Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 385.14 PTS
+1.54 %
6 379.50
+1.63 %
SBF 120 PTS
5 007.76
+1.48 %
DAX PTS
15 416.64
+1.43 %
Dow Jones PTS
34 322.00
+0.88 %
13 365.86
+1.96 %
1.214
+0.5 %

Clôture de Wall Street : en berne face aux projets fiscaux de Joe Biden

| Boursier | 268 | Aucun vote sur cette news

La Bourse de New York a rechuté jeudi, effrayée par la perspective d'une forte hausse de la taxation des plus-values mobilières aux Etats-Unis.

Clôture de Wall Street : en berne face aux projets fiscaux de Joe Biden
Credits Reuters

La Bourse de New York a rechuté jeudi, effrayée par la perspective d'une forte hausse de la taxation des plus-values mobilières aux Etats-Unis, qui pourrait presque doubler pour les hauts revenus, selon des sources citées par l'agence Bloomberg. Avant ces informations, les marchés étaient déjà hésitants, sur fond de craintes de dégradation de la situation sanitaire mondiale. Toutes ces appréhensions ont balayé l'effet positif de l'annonce d'une nette baisse des inscriptions au chômage la semaine passée aux Etats-Unis à la faveur de la réouverture progressive de l'économie.

A la clôture, le Dow Jones a cédé 0,94% à 33.815 points, tandis que l'indice large S&P 500 a reculé de 0,92% à 4.134 pts, et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques et biotechs, a fléchi de 0,94% à 13.818 pts.

La totalité des 11 indices sectoriels du S&P 500 ont fini dans le rouge, à commencer par les matériaux de base (-1,7%), les technologiques (-1,2%) et l'énergie (-1,4%).

Un taux maximum de taxation de 43,4% pour les plus-values ?

Selon des sources citées par 'Bloomberg News', le président américain Joe Biden va proposer de presque doubler le taux d'imposition des plus-values, qui passerait de 20% à 39,6% pour les Américains les plus fortunés, dont les revenus dépassent 1 million de dollars par an (environ 833.000 euros). Combiné avec la surtaxe actuelle sur certaines plus-values, le taux de taxation pourrait alors atteindre jusqu'à 43,4% dans certains cas, selon ces sources. Par ailleurs, selon l'agence 'Reuters', Biden entend aussi relever le taux marginal supérieur d'impôt sur le revenu de 37% à 39,6%, une tranche qui concerne actuellement les revenus supérieurs à 518.000$ par an (431.000 euros).

Le président américain devrait annoncer officiellement ce projet la semaine prochaine dans le cadre de la présentation attendue du 2e volet de son plan de relance, baptisé "American Families Plan", qui serait doté de plus de 1.000 milliards de dollars pour financer notamment des congés familiaux ou de maladie, des crèches ou la gratuité de certaines universités.

Par ailleurs, les négociations se poursuivent pour tenter de trouver un terrain d'entente au Congrès entre Démocrates et Républicains au sujet du premier volet du plan de relance de Joe Biden, baptisé "American Jobs Plan", consacré à la modernisation des infrastructures, présenté le 31 mars dernier. Le chemin s'annonce difficile, un groupe de sénateurs républicains ayant présenté jeudi un contre-plan beaucoup plus modeste, basé sur une vision plus étroite de la définition de la notion d'"infrastructures". Le "package" républicain s'élève seulement à 568 milliards de dollars contre plus de 2.000 Mds$ pour le plan Biden, et ne concernerait que les infrastructures "dures" (routes, ponts, internet à haut débit, chemins de fer...) et non les infrastructures humaines telles que les soins aux personnes âgées et handicapées, que le président démocrate a intégrées dans le plan.

Le plan infrastructures doit être financé par une taxation accrue des entreprises, dont un relèvement de l'impôt sur les sociétés de 21% à 28%. Cet impôt, que Donald Trump avait ramené en 2017 de 35% à 21%, resterait cependant proche de son plus bas niveau historique. Le taux serait "toujours inférieur" à ce qu'il était "entre la Seconde Guerre mondiale et 2017", a souligné Biden.

Toutefois, ce taux de 28% est rejeté par les Républicains, et même au sein des Démocrates, des voix s'élèvent pour parvenir à un compromis de 25%.

L'emploi et les indicateurs avancés bien orientés aux Etats-Unis

Sur le plan macro-économique, les données du jour ont confirmé la reprise du marché de l'emploi outre-Atlantique, à la faveur de la levée progressive des restrictions sanitaires. Les inscriptions au chômage ont ainsi nettement baissé la semaine passée, retombant sur un niveau plus observé depuis la mi-mars 2020, soit avant le début de la pandémie. Le Département américain au Travail a ainsi annoncé, pour la semaine close au 17 avril, que les inscriptions au chômage ont atteint 547.000, en recul de 39.000 par rapport à la lecture révisée de la semaine antérieure de 586.000. Le consensus était positionné à 610.000.

La moyenne à quatre semaines s'établit à 651.000, en repli de 27.750, et également au plus bas depuis la mi-mars 2020.

Par ailleurs, l'indice des indicateurs avancés, mesuré par le Conference Board, a progressé plus que prévu à +1,3% en mars par rapport à février, contre un consensus de place de +1% et une lecture antérieure révisée à -0,1% pour le mois de février.

En revanche, les reventes de logements existants ont déçu en mars. Elles sont ressorties à 6,01 millions d'unités, en recul de près de 3,7% sur un mois. Le consensus se situait à 6,11 millions d'unités. Les reventes sont retombées à leur plus bas niveau depuis sept mois.

L'or et le bitcoin chutent, le dollar progresse

Les cours du pétrole sont restés hésitants jeudi, après une chute de l'ordre de 2% mercredi, suite à une hausse des stocks hebdomadaires de brut aux Etats-Unis, et sur fond de recul de la demande de l'Inde. Le cours du baril de pétrole brut WTI a finalement grappillé 0,1% à 61,43$ sur le Nymex pour le contrat à terme de juin, et le Brent de la mer du Nord a aussi avancé de 0,1% à 65,40$ (contrat de juin).

Les investisseurs s'inquiètent d'une demande affaiblie par les mesures anti-Covid prises en Inde, où la pandémie est en train de flamber avec l'apparition d'un nouveau variant. L'Inde est le 3e importateur mondial de pétrole, et sa demande devrait souffrir des mesures de restrictions prises ces derniers jours pour juguler le Covid-19.

L'or s'est replié après avoir atteint la veille un plus haut depuis deux mois. L'once d'or a reculé jeudi de 0,6% à 1.782,00$ l'once sur le Comex (contrat à terme de juin).

Le bitcoin était en forte baisse de 5,8% sur 24h, revenant autour de 51.860$ en fin de soirée sur la plateforme Bitfinex.

Sur les marchés obligataires, les rendements se sont détendus, le taux du T-Bond américain à 10 ans pointant à 1,54% (-2 points de base), et le "30 ans" à 2,22% (-3 pdb) jeudi soir. Sur les marchés de change, l'indice du dollar a gagné 0,14% à 91,29 points face à un panier de devises, tandis que l'euro a cédé 0,14% à 1,2017$ après la réunion de la BCE, qui a confirmé jeudi la poursuite de sa politique monétaire très accommodante face à la crise du coronavirus.

VALEURS A SUIVRE

Sur le front des entreprises, les publications trimestrielles sont encore nombreuses. American Airlines, Southwest Airlines, AT&T, Blackstone, Snap, FirstEnergy et Danaher étaient notamment sur le pont jeudi. Intel était aussi attendu après la clôture de Wall Street.

* AT&T (+4,1%) a réalisé un très bon début d'année, grâce notamment à un nombre de nouveaux abonnés dans la téléphonie mobile deux fois plus important qu'anticipé par le marché (près de 600.000) et 2,7 millions de nouveaux abonnés aux services HBO et HBO Max aux Etats-Unis. Les deux services de TV Premium et de streaming comptent désormais un total de 44,2 millions de clients outre-Atlantique. L'opérateur télécoms a enregistré sur le premier trimestre un profit net de 7,5 Mds$ ou 1,04$ par titre contre un bénéfice de 4,6 Mds$ un an plus tôt. Le bpa ajusté s'établit à 86 cents contre 78 cents de consensus. Les revenus ont augmenté de 3% à 43,9 Mds$, contre un consensus de 42,69 Mds$. Le free cash-flow a atteint 5,9 Mds$, en hausse de 51%.

* Blackstone a bondi de 3,3% après avoir réalisé un très bon premier trimestre. La société d'investissement a vu ses actifs sous gestion progresser de 21% à 648,8 milliards de dollars sur la période alors que le bénéfice net a atteint 1,75 Md$ ou 2,47$ par titre contre une perte de 1,07 Md$ un an plus tôt. Le BPA distribuable s'établit à 96 cents contre 46 cents un an auparavant et 76 cents de consensus.

* Southwest Airlines (-1,5%) a enregistré une perte trimestrielle plus faible que prévu et prévoit une réduction de la consommation de trésorerie au deuxième trimestre grâce à la reprise de la demande anticipée pour cet été.

* DOW (-6%). Le fabricant de produits chimiques a fait état d'un bond de 69% de son bénéfice du premier trimestre, les prix de vente de certains de produits ayant augmenté en raison d'une augmentation de la demande et d'une offre plus limitée.

* Biogen (-3,8%) a dévoilé des résultats trimestriels en net repli mais supérieurs aux attentes des analystes et relevé son objectif de bénéfice ajusté pour 2021. La firme vise désormais un bpa ajusté annuel de 17,50$ à 19$, contre une prévision précédente de 17 à 18,5$. Elle a réaffirmé que cette guidance inclut les ventes anticipées de son médicament contre la maladie d'Alzheimer (aducanumab) en cours d'examen par l'agence américaine du médicament. Sur le premier trimestre, le bpa ajusté est ressorti à 5,34$ contre 4,97$ de consensus. Les revenus ont fondu d'un quart à 2,69 Mds$, légèrement supérieurs au consensus.

* American Airlines (-4,4%) anticipe une baisse d'environ 40% de ses revenus au deuxième trimestre par rapport à la même période de 2019 après avoir essuyé de nouvelles pertes sur les trois premiers mois de l'année. Sur le trimestre clos fin mars, la compagnie enregistre un déficit de 1,3 milliard de dollars ou 1,97$ par titre contre une perte de 2,24 Mds$ et 5,26$ par action un an plus tôt. Les revenus ont fondu de 55% à 4,01 Mds$, en ligne avec les attentes. La perte ajustée par action ressort à 4,32$ contre 4,30$ de consensus. AA a brûlé environ 4 M$ par jour en mars contre 30 M$ au quatrième trimestre. Le groupe s'attend à finir le deuxième trimestre avec environ 19,5 Mds$ de liquidités. "Pour ce qui est de l'avenir, avec la dynamique enclenchée au premier trimestre, nous voyons des signes de reprise continue de la demande", a déclaré le directeur général, Doug Parker.

* Intel (-1,7%). La justice américaine a donné raison à Intel dans le cadre d'un procès pour violation de brevet intenté à son encontre par le cabinet VLSI Technology qui réclamait plus de trois milliards de dollars de dommages et intérêts. Le géant des puces doit par ailleurs publier ses résultats trimestriels après la clôture.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE DE BOURSE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 31 mai 2021

CODE OFFRE : FLASH21

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : FLASH21 lors de votre ouverture de compte.

Du 1er au 31 mai 2021

MIEUX QUE GRATUIT ?
"Un ordre de bourse qui vous rapporte"

Tradez gratuitement et recevez 1€ par ordre exécuté
sur tous les produits de la gamme Morgan Stanley*
Valable sur tous les ordres >= à 500€*, offre limitée à 200€

Découvrir l'offre

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Communication à caractère promotionnel. *Voir conditions de l'offre.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/05/2021

Ivalis a ainsi réussi à recouvrer un niveau d'activité proche de celui de l'exercice 2020-21 au cours du second semestre

Publié le 14/05/2021

Videlio a réalisé un chiffre d’affaires de 52,1 millions d’euros au premier trimestre 2021, en repli de 5,9 % à périmètre publié par rapport à celui du premier trimestre 2020 et de 6,9…

Publié le 14/05/2021

Les produits retraités des activités de Touax se sont élevés à 24,6 millions au premier trimestre 2021, en recul de 4,2%. Les activités en propriété ont progressent de 3,2% à 23,06 millions…

Publié le 14/05/2021

A la suite de l’intrusion détectée sur son réseau informatique, Laurent Perrier a annoncé avoir immédiatement engagé toutes les mesures nécessaires pour rétablir son activité dans les…

Publié le 14/05/2021

Touax constate que les effets de la crise sanitaire demeurent limités

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne