En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 829.73 PTS
+0.55 %
4 840.00
+0.81 %
SBF 120 PTS
3 841.51
+0.77 %
DAX PTS
12 776.71
+0.13 %
Dow Jones PTS
27 781.70
+1.2 %
11 418.06
+0. %
1.175
+0.27 %

Clôture de Wall Street : dégâts limités à l'issue d'une séance volatile

| Boursier | 513 | Aucun vote sur cette news

Wall Street a vécu vendredi une fin de semaine agitée, sur fond de poursuite de la correction sur les valeurs technologiques et de chiffres de l'emploi mitigés aux Etats-Unis.

Clôture de Wall Street : dégâts limités à l'issue d'une séance volatile

La Bourse de New York a vécu vendredi une fin de semaine agitée, sur fond de poursuite de la correction des valeurs technologiques et de publication de chiffres de l'emploi mitigés pour août aux Etats-Unis. A la clôture, les indices sont toutefois parvenus à réduire leurs pertes après des achats à bon compte sur de grandes valeurs comme Apple (+0,07%) et Tesla (+2,7%).

L'indice Dow Jones a fini en recul de 0,56% à 28.133 points, après avoir abandonné 2,2% en séance et de revenir temporairement dans le vert... Le DJIA avait chuté de 2,78% jeudi. L'indice large S&P 500 a lâché 0,81% à 3.426 pts (après -3,5% jeudi), et le Nasdaq Composite a abandonné encore 1,27% à 11.313 pts (après -4,9% jeudi) mais a beaucoup limité les dégâts en clôture, après avoir abandonné jusqu'à 5% en séance...

Sur la semaine, les trois indices ont reculé, de 1,8% pour le Dow Jones, de 2,3% pour le S&P 500 et de 3,2% pour le Nasdaq. Ce dernier, riche en valeurs "technos" et "biotechs" avait atteint mercredi un nouveau record historique à 12.056 points, avant de subir des prises de bénéfices appuyées. Mais il gagne encore 26% depuis le début 2020 !

Après une remontée d'environ 60% des cours depuis leurs plus bas de mars, de nombreux experts jugent que la baisse actuelle répond à un besoin logique de consolidation des marchés d'actions. L'euphorie des mois d'été a porté les valorisations à des niveaux historiquement élevés, avec un PER (Price Earnings Ratio) de plus de 22 sur le S&P 500, très supérieur à sa moyenne sur 10 ans, de l'ordre de 15 fois les bénéfices attendus sur les 12 mois à venir.

Reprise inégale du marché de l'emploi aux Etats-Unis

Sur le plan macro-économique, le rapport sur l'emploi en août aux Etats-Unis, très attendu par les marchés, n'a pas suffi à mettre fin au mouvement de correction boursière, même si le taux de chômage a reflué plus que prévu, retombant à 8,4% en août après 10,2% en juillet, et contre 9,8% attendu par le consensus. Cependant, cette amélioration est en partie en trompe l'oeil, en raison d'erreurs de classement de certains chômeurs, placés par erreur dans la catégorie des "employés absents de leur travail".

L'économie américaine a créé 1,37 million d'emplois le mois dernier, un nombre dans la fourchette basse des attentes des analystes. Les chiffres de juillet ont en outre été révisés en baisse à 1,734 million de postes créés. La reprise du marché de l'emploi (qui a détruit 20 millions de postes en mars-avril à cause du Covid-19) est en outre très inégale selon les secteurs, ce que la Réserve fédérale avait déjà souligné mercredi dans son dernier Livre Beige.

Ces chiffres, bien que salués par le président américain Donald Trump comme "excellents" via son compte Twitter, montrent que le rythme des créations d'emplois se ralentit, ce qui rend d'autant plus urgent de trouver un accord au Congrès sur un nouveau plan d'aide aux chômeurs et aux entreprises. La plupart des aides financières versées pour faire face à la crise du Covid-19 étaient temporaires et ont désormais pris fin ou sont sur le point de s'achever.

De nouvelles mesures attendues de la Fed et du Congrès

La Réserve Fed a signalé mercredi un certain essoufflement de la reprise économique en août aux Etats-Unis. Plusieurs responsables de la banque centrale américaine ont laissé entendre ces derniers jours que la Fed se tenait prête à prendre de nouvelles mesures de soutien de l'économie ces prochains mois. Ils ont aussi appelé les partis politiques à trouver un accord au Congrès sur un nouveau plan d'aide afin de prolonger le soutien apporté par le plan de 2.200 milliards de dollars adopté en mars dernier pour lutter contre les effets des mesures de confinement prises pour lutter contre le coronavirus.

Les cours du pétrole ont nettement fléchi vendredi, témoignant des doutes sur la poursuite de la reprise économique dans un environnement sanitaire toujours préoccupant. Le baril de brut léger américain (WTI) est retombé sous le seuil des 40$ pour la première fois depuis juillet. Le contrat à terme d'octobre sur le WTI a ainsi perdu 3,9% à 39,77$ sur le Nymex, tandis que le Brent d'échéance novembre a reculé de 3,2% à 42,66$ le baril. Sur l'ensemble de la semaine, le WTI a perdu 7,5% et le Brent de la Mer du Nord a fléchi de 7%.

La course au vaccin anti-Covid se poursuit

Les investisseurs surveillent de près les évolutions concernant un vaccin anti-Covid, considéré comme la condition sine qua non pour une reprise économique solide et durable... L'OMS a jeté un léger froid en estimant vendredi que les vaccinations à grande échelle contre le virus ne devraient pas débuter avant le milieu d'année prochaine... Aucun candidat vaccin n'a jusqu'à présent montré un signal clair d'efficacité de plus de 50%, seuil fixé par l'OMS, a souligné la porte-parole de l'organisation.

Parmi les candidats vaccins les plus prometteurs, figure celui du Britannique Astrazeneca, qui a démarré la phase 3 de ses essais aux Etats-Unis, et celui de l'allemand CureVac, qui espère pour sa part être capable de produire à grande échelle son vaccin contre le Covid-19 d'ici la fin de l'année, selon les déclarations de son cofondateur Dietmar Hopp, cité par Handelsblatt.

VALEURS A SUIVRE

Tesla (+2,78%) a fait du yo-yo, avec une perte de plus de 8% en séance, suivie d'un "rally" qui l'a fait revenir en terrain positif dans la soirée. Jeudi, le titre du constructeur californien de véhicules électriques avait abandonné 9%, mais il affiche encore un cours multiplié par près de 4 depuis le 1er janvier...

Apple (+0,07%) a fini stable, après avoir chuté de 5% en début de séance et et perdu 8% jeudi.... La capitalisation du groupe californien de Cupertino est passée brièvement sous le seuil des 2.000 milliards de dollars. Le groupe à la pomme s'engage par ailleurs à respecter la liberté d'information et d'expression, dans un document interne sur sa politique de droits de l'homme. Ses actionnaires avaient déposé une motion invitant le groupe à clarifier sa position sur la question, relate Reuters.

Broadcom (+3%). Le groupe de semi-conducteurs a publié des comptes trimestriels supérieurs aux attentes et a fait des prévisions plutôt confortables pour le trimestre en cours. Sur le trimestre clos, le bénéfice ajusté par action a progressé de 5% à 5,4$, alors que le consensus de place ressortait à 5,24$. Les revenus ont totalisé quant à eux 5,82 milliards de dollars, affichant une hausse de 5%, contre 5,76 Mds$ de consensus de marché. Le groupe californien basé à San Jose table sur des ventes allant de 6,25 à 6,55 milliards de dollars sur le trimestre en cours, contre 6,18 Mds$ de consensus.

Comcast (-0,4%). Le tournage du nouveau Batman a été interrompu, le Britannique Robert Pattinson, rôle principal du film, ayant été testé positif au coronavirus. C'est ce que rapportent les médias américains. Les studios Warner ont quant à eux seulement indiqué qu'un membre de production de 'The Batman' avait été testé positif. Ainsi, le tournage du long-métrage est temporairement suspendu. Le Hollywood Reporter, Variety et Vanity Fair, citant leurs sources respectives, affirment que c'est bien Pattinson qui a été contaminé par le virus.

Goldman Sachs (+0,1%). Le parquet de Malaisie a abandonné ce jour les poursuites pénales contre trois filiales de la banque d'affaires new-yorkaise, accusées de tromperie à l'encontre d'investisseurs lors d'émissions obligataires au profit d'IMDB pour 6,5 milliards de dollars.

Kimberly-Clark (-0,5%), connu notamment pour sa marque Kleenex, va racheter le fabricant de couches Softex Indonesia pour 1,2 milliard de dollars à un groupement d'actionnaires comprenant CVC Capital Partners.

BioNTech (-3,1%) débute ce mois le recrutement de patients pour les essais cliniques de l'un de ses candidats-vaccins contre le covid.

AbbVie (-0,4%) a annoncé un partenariat avec le Chinois I-MAB pour le développement et la commercialisation d'un traitement anticancéreux.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

Suivez la tendance avec
Nicolas PAGNIEZ,

du lundi au vendredi à 9h55, 12h30, 14h55 et 18h30 sur

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 01/10/2020

Genfit est malmené ce jeudi avec un titre qui trébuche de plus de 13% à 4,25 euros...

Publié le 01/10/2020

LAGARDERE (+8,71% à 22,96 euros)Le groupe d'édition continue de surfer sur l'annonce de l'entrée à son capital de la holding de Bernard Arnault. Le titre a bondi de plus de 42% en une…

Publié le 01/10/2020

PepsiCo, l'autre géant américain des soft drinks, a battu le consensus de marché pour le troisième trimestre fiscal...

Publié le 01/10/2020

168.291 véhicules ont été immatriculés le mois passé dans l'Hexagone...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne