En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 281.37 PTS
+0.00 %
5 253.0
+0.45 %
SBF 120 PTS
4 168.70
-
DAX PTS
11 952.41
-
Dowjones PTS
25 490.47
-1.11 %
7 307.93
+0.00 %
1.120
+0.14 %

Préouverture Paris : mai en ligne de mire

| Boursier | 705 | Aucun vote sur cette news

Alors que la Bourse de New York a fini au plus haut vendredi, après l'annonce d'une hausse du PIB de 3,2% au 1er trimestre aux...

Préouverture Paris : mai en ligne de mire
Credits Reuters

LA TENDANCE

Alors que la Bourse de New York a fini au plus haut vendredi, après l'annonce d'une progression du PIB de 3,2% au 1er trimestre aux Etats-Unis, supérieure aux attentes, le CAC40 est attendu ferme ce lundi, en légère hausse de 0,10%, malgré le calme qui prévaut dans les salles de marchés. La semaine sera en effet coupée en son milieu par la pause du 1er mai mercredi, de quoi inciter les opérateurs à prendre quelques jours de congés, d'autant que les vacances de Pâques se poursuivent dans plusieurs régions cette semaine, dont la région parisienne...

WALL STREET

A la clôture vendredi, l'indice Dow Jones a progressé de 0,31% à 26.543 points, tandis que l'indice large S&P 500 a avancé de 0,47% à 2.939 pts et que le Nasdaq composite a progressé de 0,34% à 8.146 pts.
Pour le Nasdaq comme pour le S&P 500, il s'agissait du deuxième record en une semaine, après celui inscrit mardi dernier. Sur l'ensemble de la semaine écoulée, le DJIA est resté stable, tandis que le S&P 500 a gagné 0,8% et que le Nasdaq a bondi de 1,8%.
Les indices boursiers ont été tiraillés entre les annonces contrastées de résultats d'entreprises. Au sein du Dow Jones, qui ne compte que 30 membres, les bons résultats de sociétés comme Microsoft (+5,1% sur la semaine) ont été contrebalancés par des déceptions pour 3M (-13%), Intel (-11%), AT&T (-4,2%), Caterpillar (-3,7%) ou encore Procter & Gamble (-0,6%). La plus grosse capitalisation du DJIA, Apple, a de son côté stagné sur la semaine, en attendant la publication de ses comptes mardi 30 avril...

ECO ET DEVISES

Sur le marché des changes, l'indice du dollar (qui mesure son évolution face à un panier de 6 devises de référence) a marqué le pas, cédant 0,17% à 98,04$ après un gain de 1,2% en deux semaines. L'euro s'est offert un rebond technique à 1,1160$, mais reste proche de son plus bas niveau depuis 2017 face au billet vert.
Sur les marchés obligataires américains, le rendement de l'emprunt d'Etat de référence, le T-Bond à 10 ans, a cédé vendredi 3 points de base à 2,50%. Malgré une croissance supérieure aux attentes au 1er trimestre aux Etats-Unis, les investisseurs tablent sur la poursuite d'une politique monétaire accommodante de la part de la Réserve fédérale...

Le PIB US a ainsi cru de 3,2% au 1er trimestre en rythme annuel, un chiffre bien supérieur à toutes les attentes des économistes, qui tablaient sur une croissance de l'ordre de 2%, après +2,2% au 4è trimestre 2018. Cependant, en examinant de près la demande sous-jacente, il apparaît que la consommation des ménages a été moins forte que prévu, de même que l'inflation.
Les dépenses de consommation (qui représentent plus des deux tiers du PIB) n'ont ainsi progressé qu'au rythme d'1,2% de janvier à mars, contre 2,5% au quatrième trimestre. Le phénomène pourrait être lié en partie au "shutdown" de l'administration fiscale en janvier, qui a retardé l'envoi des chèques de remboursement du trop-perçu d'impôt sur le revenu dans le cadre de la retenue à la source. Par ailleurs, cette année, certains déductions profitant aux foyers aisés ont aussi été rabotées. Il apparaît que la forte hausse du PIB résulte en partie de facteurs techniques et temporaires, comme la réduction du déficit commercial ou l'accumulation des stocks des entreprises. Les entreprises avaient importé fortement en 2018, avant l'entrée en vigueur de taxes sur certains produits, notamment chinois, ce qui a perturbé les statistiques.

Sur le front des négociations commerciales, les spéculations ont repris sur la date de conclusion d'un accord entre les Etats-Unis et la Chine, qui sera salué par un sommet entre Donald Trump et son homologue chinois Xi Jiping.
Jeudi soir, le président américain avait affirmé qu'il accueillerait "bientôt" son homologue chinois Xi Jinping à la Maison-Blanche, sans plus de précisions. Selon le quotidien chinois 'South China Morning Post', le président chinois Xi Jinping pourrait rencontrer Trump à Washington en juin. "Le mois de juin est une option mais cela pourrait être plus tard", a cependant nuancé le quotidien en citant une source anonyme.
La conclusion d'un accord mettrait un terme à un conflit commercial pesant depuis près d'un an sur l'économie mondiale, à coups de sanctions douanières réciproques entre Washington et Pékin.

Le pétrole a bu la tasse, vendredi, après des propos de Donald Trump affirmant avoir réclamé à l'Opep une baisse des prix du brut... Les cours de l'or noir avaient rebondi d'environ 40% depuis le début de l'année pour atteindre ces derniers jours leurs plus hauts niveaux depuis près de 6 mois.
Le président américain a ainsi affirmé avoir appelé l'Opep à faire baisser les prix du baril de pétrole, ce qui aurait déjà eu, selon lui, pour effet de faire reculer le coût de l'essence. "Les prix de l'essence sont en train de baisser. J'ai appelé l'OPEP et leur ai dit, +vous devez les faire baisser +", a affirmé le locataire de la Maison-Blanche devant des journalistes. Le Brent ouvre ce lundi sur les 71,70$ le baril.
On surveillera ce lundi aux Etats-Unis les Revenus et dépenses des ménages (14h30) et l'Indice manufacturier de la Fed de Dallas (16h30).

VALEURS A SUIVRE

Vinci : Le groupement comprenant Vinci Construction Grands Projets (50%, mandataire) et Acciona Agua S.A. (50%) a remporté le contrat portant sur la conception-construction de la phase 1 de la station d'épuration de Nhieu Loc-Thi Nghe, à Hô Chi Minh-Ville. La conception-construction est prévue sur une durée de 5 ans, y compris la période de mise en route et de réception des ouvrages. Le projet inclut également l''exploitation et la maintenance de l'ouvrage pendant 5 ans.

STM : le titre est à surveiller après la chute de 9% d'Intel vendredi qui a publié des résultats conformes aux attentes au 1er trimestre, mais qui a réduit ses prévisions de chiffre d'affaires pour le deuxième trimestre et l'ensemble de l'exercice. Ces annonces font craindre que le ralentissement actuel du secteur des semi-conducteurs se poursuive jusqu'à la fin de l'année. Pour le trimestre en cours, le groupe prévoit ainsi un bénéfice par action de 0,83$ pour un chiffre d'affaires de 15,6 milliards de dollars, à comparer à des attentes du marché de 1,01$ et de 16,85 Mds$. Pour l'ensemble de 2019, la prévision de ventes est ramenée à 69 Mds$ au lieu de l'objectif de 71,5 Mds$ qui avait été communiqué aux investisseurs en janvier. Au premier trimestre, le bénéfice par action a atteint 0,89$, légèrement supérieur au consensus...

Renault veut proposer à son partenaire japonais Nissan de créer une holding qui détiendrait 100% des deux constructeurs automobiles, selon plusieurs médias. Renault contrôle actuellement 43,4% du capital de Nissan, qui lui-même possède 15% de son propre capital, mais sans droit de vote. La nouvelle structure commune serait détenue "à parité" par les actionnaires des deux entreprises, ce qui apporterait à l'Etat français environ 7% du total contre 15% aujourd'hui, a rapporté vendredi le quotidien japonais 'Nikkei'. De son côté, le 'Wall Street Journal' indique que les actionnaires de Renault et Nikkei recevraient chacun "à peu près 50%" de la nouvelle holding.
Chacun des deux groupes pourra nommer un nombre identique d'administrateurs au sein du conseil d'administration de la nouvelle société qui sera présidée par Jean-Dominique Senard, le président de Renault, a précisé une source citée par l'agence 'Reuters'.
L'idée serait de "construire un outil industriel intégré" pour faire face aux défis posés par la mutation du secteur automobile, d'autant que les performances de Nissan se détériorent. Le groupe japonais a réduit mercredi ses estimations de bénéfices annuels pour l'exercice en cours. De son côté, Renault a fait état vendredi d'un recul de près de 5% de son chiffre d'affaires au premier trimestre 2019. "La constitution d'une holding viserait à rééquilibrer l'alliance entre Renault et Nissan", a dit cette source à l'agence 'AFP'.
Le site des 'Echos' a aussi évoqué le projet, vendredi, précisant qu'afin de ne frustrer aucun des deux groupes, la future holding ne serait établie ni en France, ni au Japon mais dans un pays tiers, éventuellement en Asie. Les titres de cette holding seraient rapidement introduits en Bourse, dans une procédure de double cotation, sur les places de Paris et Tokyo, pour ne pas troubler leurs actionnaires originels.
Dans ce scénario, les groupes Renault et Nissan conserveraient leurs identités, leurs équipes propres emmenées par leurs PDG respectifs, et également leurs sièges actuels. "Il ne s'agit aucunement de fusionner les entités qui restent chacune en charge de leurs opérations", a précisé un proche du dossier cité par 'Les Echos'. "Mais le holding serait en charge de la supervision et permettrait d'intégrer à son niveau certaines fonctions communes, notamment financières, et d'accélérer les synergies".
Pour l'instant, aucun commentaire officiel n'a été fait par Renault ou Nissan. Le sujet d'une intégration plus poussée entre les deux groupes est ultra-sensible... Rappelons que l'ancien patron de Renault et Nissan, Carlos Ghosn, avait expliqué en janvier avoir été exclu du jeu, car il voulait créer une société holding contrôlant Renault, Nissan et Mitsubishi Motors (le troisième partenaire de l'alliance qu'il a créée). Il en avait discuté avec le patron de Nissan, Hiroto Saikawa, qui était hostile à toute fusion.

Sanofi : La Food and Drug Administration (FDA) des Etats-Unis a approuvé Praluent (alirocumab) de Sanofi pour la réduction du risque d'infarctus du myocarde, d'accident vasculaire cérébral et d'angor instable nécessitant une hospitalisation chez l'adulte présentant une maladie cardiovasculaire établie.  
"L'approbation, aujourd'hui, de la FDA constitue une avancée significative dans le traitement des adultes présentant une maladie cardiovasculaire établie qui sont de ce fait davantage exposés au risque de décès ou d'invalidité causé par des événements cardiovasculaires graves", a indiqué le Dr John Reed, Ph.D., Responsable Monde de la Recherche et Développement de Sanofi. "Praluent aide déjà de nombreux patients à réduire leur taux de cholestérol LDL et cette nouvelle indication est l'occasion d'aider certaines catégories d'entre eux en réduisant leur risque d'événements cardiovasculaires graves et potentiellement mortels, en particulier d'infarctus du myocarde et d'accident vasculaire cérébral".

Séché Environnement : Le 26 avril, l'Assemblée générale ordinaire et extraordinaire a réuni les actionnaires de Séché Environnement sous la présidence de Joël Séché, Président Directeur général. L'ensemble des résolutions présentées ont été approuvées, notamment celles portant sur les comptes et l'affectation du résultat 2018.
L'Assemblée générale a également renouvelé le mandat d'administrateur de Philippe Valletoux, pour une durée de 3 ans.
L'Assemblée générale a été l'occasion de commenter l'évolution positive de l'activité consolidée au cours du 1er trimestre 2019 et la dynamique de croissance externe du groupe au travers des acquisitions réalisées depuis le début de l'année en Afrique du Sud (Interwaste) et en Italie (Mecomer), ainsi que de confirmer les perspectives favorables de Séché Environnement au titre de l'exercice 2019.

Dietswell : Le chiffre d'affaires 2018 de Dietswell s'établit à 7,1 millions d'euros, en progression de +4% par rapport à 2017. Cette confirmation de l'accélération du retournement, annoncée dès la mi-année, reflète la reprise progressive des investissements dans le secteur O&G, fortement réduits à partir de 2014.
L'Ebitda positif de 0,4 ME au second semestre a compensé la perte de même montant du 1er semestre, qui reflétait notamment l'investissement réalisé dans la division New Energies et les frais exceptionnels liés au Placement Privé d'avril.
Le résultat net total de l'exercice s'établit à -0,28 ME à comparer à -1,21 ME en 2017, avec un rétablissement sur le second semestre où le résultat s'est établi à 0,32 ME.
Au 31 décembre 2018, la dette financière nette était stabilisée à 0,4 ME et la trésorerie s'établissait à 1,2 ME.
A fin 2018, les fonds propres s'élevaient à 4,1 ME, soit 0,64 euro par action sur la base du nouveau nombre d'actions de 6.364.170 suite au placement privé d'avril 2018.
Au 31 mars 2019, le carnet de commandes des activités O&G s'établissait à 7,9 ME. Il ne prenait pas en compte de nouvelles affaires en cours de discussion dont certaines pourraient se matérialiser d'ici la fin du 1er semestre 2019. Amorcée en fin d'année 2018, la hausse de près de 50% des prix du Brent vient conforter la solidité de nos perspectives pour l'exercice 2019.

Cellnovo Group SA a déclaré, le 26 avril, sa cessation de paiement auprès du Tribunal de Commerce de Paris, et sollicité l'ouverture d'une procédure de liquidation judiciaire sans poursuite d'activité.
Comme annoncé dans les communiqués précédents, la société avait obtenu la désignation d'un conciliateur afin de soutenir et de sécuriser les démarches de recherches de repreneurs et de financement initiées dans le cadre de la procédure collective de droit anglais ouverte au bénéfice de sa filiale opérationnelle, Cellnovo Limited. Les marques d'intérêt reçues dans ce cadre se limitent aux actifs détenus par Cellnovo Limited, à l'exclusion d'une reprise de la société ou de ses actifs.
La très grande majorité des actifs du groupe, notamment le portefeuille de propriété intellectuelle et les actifs de recherche et de production, sont détenus par Cellnovo Limited, les actifs de Cellnovo Group SA se limitant aux actions de sa filiale Cellnovo Limited, détenue à 100%. En conséquence, la société est contrainte de solliciter l'ouverture d'une procédure de liquidation judiciaire sans poursuite d'activité, toutes les activités de production et de commercialisation ayant d'ores et déjà été interrompues dans le cadre du plan de restructuration initié par les administrateurs de Cellnovo Limited.
La demande d'ouverture de la liquidation judiciaire sera examinée par le Tribunal de commerce de Paris le 9 mai 2019.
La société communiquera dès que possible à l'issue de cette audience.

Aures : Faisant face à un très fort effet de base associé à un environnement marché perturbé, le Groupe Aures accuse une baisse importante de son chiffre d'affaires à périmètre constant sur le 1er trimestre 2019. Il tombe à 18,6 millions d'euros (25,6 ME sur la même période 2018).
Le groupe RTG qui fait partie du périmètre depuis le 16 octobre 2018, contribue à hauteur de 7,8 ME au chiffre d'affaires. Une grande partie de la forte baisse du chiffre d'affaires à périmètre constant est due au recul de l'activité en France et au Royaume-Uni. Ces deux entités subissent une forte dégradation de leur environnement : la crise des gilets jaunes pour l'une et le Brexit pour l'autre, créant un fort attentisme en matière d'investissement.
Par ailleurs, en ce qui concerne la France, le niveau exceptionnel du T1 2018, porté par le lancement de la norme NF525 (+ 46,8%), est difficilement comparable avec celui de 2019 qui ne bénéficie plus de cet effet. La filiale allemande affiche aussi, un fort recul de son activité (-35,6%). Le premier trimestre 2018 avait été boosté par le fort démarrage du déploiement du contrat avec le groupe Kaufland. L'entité américaine historique a connu pour l'un de ses clients majeurs, des reports de livraisons occasionnés par une restructuration de leur canal d'approvisionnement et termine en recul de 15% (-21,7% en monnaie locale). La filiale australienne poursuit son développement avec une progression de +17,7% de son chiffre d'affaires en monnaie locale.
Le Groupe considère que 2019 sera une année de transition avec l'intégration du groupe RTG et la poursuite du développement de l'activité bornes. Néanmoins, Aures ambitionne toujours une croissance en 2019.

Boiron : Le chiffre d'affaires du premier trimestre 2019 de Boiron est ressorti en recul de 10,1% par rapport au premier trimestre 2018 (-10,8% à taux constant), à 159,4 millions d'euros. Cette baisse provient principalement de la France, où le chiffre d'affaires est en recul de 9,3%.
"Depuis plusieurs mois, l'homéopathie fait l'objet d'attaques injustifiées et de contre-vérités alors que 85% des médecins généralistes libéraux déclarent prescrire de l'homéopathie à leurs patients (enquête IPSOS mars 2019)", déplore le groupe, alors que les 18 acteurs français de la profession et les associations de patients ont lancé une campagne de mobilisation.
La baisse de l'activité provient par ailleurs en partie d'un effet de base significatif sur les Etats-Unis, dont les ventes avaient progressé de 75,9% (soit +11,8 ME) sur le premier trimestre 2018. Les ventes de ce trimestre restent cependant supérieures de 5,6 ME au niveau atteint au premier trimestre 2017. Compte tenu de l'activité de ce premier trimestre et de l'impact des investissements industriels, le groupe anticipe un résultat opérationnel 2019 inférieur à celui de 2018.

Pharmasimple a réalisé en 2018 un chiffre d'affaires de 16,8 ME, en baisse de 12% par rapport à 2017.
Cette diminution est due au non-renouvellement d'un contrat de distribution signé en 2017 portant sur un produit de laboratoire européen et qui représentait 6 ME de Chiffre d'affaire en 2017 contre 1 ME en 2018.
Au plan de l'EBITDA, Pharmasimple a généré des coûts non récurrents importants sur l'exercice écoulé qui ont pesé sur sa rentabilité et a constaté une augmentation de ses frais fixes pour faire face à la croissance attendue dans les années à venir.
L'EBITDA affiche en 2018 une baisse de 1 ME pour s'établir à - 1,8 ME. Le Résultat Opérationnel ressort à -2,5 ME contre -1,1 ME. Enfin, le Résultat Net est de -2,4 ME au lieu de -1,4 ME.
Le chiffre d'affaires du 1er trimestre 2019 progresse de 25% par rapport au 1er trimestre 2018.
Cette année, Pharmasimple anticipe une amélioration de sa rentabilité portée par la croissance des volumes et la montée en puissance des synergies entre ses sites...

Safe Orthopaedics : En 2018, le chiffre d'affaires de la société s'est inscrit à 3,4 ME, en croissance de +12%. Le résultat opérationnel s'établit à -6,1 ME en 2018 contre -5,5 ME en 2017 suite aux investissements commerciaux opérés en Allemagne et l'acquisition de la force commerciale UK à son ancien distributeur.
Le résultat net s'établit à -5,8 ME contre -6,6 ME un an auparavant. Le chiffre d'affaires du premier trimestre 2019 est en hausse de +16%.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 30 juin 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 24/05/2019

L’Assemblée générale des actionnaires de Valeo, qui s’est tenue hier, a approuvé toutes les résolutions. Ainsi, elle a approuvé les comptes de l’exercice 2018 et a décidé la distribution…

Publié le 24/05/2019

L’Assemblée Générale des actionnaires de Capgemini tenue hier, à Paris, a adopté l’ensemble des 17 résolutions qui étaient soumises au vote, dont la nomination de Xiaoqun Clever en qualité…

Publié le 24/05/2019

Lumibird vient d’obtenir à travers sa filiale Quantel Medical le marquage CE pour son nouveau dispositif de traitement de la sécheresse oculaire, le LacrySTIM IPL. Il s’agit « d’un dispositif…

Publié le 24/05/2019

Orange va-t-il emprunter le même chemin que ses concurrents français en vendant une partie de ses infrastructures réseaux ? Selon 'TMT Finance',...