En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 594.24 PTS
+0.54 %
4 621.50
+1.23 %
SBF 120 PTS
3 640.89
+0.46 %
DAX PTS
11 556.48
-0.36 %
Dow Jones PTS
26 501.60
-0.59 %
11 052.95
-2.62 %
1.164
+0. %

Clôture de Wall Street : en hausse pour clore une année faste !

| Boursier | 689 | Aucun vote sur cette news

La Bourse de New York a terminé l'année en hausse, mardi, après l'annonce de la signature le 15 janvier de l'accord commercial USA-Chine. Les indices ont fini très près de leurs sommets historiques.

Clôture de Wall Street : en hausse pour clore une année faste !
Credits Reuters

Guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine, aléas du Brexit, tensions avec l'Iran... L'année 2019, riche en rebondissements, s'est achevée calmement mardi, en légère hausse. Sur l'ensemble de l'année, le Dow Jones a bondi de 22,3%, le S&P 500 a grimpé de 29% et le Nasdaq s'est envolé de 35,2%. Le Nasdaq et le S&P 500 ont signé leur meilleure performance annuelle depuis 2013 et le DJIA n'a pas fait mieux depuis 2017.

Mardi en clôture, l'indice Dow Jones a avancé de 0,27% à 28.538 points, tandis que l'indice large S&P 500 a progressé de 0,29% à 3.230 pts et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques, a gagné 0,30% à 8.972 pts.

Le Dow Jones à plus de 32.000 points en 2020 ?

La séance a été marquée par des opérations techniques d'habillage de portefeuille dans un faible volume de transactions. Les marchés ont surveillé avec un peu d'inquiétude une montée des tensions au Moyen-Orient, après des frappes militaires américaines en Irak. Mais l'annonce par Donald Trump de la signature, le 15 janvier prochain, du tant attendu accord commercial de Phase 1 avec la Chine, a mis du baume au coeur des investisseurs.

Mardi, le principal conseiller commercial de Donald Trump, Peter Navarro, a pour sa part affirmé sur 'CNBC' qu'après la signature de l'accord commercial de phase 1 avec la Chine, le Dow Jones pourrait dépasser 32.000 points en 2020, soit une progression potentielle d'au moins 12%. "Je me réjouis d'une grande année 2020. En terme de prévisions, je vois une croissance économique plus proche de 3% que de 2%. Je vois un Dow Jones à au moins 32.000 points", a-t-il déclaré.

Sur le marché des changes, le dollar a piqué du nez pour la 3e séance consécutive. L'indice du dollar, qui mesure son évolution face à un panier de 6 grandes devises, a reculé mardi de 0,34% à 96,51 points, tandis que l'euro a grimpé de 0,25% à 1,1225$, bénéficiant toujours d'anticipations de reprise de l'économie européenne en 2020. Sur l'ensemble de l'année, le dollar a fait du surplace, tandis que l'euro a reculé de 2,1%.

Sur les marchés obligataires américains, les taux se sont tendus, le rendement du T-Bond à 10 ans regagnant 4 points de base à 1,92% (+1 point de base). Mais sur un an, le taux US a 10 ans a fortement reculé (-76 pdb) par rapport aux 2,68% de la fin décembre 2018, notamment sous l'effet de trois baisses de taux de la Réserve fédérale américaine. En Europe, le rendement du Bund à 10 ans a fini stable à -0,19% mardi, mais lui aussi a plongé cette année (+0,24% il y a un an) sur fond de politique monétaire très accommodante de la Banque centrale européenne pour faire face au ralentissement conjoncturel.

L'accord commercial USA-Chine signé le 15 janvier

Sur le front commercial, Donald Trump a donc annoncé mardi qu'il signerait le 15 janvier, à la Maison blanche, l'accord tant attendu de "Phase 1" avec la Chine. "Je signerai la phase un (...) de l'accord commercial avec la Chine le 15 janvier, la cérémonie se déroulera à la Maison blanche", a écrit le président américain sur Twitter, ajoutant que "des responsables chinois de haut niveau" seraient présents. "A une date ultérieure, je me rendrai à Pékin où débuteront les discussions sur la phase 2", a encore déclaré Donald Trump.

Cet accord de "phase 1", annoncé le 13 décembre après d'intenses tractations, doit mettre fin au conflit commercial entre les deux premières puissances économiques de la planète, qui menace de gripper durablement la croissance mondiale.

En vertu de ce compromis, les Etats-Unis réduiront leurs droits de douane sur certains produits chinois en échange de l'achat par la Chine d'environ 200 milliards de dollars supplémentaires de produits américains au cours des deux prochaines années.

Toutefois, si la phase 1 est bienvenue, elle est loin d'avoir réglé les nombreux problèmes de fond entre les Etats-Unis et la Chine, soulignent le experts, qui s'attendent déjà à la résurgence de nouvelles tensions courant 2020 entre les deux principales puissances économiques mondiales.

L'activité manufacturière chinoise résiste en décembre

En Chine, l'approche d'un accord commercial partiel semble avoir déjà stoppé la chute de l'activité dans le secteur manufacturier. L'indice PMI manufacturier officiel, publié mardi, s'est ainsi établi à 50,2 en décembre, identique au mois précédent, alors que les économistes interrogés par Reuters anticipaient en moyenne un indice à 50,1.

Il s'agit du 2e mois où cet indice ne baisse pas, soutenu par une accélération de la production et une hausse des commandes à l'exportation, a indiqué le Bureau chinois des statistiques.

Par ailleurs, les marchés surveillaient mardi le brusque regain de tension géopolitique au Moyen-Orient après des raids aériens lancés par les Etats-Unis, dimanche soir en Irak et en Syrie, avec pour cible une milice chiite irakienne pro-iranienne. Des bombardements qui ont fait 25 morts, de source irakienne. Washington affirme avoir frappé en représailles à une série d'attaques à la roquette ayant visé des militaires américains en Irak.

L'ambassade américaine à Bagdad visée par une foule hostile

Cette opération a suscité l'indignation en Irak, où des milliers de manifestants irakiens ont forcé mardi l'entrée de l'ambassade des Etats-Unis à Bagdad, brûlant des drapeaux américains, arrachant des caméras de surveillance et criant "Mort à l'Amérique". Les forces américaines ont tiré des grenades lacrymogènes pour les disperser, et le Pentagone a annoncé avoir envoyé "des forces supplémentaires" pour assurer la sécurité de la mission diplomatique américaine.

Donald Trump a immédiatement accusé l'Iran d'avoir "orchestré" cette "attaque". "Ils seront tenus pour pleinement responsables", a prévenu le président des Etats-Unis, laissant planer la menace de représailles qui pourraient alimenter une nouvelle escalade entre Washington et Téhéran.

Ces tensions n'ont cependant eu aucun effet immédiat sur le cours du pétrole, qui ont tendance à flamber en cas de tensions géopolitiques au Moyen-Orient. Mardi, le cours du baril de brut léger américain (WTI) a reculé de 1% à 61,06$ sur le Nymex (contrat à terme de février), tandis que le Brent de la mer du Nord a aussi cédé 1% à 66$ pour le contrat à terme de février.

Depuis le début de l'année, le cours du pétrole WTI a bondi de 34,5% et le Brent a grimpé de 22,7%, leur meilleure année depuis 2016, tous deux soutenus par la perspective d'un cessez-le-feu commercial entre les Etats-Unis et la Chine, et par l'accord Opep+ de limitation de la production, qui vient d'être renouvelé jusqu'à mars 2020. Cependant, le ministre russe de l'Energie Alexandre Novak a jeté un froid vendredi dernier, en estimant que l'Opep et ses alliés devraient envisager de mettre fin l'an prochain à ces baisses de production.

L'or signe sa meilleure performance depuis 9 ans

L'or a en revanche profité mardi des tensions au Moyen-Orient, l'once d'or progressant en soirée de 0,41% à 1.524,90$ l'once, pour le contrat à terme de février coté sur le Comex de Chicago. Le métal jaune termine l'année sur un gain de 19%, et signe ainsi sa meilleure performance depuis 9 ans, en 2010.

La guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine, les tensions géopolitiques au Moyen-Orient, le aléas du Brexit, la faiblesse de l'inflation, et surtout, les politiques monétaires très accommodantes des grandes banques centrales, sont autant de facteurs ayant favorisé le métal jaune ces derniers mois. La baisse des taux d'intérêts, parfois en terrain négatif, a rendu l'or plus attractif que de nombreuses obligations, bien qu'il n'offre aucun rendement. En fin d'année, le repli du dollar a encore donné un coup de fouet à l'or, en rendant les achats de métal jaune moins onéreux pour les acheteurs hors zone dollar. Ainsi, la relique barbare a bondi de 3,6% sur le seul mois de décembre, alors que le billet vert a reculé d'environ 2%.

VALEURS A SUIVRE

Tencent Music (+0,3%) A la suite de l'annonce faite le 6 août 2019, l'accord entre Vivendi et un consortium mené par Tencent concernant le projet d'entrée du Consortium dans le capital d'UMG a été signé aujourd'hui. Cet accord prévoit l'acquisition par le Consortium, mené par Tencent avec la participation de Tencent Music Entertainment (NYSE:TME) et de certains investisseurs financiers internationaux, de 10% du capital d'UMG, sur la base d'une valeur d'entreprise de 30 milliards d'euros pour 100% du capital d'UMG.
Le Consortium a l'option d'acquérir, sur la même base de prix, jusqu'à 10% supplémentaire du capital d'UMG jusqu'au 15 janvier 2021.
Cet accord sera prochainement complété par un deuxième accord, permettant à Tencent Music Entertainment d'acquérir une participation minoritaire au capital de la filiale d'UMG regroupant les activités chinoises d'UMG.

Apple a encore gagné 0,73% à 293,65$, terminant l'année à son plus haut niveau historique. Avec un bond de 86% sur l'ensemble de l'année, la firme à la pomme signe la plus forte hausse de l'indice Dow Jones en 2019, devant Microsoft (+55%) et JP Morgan Chase (+42,5%).

Boeing (-0,23%). La compagnie Turkish Airlines a conclu avec le constructeur aéronautique un accord de compensation partielle des pertes liées à l'immobilisation et aux retards de livraison de B737 MAX. Selon le quotidien turc Hurriyet, le montant total de l'accord atteindrait 225 M$ (200 ME).

JP Morgan Chase (+0,6%) voudrait détenir 100% du capital de sa co-entreprise de produits dérivés en Chine JP Morgan Futures Co, dont elle possède pour l'instant 49% des parts, selon l'agence Bloomberg.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

Suivez la tendance avec
Nicolas PAGNIEZ,

du lundi au vendredi à 9h55, 12h30, 14h55 et 18h30 sur

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 30/10/2020

SuperSonic Imagine, société spécialisée dans l’imagerie médicale par ultrasons (échographie), annonce que l’Assemblée générale ordinaire de ses actionnaires s’est tenue le 30 octobre…

Publié le 30/10/2020

Icade Promotion livre 163 logements sociaux à Sainte-Marie de La Réunion (97), première tranche de l'opération des "Berges de Flacourt"...

Publié le 30/10/2020

« Beaucoup de bruit pour rien ». UBS cite Shakespeare pour commenter les résultats d'Apple, qui ont fait couler beaucoup d'encre en raison de la contreperformance des ventes d'iPhone et la chute…

Publié le 30/10/2020

IMERYSLe groupe de spécialités minérales pour l'industrie publiera ses résultats du troisième trimestre.UNIBAIL-RODAMCO-WESTFIELDLa foncière spécialisée dans les centres commerciaux publiera…

Publié le 30/10/2020

Dans des volumes limités, Clasquin bondit de 10,7% à 28 euros après avoir dévoilé une marge brute quasi stable sur neuf mois, à 55,6 millions d'euros...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne