Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 600.66 PTS
+0.83 %
6 621.0
+1.22 %
SBF 120 PTS
5 172.64
+0.87 %
DAX PTS
15 693.27
+0.78 %
Dow Jones PTS
34 479.60
+0.04 %
13 998.30
+0.27 %
1.211
+0. %

Clôture de Wall Street : début de semaine sans entrain, l'inflation rôde

| Boursier | 272 | 4.50 par 2 internautes

La semaine commence sur un note prudente , toujours sous le signe des craintes inflationnistes, qui pèsent sur les cours des secteurs de croissance dont les technologiques.

Clôture de Wall Street : début de semaine sans entrain, l'inflation rôde
Credits Reuters

La semaine a démarré sur une note prudente lundi à la Bourse de New York, qui reste plombée par les craintes inflationnistes. Les cours des valeurs de croissance, dont les technologiques, les services de communication, et les biens de consommation discrétionnaires ont encore souffert. Dans l'actualité des entreprises AT&T (-2,7%) a confirmé le "spinoff" de sa filiale WarnerMedia dans le cadre d'une fusion avec Discovery (-5%) sur fond de concurrence accrue dans l'univers du streaming vidéo. Le pétrole WTI est remonté au plus haut depuis deux ans, tandis que les taux ont confirmé leur retour au calme et que le dollar a fléchi.

A la clôture, l'indice Dow Jones a cédé 0,16% à 34.327 points, tandis que l'indice large S&P 500 a reculé de 0,25% à 4.163 pts, et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques et biotechs, a fléchi de 0,38% à 13.379 points.

Malgré un rebond de fin de semaine, les trois indices avaient reculé la semaine passée. Le Dow Jones avait lâché 1,1%, tandis que le S&P 500 avait chuté de 1,4% sur 5 séances. Le Nasdaq avait abandonné 2,3%, et a désormais enchaîné 4 semaines de recul d'affilée. Il a cédé 5,3% depuis son dernier record inscrit le 26 avril, à 14.138 pts.

"Technos" et "cryptos" en berne

Lundi, six des onze indices sectoriels du S&P 500 ont fini dans le vert, à commencer par l'énergie (+1,7%), les matériaux de base (+1%) et la santé (+0,15%). Les plus fortes baisses reviennent aux technologiques (-0,87%), aux services de communication (-0,8%) et aux biens de consommation discrétionnaires (-0,25%), mais les pertes ont cependant été divisées par deux en fin de séance.

Parmi les plus fortes baisses du jour figurent Walt Disney, qui a perdu 2% après -2,6% déjà vendredi, suite à l'annonce d'un ralentissement des abonnements à ses services de vidéo en streaming. Parmi les grandes "techs", Apple a cédé 0,9%, Microsoft 1,2%, Salesforce 1,2% et Tesla a chuté de 2,2%. En revanche, Amazon a gagné 1,4%.

La plateforme d'échange de crypto-monnaies Coinbase a abandonné encore 3,9% lundi, tombant sous son cours d'entrée en Bourse à la mi-avril (250$), les investisseurs craignant que la récente chute des cours des principales "cryptos" ne pèse sur les comptes de la société... Ainsi, le Bitcoin a pris un nouveau coup de massue ce week-end, après un nouveau tweet d'Elon Musk qui semblait indiquer que Tesla pourrait revendre une partie des bitcoins qu'il a placés récemment dans sa trésorerie... Malgré les dénégations de Musk, le bitcoin, qui évoluait à plus de 64.000$ à la mi-avril, cotait lundi soir environ 44.000$, en baisse de 4% sur 24h sur la plateforme Bitfinex. L'or en revanche a bondi de 1,6% à 1.867,60$ l'once pour le contrat à terme de juin, au plus haut depuis la fin janvier.

La Fed surveille l'inflation de près et fourbit ses armes

Les marchés restent inquiets concernant l'inflation, après les chiffres élevés des prix à la consommation et à la production publiés la semaine dernière aux Etats-Unis. Après de nombreuses interventions de responsables de la Fed la semaine dernière, affirmant que ce phénomène serait sans doute temporaire, le vice-président de la banque centrale américaine, Richard Clarida, s'est à nouveau exprimé ce lundi.

Il a assuré que la Fed était vigilante face au risque inflationniste, soulignant l'importance d'avoir des anticipations d'inflation "bien ancrées". "Si nous venions à observer des pressions haussières sur les prix ou une inflation menaçant de faire monter les anticipations d'inflation, je ne doute pas que nous utiliserions nos outils", a-t-il ajouté.

Raphael Bostic, patron de la Fed d'Atlanta, a lui aussi affirmé que la Fed allait surveiller les prix durant l'été. Robert Kaplan, président de la Fed de Dallas est lui aussi attendu ce lundi. Il est l'un des rares membres de la Fed a se montrer favorable à une discussion dès à présent sur une réduction des achats d'actifs de la Fed.

Sur les marchés obligataires, après les fortes tensions observées en février et mars, les taux d'intérêts se sont stabilisés ces dernières semaines, les marchés semblant avoir désormais intégré une inflation plus élevée liée à la reprise économique post-Covid-19. Lundi soir, le rendement du T-Bond à 10 ans évoluait à 1,65% et celui de l'échéance à 30 ans à 2,36%, tous deux en légère hausse de 2 points de base par rapport à vendredi. Au plus haut de l'année, courant mars, ils avaient grimpé respectivement jusqu'à 1,77% et 2,49%.

Du côté des changes, l'indice du dollar cédait en soirée 0,13% à 90,20 points face à un panier de devises de référence, au plus bas niveau depuis février. L'euro gagnait 0,10% face au billet vert, à 1,2153$ dans les échanges interbancaires à New York.

Indicateurs "macro" toujours solides aux Etats-Unis

Dans l'actualité macro-économique aux Etats-Unis, ce lundi, l'indice manufacturier Empire State de la Fed de New York est ressorti à 24,3 en mai, un peu moins qu'attendu par le consensus (25) et en ralentissement par rapport à avril (26,3). L'indice reste cependant nettement positif, signalant toujours une forte expansion de l'activité manufacturière dans la région considérée.

Par ailleurs, l'indice du marché immobilier américain de la National Association of Home Builders (NAHB) pour le mois de mai est ressorti à 83, en ligne avec le consensus de place et stable en comparaison du mois antérieur.

Ailleurs dans le monde, les statistiques chinoises de la production industrielle, de l'investissement et des ventes de détail sont ressorties inférieures aux attentes, signalant une normalisation après la reprise post-confinement.

Le pétrole WTI au plus haut depuis deux ans

Les cours du pétrole brut se sont encore raffermis lundi. Le baril de brut léger américain WTI a pris 1,4% à 66,27$ sur le Nymex pour le contrat à terme de juillet, remontant à son plus haut niveau depuis deux ans, tandis que le Brent a gagné 1,1% à 69,46$ (contrat de juillet), dans l'anticipation d'une amélioration de la demande mondiale de brut au second semestre 2021. La semaine dernière, le WTI avait progressé de 0,7% et le Brent de 0,6%, les deux variétés de brut ayant repris plus de 35% depuis le début 2021.

Le rebond du pétrole n'a pas été compromis par l'annonce du redémarrage du réseau de distribution de carburants de Colonial pipeline, qui est désormais revenu à la normale après la cyberattaque du week-end du 8-9 mai. La distribution de carburants avait été très perturbée dans l'Est des Etats-Unis, entraînant des pénuries dans certaines stations services, qui perdurent encore ponctuellement ce lundi.

VALEURS A SUIVRE

Discovery a effacé ses gains initiaux, perdant 5% en clôture. Le géant américain des télécoms AT&T (-2,7%) a confirmé un accord avec l'opérateur new-yorkais de réseaux câblés et de services en ligne concernant le rapprochement de leurs activités de médias. L'opération va donc créer un nouveau géant susceptible de mieux rivaliser avec Netflix (-0,9%) ou Disney (-2%). AT&T détient notamment HBO ou CNN, ainsi que les studios de cinéma Warner Bros. Dans le cadre du deal dévoilé, l'opérateur recevra environ 43 milliards de dollars pour l'apport de ses actifs dans les médias au nouvel ensemble. Le projet réunirait notamment des franchises telles qu'Harry Potter et Batman, et le catalogue de chaînes thématiques de Discovery (HGTV, TLC...), qui couvre la nature et la science, mais aussi la cuisine ou la décoration.

La transaction marque aussi un revirement stratégique majeur pour AT&T, qui visait auparavant la convergence entre télécoms et médias. AT&T avait ainsi déboursé 109 milliards de dollars pour racheter le conglomérat Time Warner en 2018. Cette évolution stratégique radicale a été rendue nécessaire par la montée en puissance du streaming, accélérée par les confinement, au moment même où les opérateurs doivent par ailleurs investir massivement dans le déploiement des réseaux 5G.

Les 43 milliards de dollars revenant à AT&T lui seront payés en numéraire et en titres de dettes. Les actionnaires actuels d'AT&T détiendront environ 71% du nouvel ensemble et ceux de Discovery 29%. David Zaslav, CEO actuel de Discovery, dirigera la nouvelle entité.

ViacomCBS (-1,2%). Selon Bloomberg, le fonds d'investissement du milliardaire George Soros, Soros Fund Management, a acheté des actions ViacomCBS, Discovery et Baidu, massivement vendues après la débâcle du fonds Archegos Capital Management.

Tesla (-2,2%). Le catalyseur baissier des cryptomonnaies depuis hier est sans nul doute un tweet minimaliste d'Elon Musk en réponse à un compte Twitter non vérifié, 'CryptoWhale', qui déclarait : "Les bitcoiners vont se gifler le trimestre prochain lorsqu'ils découvriront que Tesla a vendu le reste de ses avoirs en Bitcoin. Avec la quantité de haine dont Elon Musk fait l'objet, je ne le blâmerais pas". Musk a juste répondu "en effet", sans indiquer si Tesla avait réellement cédé le reste de ses avoirs en bitcoin ou s'il était juste d'accord avec l'idée qu'il subissait des critiques récurrentes des fans de cryptomonnaies. Dans un autre tweet posté il y a quelques heures, Musk a tenu à faire une mise au point : "Pour clarifier la spéculation, Tesla n'a vendu aucun Bitcoin".

Coinbase (-3,9%). La plateforme d'échange de crypto-monnaies, cotée depuis à peine un mois a encore abandonné 3,9% à 248,24$ lundi, tombant sous son cours d'entrée en Bourse à la mi-avril (250$). Alors que le groupe vient d'afficher des résultats en forte hausse au 1er trimestre, profitant de l'envolée des cours des "cryptos", les investisseurs craignent que la récente chute des cours ne pèse sur les comptes à venir. Par rapport à son plus haut, tout près de 430$ en séance, dans ses premières cotations en Bourse le 14 avril dernier, Coinbase a plongé de plus de 40%.

KKR (-1,2%) serait sur le point d'acquérir le groupe de conseil EMR pour un montant pouvant aller jusqu'à trois milliards de dollars, selon les sources proches du dossier citées par l'agence Bloomberg.

Blackstone (+0,3%). L'exploitant australien de casinos Crown Resorts (+3,2%) a rejeté l'offre d'acquisition de 6,5 milliards de dollars de Blackstone, la jugeant trop faible, et a indiqué qu'il cherchait à obtenir davantage d'informations sur la proposition de fusion de Star Entertainment.

Facebook (-0,15%), le réseau social de Menlo Park, a indiqué à Reuters que la compagnie allait défendre sa conformité aux exigences européennes en matière de protection des données privées, après que la Haute Cour irlandaise a rejeté ses objections dans le cadre d'une investigation ouverte par la Commission irlandaise de protection des données.

Amazon (+1,4%). Une source proche d'Amazon a indiqué au New York Post que la compagnie avait réengagé Jeffrey Blackburn pour superviser ses activités divertissement. En effet, Andy Jassy, le CEO entrant du géant du e-commerce, "ne comprendrait pas Hollywood". Le NYP ajoute que l'unité divertissement est prestigieuse et importante, même si elle n'entre pas dans le coeur de métier immédiat du groupe.

Microsoft (-1,2%) avait décidé que Bill Gates devait quitter son conseil d'administration, alors que la compagnie poursuivait une enquête sur une relation inappropriée du fondateur du géant software avec l'une de ses employées. Il avait ainsi été demandé à Gates de quitter le board en 2020, précise le Wall Street Journal. Gates avait ainsi démissionné avant que l'investigation ne soit close.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
2 avis
Note moyenne : 4.50
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE DE BOURSE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 15 juin 2021

CODE OFFRE : FLASH21

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : FLASH21 lors de votre ouverture de compte.

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 11/06/2021

Selon un rapport de l’Inspection générale d'Orange, mandatée par le PDG Stéphane Richard, le dysfonctionnement des numéros d'urgence qui a eu lieu au soir du 2 juin 2021 serait bel et bien dû…

Publié le 11/06/2021

Canal+, la filiale de Vivendi, a annoncé dans un communiqué se retirer de la Ligue 1. Cette décision fait suite à l'attribution par la LFP des droits des lots des deux consultations Ligue 1 Uber…

Publié le 11/06/2021

5,7 millions d'actions auto détenues

Publié le 11/06/2021

Après la conversion des régimes de retraite de KLM en régimes collectifs à cotisations définies pour les pilotes et les personnels de cabine en 2017, un accord a également été conclu pour le…

Publié le 11/06/2021

Saint-Gobain a procédé en date du 11 juin 2021 à l’annulation de 5 700 000 d’actions auto- détenues achetées sur le marché. A l’issue de cette opération, le nombre total d'actions…

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne