En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 412.83 PTS
+0.14 %
5 397.50
+0.23 %
SBF 120 PTS
4 285.80
+0.13 %
DAX PTS
11 657.06
-0.25 %
Dowjones PTS
25 853.89
+0.02 %
7 309.85
+0.04 %
1.133
+0.02 %

Clôture de Wall Street : début de semaine en petite forme

| Boursier | 169 | Aucun vote sur cette news

La Bourse de New York a fléchi lundi, malgré la perspective croissante d'un accord commercial entre les Etats-Unis et la Chine avant la fin mars.

Clôture de Wall Street : début de semaine en petite forme
Credits Reuters

Wall Street a débuté la semaine sur une note négative, les investisseurs cherchant un second souffle, le "rally" boursier semblant s'essouffler quelque peu depuis la mi-février. Les rumeurs positives en provenance des négociations commerciales entre les Etats-Unis et la Chine n'ont pas suffi à propulser les marchés plus haut, après leur gain d'environ 20% depuis leurs plus bas niveaux atteints avant Noël. Donald Trump a jeté un froid pendant le week-end en critiquant à nouveau la Fed, responsable selon lui d'un dollar trop fort, qui pénalise les compagnies américaines à l'international.

A la clôture, l'indice Dow Jones a cédé 0,79% à 25.819 points, tandis que l'indice large S&P 500 a lâché 0,39% à 2.792 pts et que le Nasdaq composite, riche en valeurs technologiques et biotechnologiques, a reculé de 0,23%, pour finir à 7.577 pts. La semaine dernière, le Dow Jones était resté stable, tandis que le S&P 500 avait progressé de 0,4% et le Nasdaq avait gagné 0,9%.

Le Nasdaq a désormais progressé depuis 10 semaines d'affilée, tandis que le Dow Jones et le S&P 500 ont gagné du terrain 9 fois sur 10. Depuis le creux de décembre, le Dow Jones a repris 17,8%, le S&P 500 18,7% et le Nasdaq 22,2%

Sur le marché des changes, le dollar a terminé en hausse lundi soir, malgré la nouvelle salve de Donald Trump contre la politique monétaire de la Fed, qui entretient selon le président américain un dollar trop fort. Lundi soir, l'indice du dollar, qui reflète son évolution face à un panier de six devises de référence (euro, livre sterling, yen, franc suisse, dollar canadien et couronne suédoise), a progressé de 0,10% à 96,61 points, après avoir atteint un plus haut en séance de 96,82 pts.

L'euro a reculé de 0,28% à 1,1342$, à l'approche d'une réunion, jeudi, de la Banque centrale européenne (BCE), qui pourrait annoncer un nouveau programme de prêts aux banques afin de soutenir l'activité fléchissante de la zone euro. Les nouvelles projections économiques de la BCE, attendues à la baisse, seront aussi très suivies.

Donald Trump tempête contre Powell et un dollar trop fort

Intervenant samedi lors d'une conférence dans le Maryland, Donald Trump a déclaré, sans citer le nom de Jerome Powell, qu'il y avait à la tête de la Fed "un monsieur qui aime relever les taux d'intérêts de la Fed, un monsieur qui adore faire du resserrement quantitatif, un monsieur qui aime un dollar très fort".

"Je veux un dollar fort, mais je veux un dollar qui fasse du bien à notre pays, pas un dollar qui soit si fort qu'il devient impossible pour nous de faire du commerce avec d'autres nations et de leur prendre des marchés", a martelé M. Trump.

Depuis début 2018, l'indice du dollar a progressé de 8,5%, alors que dans le même temps, la Fed a relevé son principal taux directeur quatre fois d'un quart de point pour le porter entre 2,25% et 2,50%.

Un accord commercial signé avant la fin du mois ?

Sur le front commercial, les informations se précisent au sujet d'une probable signature d'un accord avant la fin du mois de mars. Selon le 'Wall Street Journal' de dimanche, Donald Trump et son homologue chinois Xi Jinping pourraient signer cet accord à l'occasion d'un sommet qui se tiendrait "vers le 27 mars". Une source citée dimanche par 'Reuters' a aussi évoqué un accord proche, qui permettrait de réduire les droits de douane américains sur des marchandises chinoises d'une valeur d'au moins 200 milliards de dollars.

Les négociateurs seraient en train de peaufiner un document de 150 pages, et un nouveau sommet pourrait se tenir dès la mi-mars entre Donald Trump et Xi Jinping pour procéder à la signature, avaient même affirmé en fin de semaine dernière des sources de 'Bloomberg'.

Alors que les marchés palpitent depuis un an au rythme des craintes concernant une guerre commerciale entre les deux plus grandes économies mondiales, ils semblent avoir désormais intégré dans les cours la signature d'un accord qui, s'il enterre la hache de guerre, ne résoudra pas d'un trait de plume les déséquilibres existant entre les deux pays.

La mise en oeuvre concrète de l'accord sera déterminante

Ainsi, Robert Lighthizer, le représentant américain au commerce, a mis en garde le 27 février contre le risque que la Chine ne respecte pas l'accord lorsqu'il sera signé. Lors d'une audition devant le Congrès américain, il a appelé à un changement draconien des pratiques commerciales actuelles de la Chine, citant le transfert forcé des technologies américaines ou les subventions des entreprises d'Etat chinoises.

Rappelant que par le passé, "dans de très rares cas, ils (les Chinois) avaient respecté leurs engagements", M. Lightizer a insisté sur l'importante de la mise en oeuvre du futur accord. "S'il n'était pas appliqué véritablement, cela n'aurait aucune valeur, a-t-il fait valoir...

L'activité dans les services et les chiffres de l'emploi en février très attendus

Sur le plan macro-économique, le secteur de la construction a une nouvelle fois envoyé un signal négatif, lundi. Les dépenses de construction ont reculé de 0,6% en décembre en comparaison du mois antérieur, contre +0,3% de consensus de place et +0,8% en novembre. En glissement annuel, les dépenses se sont appréciées tout de même de 1,6% en décembre.

Les chiffres les plus attendus de la semaine outre-Atlantique sont ceux du rapport mensuel sur l'emploi en février, attendu vendredi. Les économistes anticipent 185.000 créations d'emplois, après 304.000 au mois de janvier (un chiffre très supérieur aux attentes et qui pourrait être révisé à la baisse).

L'indice ISM des services du mois de février, publié mardi, sera lui aussi très suivi, après trois mois décevants, inférieurs au consensus. Ce dernier prévoit cette fois une nette hausse de l'indice, à 57,4 contre 56,7 le mois précédent. Vendredi, les indices ISM et PMI manufacturiers pour février étaient ressortis inférieurs au consensus.

Le pétrole, qui avait mal réagi vendredi à la publication des indices manufacturiers, a rebondi lundi dans l'espoir de la signature d'un accord commercial avant la fin mars. Le contrat à terme d'avril sur le brut léger américain WTI a gagné lundi 1,42%, à 56,59$ le baril sur le Nymex, tandis que l'échéance de mai sur le Brent a pris 0,92% à 65,67$ le baril.

VALEURS A SUIVRE

Tesla a encore perdu 3,2% après sa chute de 7,8% vendredi. Le groupe californien a annoncé jeudi soir le lancement de la version "grand public", à 35.000$, de sa Model 3. Mais le groupe a aussi fait état d'un transfert de ses ventes sur Internet et son patron Elon Musk a indiqué que des pertes financières sont envisagées pour le premier trimestre, ce qui a plombé les cours.

Elon Musk a annoncé par ailleurs hier sur Twitter un événement dédié spécifiquement à la présentation du SUV Model Y, qui se tiendra le 14 mars au LA Design Studio. D'après le CEO de Tesla, le Model Y serait environ 10% plus grand que le Model 3, et coûterait par conséquent environ 10% de plus.

Children's Place (-10,4%) a présenté ses comptes du quatrième trimestre fiscal. Les bénéfices sont de 12 M$ (0,74$ par action), contre une perte de 9,9 M$ (0,57$ par action) un an avant. En base ajustée, le bpa ressort à 1,10$, contre 2,52$ un an avant. Les ventes baissent de 6,9% à 531 M$. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 2$, pour des ventes de 553 M$. A magasins comparables, les ventes reculent de 0,6%, contre un consensus de +2,7%. Sur 2019, le groupe vise un bpa entre 5,25 et 5,75$, pour des ventes entre 1,89 et 1,92 M$. Sur le T1, le détaillant anticipe une perte par action de 0,4 à 0,7$.

Salesforce.com (-3,6%) va publier ce lundi soir ses résultats du quatrième trimestre. Les analystes anticipent en moyenne un bénéfice par action de 0,55$, pour des revenus de 3,56 Mds$. Un an avant, sur la même période, le groupe avait enregistré un bénéfice par action de 0,35$, pour des revenus de 2,85 Mds$. Lors de la publication des comptes du T3, Salesforce avait annoncé viser, sur l'exercice, des revenus compris entre 13,23 et 13,24 Mds$, pour un bpa situé entre 2,60 et 2,61$.

Biogen (-2%), géant biotechnologique du Massachusetts, a dévoilé l'acquisition de Nightstar Therapeutics, qui propose des traitements des maladies oculaires rares. Le montant de l'opération ressort à 800 millions de dollars en numéraire. Biogen offre ainsi 25,50$ par action Nightstar, une prime de 68% par rapport au cours de clôture de vendredi. Nightstar, une firme londonienne active dans la thérapie génique, se spécialise dans les traitements des troubles héréditaires de la rétine. Ainsi, par cette croissance externe, Biogen entend accélérer son entrée en ophtalmologie. Le deal sera financé grâce à la trésorerie disponible, affirme Biogen.

Apple (+0,5%) a rassuré vendredi durant son assemblée générale à Cupertino. Le directeur général du groupe, Tim Cook, a fait à cette occasion des commentaires optimistes sur les perspectives du fabricant de l'iPhone, déclarant n'avoir "jamais été aussi optimiste" pour Apple. Il a ajouté que le groupe avait "lancé ses dés" sur ses futurs produits qui "vont vous époustoufler", notamment des produits autour des écouteurs sans fil AirPods et de l'Apple Watch, qui va se développer davantage dans le domaine de la santé.

Nasdaq Inc. (-2%) a annoncé un relèvement de son offre pour l'acquisition de la bourse d'Oslo, le prix passant ainsi de de 152 à 158 couronnes par titre. L'opérateur américain s'aligne ainsi sur le dernier prix proposé par Euronext, son rival sur le dossier. Le Nasdaq ajuste le seuil d'acceptabilité de son offre à 'au moins deux tiers' des parts contre 'plus de 90%' précédemment. Le groupe américain affirme disposer du soutien d'investisseurs représentant plus du tiers du capital de la bourse de Norvège. Euronext avait rehaussé son offre de 145 à 158 couronnes par titre en février.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 15 avril 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/03/2019

Assystem a enregistré en 2018 un résultat net de 19,9 millions d’euros contre 404,6 millions d’euros en 2016. Le résultat opérationnel d’activité (ROPA) a augmenté de 2,3% à 26,6 millions…

Publié le 18/03/2019

Paragon ID, champion européen des solutions d'identification a annoncé avoir remporté le contrat pour la fourniture de 2,5 millions de Cartes Européennes d’Assurance Maladie (CEAM) auprès du…

Publié le 18/03/2019

Légère baisse de l'ANR à fin 2018

Publié le 18/03/2019

  CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL ALPES…

Publié le 18/03/2019

Bureau Veritas annonce l'acquisition de Owen Group Inc., un spécialiste régional dans les services de conformité des bâtiments et infrastructures aux États-Unis. Owen compte parmi ses clients des…