Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 611.69 PTS
-1.22 %
5 595.00
-1.42 %
SBF 120 PTS
4 456.08
-1.11 %
DAX PTS
13 787.73
-1.44 %
Dow Jones PTS
30 814.26
-0.57 %
12 803.93
-0.73 %
1.207
+0. %

Clôture de Wall Street : en légère hausse

| Boursier | 393 | Aucun vote sur cette news

Wall Street a évolué calmement ce jeudi à l'issue d'une demi-séance, réveillon de Noël oblige...

Clôture de Wall Street : en légère hausse
Credits Reuters

Wall Street a évolué calmement ce jeudi à l'issue d'une demi-séance, réveillon de Noël oblige... L'indice DJ progresse de 0,23% à 30.200 points. L'indice large S&P 500 avance de 0,35% à 3.703 pts, tandis que l'indice Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques et biotechs, remonte de 0,26% à 12.805 pts.
Après des mois de négociations, Bruxelles et Londres ont enfin conclu ce jeudi un accord sur leurs relations commerciales post-Brexit, éloignant ainsi la perspective d'un "no deal" que les marchés redoutaient... Si le Royaume-Uni a formellement quitté l'UE le 31 janvier dernier, il est resté depuis intégré au marché unique et soumis aux normes européennes dans le cadre d'une période de transition courant jusqu'à la fin de cette année. La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, et le Premier ministre britannique, Boris Johnson, ont ainsi annoncé chacun de leur côté la conclusion de cet accord arraché une semaine seulement avant la sortie effective de la Grande-Bretagne de l'UE... Il y a peu de réactions à cette annonce à noter sur les marchés qui avaient largement anticipé la manoeuvre...

ECO ET DEVISES

Avant la coupure de Noël, une batterie d'indicateurs était au programme outre-Atlantique ces dernières heures : Des statistiques mitigées avec, malgré tout, des données sur l'emploi encourageantes... Les inscriptions au chômage ont en effet davantage reculé que prévu la semaine passée aux Etats-Unis. Le Département américain au Travail a annoncé, pour la semaine close au 19 décembre, que les inscriptions au chômage ont atteint 803.000, en repli de 89.000 par rapport à la lecture révisée de la semaine antérieure de 892.000. Elles ressortent nettement moins élevées qu'attendu puisque le consensus était positionné à 880.000.
La moyenne à quatre semaines s'établit à 818.250, en hausse de 4.000. Enfin, le nombre de chômeurs indemnisés sur la semaine close le 12 décembre atteint 5,337 millions, en baisse de 170.000 sur sept jours (5,558 millions de consensus). Avant que le coronavirus ne mette à l'arrêt la majeure partie de l'économie américaine, le précédent record datait de 1982 avec 695.000 demandes hebdomadaires.

Wall Street, qui clôturera ce soir à 19h00, heure de Paris, sera fermée vendredi pour Noël. La tendance reste hésitante en raison de l'opposition des républicains et des démocrates à modifier le projet de loi, incluant le plan de relance et des dépenses gouvernementales, après le refus mardi de Donald Trump de le promulguer en l'état.
La présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, a déclaré ce jeudi que les élus se retrouveront lundi pour se prononcer à nouveau sur une augmentation de l'aide versée aux particuliers à 2.000 dollars, contre 600 dollars actuellement prévus par le projet de loi, une somme que Donald Trump juge "ridiculement faible"...

Les cours du brut sont remontés sur les 51$ le brent, malgré l'annonce d'une baisse moins prononcée que prévu des stocks de brut aux Etats-Unis la semaine passée. D'après le Département à l'Energie, les stocks domestiques de pétrole pour la semaine close le 18 décembre ont ainsi reculé de 0,6 million de barils à 499,5 mb, alors que le consensus tablait sur un repli de 3 millions de barils.
Les réserves d'essence ont reculé de 1,1 million de barils (contre une hausse de 0,8 mb anticipée par le marché), alors que les stocks de produits distillés ont diminué de 2,3 mb par rapport à la précédente semaine, contre une baisse de 1,5 mb attendue.
Enfin, l'euro reste sous les 1,22/$ à 1,2190/$ entre banques...

VALEURS A SUIVRE

Tesla remonte de 2,4% et Apple de 0,8% à 132$, alors que les deux groupes pourraient se retrouver en concurrence frontale sur le marché de la voiture électrique... Le bras de fer à distance ne fait que commencer après les dernières révélations d'Elon Musk qui avait dans le passé tenté d'approcher Tim Cook en vue d'un rapprochement entre les deux groupes.

Pfizer (-0,5%). La Haute autorité de santé française (HAS) a autorisé ce jeudi l'utilisation du vaccin contre le COVID-19 développé par les laboratoires Pfizer et BioNTech, dernière étape réglementaire avant le début de la vaccination dimanche dans l'Hexagone. "Le vaccin BNT162b2 peut être utilisé chez les personnes de 16 ans et plus et y compris les plus âgées du fait de son efficacité et de son profil de tolérance satisfaisant", estime la HAS dans un avis sur la stratégie de vaccination. "Cet avis sera revu en fonction de l'évolution des connaissances, notamment au regard des résultats complets des essais de phase 3", précise la HAS.
La Commission européenne a donné lundi son feu vert à l'utilisation de ce vaccin quelques heures après l'avis favorable de l'Agence européenne des médicaments (EMA). Il revient désormais aux pays du bloc communautaire de préciser leur stratégie et l'organisation de la campagne de vaccination au niveau national.
Plusieurs pays européens parmi lesquels l'Allemagne, l'Autriche, l'Italie et la France ont fait savoir qu'ils entendaient administrer les premières doses du vaccin à partir de dimanche. Le ministre français de la Santé, Olivier Véran, a précisé mardi que des résidents de deux ou trois Ehpad seraient les premiers bénéficiaires du vaccin.

Moderna (-5%) a estimé que son vaccin contre le COVID-19 protège également contre le variant du virus détecté en Grande-Bretagne et a annoncé que des tests allaient être menés pour le confirmer...

Alibaba chute de 8% ! Les autorités chinoises ont ouvert une enquête pour des pratiques monopolistiques et vont convoquer l'une de ses filiales, Ant Group... Cette enquête s'inscrit dans le cadre de la lutte accrue menée par Pékin contre les pratiques anticoncurrentielles dans le secteur du numérique... Elle intervient après la suspension le mois dernier de l'introduction en bourse d'Ant Group à Shanghai et à Hong Kong. Le 'Quotidien du Peuple', organe de presse officiel du Parti communiste chinois écrit dans une tribune que l'industrie ne se développerait pas d'une manière "saine et durable" si "le monopole est toléré et les entreprises autorisées à se développer de manière désordonnée et barbare".
Les régulateurs ont déjà prévenu Alibaba contre la pratique dite de "l'un ou l'autre" - lorsque des commerçants sont contraints de signer un pacte de coopération exclusive avec une plateforme et ne peuvent proposer leurs produits via des sites rivaux.
L'administration d'Etat pour la régulation du marché (SAMR) a déclaré avoir ouvert une enquête sur cette pratique.

Ant Group : Les autorités financières chinoises vont s'entretenir dans les prochains jours avec Ant Group, filiale d'Alibaba, selon un communiqué de la Banque populaire de Chine (BPC). Cette réunion est destinée à "guider Ant Group dans la mise en oeuvre d'une supervision financière, d'une compétition équitable et pour protéger les droits et les intérêts des consommateurs".
Ant Group a dit avoir reçu la notification des régulateurs et assuré qu'il "se conformera" à toutes les exigences.
Alibaba a fait savoir qu'il coopérerait avec l'enquête et que ses activités continueraient de fonctionner normalement.
La Chine a publié le mois dernier un projet de loi visant à empêcher les comportements monopolistiques des plateformes internet, la première mesure antitrust d'envergure engagée par Pékin contre les entreprises du secteur.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 15/01/2021

Sogeclair, concepteur et producteur de solutions innovantes à forte valeur ajoutée pour la mobilité, annonce avoir conclu l'opération d'entrée de...

Publié le 15/01/2021

L'Administrateur Provisoire, assisté de l'Administrateur Judiciaire ont arrêté les états financiers sociaux et consolidés du groupe EEM le 15 janvier...

Publié le 15/01/2021

Valneva, société spécialisée dans les vaccins contre des maladies infectieuses générant d'importants besoins médicaux, a annoncé aujourd'hui une...

Publié le 15/01/2021

A la suite de l'ordonnance de référé du 9 octobre 2020 et de l'arrêt de la Cour d'appel du 19 novembre 2020, ayant ordonné la suspension des effets de...

Publié le 15/01/2021

Valneva a annoncé une modification des termes de son accord de financement avec les fonds américains spécialisés dans le secteur de la santé Deerfield Management Company et OrbiMed. Compte tenu…

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne