5 439.24 PTS
+0.48 %
5 395.00
+0.57 %
SBF 120 PTS
4 340.42
+0.54 %
DAX PTS
12 445.93
+0.19 %
Dowjones PTS
24 083.83
+0.25 %
6 513.94
+0.00 %
Nikkei PTS
22 319.61
+0.47 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Préouverture Paris : quand Facebook éternue, Wall Street s'enrhume

| Boursier | 480 | Aucun vote sur cette news

Les marchés américains ont plié après l'affaire Facebook. Mais l'Europe s'apprête à rebondir...

Préouverture Paris : quand Facebook éternue, Wall Street s'enrhume
Credits Reuters

LA TENDANCE

Il faut bien reconnaître que quand la Silicon Valley et ses milliers de milliards de capitalisation trinque, c'est Wall Street qui a la gueule de bois. Hier, Facebook a perdu 6,7% en clôture après les révélations sur ce qu'il convient désormais d'appeler l'affaire Cambridge Analytica, du nom de la société américaine oeuvrant pour la campagne électorale de Donald Trump, qui aurait exploité les données personnelles de plusieurs dizaines de millions d'utilisateurs du réseau social afin d'influencer leurs choix. L'entreprise mise en cause a démenti, ce qui n'a pas vraiment réduit l'onde de choc de ce dossier politico-technologique. Facebook a mandaté un spécialiste des enquêtes numériques complexes pour faire la lumière sur cette affaire dont la justice s'est aussi emparée aux Etats-Unis, mais aussi en Europe et sans doute ailleurs dans le monde. Quant au président-fondateur Mark Zuckerberg, il brille pour le moment par son silence.

L'affaire fait tellement de bruit qu'on en oublierait presque que la Fed démarre aujourd'hui un comité de politique monétaire qui aboutira probablement demain à une hausse de taux. Pour son premier "FOMC", le nouveau patron de la banque centrale Jerome Powell aura donc à serrer la vis, comme le prévoient plus de neuf économistes sur dix. Dans le reste de l'actualité, Uber a gelé ses tests de véhicules sans conducteur après un accident mortel, même si la conduite autonome ne semble pas en cause. La Weinstein Co. est officiellement sous Chapter 11. La Chine pourrait connaître vendredi les mesures protectionnistes concoctées à son endroit par Donald Trump, alors qu'ailleurs dans le monde, le Japon et l'Europe espèrent obtenir des exemptions sur les droits de douane américains. Pékin a par ailleurs haussé le ton contre d'éventuelles velléités séparatistes de Taiwan, histoire de corser un peu la géopolitique actuelle.

En Europe, les indicateurs avancés sont haussiers après le net recul de la veille, à l'image de l'Asie où Hong Kong et Séoul ont terminé en hausse malgré Facebook.

WALL STREET

Wall Street a nettement fléchi lundi, sous le poids d'une correction des valeurs technologiques, un secteur qui soutient la hausse des indices depuis de longs mois. A l'origine de ce repli, figurent des révélations sur un usage frauduleux des données de millions d'utilisateurs de Facebook (-6,7%), via une société de "big data" financée par un proche de Donald Trump. Par ailleurs, les investisseurs ont adopté une attitude prudente, avant les annonces de la Fed attendues mercredi à l'issue de sa réunion de politique monétaire.

A la clôture, le Dow Jones a cédé lundi 1,35% à 24.610 points, tandis que l'indice large S&P 500 a reculé de 1,42% à 2.712 pts, et que le Nasdaq composite, riche en valeurs technologiques et biotechnologiques, a plongé de 1,82% à 7.344 pts.

ECO ET DEVISES

Les indices des prix à la consommation et à la production britanniques de février (10h30) seront suivis par le sondage ZEW allemand de mars (11h00).

La parité euro / dollar atteint 1,2341 ce matin. Le baril de Brent se négocie 66,26$ et le WTI 62,28$. L'once d'or se traite 1.316$ (-0,04%).

VALEURS A SUIVRE

* Publicis : le groupe tient une conférence investisseurs, la première depuis 2013, pour annoncer sa mue. Il vise une croissance organique qui devrait progressivement accélérer pour atteindre 4% en 2020 et une hausse du taux de marge opérationnelle de 30 à 50 points de base par an jusqu'en 2020, plus 5 à 10% de hausse annuelle du bénéfice par action.

* Michelin : l'industriel clermontois va racheter le britannique Fenner pour 1,3 Md£. Ce spécialiste des bandes transporteuses et des technologies de polymères renforcés est spécialisé dans les mines et l'industrie. L'acquéreur a identifié de gisements de synergies conséquents.

* AccorHotels : les autorités australiennes n'ont pas l'intention de bloque le rachat de Mantra Group sur le terrain de la loi sur les investissements étrangers. AccorHotels et les dirigeants de Mantra s'étaient accordés en octobre dernier sur un prix de 1,3 milliard de dollars australiens, soit quelque 900 ME. Les assemblées générales doivent encore se prononcer.

* Zodiac Aerospace : Safran, qui détient plus de 95% du capital, va lancer une procédure de retrait obligatoire des actions restant en circulation, au prix de 25 euros pièce, comme prévu.

* Ingenico : la société a mandaté un prestataire de services d'investissements pour racheter jusqu'à 1 million de ses propres actions (1,6% du capital). Sur la base des cours actuels, cela représente une enveloppe de l'ordre de 66,7 ME. Les rachats seront réalisés entre le 20 mars et le 30 avril 2018.

* Assystem : la marge opérationnelle ajustée a atteint 6,6% des revenus 2017 de 395 ME. Le coupon de 1 euro est reconduit. Le management vise une croissance des revenus et du résultat opérationnel d'au moins 10% cette année. Le free cash-flow est attendu supérieur à 5% du chiffre d'affaires. Le second semestre sera meilleur que le premier.

* Chiffres d'affaires / résultats publiés : Delta Drone, Adocia, Evolis,

* Analystes :

- Citi abaisse d'achat à neutre sa recommandation sur Axa, avec un objectif de cours à 24,10 euros.

- Exane BNP Paribas abaisse de "surperformance" à neutre sa recommandation sur Carmila.

- Barclays passe de "souspondérer" à "surpondérer" sur CGG, avec un objectif de cours de 2,30 euros.

- Natixis passe de neutre à acheter sur Gecina.

- Jefferies abaisse de 560 à 500 euros son objectif de cours sur Eurofins Scientific, en restant à conserver.

- GreenSome Finance reste à accumuler sur Evolis, avec un objectif de cours ajusté de 44,90 à 44,40 euros.

- Liberum reste acheteur de JCDecaux mais abaisse son objectif de 37 à 35 euros.

- Exane BNP Paribas abaisse de "surperformance" à neutre sa recommandation sur Klépierre.

- Portzamparc passe de renforcer à acheter sur Lisi, malgré un objectif de cours réduit de 42 à 40,80 euros.

- Jefferies réduit de 193 à 186 euros son objectif de cours sur L'Oréal, en restant à conserver.

* En Bref :

- Danone lance une obligation sociale de 300 ME.

- Un nouveau directeur général délégué chez SFPI.

- L'Ataribox devient l'Atari VCS.

- Nouveau plan d'actionnariat salarié chez Sopra Steria.

- Frey annonce deux nouvelles signatures pour Shopping Promenade à Amiens.

- Adthink vend sa filiale IT New Info.

- Vicat renforce ses capacités de production en Inde.

- Intrasense signe un partenariat avec 12 Sigma Technologies.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 26/04/2018

AXA lance l'introduction en bourse de sa filiale américaine AXA Equitable Holdings...

Publié le 26/04/2018

Le nouvel appel à la grève de trois syndicats de pilotes ne passe pas chez la direction d'Air France...

Publié le 26/04/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 26/04/2018

Total dévoile des résultats trimestriels en progression dans le sillage des cours du brut et de la hausse de la production...

Publié le 26/04/2018

Le nouvel appel à la grève de trois syndicats de pilotes ne passe pas chez la direction d'Air France...