Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 165.11 PTS
-2.09 %
6 103.00
-2.04 %
SBF 120 PTS
4 856.71
-1.98 %
DAX PTS
15 129.51
-1.55 %
Dow Jones PTS
33 783.20
-0.86 %
13 799.81
-0.78 %
1.203
-0.02 %

Clôture de Wall Street : dégâts limités malgré "l'affaire Archegos"

| Boursier | 313 | Aucun vote sur cette news

Après un début de séance laborieux, les indices américains ont réduit leurs pertes en fin de séance à Wall Street.

Clôture de Wall Street : dégâts limités malgré "l'affaire Archegos"
Credits Reuters

Après un début de séance laborieux, les indices américains ont réduit leurs pertes en fin de séance à Wall Street, les investisseurs estimant que les difficultés du fonds Archegos et des banques qui lui sont liées ne devraient pas entraîner d'instabilité systémique des marchés... Les taux d'intérêts ont repris leur ascension lundi, tandis que le pétrole a progressé, à l'approche de la réunion mensuelle de l'Opep+, jeudi, qui doit décider du niveau de production en mai.

A la clôture, le Dow Jones a gagné 0,30% à 33.171 points, tandis que l'indice large S&P 500 a fini proche de l'équilibre (-0,09%) à 3.971 pts, et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques et biotechs, a reculé de 0,60% à 13.059 pts, après une chute de 1,3% au plus bas de la séance. La semaine dernière, le Dow Jones avait gagné 1,4%, le S&P 500 avait pris 1,6%, tandis que le Nasdaq avait cédé 0,6%, alignant sa deuxième semaine de recul.

Le "hedge fund" Archegos en difficulté, entraînant des banques

Pendant le week-end, les investisseurs ont été choqués par la révélation que d'énormes blocs de titres avaient été vendus en fin de semaine, pour un montant total d'au moins 20 milliards de dollars... Ces blocs ont été négociés par des banques dont Goldman Sachs et Morgan Stanley et portaient notamment sur les titres ViacomCBS et Discovery, qui ont perdu chacun 27% vendredi, ainsi que sur les chinois Baidu et Tencent Music, qui ont plongé de respectivement 33,5% et 48,5% en trois séances.

Très vite, la rumeur a circulé que ces ordres avaient été passés pour le compte d'un fonds spéculatif, Archegos Capital Management. Ce "family office", qui gère la fortune de l'homme d'affaires Bill Hwang, aurait été forcé à liquider des positions pour faire face à des appels de marge de ses courtiers et créanciers, dont certains ont été entraînés dans la tourmente avec lui.

Ainsi, lundi matin, la banque suisse Credit suisse et le courtier japonais Nomura ont tous deux émis des avertissements sur leurs résultats en citant des pertes liées à un fonds spéculatif, qu'ils n'ont pas cité nommément. Nomura a prévenu d'une perte potentielle de 2 milliards de dollars pour sa filiale américaine, ce qui a fait s'écrouler son cours de Bourse de plus de 16% à Tokyo. De son côté, Credit Suisse a indiqué que ses résultats du premier trimestre pourraient être affectés de manière conséquente par l'abandon des positions qu'il détenait avec un fonds spéculatif américain qui a fait défaut sur des appels de marge. CS a estimé qu'il était trop tôt pour chiffrer les pertes. Son cours de Bourse s'est effondré de 14% à la Bourse suisse.

Le taux US à 10 ans remonte à 1,70%

Les valeurs bancaires américaines, qui avaient terminé la semaine dernière en nette hausse, ont accusé le coup après ces révélations. Goldman Sachs a perdu 0,5%, même si la banque d'affaires a assuré qu'elle ne subirait pas de pertes matérielles liées à cette affaire. Morgan Stanley a lâché 2,6%, JP Morgan a perdu 1,5%, Bank of America a cédé 0,9% et Citigroup a lâché 1,9%. Les valeurs visées par les ventes en bloc ont fini en ordre dispersé : ViacomCBS a lâché 6,6%, Discovery a reculé de 1,6%, Baidu a perdu 1,8% et Tencent Music a repris 1,1%.

Contrairement à leur habitude, les marchés obligataires n'ont pas profité des incertitudes sur les marchés d'actions. Les cours ont cédé du terrain, ce qui a entraîné une nouvelle poussée des taux d'intérêts (qui évoluent en sens inverse des cours). Le taux de l'emprunt d'Etat américain (T-Bond) à 10 ans a gagné 4 points de base lundi à 1,71%, approchant de ses plus hauts depuis la fin 2019, à 1,73%, atteints il y a 2 semaines. Le taux US à 30 ans a fini à 2,41% (+4 pb) contre 1,64% début 2020.

A noter que lundi, les stratèges de la banque JP Morgan ont estimé dans une note que la remontée des taux ne constitue pas un problème pour les marchés d'actions, si elle s'accompagne, comme espéré, par un retour à une croissance économique solide. Ainsi, "si les rendements augmentent pour les bonnes raisons, une meilleure croissance ainsi que des perspectives d'inflation plus élevées, les actions devraient être en mesure de tolérer le mouvement, et la corrélation positive entre les rendements des actions et des obligations ne devrait pas se briser", ont souligné les experts de JPM dans une note à leurs clients.

Les marchés partagés sur le plan infrastructures de Joe Biden

Les investisseurs sont nombreux à continuer de parier sur l'accélération de la croissance économique aux Etats-Unis, à la faveur de la campagne de vaccination contre le coronavirus. Le président américain Joe Biden a fixé un nouvel objectif de 200 millions de doses injectées d'ici au 20 avril, et prépare activement son vaste projet de rénovation des infrastructures et de recours aux énergies nouvelles.

Selon des sources à la Maison blanche, le projet pourrait (comme le plan de soutien de 1.900 Mds$) obtenir un soutien suffisant au sein des élus démocrates du Congrès pour être adopté sans support républicain. Les marchés restent partagés au sujet de ce plan, d'un montant de 3.000 à 4.000 milliards de dollars, qui soutiendra certes l'économie, mais aura une lourde contrepartie fiscale qui frappera les entreprises et les Américains les plus riches.

Tensions accrues entre Washington et Pékin

Sur le front géopolitique, les tensions sino-américaines se confirment. Le Bureau du représentant américain au commerce (USTR) a indiqué que les Etats-Unis ne sont pas prêts pour l'heure à lever les tarifs douaniers de l'ère Trump. Ces taxes douanières pourraient au contraire servir de levier de négociation sur d'autres questions structurelles ou concernant les subventions, selon le 'Wall Street Journal'... La Chine a quant à elle conclu une alliance stratégique et économique de 25 ans avec l'Iran.

Par ailleurs, les tensions sino-américaines se sont accrues pendant le week-end, au sujet de la situation au Xinjiang, qui a entraîné un boycott en Chine de plusieurs entreprises étrangères, dont l'américain Nike (+0,38%), l'allemand Adidas et le suédois H&M. La Maison Blanche a prévenu vendredi soir qu'elle suivait de près la question du travail forcé au Xinjiang, et a mis en garde Pékin contre l'instrumentalisation d'entreprises étrangères dans ce dossier.

Chiffres de l'emploi en mars et réunion de l'Opep+ au programme

La semaine qui s'ouvre sera notamment marquée par la publication, vendredi, des chiffres de l'emploi en mars aux Etats-Unis. Jeudi, l'Opep+ décidera si le groupe de pays producteurs de pétrole va accroître sa production en mai, ou poursuivre sa politique actuelle de restriction, compte-tenu des incertitudes sur la demande pétrolière liées à la résurgence de l'épidémie de coronavirus, en Europe notamment.

En attendant, les cours du pétrole progressent en début de semaine, même si le porte-conteneur géant bloqué dans le Canal de Suez depuis mardi dernier a pu être dégagé lundi, rouvrant cette voie navigable cruciale, empruntée par plus de 10% du commerce mondial. Le retour à la normale prendra cependant plusieurs jours, plusieurs centaines de navires étant dans l'attente d'un passage de part et d'autre du canal (plus de 360 bâtiments, selon le 'Wall Street Journal').

Lundi soir, le contrat à terme de mai sur le baril de pétrole brut WTI a gagné 1% à 61,56$ sur le Nymex, tandis que le baril de Brent d'échéance mai a avancé de 0,6% à 64,98$. La semaine dernière, très volatile, s'était soldée par un gain de 0,9% pour le WTI, tandis que le Brent avait fait du surplace.

VALEURS A SUIVRE

Goldman Sachs (-0,5%) a limité les dégâts en fin de séance sur fond d'affaire Archegos. La banque d'affaires américaine aurait vendu pour 6,6 milliards de dollars de titres Baidu, Tencent Music et Vipshop, puis 3,9 milliards de dollars de titres ViacomCBS, Discovery, Farfetch, iQiyi et GSX Techedu, dans le cadre de transactions par blocs vendredi. D'autres ventes auraient été gérées par Morgan Stanley (-2,8%) pour le compte de clients, certaines transactions dépassant le milliard de dollars, selon 'Bloomberg'.

Chubb (+0,35%). Selon les sources de 'Bloomberg', Allianz considèrerait une contre-offre, après la proposition d'acquisition de 23 milliards de dollars de Chubb sur Hartford Financial Services (-2,5%). Allianz hésiterait toutefois à rentrer dans une surenchère avec Chubb, du fait du manque de synergies identifiées. Les discussions avec les conseillers ne seraient qu'initiales et Allianz pourrait décider de ne pas poursuivre cette idée.

Netflix (+1,1%), le géant américain de la vidéo en streaming, soumis désormais à une rude concurrence, a annoncé samedi durant une 'expo' d'animation virtuelle japonaise qu'il entendait lancer 40 nouveaux titres animés cette année, confirmant son offensive en matière de contenus destinés aux utilisateurs asiatiques.

Amazon (+0,78%). La FDA, agence sanitaire américaine, a accordé une autorisation d'utilisation d'urgence au test RT-PCR en temps réel d'Amazon destiné à détecter le nouveau coronavirus. L'autorisation de l'agence a plus précisément été accordée à STS Lab Holdco, filiale d'Amazon.com Services LLC.

Dans le même temps, Deliveroo, le service britannique de livraison de repas dans lequel Amazon avait largement investi, a resserré sa fourchette indicative d'introduction en bourse à Londres vers le bas, entre 3,90 et 4,10£. Le Financial Times cite à ce sujet des conditions volatiles de marché, malgré une demande très significative des investisseurs.

Visa (+0,46%) a annoncé que son réseau de paiement allait utiliser un 'stablecoin' adossé au dollar américain pour régler les transactions, ce qui confirme que les cryptomonnaies et la technologie blockchain sont de plus en plus acceptées par le système financier global. Dans le cadre d'un programme pilote, Visa utilisera donc l'USD Coin pour régler les transactions sur Ethereum, avec l'aide de la plateforme Crypto.com et d'Anchorage, une banque d'actifs numériques, selon un communiqué publié ce jour par le géant californien des paiements basé à San Francisco. Visa offrira le service à plus de partenaires plus tard dans l'année.

Bristol-Myers Squibb (+0,2%) et Bluebird Bio (+3,2%), deux laboratoires pharmaceutiques, ont obtenu le feu vert de la FDA pour leur traitement du myélome multiple.

Johnson & Johnson (+0,67%) entend fournir jusqu'à 400 millions de doses de son vaccin contre le coronavirus aux 55 pays membres de l'Union africaine à partir du troisième trimestre.

Boeing (+2,3%). Southwest Airlines (-0,5%), le transporteur aérien basé au Texas, continue à privilégier le 737 MAX pour remplacer ses 737-700. Southwest a conclu un accord avec Boeing portant sur une commande ferme de 100 MAX. 30 premiers appareils seront livrés en 2022. Ils seront équipés de moteurs CFM International. Southwest a aussi converti 70 commandes fermes de MAX 8 en MAX 7. Le groupe dispose d'options sur 155 MAX 7 ou 8 pour les années 2022 à 2029.

Applied Materials (-2,3%), géant américain des équipements destinés à la production de 'semis', a annoncé l'abandon de l'acquisition de Kokusai Electric, faute d'accord des régulateurs chinois. Amat avait annoncé en juillet 2019 son intention d'acquérir le Japonais Kokusai auprès de KKR HKE Investment pour 2,2 milliards de dollars. Applied déboursera une commission d'annulation de 154 M$.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/04/2021

Un chiffre d'affaires de 106 ME réalisé au premier trimestre 2021, en retrait de -18% par rapport à 2020Activité du 1er trimestre 2021 :Dans un...

Publié le 20/04/2021

Le Groupe LDLC, acteur incontournable du commerce informatique et high-tech, devient l'un des plus importants actionnaires de Time for the Planet, en...

Publié le 20/04/2021

Le chiffre d'affaires consolidé d'APRR hors Construction s'est établi à 531,6 millions d'euros au 31 mars 2021, contre 567,3 millions d'euros au 31...

Publié le 20/04/2021

Au titre de l'exercice 2020, Kumulus Vape a enregistré un chiffre d'affaires de 22,5 ME, en progression de 113,2% par rapport à la même période de...

Publié le 20/04/2021

600 KE de financements non dilutifs qui viennent renforcer la solide situation financière du Groupe Vogo annonce avoir été sélectionné par l'Etat...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne