5 372.03 PTS
-0.51 %
5 385.0
-0.27 %
SBF 120 PTS
4 293.14
-0.26 %
DAX PTS
13 075.05
-0.39 %
Dowjones PTS
24 585.43
+0.33 %
6 394.67
+0.00 %
Nikkei PTS
22 694.45
-0.28 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Clôture de Wall Street : au sommet avec Powell et la réforme fiscale !

| Boursier | 270 | Aucun vote sur cette news

Le prochain président de la Fed Jerome Powell semble avoir réussi son "grand oral" mardi devant le Sénat. Les trois principaux indices boursiers américains ont fini sur de nouveaux records.

Clôture de Wall Street : au sommet avec Powell et la réforme fiscale !
Credits Reuters

La Bourse de New York a terminé en nette hausse, mardi, les trois principaux indices finissant à des nouveaux sommets historiques. Ils ont notamment salué le discours du nouveau président désigné de la Fed, Jerome Powell, auditionné mardi par le Sénat (qui doit entériner sa nomination par Donald Trump). La hausse de la confiance des consommateurs en novembre ainsi que l'adoption par la Commission des finances du Sénat du projet de réforme fiscale américaine ont aussi contribué à alimenter l'appétit des investisseurs pour les actions.

Mardi en clôture, le Dow Jones a bondi de 1,09% à 23.836 points, tandis que l'indice large S&P 500 a grimpé de 0,98% à 2.627 pts, et que le Nasdaq composite, riche en valeurs technologiques et biotechnologiques, a avancé de 0,49% à 6.912 pts.

L'annonce en soirée, d'un nouveau tir de missile balistique par la Corée du Nord, n'a pas suffi à ternir l'optimisme ambiant. Par ailleurs, les négociations se sont poursuivies au Sénat américain en vue de l'adoption de sa version de la réforme fiscale. Mardi soir, une étape supplémentaire a été franchie : la commission des Finances du Sénat a adopté le texte, et ce dernier pourrait être soumis à un vote en séance plénière au plus tôt jeudi. Il restera ensuite au Sénat et à la Chambre des représentants à négocier un texte de compromis, leurs deux versions étant assez divergentes au stade actuel...

Une hausse des taux de la Fed dans le collimateur pour décembre

Lors de son audition, Jerome Powell (qui est déjà gouverneur de la Fed depuis mai 2012) s'est placé dans la continuité de Janet Yellen, à qui il succédera le 3 février 2018, et a estimé que le secteur financier était suffisamment réglementé, ce qui a satisfait les investisseurs. Il a aussi confirmé que la banque centrale, sauf coup de théâtre, s'apprêtait à relever ses taux directeurs à l'issue de sa dernière réunion de l'année, les 12 et 13 décembre prochaine.

"Je pense que les arguments en faveur d'une hausse des taux lors de notre prochaine réunion sont en train d'être réunis. Les conditions (macro-économiques actuelles) soutiennent cette action", a estimé le banquier central. Il a noté que l'amélioration du marché de l'emploi ne s'est pas traduite par une surchauffe de l'économie.

Deux autres membres de la Fed se sont exprimés dans le même sens ces deux derniers jours. D'une part, le patron de la Fed de Dallas, Robert Kaplan, a indiqué dans un texte publié mardi sur le site de sa banque centrale, qu'il avait décidé de soutenir un relèvement d'un quart de point du taux des Fed funds en décembre. De son côté, le président de la Fed de New York, William Dudley, a été un peu moins précis, lundi soir, tout en laissant la voie ouverte à un nouveau tour de vis. Il a estimé que la solidité du marché de l'emploi devrait permettre à l'inflation de se redresser à terme vers l'objectif des 2% que s'est fixé la Fed.

La livre sterling bondit, rumeurs d'un accord sur la facture du Brexit

Ces déclarations de banquiers centraux ont profité au dollar, qui a repris de la hauteur mardi. L'indice du dollar, qui mesure son évolution face à un panier de 6 devises de référence, a gagné 0,36% à 93,24. L'euro a reculé de 0,46% à 1,1845$. Mais le mouvement le plus spectaculaire de la journée sur le marché des changes est venu de la livre sterling : en recul de 0,7% en séance, elle a fini la journée en hausse de 0,3% à 1,3354$ après des informations de presse affirmant que le Royaume-Uni et l'Union européenne seraient parvenus à un accord sur le montant de la facture du Brexit. Celle-ci pourrait finalement s'élever pour Londres entre 45 et 55 MdsE, selon le 'Daily Telegraph'.

Sur les marchés obligataires américains, les taux d'intérêts ont peu évolué mardi : le rendement du T-Bond à 10 ans est resté stable à 2,33%. Le cours du pétrole WTI a fini en léger recul de 0,21%, à 57,99$, toujours en proie aux doutes concernant la prolongation de l'accord de réduction de la production de l'Opep de ses alliés, jeudi, lors d'une réunion à Vienne.

Confiance des consommateurs en hausse, en attendant le PIB du T3

Les marchés boursiers ont également apprécié l'annonce d'une hausse de la confiance des consommateurs américains en novembre. L'indice mesuré par le Conference Board est ressorti à 129,5 contre 125 de consensus, et après 126,2 en octobre. En outre, l'indice manufacturier régional de la Fed de Richmond pour le mois de novembre 2017 est ressorti très nettement supérieur aux attentes, à +30, contre un consensus de place de +15 et un niveau de +12 un mois auparavant.

Les derniers chiffres de l'immobilier se sont affichés en ordre dispersé. L'indice de la Federal Housing Finance Agency (FHFA) des prix des logements aux Etats-Unis a augmenté de 0,3% en septembre sur un mois, contre +0,6% de consensus. En glissement annuel, l'indice FHFA grimpe de 6,3%, mais ressort inférieur aux attentes. En revanche, l'indice S&P Case-Shiller a progressé de plus que prévu, de 0,5% (indice 20-City) en septembre, en comparaison du mois antérieur, contre +0,4% attendu.

Enfin, la balance du commerce international de biens pour le mois d'octobre 2017 est ressortie déficitaire de 68,3 Mds$, contre un consensus de -65 Mds$.

Mercredi, les investisseurs suivront de près la publication de la deuxième estimation du PIB américain du troisième trimestre, sera dévoilée à 14H30 heure française. Le consensus de place est logé à +3,3%, alors que la première estimation était ressortie à +3%, et après une hausse de 3,1% au deuxième trimestre.

VALEURS A SUIVRE

Amazon (-0,19%) s'est stabilisé après avoir battu des records depuis 4 séances consécutives. Malgré une hausse de 60% du titre géant du e-commerce depuis le début 2017, Goldman Sachs perçoit encore un potentiel de 20% sur la valeur Amazon l'année prochaine... Le broker a confirmé ainsi son conseil d'achat et porte son objectif de cours à 1.450$ à 12 mois. Goldman juge que la valeur devrait profiter du rythme rapide d'innovation du groupe et de sa flexibilité en termes de prix. Goldman Sachs attend par ailleurs quelques annonces notables à l'occasion de la conférence annuelle 're:Invent' d'Amazon, qui se tient cette semaine à Las Vegas. Amazon profite souvent de cet événement pour dévoiler des nouveautés ou des partenariats.

Emerson Electric (+3,6%). Le groupe a retiré son offre d'acquisition de Rockwell Automation (+3,2%), son concurrent ayant repoussé par deux fois ses avances. Emerson se dit déçu que le conseil d'administration de Rockwell ait refusé de discuter de la possible combinaison des deux groupes. Emerson réconfortera ses actionnaires en accélérant ses rachats d'actions. Le groupe entend racheter jusqu'à 1 Md$ de titres dans les 12 prochains mois. La dernière offre d'Emerson sur Rockwell atteignait 29 Mds$, 225$ par titre.

Buffalo Wild Wings (+6,3%). Roark Capital Group a accepté de racheter la chaîne de restauration Buffalo Wild Wings pour un montant voisin de 2,4 Mds$ (hors dette assumée). La firme de private equity détient déjà les chaînes Arby's et Cinnabon. Roark veut croquer Buffalo pour 157$ par titre. L'offre initiale d'acquisition était chiffrée à 150$ par action.

UnitedHealth (+1,7%) a mis à jour ses estimations pour l'exercice 2018. D'après les perspectives délivrées, le groupe envisage sur la période une croissance bénéficiaire allant de 5,5 à 8,5%. L'assureur-santé a livré ces estimations à l'occasion de sa réunion d'investisseurs du jour.

Hormel (+1,2%), le groupe alimentaire américain, a annoncé la finalisation de l'acquisition de Columbus Manufacturing. Hormel en profite pour doper ses anticipations financières annuelles 2018. Les nouvelles prévisions fournies par Hormel Foods sont supérieures aux attentes de marché.

Nike (-0,08%). HSBC se montre prudent sur le dossier du géant américain des chaussures et accessoires de sport. Ainsi, le broker dégrade la valeur d''achat' à 'conserver'. D'après HSBC, la valorisation actuelle de Nike n'est pas si attractive, au regard de la croissance affichée et aux niveaux actuels se cours.

Thor Industries (+13,3%), l'un des géants américains des véhicules de loisirs, a annoncé pour le trimestre clos un bénéfice par action de 2,43$, alors que le consensus pour la période n'était que de 1,84$ par titre. Les revenus du groupe ont également dépassé les prévisions d'analystes.

Microsoft (+1,2%) a conclu avec l'Allemand SAP un bel accord destiné à renforcer l'usage de leurs solutions et services 'cloud' (dans le nuage) respectifs.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/12/2017

Afin de profiter de la bonne santé des cours du brut, les analystes de TradingSat.com proposent aux investisseurs actifs une prise de position sur un certificat, émis par SG Bourse, qui réplique…

Publié le 14/12/2017

Reconnue pour ses solutions innovantes de Mobile Marketing Automation de nouvelle génération...

Publié le 14/12/2017

Altice USA, Charter et Comcast ont noué un accord prévoyant de créer une plateforme publicitaire commune, Interconnect, pour adresser le marché de New York, le principal marché du pays. "Pour les…

Publié le 14/12/2017

Annonce saluée

Publié le 14/12/2017

Mais un nouvel appareil dans les tuyaux

CONTENUS SPONSORISÉS