Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 600.66 PTS
+0.83 %
6 621.0
+1.22 %
SBF 120 PTS
5 172.64
+0.87 %
DAX PTS
15 693.27
+0.78 %
Dow Jones PTS
34 479.60
+0.04 %
13 998.30
+0.27 %
1.211
+0. %

Clôture de Wall Street : au rebond malgré les craintes inflationnistes

| Boursier | 294 | Aucun vote sur cette news

La Bourse de New York a regagné jeudi une partie de ses pertes de la veille, subies à l'annonce d'un saut de 4,2% des prix à la consommation aux Etats-Unis en avril.

Clôture de Wall Street : au rebond malgré les craintes inflationnistes
Credits Reuters

La Bourse de New York a regagné jeudi une partie de ses pertes de la veille, provoquées par l'annonce d'un saut de 4,2% des prix à la consommation aux Etats-Unis en avril sur un an, au plus haut depuis 13 ans. Jeudi, les prix à la production ont eux aussi montré une accélération en avril, à 6,2% sur un an. Les marchés ont cependant apprécié l'annonce d'une forte baisse des inscriptions au chômage la semaine dernière aux Etats-Unis, ce qui a confirmé l'amélioration conjoncturelle. Le pétrole a rechuté de plus de 3% après la réouverture du réseau de Colonial Pipeline. Le bitcoin plongeait en soirée de plus de 10% après une volte-face d'Elon Musk sur la crypto-monnaie, qu'il juge "trop polluante".

Après trois séances difficiles, l'indice Dow Jones a repris jeudi 1,29% à 34.021 points en clôture (après -1,99% mercredi), tandis que l'indice large S&P 500 a regagné 1,22% à 4.112 pts (après -2,15%), et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques et biotechs, a avancé de 0,72% à 13.124 points (après -2,67%). Les trois indices ont cependant terminé sous leurs plus hauts du jour, ayant gagné en début de séance environ 1,6%. Le Nasdaq affiche encore une perte de 7,1% par rapport à son précédent record du 26 avril, à 14.138 pts.

Dix des onze indices sectoriels du S&P 500 ont progressé jeudi, à l'exception de l'énergie, qui a perdu 1,3%. Les secteurs défensifs et cycliques ont soutenu la cote, à l'image des industrielles (+1,9%) et des financières (+1,8%), ces dernières étant favorisées par des taux d'intérêts plus élevés. Les valeurs de croissance, visées par les récents dégagements ont progressé plus modestement, comme les technologiques (+1,3%), les services de communication (+0,8%) et les biens de consommation discrétionnaires (+0,7% après -3% mercredi).

L'inflation confirme son accélération aux Etats-Unis en avril

Les investisseurs continent de s'interroger sur l'ampleur et la durée du regain d'inflation observé à l'occasion de la reprise économique aux Etats-Unis. Beaucoup craignent que la Réserve fédérale ne soit forcée de relever ses taux directeurs pour éviter une surchauffe, malgré les nombreuses dénégations des responsables de la Fed à ce sujet.

Jeudi, les marchés ont pris connaissance des prix à la production aux Etats-Unis en avril, qui ont progressé de 0,6% sur un mois (contre +0,3% de consensus de place) et de 6,2% sur un an, soit la plus forte hausse depuis la création de la statistique... Hors alimentaire et énergie, le 'PPI core' a grimpé de 0,7% sur un mois et de 4,1% en glissement annuel.

Mercredi, l'annonce d'une hausse plus forte que prévu des prix à la consommation (+4,2% sur un an, au plus haut depuis 13 ans) avait entraîné une aversion au risque sur les marchés boursiers.

La Réserve fédérale maintient le cap

L'accélération des prix, qui accompagne assez logiquement la reprise post-Covid, n'a pas fait changer la Fed de son cap. Le vice-président de la banque centrale américaine, Richard Clarida, s'est dit mercredi "surpris" de l'ampleur de la hausse des prix, mais il l'a néanmoins jugée temporaire, confirmant la position actuelle de la Fed consistant à maintenir son soutien de façon prolongée.

Raphael Bostic, le président de l'antenne d'Atlanta de la Fed, est allé dans le même sens en soulignant que l'économie américaine traversait une "période de transition" entre la crise du Covid et la reprise progressive de l'activité après la pandémie. "On observe donc logiquement des perturbations de l'offre comme de la demande, aussi bien pour la main d'oeuvre que pour les biens et les services, a-t-il expliqué, et "nous allons observer beaucoup de volatilité des prix".

Les inscriptions au chômage refluent à leur niveau pré-pandémique aux USA

Malgré les craintes liées à l'inflation, les marchés ont bien accueilli jeudi la publication des derniers chiffres hebdomadaires de l'emploi, qui rassurent après la grosse déception sur les chiffres mensuels d'avril (+266.000 créations de postes au lieu d'un million attendu...)

Sur la semaine achevée le 8 mai, les inscriptions au chômage ont chuté pour la première fois à leur niveau précédant la pandémie de coronavirus. Le Département américain au Travail a ainsi annoncé que ces inscriptions ont atteint 473.000, en recul de 34.000 par rapport à la semaine précédente (lecture révisée) et alors que le consensus était positionné à 490.000.

Sur les marchés obligataires, où les taux s'étaient brusquement tendus mercredi, le calme est revenu jeudi. Le rendement du T-Bond américain à 10 ans pointait jeudi soir à 1,65% (-4 points de base) et le taux du "30 ans" revenait à 2,40% (-1 pdb).

Du côté des changes, l'indice du dollar a fini stable à 90,71 points (-0,01%) face à un panier de devises de référence, après un gain de 0,7% la veille. L'euro gagnait 0,1% face au billet vert, à 1,2081$ dans les échanges interbancaires à New York.

Le bitcoin encaisse mal les remarques d'Elon Musk

Les cours du pétrole brut, qui avaient atteint mercredi un plus haut depuis plus de deux mois, sont repartis en nette baisse jeudi, chutant de plus 4% en séance, avant de réduire leurs pertes. Le baril de brut léger américain WTI a terminé en recul de 3,4% à 63,82$ sur le Nymex pour le contrat à terme de juin, tandis que le Brent a perdu 3,2% à 67,05$ (contrat de juillet).

Ce repli coïncide avec l'annonce d'un redémarrage du réseau de Colonial pipeline, qui a désorganisé depuis vendredi dernier la distribution de carburants aux Etats-Unis, entraînant des pénuries dans certaines stations services, où se sont rués les Américains.

Enfin, sur le marché des "cryptos", le bitcoin a souffert après une volte-face spectaculaire d'Elon Musk, le patron de Tesla, qui n'acceptera finalement pas le paiement de ses voitures en bitcoins, en raison du caractère énergivore de la production de cette devise numérique. Jeudi soir, le bitcoin plongeait de plus 10% sur 24h, revenant autour de 49.000$... L'Ether perdait aussi plus de 10% autour de 3.690$.

VALEURS A SUIVRE

* GameStop (+13,6%) et AMC Entertainment (+23,7%) ont flambé. Ces actions-mèmes, très travaillées par les investisseurs particuliers présents sur les réseaux sociaux comme Reddit, ont réagi après une série de messages appelant à faire échec aux vendeurs à découvert ("short squeeze") en achetant des titres ou des options d'achat. Cette nouvelle génération d'investisseurs avait agité les marchés boursiers en janvier et fait subir de lourdes pertes à certains "hedge funds" vendeurs à découvert de leurs actions fétiches, comme GameStop (un distributeur de jeux vidéo) et AMC (une chaîne de salles de cinéma).

* Hertz Global Holdings (+11,8%), une autre action-mème, a poursuivi son rebond, après sa flambée de 55% mercredi, suite à l'annonce d'un accord sur un plan de 6 milliards de dollars destiné à faire sortir le loueur de voitures du Chapitre 11 sur les faillites, où il s'était inscrit en mai 2020.

Les fonds Knighthead Capital Management, Certares Opportunities et Apollo Capital Management ont accepté de recapitaliser Hertz, qui réalisera aussi une augmentation de capital de 1,6 Md$ réservée à ses actionnaires actuels. Il s'agit d'une bonne nouvelle pour le groupe, ainsi que pour les investisseurs particuliers actifs sur le réseau social Reddit. Ils ont été nombreux à parier l'an dernier sur un sauvetage de Hertz, qui paraissait alors avoir très peu de chances de survivre à la crise du coronavirus, qui a laminé le marché de la location automobile.

En revanche, les mésaventures de Hertz ont pesé sur son ex-principal actionnaire, le milliardaire Carl Icahn, qui détenait 39% du capital du groupe avant la crise du Covid. Il a cependant jeté l'éponge sur ce dossier au printemps 2020, vendant à perte sa participation, et encaissant une lourde perte estimée à 2 milliards de dollars par la chaîne télévisée 'CNN'.

* Boeing (+0,8%) a obtenu l'approbation de l'administration fédérale de l'aviation des Etats-Unis (FAA) pour la résolution d'un problème électrique qui avait affecté une centaine d'avions 737 MAX, ouvrant ainsi la voie à leur remise en service après l'arrêt des vols début avril, a confirmé le constructeur d'avions. "Après avoir obtenu les approbations finales de la FAA, nous avons émis des bulletins de service pour la flotte concernée", a déclaré Boeing à Reuters. "Nous sommes également en train de terminer les réparations et nous nous préparons à reprendre les livraisons".

* Alphabet (+1,3%). L'autorité italienne de la concurrence a annoncé avoir infligé à Google une amende de 102 millions d'euros pour abus de position dominante dans un dossier mettant en cause le système d'exploitation Android et la boutique d'applications Google Play.

* Amazon (+0,3%) va recruter 75.000 personnes dans son réseau d'entrepôts et de livraison aux États-Unis et au Canada. Afin d'attirer les travailleurs sur un marché de l'emploi qui se tend outre-Atlantique, le géant du e-commerce offre un salaire de départ moyen de plus de 17 dollars de l'heure, ainsi que des primes à l'embauche pouvant atteindre 1.000 dollars dans de nombreux endroits. Le groupe de Jeff Bezos, qui propose également plusieurs avantages sociaux pour ses nouveaux salariés, va verser 100$ à ceux qui arrivent chez Amazon déjà vaccinés contre le Covid-19. "Créer des emplois bien rémunérés, offrir d'excellents avantages sociaux et garantir la santé et la sécurité des employés sont les principales priorités d'Amazon", souligne la firme.

* Alibaba (-6,3%) est tombé dans le rouge sur les trois mois clos fin mars mais son chiffre d'affaires a progressé plus vite qu'attendu grâce à la dynamique continue de ses 'marketplace'. Les recettes du trimestre ont atteint 187,4 MdsY (28,6 Mds$), en hausse de 64% sur un an, mais le groupe a accusé une perte nette de 5,48 milliards de yuans, sa première depuis 2012, en raison notamment d'une amande de 2,8 Mds$ pour comportement monopolistique imposée par Pékin. Le géant chinois table sur une croissance d'au moins 30% sur le nouvel exercice avec des revenus attendus à plus de 930 MdsY (144 Mds$).

* Tesla (-3%). Virage à 180 degrés pour Elon Musk ! Le patron de Tesla, qui continue à faire la pluie et le beau temps sur le marché des cryptos, est à l'origine du décrochage de la quasi totalité des devises numériques après une annonce pour le moins surprenante. Grand adepte des cryptos, le milliardaire a indiqué dans un tweet dévoilé hier soir que Tesla avait suspendu la possibilité d'acheter une de ses voitures électriques en payant avec du Bitcoin, principalement pour des raisons environnementales.

"Tesla a suspendu les achats de voitures avec des bitcoins. Nous sommes inquiets du recours de plus en plus important aux combustibles riches en carbone pour miner des bitcoins, surtout le charbon, qui a les pires émissions de tous les combustibles. La cryptomonnaie est une bonne idée à plein de niveaux et nous pensons qu'elle a un avenir prometteur, mais cela ne doit pas compromettre l'environnement. Tesla ne vendra pas de bitcoins et nous l'utiliserons pour des transactions dès que les mines seront alimentées par des énergies plus durables". Un gros revirement pour Elon Musk qui avait lui-même annoncé il y a moins de deux mois que Tesla acceptait désormais le paiement en Bitcoin.

Une déclaration elle-même intervenue quelques semaines après que le dirigeant eut révélé que sa société avait acquis 1,5 milliard de dollars de Bitcoins. La vente de Bitcoins a d'ailleurs permis à Tesla de gonfler ses profits au premier trimestre. Elon Musk aura donc mis plusieurs semaines pour comprendre (où plutôt reconnaître) que le minage de cryptos est une activité fortement énergivore. Il a précisé " regarder d'autres devises virtuelles qui utilisent moins de 1% de l'énergie du Bitcoin par transaction ". Le marché est déjà impatient de connaître lesquelles.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE DE BOURSE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 15 juin 2021

CODE OFFRE : FLASH21

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : FLASH21 lors de votre ouverture de compte.

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 11/06/2021

Selon un rapport de l’Inspection générale d'Orange, mandatée par le PDG Stéphane Richard, le dysfonctionnement des numéros d'urgence qui a eu lieu au soir du 2 juin 2021 serait bel et bien dû…

Publié le 11/06/2021

Canal+, la filiale de Vivendi, a annoncé dans un communiqué se retirer de la Ligue 1. Cette décision fait suite à l'attribution par la LFP des droits des lots des deux consultations Ligue 1 Uber…

Publié le 11/06/2021

5,7 millions d'actions auto détenues

Publié le 11/06/2021

Après la conversion des régimes de retraite de KLM en régimes collectifs à cotisations définies pour les pilotes et les personnels de cabine en 2017, un accord a également été conclu pour le…

Publié le 11/06/2021

Saint-Gobain a procédé en date du 11 juin 2021 à l’annulation de 5 700 000 d’actions auto- détenues achetées sur le marché. A l’issue de cette opération, le nombre total d'actions…

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne