Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 611.50 PTS
+0.14 %
6 594.50
+0.06 %
SBF 120 PTS
5 169.14
+0.15 %
DAX PTS
15 636.33
+0.21 %
Dow Jones PTS
33 945.58
+0.2 %
14 270.42
+0.94 %
1.194
+0.19 %

Clôture de Wall Street : bon début de semaine grâce aux "technos"

| Boursier | 253 | Aucun vote sur cette news

La Bourse de New York a démarré d'un bon pied la dernière semaine de mai, soutenue lundi par les valeurs technologiques.

Clôture de Wall Street : bon début de semaine grâce aux "technos"
Credits Reuters

La Bourse de New York a démarré la semaine d'un bon pied, soutenue lundi par les valeurs technologiques, qui ont fait l'objet d'achats à bon compte après leurs récents revers. Les investisseurs ont mis de côté pour l'instant leurs craintes concernant l'inflation et les pénuries qui frappent certains secteurs et entraînent une reprise économique volatile. Le pétrole s'est offert un rebond supérieur à 3% après une semaine de correction, tandis que les taux d'intérêts se sont détendus. Les crypto-monnaies ont rebondi après un week-end difficile.

A la clôture, l'indice Dow Jones a gagné 0,54% à 34.393 points, tandis que l'indice large S&P 500 a pris 0,99% à 4.197 pts, et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques et biotechs, a regagné 1,41% à 13.661 points.

La totalité des onze indices sectoriels du S&P 500 ont progressé lundi soir, dont les technologiques (+1,8%) et les services de communication (+1,7%), l'immobilier (+1%) et les biens de consommation discrétionnaires (+1%). Au sein du DJIA, Cisco Systems (+1,8%), Microsoft (+2,3%), Intel (+1,5%), Salesforce (+1,9%) et Apple (+1,3%) ont affiché les plus fortes hausses du jour, emmenant l'ensemble du secteur technologique, qui a fait l'objet de prises de bénéfices depuis début mai. Amazon a pris 1,3% et Facebook a grimpé de 2,6%, tandis que Tesla a bondi de 4,4%, insensible au lancement d'une crypto-monnaie baptisée "StopElon", dont les promoteurs visent à détrôner le milliardaire américain en entrant au capital de Tesla...

Les cryptos-monnaies toujours aussi volatiles

Les marchés boursiers sont restés globalement indifférents aux turbulences qui agitent le marché des crypto-monnaies depuis quelques semaines. Le Bitcoin a encore plongé ce week-end, tombant jusqu'à 31.700$, avant de se reprendre. Lundi soir, la principale monnaie virtuelle reprenait 15% sur 24h autour de 39.100$, en chute d'environ 40% par rapport à ses records de la mi-avril, autour de 64.000$. L'Ether a plongé dimanche jusqu'à 1.780$ avant de rebondir vivement lundi soir autour de 2.620$ (+25% sur 24h) sur la plate-forme Bitfinex.

Malgré le rebond des "cryptos", l'or est resté en faveur auprès des investisseurs en quête de sécurité. Le métal jaune a gagné lundi 0,4% à 1.884,50$ l'once, son plus haut niveau depuis le 7 janvier.

Après avoir pris connaisssance vendredi dernier d'indices montrant que la croissance de l'activité du secteur privé aux Etats-Unis avait atteint en mai son plus haut niveau depuis 2009, les investisseurs attendent maintenant les chiffres des dépenses des ménages et l'indice d'inflation "core PCE", privilégié par la Réserve fédérale, qui seront tous deux publiés vendredi prochain.

Tout signe supplémentaire d'une accélération des prix relancerait le débat sur le calendrier d'un retrait progressif ("tapering") du soutien de la Fed, dont plusieurs responsables doivent s'exprimer dans la semaine.

Vendredi, l'indice d'activité flash PMI composite américain du mois de mai est ainsi ressorti à 68,1, signalant ainsi une forte expansion de l'activité. L'indice manufacturier a été de 61,5, contre un consensus de marché de 60,5. L'indicateur des services a atteint 70,1, contre 64,5 de consensus.

Les marchés demeurent ballotés entre les espoirs de reprise liés à la réouverture des économies, et les craintes relatives à l'inflation... Il semble désormais acquis que la Fed discute concrètement de 'tapering' d'ici à la fin de l'année, si l'on en croit le compte-rendu de la dernière réunion de la Fed publié mercredi dernier. Un certain nombre de dirigeants de la Fed ont ainsi jugé "approprié à un moment donné (...) de commencer à discuter d'un projet pour ajuster le rythme des achats d'actifs" si l'économie continue d'afficher des progrès rapides vers les objectifs de la banque centrale US.

La Fed attentive à l'inflation, qui est jugée temporaire

De nombreux responsables de la Fed se sont exprimés ces derniers jours, dont deux ont estimé qu'il était d'ores et déjà temps de parler du calendrier du futur "tapering". Il s'agit du président de la Fed de Philadelphie, Patrick Harker et de Robert Kaplan, le patron de la Fed de Dallas. Pour autant, la Fed ne donne pas le sentiment de vouloir agir concrètement avant 2022 au plus tôt. De nombreux responsabes répètent à l'envi que l'inflation devrait être un phénomène temporaire lié à des problèmes de chaînes d'approvisionnement provoqués par la crise du coronavirus. Une situation qui engendre des goulets d'étranglement et des hausses de prix qui devraient se normaliser d'ici à 2022.

Lundi, Lael Brainard, gouverneure de la Fed, a ainsi estimé que "la remontée récente de l'inflation dans certains secteurs de l'économie américaine devrait s'atténuer une fois que les prix se seront éloignés des points bas atteints au début de la pandémie et que les déséquilibres temporaires entre l'offre et la demande se seront résorbés".

"Nous sommes à mi-chemin d'un rebond assez inédit de l'économie des Etats-Unis", a-t-elle expliqué lors d'un débat organisé par CoinDesk. "Certains prix peuvent encore augmenter au cours des prochains mois, mais ces pressions inflationnistes, liées à des goulets d'étranglement dans les chaînes d'approvisionnement et à la réouverture progressive de l'économie, devraient refluer avec le temps", a-t-elle ajouté.

Détente sur les taux, le pétrole reprend sa hausse

Le marché obligataire américain s'est détendu lundi, les investisseurs estimant que même si un débat sur le "tapering" s'ouvrait lors de la réunion de la Fed de juin, celle-ci ne devrait pas agir concrètement avant de longs mois. Le rendement du T-Bond à 10 ans s'inscrivait en soirée à 1,60% (-2 point de base), tandis que le taux du "30 ans" était à 2,30% (-2 pdb).

Du côté des changes, l'indice du dollar cédait lundi soir 0,22% à 89,82 points face à un panier de devises de référence, tandis que l'euro gagnait 0,3% à 1,2216$ dans les échanges interbancaires à New York.

Les cours du pétrole ont bondi lundi pour la 2e séance de suite. Le baril de brut léger américain WTI a gagné 3,88% à 66,05$ sur le Nymex pour le contrat à terme de juillet, tandis que le Brent a bondi de 3,04% à 68,46$ (contrat de juillet).

VALEURS A SUIVRE

Virgin Galactic a décollé de 27,6%, alors que le groupe de tourisme spatial de Richard Branson a bouclé avec succès le premier vol d'essai avec équipage du SpaceShipTwo VSS Unity, son véhicule spatial suborbital. Un succès qui fait suite à la finalisation d'une revue de maintenance de VMS Eve, le vaisseau-mère destiné à transporter SpaceShipTwo Unity à une altitude voisine de 50.000 pieds.
Le vol d'essai transportait deux pilotes et des charges utiles de recherche dans le cadre du programme Flight Opportunities de la NASA... Un objectif clé du vol était de tester les travaux de réparation qui ont été effectués sur VSS Unity pour abaisser les niveaux EMI rencontrés sur le vol du 12 décembre 2020 lorsque l'ordinateur de bord a interrompu l'allumage du moteur de la fusée.
Le vol intégrait également tous les objectifs de test d'origine, y compris l'évaluation des stabilisateurs horizontaux et des commandes de vol améliorés pendant la phase de poussée du vol, l'évaluation des éléments de la cabine du client et le test de la capacité de diffusion en direct du vaisseau spatial au sol.
À la suite de ce vol, et conformément aux procédures normales, l'équipe va effectuer un examen approfondi des données, qui éclairera les prochaines étapes du programme de vol d'essai...

Alphabet (+2,9%) L'Organisation mondiale du tourisme (OMT) et Google ont signé un nouvel accord pour travailler ensemble et piloter le redressement du tourisme dans le monde en misant sur l'innovation, l'éducation et l'analyse du marché.
Le nouveau mémorandum d'accord prend appui sur l'expérience passée de coopération entre l'institution spécialisée des Nations Unies pour le tourisme et Google. Alors que, dans certaines régions du monde, les destinations cherchent à faire reprendre le tourisme, ce nouveau partenariat s'attachera à exploiter la force de l'innovation, de l'éducation, des données et de l'analyse du marché pour les mettre au service d'un redressement durable et inclusif.

HP Inc (+2%) Le broker Citigroup a relevé sa recommandation à "acheter" contre "neutre" sur le dossier HP et porté son objectif de cours de 29 à 40$ sur le dossier.

Martin Marietta Materials (+1%). Le groupe de matériaux de construction a annoncé ce lundi le rachat de certaines activités de l'allemand HeidelbergCement en Californie et en Arizona pour un montant de 2,3 milliards de dollars, soit 1,89 milliard d'euros.

Foot Locker (+1,1%) Le broker CFRA a relevé sa recommandation de "vendre" à "conserver" sur le groupe après la publication de ses résultats trimestriels vendredi. Le titre gagne 4,5% en avant-Bourse à Wall Street... Le distributeur américain de chaussures et accessoires de sport, a publié des comptes largement supérieurs aux attentes du marché.

Le détaillant a réalisé pour son premier trimestre fiscal, clos début mai, un bénéfice net de 202 millions de dollars et 1,93$ par titre, contre une perte de 110 millions de dollars un an auparavant. Le bénéfice ajusté par action a été de 1,96$, contre un consensus de place de 1,12$. Les ventes se sont envolées de 83% à 2,15 milliards de dollars, contre un consensus FactSet de 1,9 milliard. La croissance à comparable a dépassé les 80%. Richard Johnson, CEO du groupe, s'est réjoui de ces comptes et souligne que l'offre du groupe a été plébiscitée par les clients...

Johnson & Johnson (+0,4%) a annoncé ce lundi avoir déposé une demande d'autorisation de son vaccin contre le COVID-19 au Japon. Le groupe reste suivi de près alors que le groupe a publié des résultats trimestriels supérieurs aux attentes, montrant par ailleurs que les ventes de son vaccin contre le Covid lui avaient déjà rapporté 100 millions de dollars sur les trois premiers mois de l'année.
Sur le premier trimestre, J&J a ainsi réalisé un bénéfice net de 6,2 milliards de dollars soit 2,32$ par titre, contre 5,8 milliards un an avant. Hors éléments non récurrents, le bénéfice ajusté par action a grimpé de 13% à 2,59$, contre un consensus FactSet de 2,34$. Les revenus se sont améliorés de 8% à 22,32 milliards de dollars, contre 21,98 milliards de consensus.
Les ventes pharmaceutiques ont grimpé de 9,6% à 12,2 milliards de dollars. Les ventes d'appareils médicaux se sont améliorées de 11% à 6,58 milliards. Les ventes du vaccin covid, à 100 millions de dollars, sont donc tout à fait marginales. Pour 2021, J&J envisage un bpa ajusté allant de 9,42 à 9,57$. Le dividende trimestriel est augmenté de 5% à 1,01$...

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/06/2021

Health Advocate sera intégré dans le périmètre de consolidation de Teleperformance à compter du 30 juin...

Publié le 22/06/2021

Retour d'Assemblée générale...

Publié le 22/06/2021

L'Union européenne va exercer une option d'achat pour 150 millions de doses supplémentaires du vaccin de Moderna contre le COVID-19.

Publié le 22/06/2021

Suite à l'offre publique d'achat simplifiée...

Publié le 22/06/2021

La livraison du navire interviendra à la fin de l'année 2023...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne