Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 385.14 PTS
+1.54 %
6 412.50
+2.16 %
SBF 120 PTS
5 007.76
+1.48 %
DAX PTS
15 416.64
+1.43 %
Dow Jones PTS
34 382.13
+1.06 %
13 393.12
+2.17 %
1.214
-0.01 %

Clôture de Wall Street : calme plat avant les annonces de GAFAM et de la Fed

| Boursier | 260 | Aucun vote sur cette news

La Bourse de New York a terminé presque stable mardi, après les sommets atteints la veille par le S&P 500 et le Nasdaq...

Clôture de Wall Street : calme plat avant les annonces de GAFAM et de la Fed
Credits Reuters

La Bourse de New York a terminé presque stable mardi, après les sommets atteints la veille par le S&P 500 et le Nasdaq, dans l'attente de la publication des résultats trimestriels des géants d'internet dans les prochains jours, ainsi que des annonces de politique monétaire de la Fed mercredi. En outre, mercredi également, le président Joe Biden devrait détailler ses projets de hausses d'impôts pour les plus Américains les plus aisés.

A la clôture, le Dow Jones a terminé quasi-stable à 33.984 points (+0,01%), de même que l'indice large S&P 500 à 4.186 pts (-0,02%), tandis que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques et biotechs, a cédé 0,34% à 14.090 pts.

Le rythme des publications d'entreprises pour le 1er trimestre s'est accéléré mardi avec notamment Tesla, Hasbro, General Electric, ou encore Microsoft, Alphabet et Starbucks, qui sont tous trois programmés après la clôture. Sur la semaine, plus d'un tiers des sociétés du S&P 500 (environ 181), dont 10 membres du Dow Jones, vont publier leurs résultats... Les géants d'internet Apple et Facebook suivront mercredi, avant Amazon jeudi.

Joe Biden attendu mercredi sur ses annonces fiscales

Sur le front macro-économique, l'indice de confiance des consommateurs américains pour le mois d'avril est ressorti à 121,7 selon le Conference Board, très nettement supérieur au consensus qui se situait à 113. La lecture révisée du mois de mars s'établit quant à elle à 109. L'indice manufacturier de la Fed de Richmond s'est de son côté maintenu à 17 en avril, contre 22 de consensus.

La première estimation du PIB au premier trimestre sera suivie de près jeudi, de même que l'évolution des dépenses et revenus des ménages en mars (vendredi).

Les marchés suivront aussi cette semaine les annonces de Joe Biden, qui s'exprimera mercredi pour la première fois devant le Congrès américain réuni en session conjointe. Ce devrait être l'occasion pour le président démocrate de présenter le 2e volet de son plan de relance, baptisé "American Families Plan", qui serait doté de plus de 1.000 milliards de dollars. Les opérateurs s'intéressent plus particulièrement au financement du plan, qui sera assuré par des hausses d'impôts pour les ménages américaines les plus aisés.

Selon la presse, Joe Biden prévoit de presque doubler le taux d'imposition des plus-values, qui passerait de 20% à 39,6% pour les Américains les plus fortunés, dont les revenus dépassent 1 million de dollars par an (environ 833.000 euros). Combiné avec la surtaxe actuelle sur certaines plus-values, le taux de taxation pourrait alors atteindre jusqu'à 43,4% dans certains cas, selon ces sources. Par ailleurs, Biden entend aussi relever le taux marginal supérieur d'impôt sur le revenu de 37% à 39,6%, une tranche qui concerne actuellement les revenus supérieurs à 518.000$ par an (431.000 euros). Enfin, les droits de succession pourraient aussi être relevés, via la suppression de déductions fiscales actuellement en place sur les héritages.

Les taux US se tendent avant la Fed

La décision de politique monétaire de la Fed sera logiquement scrutée de près mercredi, même si aucun bouleversement n'est attendu. Compte tenu du fort redressement de la première économie mondiale, les économistes interrogés par Bloomberg estiment désormais que la Réserve fédérale devrait commencer à réduire ses achats mensuels d'actifs de 120 milliards de dollars avant la fin de l'année, soit un peu plus tôt que prévu le mois dernier. La première hausse des taux d'intérêt n'est en revanche toujours pas attendue avant 2023.

Sur les marchés obligataires, les taux se sont tendus mardi avec un rendement du T-Bond américain à 10 ans qui pointait en soirée à 1,62% et celui du "30 ans" à 2,29%, en hausse tous deux de 5 points de base par rapport à lundi.

A noter que les taux se sont tendus malgré le succès de l'adjudication, mardi, par le Trésor américain de 62 milliards de dollars de titres à sept ans. L'offre de bons du Trésor a été sursouscrite 2,31 fois contre 2,25 fois en moyenne pour les mêmes adjudications sur les 6 derniers mois.

Du côté des changes, l'indice du dollar progressait mardi soir de 0,11% à 90,91 points face à un panier de devises, et l'euro progressait légèrement face au billet vert à 1,2088$ (+0,04%) dans les échanges interbancaires à New York.

L'Opep+ confirme ses hausses de production à partir de mai

Le marché pétrolier a rebondi mardi, malgré la décision de l'Opep+ (prise avec 24 heures d'avance) de confirmer le relèvement progressif de sa production à partir de mai, conformément à sa précédente réunion d'avril.

Malgré cette perspective de hausse de l'offre de pétrole, le cours du brut léger américain WTI a progressé mardi soir de 1,7% à 62,94$ le baril sur le Nymex pour le contrat à terme de juin, et le Brent a gagné 1,2% à 66,42$ (contrat de juin). Après la clôture du Nymex, le WTI poursuivait sa progression à 63,18$.

Dans un communiqué, l'Opep+ a ainsi indiqué avoir "décidé de mettre en oeuvre son projet d'ajustement" de production décidé lors de sa précédente réunion, le 1er avril. L'Opep+ avait alors décidé de réduire l'ampleur de ses baisses de production de 350.000 barils par jour en mai, puis de 350.000 bpj en juin et de 441.000 bpj en juillet. L'alliance regroupant les 14 membres de l'Opep et 10 pays alliées (dont la Russie) devait se réunir mercredi, mais a surpris les marchés en annonçant sa décision dès mardi soir.

Peu avant le communiqué de l'Opep+, des rumeurs de marché laissaient entendre que compte-tenu de la baisse de la demande pétrolière dans les pays en proie à une nouvelle vague de Covid-19 (Inde, Japon, Brésil...) l'alliance de pays producteurs pourrait décider de reporter ses hausses de production, ce qui n'a donc pas été le cas.

Enfin, sur le marché des "cryptos", le bitcoin avançait mardi soir de 2,1% sur 24h autour de 54.805$ sur la plateforme Bitfinex.

VALEURS A SUIVRE

* Hasbro (+1,3%) a publié des comptes supérieurs aux anticipations avec un profit net de 116,2 M$ ou 84 cents par action contre une perte de 69,7 M$ ou 51 cents par titre un an plus tôt. En base ajustée, le bpa a atteint 1$ contre 64 cents de consensus. Le chiffre d'affaires a augmenté de 0,8% à 1,15 milliard de dollars, légèrement sous les attentes. "Nous continuons à viser une croissance à deux chiffres du chiffre d'affaires de Hasbro pour l'ensemble de l'année, grâce à l'innovation et à la qualité de l'exécution dans l'ensemble de l'entreprise", a déclaré le directeur général Brian Goldner.

* General Electric (-0,6%) a limité les dégâts en clôture après une chute de 4,8% en séance. Plombé par sa branche aéronautique, le groupe industriel a fait état de résultats en net retrait au premier trimestre. Sur la période, le conglomérat américain a même essuyé une perte nette de 2,87 Mds$ ou 33 cents par titre contre un profit de 6,16 Mds$ et 70 cents par action un an plus tôt. Sur une base ajustée, le bénéfice net recule de 1,03 Md$ à 828 M$, soit 3 cents par titre, contre un consensus de 1 cent. Les revenus ont reculé de 12% à 17,12 Mds$, légèrement sous les attentes des analystes. Le groupe a brûlé 845 M$ de cash contre 666 M$ attendus par le consensus.

"Nous nous orientons davantage vers l'offensive et la saisie d'opportunités dans la transition énergétique, la santé de précision et l'aviation du futur", a déclaré le directeur général, Larry Culp. "Je suis convaincu que nous sommes bien positionnés pour générer une croissance rentable, atteindre des marges de flux de trésorerie disponibles proches de 10% au fil du temps et créer de la valeur à long terme pour les actionnaires". GE a réitéré ses perspectives pour l'ensemble de l'année 2021, à savoir une croissance organique du chiffre d'affaires de GE Industrial comprise entre 1 et 4%, une marge bénéficiaire industrielle ajustée en croissance organique de plus de 250 points de base et un bpa ajusté allant de 0,15 à 0,25$. Le flux de trésorerie disponible de GE Industrial est anticipé entre 2,5 et 4,5 Mds$.

* Tesla (-4,5%). Le groupe a publié des bénéfices supérieurs au consensus pour le 1er trimestre 2021, mais ces derniers ont bénéficié d'un gain de plus de 100 M$ lié à des cessions de bitcoin. Le bénéfice net du fabricant californien de véhicules électriques a atteint le montant record de 438 millions de dollars (39 cents par action), contre 16 M$ (2 cents par action) sur la même période de 2020. Après ajustements, le bénéfice par action s'établit à 93 cents, bien plus élevé que les 75 cents attendus. Il s'agit du 7e trimestre de profits consécutifs pour la firme dirigée par Elon Musk.

Les revenus ont quant à eux bondi de 74% sur un an, pour totaliser 10,39 milliards de dollars, un peu moins que les 10,5 Mds$ attendus par le consensus FactSet. Le fabriquant de voitures électriques avait déjà indiqué avoir livré 184.800 unités sur les trois premiers mois de l'année, un niveau supérieur aux prévisions du marché et plus du double du nombre de véhicules livrés au cours de la même période de l'année précédente. La société californienne, qui a livré près d'un demi-million de véhicules en 2020, a confirmé s'attendre à ce que ce chiffre augmente de plus de 50% cette année grâce au succès de son Model Y et à une demande soutenue en Chine. Elle n'a pas fourni davantage de précisions sur cette guidance, décevant ainsi certains opérateurs.

* Eli Lilly (-2,6%) a lancé un avertissement sur ses résultats. Le groupe pharmaceutique a abaissé sa prévision de bénéfice annuel ajusté en raison de la baisse de la demande pour ses traitements du COVID-19 et de coûts de R&D élevés. Il table désormais sur un bpa ajusté compris entre 7,80 dollars et 8 dollars, contre une prévision précédente de 7,75 dollars à 8,40 dollars. Les revenus sont de leur côté anticipés entre 26,6 et 27,6 Mds$ contre une fourchette précédente allant de 36,5 à 28 Mds$.

Le gouvernement américain a arrêté en mars l'utilisation autonome du traitement bamlanivimab à base d'anticorps contre le COVID-19 développé par Eli Lilly, les nouvelles variantes du virus pouvant résister à ce médicament lorsqu'il est utilisé seul. Eli Lilly a déclaré qu'il se concentrerait désormais sur une combinaison du bamlanivimab et de son autre anticorps contre le coronavirus, l'etesvimab, dont l'efficacité contre les variants s'est avérée plus forte. Sur les trois premiers mois de l'année, la firme a enregistré un résultat net de 1,36 milliard de dollars, soit 1,49 dollar par action, contre 1,46 Md$ un an plus tôt. Le bpa ajusté s'est établi à 1,87$ contre 2,13$ de consensus. Les revenus ont progressé de 16% à 6,81 Mds$, également un peu courts par rapport aux attentes des analystes.

* 3M (-2,5%). La société a publié un bénéfice net trimestriel en hausse de 24,2% sur un an à 1,62 milliard de dollars et un chiffre d'affaires en croissance de 13,7% et supérieur aux attentes, grâce entre autres à la forte demande pour ses équipements de protection individuelle, comme les masques.

* Lyft (-1,4%). Comme son concurrent Uber (-0,8%) en décembre 2020, Lyft se déleste à son tour de sa division voitures autonome. Le spécialiste des VTC aux Etats-Unis a ainsi annoncé lundi soir la cession de cette activité à Woven Planet, une filiale du constructeur japonais Toyota, pour un montant de 550 millions de dollars en numéraire. Lyft, qui travaille sur ce projet de voiture autonome depuis 9 ans, a estimé dans un communiqué que l'opération était "un moyen d'accélérer le développement de la technologie de conduite autonome". Le CEO de Lyft, Logan Green, a précisé que Woven Planet et Lyft ont signé un partenariat commercial autorisant Woven Planet a utiliser les systèmes et les données de la flotte de VTC de Lyft.

* United Parcel Service (UPS) a bondi de 10,4%, alors que le géant américain de la livraison vient de dévoiler de solides comptes trimestriels. Sur les trois premiers mois de l'année, le groupe a enregistré un profit de 4,79 Mds$ ou 5,47$ par titre contre 1,11$ par action un an plus tôt. Le bpa ajusté ressort à 2,77$ contre 1,73$ de consensus. Le profit opérationnel consolidé s'est envolé de 158% à 2,8 Mds$ pour des revenus en hausse de 27% à 22,91 Mds, contre 20,6 Mds$ de consensus. Compte tenu de l'incertitude économique persistante, la société ne fournit pas de prévisions de revenus ou de bénéfices dilués par action pour 2021. Cependant, elle réaffirme ses plans d'allocation de capital pour l'année entière, soit environ 4 Mds$.

* Gamestop (+5,2%) a levé 551 millions de dollars par le biais d'une augmentation de capital, des capitaux qui doivent permettre au distributeur de jeux vidéo d'accélérer sa transition vers la vente en ligne.

* Archer Daniels Midland (+3%). Le groupe de semences et de services au secteur de l'agriculture a annoncé un bond de 76,2% de son bénéfice trimestriel à 689 millions de dollars pour un chiffre d'affaires de 18,89 milliards, en progression de 26,2% et supérieur aux attentes de Wall Street.

* Raytheon Technologies (+2,2%). Le groupe d'aéronautique a relevé la limite basse de sa fourchette de prévisions de chiffre d'affaires annuel en soulignant la bonne tenue du carnet de commandes de ses activités de défense et les perspectives de reprise du marché de l'aviation civile.

* JetBlue Airways a cédé 2,2% après avoir dévoilé une perte moindre qu'estimée au premier trimestre. La compagnie aérienne, qui a arrêté de brûler du cash en mars, a essuyé sur la période un déficit de 247 millions de dollars ou 0,78$ par titre contre un profit de 268 M$ ou 97 cents par action un an plus tôt. En base ajustée, le bpa ressort à -1,48$ contre -1,69$ de consensus. Les revenus ont fondu de 53,9% à 773 M$, également supérieurs aux attentes des analystes (687 M$). Les capacités ont diminué de 39% alors que le coefficient d'occupation est tombé sur un an de 69,8% à 63,9%. "Bien que notre BPA reste en territoire négatif, nous avons constaté des progrès significatifs dans la reprise de la demande, et nous avons commencé à prendre de l'élan grâce au travail de fond que nous avons effectué pour sortir de la crise avec un JetBlue plus fort", a déclaré le directeur général Robin Hayes.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE DE BOURSE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 31 mai 2021

CODE OFFRE : FLASH21

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : FLASH21 lors de votre ouverture de compte.

Du 1er au 31 mai 2021

MIEUX QUE GRATUIT ?
"Un ordre de bourse qui vous rapporte"

Tradez gratuitement et recevez 1€ par ordre exécuté
sur tous les produits de la gamme Morgan Stanley*
Valable sur tous les ordres >= à 500€*, offre limitée à 200€

Découvrir l'offre

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Communication à caractère promotionnel. *Voir conditions de l'offre.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/05/2021

Ivalis a ainsi réussi à recouvrer un niveau d'activité proche de celui de l'exercice 2020-21 au cours du second semestre

Publié le 14/05/2021

Videlio a réalisé un chiffre d’affaires de 52,1 millions d’euros au premier trimestre 2021, en repli de 5,9 % à périmètre publié par rapport à celui du premier trimestre 2020 et de 6,9…

Publié le 14/05/2021

Les produits retraités des activités de Touax se sont élevés à 24,6 millions au premier trimestre 2021, en recul de 4,2%. Les activités en propriété ont progressent de 3,2% à 23,06 millions…

Publié le 14/05/2021

A la suite de l’intrusion détectée sur son réseau informatique, Laurent Perrier a annoncé avoir immédiatement engagé toutes les mesures nécessaires pour rétablir son activité dans les…

Publié le 14/05/2021

Touax constate que les effets de la crise sanitaire demeurent limités

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne