Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 279.35 PTS
+0.19 %
6 237.00
-0.29 %
SBF 120 PTS
4 932.54
+0.07 %
DAX PTS
15 150.22
+0.2 %
Dow Jones PTS
33 587.66
-1.99 %
13 001.63
-2.62 %
1.207
-0.64 %

Clôture de Wall Street : en hausse, les Gafa recherchés avant leurs comptes

| Boursier | 276 | Aucun vote sur cette news

La Bourse de New York s'est bien remise vendredi du choc causé la veille par les projets de Joe Biden d'accroître la fiscalité sur les plus-values et les très hauts revenus.

Clôture de Wall Street : en hausse, les Gafa recherchés avant leurs comptes
Credits Reuters

La Bourse de New York s'est bien remise vendredi du choc causé la veille par les projets de Joe Biden d'accroître la fiscalité sur les plus-values et les très hauts revenus. Les investisseurs estiment que ces projets auront du mal à franchir la barrière du Congrès, et qu'ils seront sans doute édulcorés avant d'être adoptés. Les marchés apprécient en outre l'annonce d'une hausse de l'indice d'activité PMI composite à son plus haut historique en avril aux Etats-Unis, traduisant une solide reprise économique malgré la résurgence de la pandémie de coronavirus dans certains pays, dont l'Inde et le Japon.

A la clôture, le Dow Jones a repris 0,67% à 34.043 points, tandis que l'indice large S&P 500 a regagné 1,09% à 4.180 pts, et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques et biotechs, a avancé de 1,44% à 14.016 pts. Sur la semaine, les trois indices américains ont en revanche légèrement fléchi, respectivement de 0,45%, 0,1% et 0,25%, mettant fin à une série de 4 semaines de progression pour le DJIA et le S&P 500, et de 3 semaines pour le Nasdaq.

Dix des 11 indices sectoriels du S&P 500 ont fini dans le vert vendredi, à commencer par les financières (+1,8%), les technologiques (+1,4%) et les matériaux de base (+1,7%). Sur le front des entreprises, la saison des publications trimestrielles s'est poursuivie avec des comptes diversement appréciés. American Express (-1,9%) et Intel (-5,3%) ont déçu, alors que Snap a bondi de 7,4%.

La semaine prochaine sera encore plus riche que celle qui s'achève en publications de résultats trimestriels, dont ceux, très attendus des Gafa, les géants d'internet. Microsoft (+1,5% ce vendredi) et Alphabet (+2,1%) sont tous deux prévus mardi 27 avril, suivis d'Apple (+1,8%) et Facebook (+1,5%) mercredi 28, puis d'Amazon (+0,9%) prévu jeudi 29 avril. Tesla (+1,35%) sera aussi de la partie dès lundi, après la clôture de Wall Street.

La levée des restrictions sanitaires dope l'activité aux Etats-Unis

Après les très bons chiffres de l'emploi hebdomadaires dévoilés jeudi, les opérateurs ont donc pris connaissance vendredi d'indices PMI flash record en avril. En outre, les ventes de logements neufs se sont envolées en mars.

L'indice flash PMI composite a ainsi atteint un plus haut historique, à 62,2 en avril, contre 59 de consensus de marché et 59,7 pour la lecture révisée de mars. L'indicateur manufacturier s'est établi à 60,6, contre 61 de consensus. L'indice des services a progressé plus que prévu à 63,1 (un record), contre 61,5 attendus, à la faveur de la réouverture de nombreux commerces suite à la levée de nombreuses restrictions anti-Covid. De son côté, la production manufacturière a augmenté malgré des perturbations sans précédent de la chaîne d'approvisionnement.

Par ailleurs, les ventes de logements neufs ont atteint 1,021 million d'unités en mars, en hausse de 20,7% en comparaison de la lecture révisée du mois antérieur (846.000), contre 885.000 de consensus. Les ventes avaient connu leur plus forte baisse depuis 2013 en février en raison de conditions météorologiques très difficiles.

Joe Biden vise les plus-values boursières et les très hauts revenus

Jeudi, les marchés avaient reculé d'environ 1%, après des informations de presse évoquant un projet de hausse des impôts sur les ménages les plus riches, afin de financer le plan de relance de Joe Biden.

Selon des sources citées par 'Bloomberg News', le président américain Joe Biden va proposer de presque doubler le taux d'imposition des plus-values, qui passerait de 20% à 39,6% pour les Américains les plus fortunés, dont les revenus dépassent 1 million de dollars par an (environ 833.000 euros). Combiné avec la surtaxe actuelle sur certaines plus-values, le taux de taxation pourrait alors atteindre jusqu'à 43,4% dans certains cas, selon ces sources. Par ailleurs, selon l'agence 'Reuters', Biden entend aussi relever le taux marginal supérieur d'impôt sur le revenu de 37% à 39,6%, une tranche qui concerne actuellement les revenus supérieurs à 518.000$ par an (431.000 euros).

Le président américain devrait annoncer officiellement ce projet la semaine prochaine dans le cadre de la présentation attendue du 2e volet de son plan de relance, baptisé "American Families Plan", qui serait doté de plus de 1.000 milliards de dollars pour financer notamment des congés familiaux ou de maladie, des crèches ou la gratuité de certaines universités.

L'impôt sur les sociétés relevé à 28% ou à 25% ?

Par ailleurs, les négociations se poursuivent pour tenter de trouver un terrain d'entente au Congrès entre Démocrates et Républicains au sujet du premier volet du plan de relance de Joe Biden, baptisé "American Jobs Plan", consacré à la modernisation des infrastructures, présenté le 31 mars dernier. Le chemin s'annonce difficile, un groupe de sénateurs républicains ayant présenté jeudi un contre-plan beaucoup plus modeste, basé sur une vision plus étroite de la définition de la notion d'"infrastructures". Le "package" républicain s'élève seulement à 568 milliards de dollars contre plus de 2.000 Mds$ pour le plan Biden, et ne concernerait que les infrastructures "dures" (routes, ponts, internet à haut débit, chemins de fer...) et non les infrastructures humaines telles que les soins aux personnes âgées et handicapées, que le président démocrate a intégrées dans le plan.

Le plan infrastructures doit être financé par une taxation accrue des entreprises, dont un relèvement de l'impôt sur les sociétés de 21% à 28%. Cet impôt, que Donald Trump avait ramené en 2017 de 35% à 21%, resterait cependant proche de son plus bas niveau historique. Le taux serait "toujours inférieur" à ce qu'il était "entre la Seconde Guerre mondiale et 2017", a souligné Biden.
Toutefois, ce taux de 28% est rejeté par les Républicains, et même au sein des Démocrates, des voix s'élèvent pour parvenir à un compromis de 25%.

Le pétrole rebondit, le bitcoin déprime encore

Les cours du pétrole ont rebondi ce vendredi, mais ils ont reculé sur la semaine. Le WTI a grimpé de 1,2% à 62,14$ le baril sur le Nymex pour le contrat à terme de juin et le Brent est monté de 1,1% à 66,11$ (contrat de juin). Sur la semaine, le WTI a lâché 1,7% et le Brent a reculé de 1%.

Le marché pétrolier reste tiraillé entre d'un côté la réouverture des économies, à commencer par les Etats-Unis, et de l'autre, la propagation de la pandémie dans certaines régions du monde, dont l'Inde, mais aussi le Japon. L'état d'urgence a été décrété vendredi à Tokyo et dans 3 autres départements, avec des mesures de restriction à la clé : les établissements servant de l'alcool (restaurants, bars, karaoké...) devront fermer leurs portes à partir de ce dimanche jusqu'au 11 mai inclus, ainsi que des centres commerciaux et les grands magasins.

L'or s'est replié pour la 2e séance, reculant vendredi de 0,2% à 1.777,80$ l'once sur le Comex (contrat à terme de juin), et cède 0,1% sur la semaine.

Sur le marché des "cryptos", le mouvement de consolidation s'est poursuivi vendredi. Le bitcoin est tombé en matinée sous les 50.000$ avant de rebondir quelque peu (-2,4% à 51.229$ en fin de soirée sur la plateforme Bitfinex). La "Reine des cryptos" teste le seuil psychologique des 50.000$, après avoir abandonné plus de 20% depuis le 14 avril.

Sur les marchés obligataires, les rendements ont fini stables vendredi, le taux du T-Bond américain à 10 ans pointant à 1,55% et le "30 ans" à 2,23%.. Enfin, du côté des changes, l'indice du dollar reculait de 0,54% à 90,84 points face à un panier de devises, et l'euro bondissait de 0,68% à 1,2097$ dans les échanges entre banques à New York.

VALEURS A SUIVRE

*Intel a chuté de 5,3% à 59,24$, malgré la publication jeudi soir de comptes supérieurs aux attentes pour le 1er trimestre 2020. Les investisseurs ont cependant été surpris et déçus par l'annonce d'une baisse plus importante que prévu des ventes de la branche processeurs pour serveurs de centres de données, un secteur de plus en plus concurrentiel...

Au premier trimestre 2021, le bénéfice net par action (bpa) ajusté du géant américain des microprocesseur s'est élevé à 1,39$, très supérieur au 1,15$ attendu par les analystes du consensus FactSet. Les ventes ont légèrement reculé de 0,6% sur un an pour revenir à 19,7 Mds$, mais le consensus tablait sur 17,79 Mds$.

Les investisseurs ont cependant été déçus par la baisse plus forte que prévu des ventes de la division centres de données (-20% à 5,56 Mds$ contre 5,89 Mds$ attendu), qui montre qu'Intel est sous pression de la concurrence notamment de la part d'Advanced Micro Devices (AMD) et Nvidia, qui est en train d'acquérir le fondeur Arm Holdings. Les cours de Bourse d'AMD et de Nvidia ont progressé respectivement vendredi de 4,6% et de 2,8%, en fort contraste avec la chute d'Intel...

"Nous pensons que ceci (la faiblesse de la division Data center) est liée à une perte de parts de marché au profit d'AMD et Arm", a réagi le courtier Cowen dans une note à ses clients, tout en conservant sa recommandation d'achat avec un objectif de cours de 80$.

* Snap a bondi de 7,4% après que la maison-mère californienne de Snapchat eu dévoilé un chiffre d'affaires et un nombre de nouveaux utilisateurs de son application phare supérieurs aux attentes malgré un ralentissement en Amérique du Nord. Le nombre d'utilisateurs actifs quotidiens a en effet augmenté de 22% en glissement annuel à 280 millions. Le consensus était de 275,4 millions. Le bpa ajusté est ressorti à l'équilibre contre une pertes de 6 cents attendue par les analystes et le free cash-flow a atteint 126 M$ contre -4,6 M$ un an plus tôt et -4,8 M$ de consensus.

Evan Spiegel, PDG de Snap, a déclaré : "Nous avons commencé l'année 2021 en atteignant, au cours du trimestre, nos taux de croissance du chiffre d'affaires et des utilisateurs actifs quotidiens les plus élevés d'une année sur l'autre depuis plus de trois ans et en dégageant un flux de trésorerie disponible positif pour la première fois dans l'histoire de Snap en tant que société publique. La force de notre activité souligne notre concentration incessante sur l'innovation produit et témoigne de la capacité de notre équipe à bien exécuter sur le long terme". La compagnie anticipe des revenus compris entre 820 et 840 M$ sur le trimestre en cours avec une nouvelle hausse du nombre d'utilisateurs actifs quotidiens à 290 millions.

* Schlumberger (+1,8%). Le groupe parapétrolier s'attend à une accélération de l'activité de forage cette année, ce qui devrait lui permettre d'augmenter son chiffre d'affaires hors Amérique du Nord au second semestre. Sur les trois premiers mois de l'année, la firme a vu ses revenus chuter de 31% à 5,2 milliards de dollars alors que son cash-flow des opérations a fondu de 45% à 429 M$. Le bpa ajusté a de son côté atteint 21 cents contre 25 cents un an plus tôt et 19 cents de consensus. Le conseil a approuvé le versement d'un dividende trimestriel en cash de 0,125$.

* American Express a abandonné 1,9%, les investisseurs sanctionnant des revenus un peu courts par rapport aux attentes au premier trimestre. Sur la période, le groupe a enregistré un profit net de 2,2 milliards de dollars ou 2,74$ par action contre un profit de 367 M$ ou 41 cents par titre un an plus tôt. Le consensus tablait sur un bpa de 1,61$. La firme a notamment bénéficié de reprises de provisions de plus d'un milliard de dollars. Les revenus ont en revanche reculé de 10,31 à 9,06 Mds$, contre 9,21 Mds$ de consensus, avec la diminution des dépenses des membres et des volumes de prêts. "Nous considérons 2021 comme une année de transition, où nous nous concentrons sur la réalisation d'investissements pour reconstruire", a déclaré le patron d'Amex, Stephen Squeri. "Je suis particulièrement encouragé par les progrès que nous faisons pour reconstruire notre dynamique de croissance à l'avenir".

* Honeywell (-2%) relève sa guidance annuelle après un solide début d'exercice. Le groupe industriel américain a enregistré au cours des trois premiers mois de l'année un profit net de 1,45 milliards de dollars, soit 2,03$ par titre, contre un résultat de 1,61 Md$ ou 2,21$ par action un an plus tôt. En base ajustée, le bpa ressort à 1,92$ contre 1,80$ de consensus. Les ventes sont restées quasi stables à 8,45 Mds$ mais les revenus liés à l'aérospatiale ont fondu de 22% à 2,63 Mds$, contre 2,73 Mds$ de consensus. De quoi expliquer le repli de l'action en pré-séance. La firme vise désormais un bpa ajusté 2021 compris entre 7,75 et 8$ pour des ventes allant de 34 à 34,8 Mds$.

* Mattel (+0,8%) a annoncé une croissance record de ses ventes trimestrielles et relevé son objectif de chiffre d'affaires pour l'ensemble de l'année. Sur le premier trimestre, la société a essuyé une perte ajustée par action de 10 cents contre 33 cents de consensus tandis que ses revenus ont bondi de 47% à 874 M$. La firme californienne table désormais sur une croissance annuelle de 6 à 8% contre environ 5% précédemment. L'Ebitda est anticipé entre 800 et 825 M$, soit environ 25 M$ de plus que visé auparavant.

* Pfizer (stable). La Commission européenne est en train de finaliser un nouvel accord avec Pfizer et BioNTech (+2,4%) sur la fourniture de jusqu'à 1,8 milliard de doses supplémentaires de leur vaccin contre le COVID-19 sur la période 2021-2023, a déclaré la patronne de l'UE, Ursula von der Leyen. "Nous travaillons avec Biontech/Pfizer sur un nouveau contrat", a précisé la dirigeante lors d'une conférence de presse sur le site de production de vaccins. La présidente de la CE s'est par ailleurs montrée confiante sur le fait que l'UE disposera de suffisamment de doses "pour vacciner 70% de la population adulte de l'Union européenne dès juillet".

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE DE BOURSE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 31 mai 2021

CODE OFFRE : FLASH21

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : FLASH21 lors de votre ouverture de compte.

Du 1er au 31 mai 2021

MIEUX QUE GRATUIT ?
"Un ordre de bourse qui vous rapporte"

Tradez gratuitement et recevez 1€ par ordre exécuté
sur tous les produits de la gamme Morgan Stanley*
Valable sur tous les ordres >= à 500€*, offre limitée à 200€

Découvrir l'offre

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Communication à caractère promotionnel. *Voir conditions de l'offre.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 12/05/2021

Le cours du baril de pétrole brut léger américain WTI a gagné plus de 1% mercredi, terminant au-dessus de 66$ pour la 1e fois depuis environ deux mois, après un rapport de l'AIE plutôt optimiste…

Publié le 12/05/2021

L'activité des 9 premiers mois de l'exercice 2020/21 (période du 1er juillet au 31 mars) pour OL Groupe a été fortement impactée par les effets...

Publié le 12/05/2021

Gour Medical, société spécialisée dans le développement et la commercialisation de solutions vétérinaires innovantes pour les animaux de compagnie,...

Publié le 12/05/2021

La société EMS Finance confirme la détention de 49,51% du capital de Cofidur SA...

Publié le 12/05/2021

Carmat, concepteur et développeur du coeur artificiel total le plus avancé au monde, visant à offrir une alternative thérapeutique aux malades...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne