Le pétrole en berne pour la 2e semaine consécutive

Les cours du pétrole ont commencé la séance dans le vert, mais comme pour les actions, l'optimisme s'est tari en cours de journée, témoignant des doutes sur la poursuite de la reprise économique dans un environnement sanitaire toujours préoccupant. Le baril de brut léger américain (WTI) a fini à l'équilibre (+0,08%) à 37,33$ pour le contrat à terme d'octobre sur le Nymex, tandis que le Brent d'échéance novembre a reculé de 0,57% à 39,83$, retombant sous le seuil des 40$. Sur la semaine, le WTI et le Brent ont perdu environ 6%, après une perte de l'ordre de 7% la semaine dernière.

Sur le front de l'épidémie de coronavirus, le bilan s'alourdit encore. Selon l'Université Johns Hopkins, 28,2 millions de cas ont désormais été confirmés au niveau mondial, dont 6,4 millions aux Etats-Unis, 4,56 millions en Inde et 4,24 millions au Brésil. 910.157 décès sont recensés dans le monde depuis l'émergence du virus, dont 191.791 aux Etats-Unis, 129.522 au Brésil et 76.271 en Inde.

L'Inde a dénombré 96.551 nouveaux cas confirmés au cours des vingt-quatre dernières heures, ce qui représente un nouveau record quotidien dans le pays depuis le début de l'épidémie. Le Brésil voit le nombre de nouveaux cas repartir à la hausse après un semblant d'accalmie, avec 40.557 nouveaux cas et 983 décès supplémentaires en 24 heures, selon les données du ministère de la Santé.

La Chine reste moins touchée avec 15 nouveaux cas confirmés en 24 heures, concernant tous des personnes venues de l'étranger. C'est le vingt-sixième jour consécutif sans transmission locale en Chine, selon les données officielles de la Commission nationale de la santé.

VALEURS A SUIVRE

Microsoft (-1,3%) / Oracle (-0,58%)/ Walmart (stable). ByteDance a engagé des discussions avec Microsoft pour la cession des activités américaines de TikTok, tout en contestant devant la justice américaine les injonctions de Donald Trump. Le groupe chinois discuterait aussi avec Oracle ou Walmart. Bloomberg croit savoir que ByteDance ne serait pas en mesure de vendre les actifs concernés avant le 20 septembre, la date-butoir fixée par Washington pour la cession...

Par ailleurs, le vice-président de Microsoft, Tom Burt, a indiqué vendredi que des pirates informatiques en lien avec la Russie, la Chine et l'Iran tenteraient d'espionner des proches de Donald Trump et de Joe Biden, les deux candidats à l'élection présidentielle américaine de novembre.

Microsoft doit lancer mardi prochain son service de jeux vidéos dans le cloud, avec une offre de lancement de 1$ pour le 1er mois, dans une stratégie offensive pour contrer son principal concurrent, le japonais Sony.

Oracle (-0,58%), le géant américain des logiciels d'entreprises, recule malgré des comptes supérieurs aux attentes pour son premier trimestre fiscal. Le directeur général du groupe software californien évoque des résultats "fantastiques", alors qu'Oracle a dépassé les attentes en termes de profits et de ventes. Le groupe constate une recovery des dépenses des clients, le télétravail ayant stimulé tout particulièrement les services cloud et les activités traditionnelles de licences.

Les revenus trimestriels totaux se sont appréciés de 1,6% en glissement annuel à 9,4 milliards de dollars, contre 9,2 milliards de dollars de consensus. Le bénéfice net s'est amélioré à 2,25 milliards de dollars et 72 cents par action, contre 2,14 milliards de dollars et 63 cents par titre un an plus tôt. Le bénéfice ajusté par action s'est élevé à 93 cents, contre un consensus de 86 cents.

Tesla (+0,37%) a fini en légère hausse après une séance passée essentiellement dans le rouge. Le groupe pourrait commencer à expédier des voitures fabriquées dans sa gigantesque usine de Shanghai vers d'autres marchés en Asie et en Europe. Selon les sources de Bloomberg, les Model 3 construites en Chine et destinées à être livrées à l'extérieur du pays pourraient être fabriquées en série au quatrième trimestre. Les marchés visés seraient Singapour, l'Australie, la Nouvelle-Zélande, ainsi que l'Europe, où les clients doivent actuellement attendre la livraison de leur voiture fabriquée aux États-Unis. Les livraisons pourraient commencer dès la fin de cette année, ou début 2021.

L'usine principale de Tesla se trouve à Fremont, en Californie, où elle assemble les modèles S, X, Y et 3. C'est également là que la grande majorité des composants des véhicules sont fabriqués. L'entreprise californienne devrait également compter sa première manufacture en Europe l'an prochain puisqu'elle construit actuellement une usine à Berlin. Elon Musk espère démarrer la production de cette dernière à la mi-2021.

Boeing (+1,6%) a indiqué jeudi qu'il discutait avec la Federal Aviation Administration (FAA) américaine du nouveau défaut de fabrication identifié sur son 787 Dreamliner. Le problème est susceptible d'affecter 680 exemplaires de ce modèle, précise Reuters, reprenant les informations de la radio KOMO News de Seattle.

Tiffany (-0,48%). Le joaillier américain a annoncé que le projet d'acquisition par LVMH avait été approuvé par les autorités mexicaines et japonaises. Le géant français du luxe a pourtant confirmé hier encore que les conditions nécessaires à la réalisation de l'acquisition de Tiffany n'étaient pas réunies. LVMH va d'ailleurs saisir la justice américaine contre l'Américain.

Kroger (-1%), distributeur américain, a dépassé le consensus de profits sur le trimestre clos. Pour le second trimestre, les ventes ont également dépassé les attentes. Le bénéfice net est ressorti à 819 millions de dollars soit 1,03$ par titre, contre 297 millions de dollars et 37 cents par action un an avant. Le bpa ajusté a représenté 73 cents, supérieur au consensus FactSet.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

Suivez la tendance avec
Nicolas PAGNIEZ,

du lundi au vendredi à 9h55, 12h30, 14h55 et 18h30 sur

CONTENUS SPONSORISÉS
#}
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/09/2020

Sensorion estime être en mesure de financer ses activités jusqu' à la fin du troisième trimestre 2022

Publié le 18/09/2020

Acteos a publié un chiffre d'affaires en croissance organique de 10,9% à 7,066 millions d'euros au premier semestre de son exercice 2020. La perte nette (part du groupe) du spécialiste de…

Publié le 18/09/2020

Au 30 juin 2020, Crossject dispose d’une trésorerie de 7,3 millions d'euros, contre 7,9 millions d'euros, au 31 décembre 2019. Sur le semestre, la société a bénéficié d’un prêt garanti par…

Publié le 18/09/2020

Au 1er semestre 2020, le chiffre d'affaires consolidé de Bassac s'établit à 398 ME, en baisse de 8% par rapport au 1er semestre 2019...

Publié le 18/09/2020

Marie Brizard Wine and Spirits (MBWS) a annoncé le report de la publication de ses résultats semestriels 2020 au 30 septembre, en raison de contraintes logistiques liées au contexte sanitaire. Le…

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne