Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 298.64 PTS
+0.73 %
6 305.0
+1.33 %
SBF 120 PTS
4 900.80
+0.73 %
DAX PTS
14 007.93
+0.63 %
Dow Jones PTS
32 120.28
+0.6 %
11 943.93
+1.48 %
1.068
+0.04 %

Clôture de Wall Street : en hausse à l'issue d'une séance en dents de scie !

| Boursier | 267 | Aucun vote sur cette news

A l'issue d'une séance volatile, les indices américains ont fini en léger rebond, grâce à des achats "à bon compte" sur les grandes "technos".

Clôture de Wall Street : en hausse à l'issue d'une séance en dents de scie !
Credits Reuters

Le mois de mai a commencé sur une note très volatile à Wall Street, où les indices ont oscillé entre le rouge et le vert avant de finir en léger rebond grâce à des achats "à bon compte" sur les grandes "technos". Les investisseurs se préparent aux annonces de la Fed, qui devrait relever mercredi son principal taux directeur d'un demi-point. Sur les marchés obligataires, le taux US à 10 ans a atteint lundi le seuil psychologique des 3% pour la première fois depuis novembre 2018.

A la clôture, le Dow Jones a progressé de 0,26% à 33.061 points après avoir perdu 1% en séance, tandis que l'indice large S&P 500 a gagné 0,57% à 4.155 pts après une perte de 1,2% une heure plus tôt. Le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques et biotechs, a repris 1,63% à 12.536 pts, après son plongeon de plus de 4% vendredi sur fond de déception sur les résultats et les prévisions de plusieurs Gafa, dont Amazon (+0,18% après -14% vendredi) et Apple (-0,2% après -3,6% vendredi).

Le mois d'avril s'était soldé par des fortes baisses pour les indices américains, de près de 5% pour le Dow Jones, de près de 9% pour le S&P 500 et de plus de 13% pour le Nasdaq, de retour au plus bas depuis un an. Le Nasdaq abandonne désormais près de 22% par rapport à son record de novembre 2021, évoluant désormais dans un véritable marché baissier ("bear market").

L'indice VIX de la volatilité a bondi au-dessus de 35 points en séance (+5%), mais "l'indice de la peur" a ensuite reflué sur les 32 pts (-4%), ce qui reste très supérieur à sa moyenne mobile à 200 jours (21).

L'activité manufacturière se contracte en Chine et ralentit aux Etats-Unis

La semaine qui s'ouvre sera encore chargée en résultats d'entreprises pour le 1er trimestre, mais l'événement le plus attendu est bien sûr les annonces de la Fed, mercredi soir à l'issue de sa réunion de deux jours. Vendredi, les marchés suivront les chiffres de l'emploi en mars aux Etats-Unis.

Les investisseurs restent en outre nerveux face une situation géopolitique de plus en plus dégradée par le conflit en Ukraine, sans oublier la vague de variant Omicron en Chine qui pèse sur la croissance. L'activité manufacturière s'est ainsi rétractée plus que prévu en Chine en avril en raison du confinement à Shanghai et aux restrictions également en vue à Pékin. L'indice des directeurs d'achat (PMI), indicateur clé de l'activité manufacturière, s'est établi à 47,4 en avril. Un nombre supérieur à 50 témoigne d'une expansion de l'activité et, en deçà, il traduit une contraction. Les autorités chinoises ont indiqué que le "déclin de la production et de la demande" s'est accentué le mois dernier.

Aux Etats-Unis, la croissance de l'activité manufacturière a également ralenti au mois d'avril, tout en restant largement en expansion, selon l'enquête mensuelle de l'Institute for Supply Management (ISM) publiée ce lundi. L'indice ISM manufacturier a ainsi reculé à 55,4, au plus bas depuis septembre 2020, contre 57,1 en mars, alors que les économistes s'attendaient à une amélioration à 57,5.

Le marché se prépare aux annonces haussières de la Fed

Sur les marchés obligataires, les opérateurs continuent de s'ajuster à une politique bien plus restrictive de la Fed, qui s'est engagée à juguler une inflation ayant atteint 8,5% en mars sur un an outre-Atlantique. Après la petite hausse d'un quart de point du taux des "fed funds" annoncée en mars par la Fed, les marchés à terme reflètent désormais des attentes d'au moins trois tours de vis d'un demi-point, en commençant ce mercredi 4 mai. La Fed devrait aussi annoncer cette semaine le calendrier de réduction de son bilan, peut-être dès mai, au rythme de 95 milliards de dollars par mois.

Les marchés s'attendent à ce que le taux des "fed funds", actuellement logé entre 0,25% et 0,50%, s'élève autour de 2,8% à la fin de l'année, une perspective qui fait craindre un net ralentissement de l'économie américaine dans les prochains trimestres, voire une récession l'an prochain.

Lundi, le taux du T-Bond à 10 ans a atteint 3% en séance, avant d'évoluer en soirée autour de 2,98% en hausse de 10 points de base (pb, ou centièmes de point), tandis que le taux du T-Bond à 2 ans, qui réagit davantage à la politique monétaire, montait à 2,73% (+3 pb). En Europe, le rendement du Bund allemand à 10 ans, référence de la zone euro, a gagné 3 pb à 0,96%. Ces taux ont flambé depuis le début de l'année, qu'ils avaient commencée respectivement à 1,5% pour le "10 ans" US, à 0,72% pour le "2 ans" et à -0,18% pour le "10 ans " allemand.

Le dollar au plus haut depuis 2017

Le dollar a continué de profiter des anticipations de resserrement monétaire plus rapide aux Etats-Unis, des inquiétudes sur la guerre en Ukraine et du repli de l'euro après des indices PMI mitigés en Europe et ailleurs. L'indice du dollar, qui mesure son évolution face à un panier de devises de référence, gagnait lundi soir 0,66% à 103,64 points, au plus haut depuis 2017, et non loin de ses sommets de 20 ans, dans l'anticipation d'une Fed plus restrictive... De son côté, l'euro cédait 0,34% à 1,0505$, la BCE étant bien plus prudente que la Fed dans le relèvement de ses taux directeurs.

L'or a fini lundi en nette baisse de 2,6% à 1.863,60$ l'once pour le contrat à terme de juin sur le Comex. Le métal jaune souffre de la vigueur du dollar et de la hausse des rendements obligataires qui rendent l'or moins attractif. Enfin, le bitcoin a fini la journée sans grand changement, autour de 38.400$ en fin de soirée, en hausse de 0,5% sur 24h, selon le site Coindesk

L'UE peaufine son plan pour se passer du pétrole russe

Les cours du pétrole ont fluctué du rouge vers le vert lundi, d'abord plombés par les craintes de ralentissement de l'économie chinoise, puis soutenus par la perspective d'une diminution de l'offre russe alors que l'Union européenne a confirmé s'orienter vers un embargo sur l'or noir russe, en représailles de son attaque contre l'Ukraine lancée le 24 février dernier.

Après une chute de l'ordre de 3% en début de journée, le baril de brut léger américain WTI (contrat à terme de juin) a finalement gagné lundi soir 0,5% à 105,17$ sur le Nymex, tandis que le Brent de la mer du Nord a pris 0,41% à 107,58$ pour le contrat de juin après avoir lui aussi abandonné 3% en début de séance.

Réunis en urgence à Bruxelles, les ministres de l'Energie de l'UE ont entériné lundi le principe d'un embargo sur le pétrole russe d'ici à la fin de l'année. Toutefois, la Hongrie et la Slovaquie, très dépendants de cette source d'énergie, pourraient être exemptés dans un premier temps.

VALEURS A SUIVRE

* Pfizer (-1,5%) : Tandis que la Food and Drug en serait aux premiers stades de l'examen des données qui pourraient aboutir à l'autorisation d'un booster Pfizer supplémentaire, en fonction des résultats des études actuellement menées pour déterminer si une quatrième dose de vaccin fonctionnerait pour lutter contre le Covid, Pfizer vient d'annoncer qu'un essai clinique à grande échelle du Paxlovid, son traitement oral contre le Covid, avait débouché de son côté sur la conclusion d'un manque d'efficacité pour prévenir la transmission du coronavirus entre une personne infectée et les autres habitants de son foyer...

* Apple (+0,2%) : La Commission européenne a annoncé ce lundi avoir informé le groupe Apple qu'elle estimait, à titre préliminaire, qu'il abusait de sa position dominante sur les marchés des portefeuilles mobiles sur les appareils iOS en l'accès à la technologie NFC permettant les paiements sans contact... Elle a toutefois précisé que l'envoi de cette "communication des griefs" ne préjugeait pas de l'issue de son enquête.
Rappelons que la firme à la pomme a enregistré sur le trimestre clos un bénéfice net de 25 milliards de dollars, soit 1,52 dollar par action, contre un bpa de 1,40$ un an plus tôt et un consensus de 1,42$. Le chiffre d'affaires a atteint 97,3 milliards de dollars, en hausse de 8,6% sur un an, et supérieur au consensus logé à 93,9 Mds$. Les ventes d'iPhone ont atteint 50,5 Mds$ (+5,6%), celles de Mac ont totalisé 10,44 Mds$ (+15%) et celles d'iPad 7,65 Mds$ (-2,1%). Les revenus tirés des services, une activité très lucrative pour Apple, ont bondi de 17% à 9,82 Mds$...

* MGM Resorts (+2,2%) a annoncé ce lundi une offre d'achat sur le groupe suédois de jeux en ligne LeoVegas pour environ 607 millions de dollars, recommandée par le conseil d'administration de sa cible. L'opérateur de casinos reste globalement porté par une forte reprise de ses établissements à Las Vegas et en dehors du Nevada, ses deux marchés ayant enregistré des bénéfices records, tandis que la crise du Covid s'éloigne progressivement.

* Berkshire Hathaway (-1,3%). Le président du groupe, Warren Buffett, a profité de l'assemblée générale annuelle des actionnaires samedi pour annoncer plusieurs investissements importants réalisés ces derniers mois, notamment un renforcement de sa participation à hauteur de 9,5% dans le tour de table d'Activision Blizzard (+3,2%) qui est sur le point d'être repris par Microsoft (+2,5%). Il a aussi fait passer sa participation dans le groupe parapétrolier Chevron de 4,5 milliards fin 2021 à 26 milliards fin mars. Il a pris par ailleurs 14% d'Occidental Petroleum et 11% du groupe HP. Le groupe a aussi récemment annoncé l'acquisition de l'assureur Alleghany pour 11,6 milliards de dollars. Alleghany Corp est un assureur américain basé à New York, qui détient parmi d'autres le réassureur TransRe ou la firme RSUI.
Berkshire a publié dans le même temps un bénéfice d'exploitation trimestriel quasiment stable de 7,04 milliards de dollars (6,69 milliards d'euros).
En guise de commentaires sur les marchés boursiers actuels, le PDG de Berkshire Hathaway a estimé que "la plupart des grandes entreprises aux Etats-Unis étaient devenues des jetons de poker". Concernant le, Buffett "ne sait pas si dans cinq ans ou dix ans, il vaudra plus ou moins qu'aujourd'hui" (...) Mais ce dont il est sûr, "c'est qu'il ne modifie rien, ne produit rien". C'est dit !

* Goldman Sachs (+1,6%), le géant américain de la banque d'affaires, a annoncé avoir réduit son exposition au marché russe du crédit à 260 Millions de dollars en mars, contre 650 Millions fin 2021.
Rappelons que pour son premier trimestre fiscal, la banque a fait part d'un bénéfice net de 3,83 milliards de dollars soit 10,78$ par titre, contre 6,71 milliards de dollars un an avant. Les revenus ont reculé à 12,93 milliards de dollars, contre 17,7 milliards de dollars un an avant. Le consensus a été toutefois largement battu, puisque le bénéfice par action était anticipé à 8,9$, pour des revenus de 11,86 milliards de dollars. David Solomon, directeur général de la banque, a évoqué un trimestre "turbulent", dominé par la guerre en Ukraine et les incertitudes autour des intentions de la Fed sur fond de résurgence spectaculaire de l'inflation...

* Qualcomm (+4%). Le groupe Volkswagen a conclu un accord pluriannuel avec le fabricant de semi-conducteurs pour développer une technologie de conduite automatisée, rapporte lundi le quotidien allemand Handelsblatt. Rappelons que le groupe US a dévoilé dernièrement des prévisions supérieures aux attentes des analystes pour son troisième trimestre fiscal... Le management anticipe des revenus compris entre 10,5 et 11,3 milliards de dollars, là où le consensus attendait 9,97 Mds$. Le bénéfice par action est attendu entre 2,75$ et 2,95$, bien au-dessus de la projection moyenne des analystes de 2,60$.
Ces perspectives contribuent à dissiper les craintes relatives à un ralentissement de la demande de puces après une poussée alimentée par la pandémie au cours des deux dernières années... Elles montrent également que le plan tant vanté par le DG Cristiano Amon pour diversifier l'entreprise porte ses fruits. Le premier concepteur mondial de puces pour Smartphones est en effet en train de réussir son expansion vers d'autres activités telles que l'automobile...

* Spirit Airlines (-9,3%) a rejeté ce lundi l'offre d'achat de Jetblue Airways (+2,6%) à 33 dollars par action, estimant que l'opération avait "peu de chances d'être approuvée par les autorités de la concurrence"...

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Pour toute 1ère ouverture de compte avant le 31 mai 2022

CODE OFFRE : INVESTIR22

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : INVESTIR22 lors de votre ouverture de compte.

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 25/05/2022

Les actionnaires de Haulotte Goup ont approuvé l'ensemble des résolutions (à l'exception de la 19ème résolution relative à la délégation à consentir...

Publié le 25/05/2022

A la suite des annonces faites par la société Pierre & Vacances le 10 mars 2022, puis le 22 avril quant à l'avancement du processus de restructuration...

Publié le 25/05/2022

Grupo Carrefour Brasil a conclu un accord avec Advent International et Walmart en vue de l'acquisition de Grupo BIG Brasil SA, troisième acteur de la...

Publié le 25/05/2022

Signature du protocole d'investissement et apport d'un bloc de contrôle par Pléiade Investissement à New Gen Holding qui conduira au projet d'offre...

Publié le 25/05/2022

Sur le premier semestre 2021/2022, le chiffre d'affaires de Derichebourg s'élève à 2,5 MdsE, en progression de 54% par rapport à l'exercice précédent...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne