Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 551.76 PTS
-0.12 %
5 544.5
-0.09 %
SBF 120 PTS
4 392.38
-0.14 %
DAX PTS
13 273.46
-0.14 %
Dow Jones PTS
29 923.16
-0.41 %
12 133.46
+0.44 %
1.191
+0.14 %

Clôture de Wall Street : au rebond, avant l'élection aux Etats-Unis

| Boursier | 1499 | Aucun vote sur cette news

Après avoir subi en octobre son pire mois depuis mars, la Bourse de New York a rebondi lundi, à la veille de l'élection présidentielle aux Etats-Unis, qui pourrait déboucher sur une période d'incertitude politique préjudiciable aux marchés.

Clôture de Wall Street : au rebond, avant l'élection aux Etats-Unis
Credits Reuters

Après avoir subi en octobre son pire mois depuis mars, la Bourse de New York a rebondi lundi, à la veille de l'élection présidentielle aux Etats-Unis, qui pourrait déboucher sur une période d'incertitude politique préjudiciable aux marchés. Les investisseurs ont pris position sur des valeurs cycliques, qui ont fortement sous-performé cette année, tandis que les "technos" sont restées à la traîne. La publication d'une activité manufacturière solide aux Etats-Unis en octobre a soutenu la cote. Les PMI manufacturiers chinois et européens ont aussi permis aux Bourses européennes de terminer lundi en nette hausse.

A la clôture, l'indice Dow Jones a repris 1,6% à 26.925 points, tandis que l'indice large S&P 500 a regagné 1,23% à 3.310 pts, et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques et biotechs, a avancé de 0,42% à 10.957 pts.

La semaine dernière, les indices américains avaient perdu 6,5% (DJIA), 5,6% (S&P 500) et 5,5% (Nasdaq), leur pire performance hebdomadaire depuis mars, au début de la crise du coronavirus. Le mois d'octobre boursier s'était aussi terminé sur une perte respective de 4,6% (DJIA), 2,8% (S&P 500) et 2,3% (Nasdaq), la pire performance mensuelle depuis mars.

Les 11 indices sectoriels du S&P 500 ont fini dans le vert lundi, menés par l'énergie (+3,6%), les matériaux de base (+3,3%) et les valeurs industrielles (+2,7%), tandis que les technologiques (+0,3%) et les services de communication (+0,1%), qui avaient bu la tasse la semaine dernière, sont dans le bas du tableau, les investisseurs étant à la recherche de valorisations moins élevées. La semaine dernière, les "Gafa" avaient publié des comptes supérieurs aux attentes au 3e trimestre, mais les investisseurs se sont inquiétés de leurs perspectives et ont pris des bénéfices sur des titres en forte hausse depuis le début 2020.

La semaine qui s'ouvre sera dominée bien sûr par l'élection présidentielle de mardi aux Etats-Unis, mais aussi par une réunion de la Fed, mardi et mercredi, et par la publication des chiffres de l'emploi en octobre, attendus vendredi.

Incertitudes sur l'issue de l'élection présidentielle de mardi

Lundi, les marchés étaient donc focalisés sur le scrutin de mardi, avec un duel à l'issue incertaine entre Donald Trump et son rival démocrate Joe Biden. Les Américains sont aussi appelés le même jour à renouveler la totalité de la Chambre des représentants (actuellement dominée par les Démocrates) et un tiers du Sénat (contrôlé actuellement par le Républicains).

Pour la présidentielle, Joe Biden reste en tête des sondages, mais les investisseurs se souviennent qu'en 2016, les mêmes sondages donnaient la Démocrate Hillary Clinton gagnante face à Donald Trump, qui l'a finalement emporté... Joe Biden n'est pas le candidat préféré de Wall Street, dans la mesure où il compte relever les impôts des ménages aisés et des entreprises, et durcir les réglementations. Cependant, les marchés s'en accommoderaient, surtout si en cas de "vague bleue", qui verrait les deux chambres du Congrès être contrôlées par les Démocrates. Dans ce cas, les chances augmenteraient pour l'adoption d'un nouveau plan massif de soutien à l'économie américaine pour faire face à la 2e vague de coronavirus.

Ce que les marchés craignent avant tout est un résultat trop serré pour être annoncé dès le soir des élections, le mardi 3 novembre... Une telle situation entraînerait une période d'incertitude de plusieurs jours voire plusieurs semaines, et serait préjudiciable pour les marchés financiers, surtout si des tensions sociales éclataient dans le pays entre les partisans des deux camps.

Par ailleurs, le scénario d'une victoire de Joe Biden, assortie d'un Sénat restant contrôlé par les Républicains, est considéré comme négatif pour les marchés financiers, en raison du risque de paralysie politique. Enfin, le scénario d'un statu quo, à savoir une victoire de Donald Trump et un Sénat toujours à dominante républicaine, est jugé positif pour Wall Street.

L'économie américaine poursuit sa reprise

En attendant, les investisseurs continuent de surveiller de près l'état de l'économie américaine, qui semble résister cet automne malgré l'arrivée à échéance de nombreuses aides prévues dans les plans de soutien adoptés en mars-avril par le Congrès.

Malgré la hausse du nombre de cas de coronavirus aux Etats-Unis (une moyenne supérieure à 80.000 par jour contre moins de 50.000 il y a un mois), le moral des consommateurs et l'activité économique restent bien orientés. Lundi, les lectures finales des indices d'activité manufacturière en octobre ont ainsi confirmé une accélération de la reprise. L'indice ISM final est ainsi ressorti à 59,3, contre 55,7 de consensus et après 55,4 en septembre. L'activité a été propulsée notamment par le secteur automobile, qui effectue un rattrapage après la panne du printemps liée au Covid-19. Le secteur manufacturier représente 11,3% du PIB des Etats-Unis, qui est davantage soutenu par les services.

Enfin, les dépenses de construction ont progressé moins que prévu en septembre aux Etats-Unis, de 0,3% sur un mois, contre +0,9% de consensus et après +0,8% en août.

Le pétrole rebondit, l'or et le dollar progressent

Les cours du pétrole ont fait du yo-yo, avec un début de séance difficile, suivi d'un rebond dans l'espoir que l'Opep+ retardera la hausse de sa production de 1,9 million de barils par jour prévue le 1er janvier. Le contrat de décembre sur le baril de brut léger américain (WTI) a repris lundi soir 2,9% à 36,81$ sur le Nymex, tandis que le contrat sur le Brent pour livraison en décembre a regagné 2,7% à 38,97$.

La semaine dernière, les deux variétés de pétrole avaient chuté de 11% pour le WTI et de 8,5% pour le Brent, face au risque d'une rechute de l'économie européenne face à la 2e vague de Covid-19, qui a entraîné des reconfinements nationaux en Allemagne, en France, et bientôt au Royaume-Uni.

L'or a progressé lundi pour la 2e séance de suite, gagnant 0,7% à 1.892,50$ pour le contrat à terme de décembre sur le Comex. Le métal jaune, qui avait fait l'objet de prise de bénéfices depuis deux semaines, gagne plus de 20% depuis le début de l'année, profitant des incertitudes économiques liées à la crise sanitaire.

Sur le marché des changes, l'indice du dollar (qui mesure son évolution face à un panier de 6 devises) a maintenu ses gains (+0,07% à 94,07 points), servant de refuge avant l'élection de mardi. L'euro a cédé 0,06% à 1,1639$, portant son recul à plus de 2% en 6 séances, dans l'anticipation de nouvelles mesures de soutien de la part de la BCE, face la rechute de la croissance liée à la 2e vague de coronavirus en Europe.

Faisant office de valeurs-refuge, les obligations d'Etat ont progressé, faisant reculer les taux. Le rendement de l'obligation d'Etat américaine (T-Bond) à 10 ans a ainsi fléchi lundi de 2 points de base à 0,85%.

VALEURS A SUIVRE

Les publications de résultats du 3e trimestre se poursuivent cette semaine à Wall Street, avec environ 126 sociétés du S&P 500 attendues, contre 186 la semaine dernière. Environ 64% des membres du S&P 500 ont désormais annoncé leurs comptes du 3e trimestre, et dans 86% des cas, les profits ont dépassé les attentes du consensus. Les profits du S&P 500 dans son ensemble sont désormais attendus en recul de 9,8% sur un an, une nette amélioration par rapport aux prévisions faites fin septembre (-21,1%!), relève le cabinet FactSet dans une note publiée vendredi.

Estée Lauder (+1,9%), le colosse des produits de soins, résiste bien à la crise et vient d'annoncer une majoration de 10% de son dividende, à 53 cents par trimestre. Le groupe a dépassé les attentes de profits sur le trimestre clos. Sur le premier trimestre fiscal, les revenus ont baissé de 9% à 3,56 milliards. Le bénéfice net a représenté 523 millions de dollars et 1,42$ par titre, contre 595 millions un an avant. Le bpa ajusté a baissé de 14% à 1,44$.

Clorox (+4,2%) a largement dépassé les attentes de profits au premier trimestre fiscal, dopant au passage ses estimations 2021. Le bénéfice dilué par action s'est établi à 3,22$, plus du double de l'an dernier, contre 2,32$ de consensus. Les revenus ont grimpé de 27% à 1,92 milliard de dollars, contre 1,76 milliard de consensus. Les produits de nettoyage du groupe ont particulièrement profité de la crise sanitaire.

Marathon Petroleum (+6,1%), groupe américain de raffinage, a déploré une perte d'environ 1 milliard de dollars au troisième trimestre, du fait notamment d'une charge d 525 millions de dollars et d'une baisse de la demande de brut dans un contexte sectoriel tendu.

Dunkin Brands (+6,5%), le groupe américain de fast food, va se faire racheter par Inspire Brands pour un montant proche de 8,8 milliards de dollars. L'officialisation de l'accord confirme les récentes rumeurs sur le sujet.

Amazon (-1%). Le groupe devrait une nouvelle fois profiter des mesures restrictives annoncées ces derniers jours par plusieurs pays européens pour faire face à la 3e vague de Covid-19.

Twitter (-4,5%). Le réseau social, dont le cours s'est effondré de 21% vendredi après des résultats décevants, a indiqué qu'il avait modifié sa politique et levé la suspension du compte du 'New York Post' après que le journal eut publié des articles sur le fils de Joe Biden.

Nielsen Holdings (+3,8%) vend son activité de données sur les biens de consommation pour 2,7 milliards de dollars à la firme Advent International, le groupe d'études entendant se concentrer sur sa branche médias.

CureVac (-3,5%), groupe biopharmaceutique allemand coté à Wall Street, indique que son traitement expérimental contre le Covid-19 aurait déclenché une réponse immunitaire chez l'homme.

Nio (+8,9%), le 'Tesla chinois' coté à Wall Street, a flambé, terminant sur un nouveau record, à 33,32$. Il faut dire que le concepteur de véhicules électriques a doublé ses livraisons au mois d'octobre à 5.055 unités - dont 2.695 ES6. A ce stade de l'année, Nio a ainsi livré 31.430 véhicules, en croissance de 111% en glissement annuel. Le titre a septuplé en bourse cette année.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

Suivez la tendance avec
Nicolas PAGNIEZ,

du lundi au vendredi à 9h55, 12h30, 14h55 et 18h30 sur

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 25/11/2020

Activité de gestion de l'expérience client en question...

Publié le 25/11/2020

Inovalis propose maintenant 2,07 euros par action contre 1,8 euro précédemment...

Publié le 25/11/2020

Aperam redonne 1,6% ce mercredi, de retour à 33 euros, après son rebond récent dans le sillage des résultats meilleurs qu'attendu de l'aciériste...

Publié le 25/11/2020

Xavier Niel et Matthieu Pigasse seraient prêts à remettre ça...

Publié le 25/11/2020

A compter du 1er décembre, les tarifs réglementés de vente de gaz naturel sont supprimés pour tous les consommateurs professionnels...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne