En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 643.14 PTS
+0.40 %
5 654.00
+0.59 %
SBF 120 PTS
4 460.19
+0.58 %
DAX PTS
12 438.34
+0.39 %
Dowjones PTS
27 147.08
+0.13 %
7 888.56
+0.00 %
1.106
+0.28 %

Bourse : le gérant de "The Big Short" voit une bulle des ETF

| Boursier | 838 | Aucun vote sur cette news

Michael Burry a bâti sa fortune en étant le premier gérant à parier sur l'effondrement des produits dérivés des crédit "subprimes" en 2008. Aujourd'hui, il prévoit l'éclatement d'une nouvelle bulle, celle des fonds indiciels cotés, les ETF.

Bourse : le gérant de "The Big Short" voit une bulle des ETF
Credits Reuters

Le financier américain Michael Burry, le premier gestionnaire de fonds à avoir anticipé la crise des crédits "subprimes", voit aujourd'hui un nouveau risque de bulle financière se développer dans les fonds cotés en Bourse (ETF). Ces produits sont conçus pour répliquer les évolutions d'un indice boursier ou d'un panier d'actifs sous-jacents, en se basant souvent sur des produits dérivés ("swaps").

La stratégie d'investissement de Michael Burry a inspiré le livre et le film "The Big Short", qui décrivent comment le financier a habilement parié très tôt sur l'effondrement en 2008 des produits financiers dérivés des crédits à haut risque aux Etats-Unis ("subprimes").

Dans une rare interview à l'agence 'Bloomberg News', il estime donc aujourd'hui que la prochaine bulle financière est en train de gonfler dans les ETF, vers lesquels les flux d'investissement ne cessent de grossir, créant selon lui une distorsion de marché.

"Plus cela dure longtemps, plus le crash sera grave"

"Les investissements passifs tels que les fonds indiciels et les fonds négociés en bourse gonflent les prix des actions et des obligations de la même manière que les titres de créance garantis par des hypothèques à risque (CDO : collateralized debt obligation ou en français "obligation adossée à des actifs")", explique ainsi Burry.

Lorsque les entrées massives dans les véhicules passifs s'inverseront, "ce sera moche", ajoute-t-il, précisant que "comme la plupart des bulles, plus cela dure longtemps, plus le crash sera grave".

Près la moitié du marché boursier mondial en gestion passive

"Cela ressemble beaucoup à la bulle des CDO synthétiques adossés à des actifs avant la Grande Crise Financière, cette fixation des prix sur ce marché n'a pas été réalisée par une analyse fondamentale du niveau de sécurité, mais par des flux de capitaux massifs basés sur des modèles de risque approuvés par des Prix Nobel, qui se sont révélés être faux"...

Michael Burry gère environ 340 millions de dollars chez Scion Asset Management, le fonds qu'il a crée en 2000 à Cupertino en Californie. Il s'est rendu célèbre en pariant à la baisse contre des titres hypothécaires avant la crise de 2008, ce qui a été décrit dans le livre de Michael Lewis "The Big Short", puis dans le film du même nom, qui a obtenu un Oscar (Meilleur scénario adapté) en 2016.

Selon Bank of America Merrill Lynch, les investissements passifs (ou gestion indicielle) représenteraient désormais près de la moitié du marché boursier mondial, les investisseurs les jugeant moins risqués que la gestion par choix des valeurs ("stock picking").

Une liquidité limitée en cas de retournement de marché

Toutefois, explique Burry, cette stratégie est risquée car dans chaque indice, certains titres sont très liquides et d'autres beaucoup moins. Or, les gérants qui reproduisent les évolution des indices (via des produits dérivés complexes) seraient piégés par un problème de liquidité en cas de retournement du marché.

"Au sein de l'indice S&P 500, plus de la moitié des composants, soit 266 actions, ont un volume d'échange inférieur à 150 millions de dollars par jour. Cela peut paraître beaucoup, mais ce sont des milliers de milliards de dollars qui sont déversés mondialement dans ces ETF" sur le S&P 500.

"La pièce est de plus en plus pleine, mais la porte de sortie a toujours la même dimension. Et c'est encore plus grave à mesure que la liquidité des marchés d'actions et d'obligations se réduit mondialement", conclut-il.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE DE BOURSE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 23 septembre 2019

CODE OFFRE : RENTREE19

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE19 lors de votre ouverture de compte.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/09/2019

Orpéa, leader européen de la prise en charge globale de la dépendance, annonce adopter une solution de télémédecine du quotidien et de l'urgence pour...

Publié le 19/09/2019

Hexaom (-1,15 % à 34,35 euros) a dégagé, au titre de son premier semestre, un résultat net en repli de 46,2 % à 7 millions d’euros. Le résultat opérationnel s‘est établi en baisse de 45,6…

Publié le 19/09/2019

Boursorama a annoncé avoir dépassé, avec un an d’avance, le cap des 2 millions de clients. Le nombre de clients a été multiplié par deux depuis 2017. « Avec une telle dynamique de conquête,…

Publié le 19/09/2019

OSE Immunotherapeutics a reçu un paiement d'étape de 5,4 millions d'euros dans le cadre du Programme d'investissements d'avenir (PIA), opéré par Bpifrance, pour le développement de l'anticorps…

Publié le 19/09/2019

Atos a inauguré son premier Laboratoire d'Intelligence Artificielle (IA) en Allemagne à Munich...