En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 269.92 PTS
-
5 251.00
-2.19 %
SBF 120 PTS
4 172.22
-
DAX PTS
11 364.17
-1.61 %
Dowjones PTS
25 502.32
-1.77 %
7 326.06
-2.23 %
1.130
-0.04 %

Clôture de Wall Street : 10ème semaine de hausse pour le Nasdaq !

| Boursier | 249 | Aucun vote sur cette news

La Bourse de New York a progressé vendredi grâce aux valeurs technologiques, et malgré l'annonce d'un ralentissement de l'activité manufacturière aux Etats-Unis en février. Le Nasdaq a enchaîné 10 semaines de hausse d'affilée et le DJIA et le S&P 500

Clôture de Wall Street : 10ème semaine de hausse pour le Nasdaq !

Wall Street a fini la semaine en hausse, vendredi, grâce aux valeurs technologiques, et dans l'espoir de la finalisation d'un accord commercial entre les Etats-Unis et la Chine dans les prochaines semaines. Les investisseurs ont ignoré l'annonce d'un ralentissement de l'activité manufacturière aux Etats-Unis en février, envoyant le Nasdaq vers une 10ème semaine de hausse d'affilée. Les actions des géants d'internet Apple (+1%) et Amazon (+1,95%) se sont distinguées à la hausse, contribuant à soutenir les marchés d'actions.

A la clôture, l'indice Dow Jones a progressé de 0,43% à 26.026 points, tandis que l'indice large S&P 500 a avancé de 0,69% à 2.803 pts et que le Nasdaq composite, riche en valeurs technologiques et biotechnologiques, a monté de 0,83%, pour finir à 7.595 pts. Sur l'ensemble de la semaine, le Dow Jones est resté stable, tandis que le S&P 500 a progressé de 0,4% et le Nasdaq a gagné 0,9%.

Le Nasdaq a désormais progressé depuis 10 semaines d'affilée, tandis que le Dow Jones et le S&P 500 ont gagné du terrain 9 fois sur 10. Depuis le creux de décembre, le Dow Jones a repris 19,4%, le S&P 500 19% et le Nasdaq 22,5%. Par rapport aux plus hauts niveaux historiques atteints en 2018, le Dow Jones n'est plus qu'à 3%, le S&P 500 à 4,5% et le Nasdaq à 6,7%.

Le dollar en forme et le pétrole en berne, après les indices manufacturiers aux Etats-Unis

Sur le marché des changes, l'indice du dollar, qui reflète son évolution face à un panier de devises de référence, a progressé de 0,37% à 96,51 points, tandis que l'euro a fléchi de 0,05% à 1,1364$. Sur les marchés obligataires américains, les taux d'intérêts se sont une nouvelle fois tendus : le rendement du T-Bond à 10 ans a bondi vendredi de 5 points de base à 2,76%, et a regagné 12 points de base en trois séances, malgré les déclarations de la Fed en faveur d'une pause dans le cycle de hausse des taux.

Le pétrole a en revanche mal réagi à l'annonce d'indices manufacturiers décevants aux Etats-Unis en février, qui font craindre un ralentissement de la croissance et de la demande mondiale d'énergie.

Le contrat à terme d'avril sur le brut léger américain WTI a cédé vendredi soir 2,48%, à 55,80$ le baril sur le Nymex (malgré un plus haut en séance de 57,88$, soit +1,1% par rapport à jeudi), tandis que l'échéance de mai sur le Brent a cédé 1,87%, à 65,07$ le baril, après un pic de 67,14$ en séance (soit une hausse de 1,2% par rapport à jeudi soir).

La séance avait pourtant bien commencé, en hausse de plus de 1%, après des informations de l'agence 'Bloomberg' indiquant qu'un accord commercial entre les Etats-Unis et la Chine pourrait être signé dès la mi-mars à l'occasion d'un sommet Trump-Xi... Toutefois, la tendance s'est brusquement inversée sur le marché pétrolier après la publication d'indices d'activité manufacturière décevants aux Etats-Unis, faisant redouter un ralentissement plus prononcé que prévu outre-Atlantique.

L'ISM manufacturier est ainsi ressorti à 54,2 en février, contre 55 de consensus de place et après 56,6 en janvier. L'autre indice manufacturier, le PMI a été mesuré à 53 en lecture finale, contre 54,9 en janvier et 53,7 pour sa lecture initiale. Le consensus était également logé à 53,7 pour la lecture finale. A noter que ces indices restent bien supérieurs au seuil de 50 qui sépare la zone d'expansion de la zone de contraction de l'activité.

Enfin, l'indice du sentiment des consommateurs américains de l'Université du Michigan a lui aussi déçu en février, s'élevant à 93,8 (lecture finale) contre 95,7 de consensus et 95,5 pour la lecture préliminaire.

Vers un accord commercial Etats-Unis-Chine à la mi-mars ?

Sur le dossier commercial, les Etats-Unis et la Chine semblent désormais s'approcher de la conclusion d'un accord, selon des sources proches des négociations. Selon l'agence 'Bloomberg', un accord complet pourrait être prêt à signer "dans les prochaines semaines". Les négociateurs seraient en train de peaufiner un document de 150 pages, et un nouveau sommet pourrait se tenir dès la mi-mars entre Donald Trump et Xi Jinping pour procéder à la signature, selon ces sources.

Cependant, certains négociateurs soulignent qu'ils reste du chemin à parcourir avant de crier victoire. Robert Lighthizer, le représentant américain au commerce, a ainsi mis en garde mercredi contre le risque que la Chine ne respecte pas l'accord lorsqu'il sera signé. Lors d'une audition devant la Chambre des représentants, M. Lighthizer a rappelé que l'objectif était d'obtenir un accord se traduisant par un changement draconien des pratiques commerciales actuelles de la Chine, citant le transfert forcé des technologies américaines ou les subventions des entreprises d'Etat chinoises.

Cet accord devra être "quantifiable" et "mis en oeuvre à tous les niveaux du gouvernement", a martelé le responsable américain, rappelant que par le passé, "dans de très rares cas, ils (les Chinois) avaient respecté leurs engagements". Interrogé sur ce qui ferait le succès d'un potentiel accord, il a cité sans hésitation "sa mise en oeuvre". S'il n'était pas appliqué véritablement, cela n'aurait aucune valeur, a-t-il fait valoir...

VALEURS A SUIVRE

Le titre Apple a gagné 1%. Son directeur général, Tim Cook, a fait des commentaires optimistes vendredi sur les perspectives du groupe, lors du rendez-vous annuel avec les investisseurs en Californie, au siège de la firme à la pomme. Le dirigeant a déclaré ne n'avoir "jamais été aussi optimiste" pour Apple, ajoutant que les futurs produits "vont vous époustoufler", dont certains en rapport avec les AirPods et l'Apple Watch (notamment avec des éléments en rapport avec la santé).

En outre, Tim Cook prévoit toujours qu'Apple devrait atteindre les 50 milliards de dollars de revenus pour la division Services en 2020, soit le double du chiffre d'affaires réalisé en 2016.

Amazon a grimpé de 1,95%. Le géant de la vente en ligne prépare l'ouverture d'une nouvelle chaîne de supermarchés vendant des produits frais, selon le 'Wall Street Journal'. Après avoir acquis en 2017 la chaîne de produits frais bio Whole Foods, Amazon s'apprête à lancer une chaîne de supermarchés spécialisés dans les produits frais aux Etats-Unis, selon le 'WSJ'.

L'information a fait bondir le titre Amazon, mais le leader américain de la distribution Wal-Mart a perdu 1% face à la perspective de l'irruption de ce nouveau concurrent redoutable...

Tesla (-7,8%) a annoncé la commercialisation d'une version 'grand public' à 35.000$ de sa berline Model 3, tenant la promesse faite en 2016 lors du lancement initial. Le groupe d'Elon Musk, pour parvenir à ses fins, ne vendra plus qu'en ligne aux Etats-Unis et fermera de nombreux magasins.

En revanche, le patron de Tesla, Elon Musk, cité par 'CNBC', ne s'est pas montré très optimiste concernant la rentabilité du groupe pour le début de l'exercice. Musk, qui s'est de nouveau brouillé cette semaine avec la SEC, le gendarme de la Bourse américaine, a confié à la chaîne qu'il ne s'attendait pas à ce que Tesla puisse enregistrer un bénéfice au premier trimestre, en raison de charges non récurrentes et d'autres engagements financiers. Les profits seraient en revanche au rendez-vous au second trimestre, a-t-il laissé entendre.

Gap (+16% !) a présenté ses résultats du quatrième trimestre. Les revenus s'élèvent à 4,62 Mds$, contre 4,78 Mds$ un an plus tôt. Les bénéfices s'affichent à 276 M$ (0,72$ par action), contre 205 M$ (0,52$ par action) un an avant. A magasins comparables, les ventes sont en baisse de 1% (stables pour Old Navy Global, -5% pour Gap Global, et -1% pour Banana Republic). Les analystes anticipaient en moyenne un bénéfice par action de 0,69$, pour des revenus de 4,7 Mds$. Sur 2019, le groupe vise un bpa compris entre 2,40 et 2,55$, pour des ventes "comparable" stables ou en légère hausse.

Les marchés ont surtout appréciél'annonce d'une scission en deux sociétés cotées distinctes : Old Navy (environ 8 Mds$ de revenus annuels) d'une part, et NewCo (nom qui reste à définir, avec environ 9 Mds$ de revenus annuels) d'autre part, qui regroupera les marques Gap, Athleta, Banana Republic, Intermix et Hill City.

Dell Technologies (+1,5%) a publié ses résultats du quatrième trimestre. La perte nette ressort à 287 M$, contre une perte de 133 M$ un an avant. Les revenus s'élèvent à 23,84 Mds$, contre 21,96 Mds$ un an plus tôt. En non-GAAP, les revenus montent de 8% à 24 Mds$. Le résultat opérationnel est quant à lui de 331 M$, contre une perte opérationnelle de 69 M$ il y a un an. En non-GAAP, le résultat opérationnel s'affiche à 2,65 Mds$, contre 2,37 Mds$ sur le T4 de l'année précédente. Les profits non-GAAP sont enfin de 1,59 Md$, contre 1,27 Md$ un an avant.

VMware (+3,7%) a annoncé ses résultats du quatrième trimestre. Les bénéfices sont de 502 M$ (1,21$ par action), contre une perte de 387 M$ (0,96$ par action) un an avant. En base ajustée, le bpa ressort à 1,98$, contre 1,60$ un an plus tôt. Les revenus s'élèvent à 2,59 Mds$, contre 2,23 Mds$ il y a un an. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 1,88$, pour des revenus 2,5 Mds$.

Autodesk (-2%) a annoncé ses comptes du quatrième trimestre. Les profits s'affichent à 64,7 M$ (0,29$ par action), contre une perte de 173 M$ (0,79$ par action) un an avant. En base ajustée, le bpa ressort à 0,46$, contre une perte par action de 0,09$ il y a un an. Les revenus s'élèvent à 737 M$, contre 554 M$ sur la même période de l'exercice précédent. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,42$, pour des revenus de 707 M$. Sur le T1, le groupe vise des revenus compris entre 735 et 745 M$, pour un bpa de 0,44-0,48$.

Nordstrom (-1%) a présenté ses résultats du quatrième trimestre. Les bénéfices sont de 248 M$ (1,48$ par action), contre 151 M$ (0,89$ par action) un an avant. Les ventes s'élèvent à 4,5 Mds$, contre 4,7 Mds$ un an plus tôt. A magasins comparables, les ventes montent de 0,1%. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 1,42$, pour des revenus de 4,6 Mds$. Sur 2019, le groupe vise un bpa compris entre 3,65 et 3,90$, (contre 3,32$ en 2018), pour des ventes en hausse de 1 à 2%.

Edison International (+2,3%) a annoncé ses comptes du quatrième trimestre. La perte nette ressort à 1,43 Md$ (4,39$ par action), contre une perte de 545 M$ (1,66$ par action) un an avant. En base ajustée, le bénéfice par action s'élève à 0,94$, contre 1,10$ un an plus tôt. Les revenus sont de 3 Mds$, contre 3,2 Mds$ sur la même période de l'exercice précédent.

Foot Locker (+5,9%) a publié ses résultats du quatrième trimestre. Les bénéfices sont de 158 M$ (1,39$ par action), contre une perte de 49 M$ (0,40$ par action) un an avant. En non-GAAP, le bpa ressort à 1,56$, contre 1,14$ un an plus tôt. Les ventes s'affichent à 2,27 Mds$, contre 2,21 Mds$. A magasins comparables, les ventes grimpent de 9,7%. Les analystes anticipaient en moyenne un bénéfice par action de 1,39$, pour des revenus de 2,2 Mds$ et une croissance "comparable" des ventes de 4,5%. Pour 2019, le groupe vise des ventes en hausse d'environ 5% et un bpa en progression à deux chiffres.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 15 avril 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/03/2019

Le résultat net part du Groupe Afone s'élève à 11,33 ME...

Publié le 22/03/2019

Sanofi et Lexicon vont coopérer étroitement avec la FDA pour définir les prochaines mesures appropriées...

Publié le 22/03/2019

La FDA publie une lettre de réponse complète au sujet de  Zynquista(TM) (sotagliflozine)     Paris et The Woodlands (Texas) - Le 22 mars 2019 -  La Food and Drug…

Publié le 22/03/2019

Elis a signé un accord portant sur l’acquisition de 100 % de l’activité Tapis de « Blesk InCare » en Russie. La finalisation de la transaction est soumise aux conditions réglementaires…

Publié le 22/03/2019

L'assemblée générale mixte des actionnaires d'Argan a approuvé la distribution d’un dividende 2018 de 1,35 euro par action, avec option pour le paiement du dividende en action (sur la totalité…