En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 824.04 PTS
+0.43 %
4 822.00
+0.44 %
SBF 120 PTS
3 825.88
+0.36 %
DAX PTS
12 730.77
-0.23 %
Dow Jones PTS
27 897.60
+0.42 %
11 542.69
+1.09 %
1.174
+0.2 %

Préouverture Paris : essai à transformer

| Boursier | 948 | 5 par 2 internautes

A l'image des places de la zone Asie-Pacifique qui remontent ce mardi matin, et en attendant la réouverture de Wall Street ce soir après...

Préouverture Paris : essai à transformer
Credits Reuters

LA TENDANCE

A l'image des places de la zone Asie-Pacifique qui remontent ce mardi matin, et en attendant la réouverture de Wall Street ce soir après un long week-end de trois jours pour cause de 'Labor Day' aux Etats-Unis, la tendance reste assez ferme en Europe en pré-séance, sans prise de risque excessive non plus... En Asie, la Bourse de Tokyo est remontée de 0,8% avec Taiwan (+0,5%) et Bombay (+0,8%). Hong Kong est stable, mais Shanghai grimpe de 0,5% avec Sydney et Seoul (+0,6%).

WALL STREET

Les signaux sont globalement plus rassurants sur les marchés, alors que la bourse de New York avait vécu vendredi une fin de semaine agitée. A la clôture, les indices étaient cependant parvenus à réduire leurs pertes après des achats à bon compte sur de grandes valeurs comme Apple (+0,07%) et Tesla (+2,7%)... L'indice Dow Jones a fini en recul de seulement 0,56% à 28.133 points, après avoir abandonné 2,2% en séance. L'indice large S&P 500 a relâché 0,81% à 3.426 pts (après -3,5% jeudi), et le Nasdaq Composite a abandonné 1,27% à 11.313 pts (après -4,9% jeudi) mais a limité les dégâts en clôture, après avoir abandonné jusqu'à 5% en séance.
Sur la semaine écoulée, les trois indices ont reflué de 1,8% pour le Dow Jones, 2,3% pour le S&P500 et 3,2% pour le Nasdaq. Ce dernier, riche en valeurs "technos" et "biotechs" avait atteint mercredi dernier un nouveau record historique à 12.056 points, avant de subir des prises de bénéfices appuyées. Mais il gagne encore 26% depuis le début 2020...

ECO ET DEVISES

Sur le plan macro-économique, le rapport sur l'emploi en août aux Etats-Unis, a calmé les esprits, le taux de chômage ayant reflué plus que prévu, pour retomber à 8,4% en août après 10,2% en juillet, et contre 9,8% attendu par le consensus de marché. Cependant, cette amélioration est ressortie en partie en trompe l'oeil, en raison d'erreurs de classement de certains chômeurs, placés par erreur dans la catégorie des "employés absents de leur travail"...
L'économie américaine a créé 1,37 million d'emplois le mois dernier. Les chiffres de juillet ont en outre été révisés en baisse à 1,734 million de postes créés. La reprise du marché de l'emploi (qui a détruit 20 millions de postes en mars-avril à cause du Covid-19) est en outre très inégale selon les secteurs, ce que la Réserve fédérale avait déjà souligné mercredi dans son dernier Livre Beige.
Ces chiffres, bien que salués par le président américain Donald Trump comme "excellents" via son compte Twitter, montrent que le rythme des créations d'emplois se ralentit outre-Atlantique, ce qui rend d'autant plus urgent de trouver un accord au Congrès sur un nouveau plan d'aide aux chômeurs et aux entreprises. La plupart des aides financières versées pour faire face à la crise du Covid-19 étaient temporaires et ont désormais pris fin ou sont sur le point de s'achever...
A ce propos, le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, a indiqué dimanche qu'un accord entre la Maison blanche et le Congrès allait permettre de financer le gouvernement fédéral jusqu'à début décembre et que les détails seront finalisés d'ici la fin de la semaine... Cet accord devrait éviter une fermeture partielle des administrations ("shutdown") à la fin du mois, alors que l'enveloppe budgétaire actuelle expire le 30 septembre.
Steven Mnuchin et a présidente démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, ont convenu une extension du financement mais les détails n'ont pas été précisés... "J'espère que d'ici la fin de la semaine, nous aurons quelque chose de confirmé", a déclaré Steven Mnuchin à plusieurs journalistes à la Maison blanche.

La Réserve Fed avait déjà signalé auparavant un certain essoufflement de la reprise économique en août aux Etats-Unis. Plusieurs responsables de la banque centrale américaine ont laissé entendre ces derniers jours que la Fed se tenait prête à prendre de nouvelles mesures de soutien de l'économie ces prochains mois. Ils ont aussi appelé les partis politiques à trouver un accord au Congrès sur un nouveau plan d'aide afin de prolonger le soutien apporté par le plan de 2.200 milliards de dollars adopté en mars dernier pour lutter contre les effets des mesures de confinement prises pour lutter contre le coronavirus.

Sur le marché du pétrole, le baril de brut léger américain (WTI) évolue sous le seuil des 40$ pour la première fois depuis juillet à 39$, tandis que le Brent d'échéance novembre a reculé à 42$ le baril. Sur l'ensemble de la semaine passée, le WTI avait perdu 7,5% et le Brent de la Mer du Nord 7%. Sur les devises, pas de changement avec un euro qui campe sur la barre des 1,18/$ entre banques.

INDICATEURS ECONOMIQUES A SURVEILLER

- Balance commerciale française. (08h45)
Etats-Unis :
- Crédit à la consommation. (21h00)
Europe :
- Ventes de détail en Italie. (10h00)
- Chiffres finaux européens de l'emploi. (11h00)
- Chiffres révisés du PIB européen. (11h00)

AVIS DE BROKERS

Goldman Sachs est à l'achat sur Safran avec un cours cible ajusté de 104 à 108 euros.
AlphaValue ajuste à 'vendre' son avis sur Valeo avec un objectif ramené de 25,90 à 24 euros.

VALEURS A SUIVRE

Europcar a annoncé son intention d'ouvrir des discussions avec ses créanciers en vue de restructurer sa dette face à la lenteur de la reprise des locations de voitures dans un contexte de remontée des cas de coronavirus, notamment en France.
Le spécialiste de la location de voitures avait déclaré fin juillet étudier toutes les options concernant sa structure de capital et de liquidités après avoir creusé ses pertes au deuxième trimestre face au plongeon des locations provoqué par les mesures de confinement.

Covivio, via sa filiale Covivio Hotels détenue à 43,3%, a finalisé l'acquisition du portefeuille de 8 hôtels situés dans des destinations touristiques européennes majeures, à Rome, Florence, Venise (x2), ainsi qu'à Nice, Prague et Budapest (x2), pour un montant de 573 ME (248 ME en Part du Groupe), y compris 86 ME de travaux.
Ce portefeuille d'établissements haut de gamme dans des localisations prime compte plusieurs hôtels emblématiques comme le Palazzo Naiadi à Rome, le Carlo IV à Prague, l'hôtel Plaza à Nice ou encore le NY Palace à Budapest.

OSE Immuno SA, annonce sa présentation à la conférence H. C. Wainwright Annual Global Investment Conference qui se tiendra du 14 au 16 septembre 2020 sous format virtuel.
Alexis Peyroles, Directeur général d'OSE Immunotherapeutics, présentera la Société, ses avancées, ses perspectives de développement et rencontrera les investisseurs institutionnels présents à la conférence.

Getlink : Le trafic camions reste plus dynamique que celui des véhicules de tourisme dans le tunnel sous la Manche. Getlink fait ainsi état de 110.327 camions transportés en août par Le Shuttle Freight, en repli de 7%. Depuis le 1er janvier, près de 900.000 camions ont traversé à bord des Navettes (-15%).
Les Navettes Passagers ont de leur côté transporté 267.942 véhicules de tourisme le mois passé (-28%) alors que l'été a été marqué par un double impact de la levée de quarantaine le 7 juillet puis de remise de quarantaine le 15 aout, Depuis le 1er janvier, près de 1,056 million de véhicules de tourisme ont traversé la Manche (-42%).

Orange et Somfy annoncent un partenariat pour "démocratiser la maison connectée en France". Il est désormais possible pour les utilisateurs de Livebox 4 et 5 disposant d'une box domotique Somfy, de piloter leurs volets roulants et stores motorisés Somfy depuis leur application "Maison Connectée" d'Orange. À travers ce partenariat, Orange et Somfy permettront à un plus grand nombre d'utilisateurs de bénéficier de solutions connectées, pour plus de confort, de sécurité et d'économies d'énergie au quotidien.

Sanofi : De nouveaux résultats relatifs à un essai de prolongation de phase III en ouvert de Dupixent (dupilumab) chez des adultes et adolescents souffrant d'asthme modéré à sévère ont montré que les profils de sécurité et d'efficacité observés dans le cadre des essais antérieurs consacrés à ce médicament se sont maintenus pendant une durée pouvant aller jusqu'à trois ans. Les données de cet essai seront présentées dans le cadre d'une session en direct du Congrès international virtuel 2020 de la Société européenne de pneumologie (European Respiratory Society, ERS).

Innate Pharma annonce une situation de trésorerie, équivalents de trésorerie et actifs financiers s'élevant à 184,6 millions d'euros au 30 juin 2020 (255,9 millions d'euros au 31 décembre 2019).
Les produits opérationnels s'élèvent à 36,7 ME pour le premier semestre 2020 (59,2 ME pour le premier semestre 2019) et comprennent principalement :
Les revenus des accords de collaboration et de licence, qui correspondent principalement à l'étalement comptable des paiements initiaux et de levée d'option reçus par Innate Pharma dans le contexte des accords signés avec AstraZeneca (LSE/STO/NYSE:AZN) :
(i) Les revenus des accords de collaboration et de licence liés à l'accord signé pour monalizumab ont baissé de 4,7 ME, s'élevant à 19,6 ME au premier semestre 2020 (24,3 ME au premier semestre 2019). Cette baisse s'explique principalement par une diminution non significative du budget de la collaboration, entièrement reconnu au cours de la période; et (ii) Les revenus des accords de collaboration et de licence liés à l'accord signé pour IPH5201 ont baissé de 13,8 ME, s'élevant à 8,7 ME au premier semestre 2020 (22,5 ME au premier semestre 2019), principalement en raison d'une extension de la période de reconnaissance à la suite du renouvellement en novembre 2019 de la collaboration avec AstraZeneca pour 12 mois.
Les revenus des refacturations de coûts de recherche et développement (R&D) pour avdoralimab (IPH5401) et pour IPH5201 s'élevaient à 1,1 ME au premier semestre 2020 (4,4 ME au premier semestre 2019), après le passage d'IPH5201 en Phase 1 réalisée et payée par AstraZeneca.
Le financement public des dépenses de recherche est de 6,9 ME au premier semestre 2020 (7,6 ME au premier semestre 2019).
Les charges opérationnelles sont de 46 ME pour le premier semestre 2020 (45,9 ME pour le premier semestre 2019), dont 68,5% (31,5 ME) consacrés à la 'R&D'.
Les charges de 'R&D' ont baissé de 5,1 ME à 31,5 ME pour le premier semestre 2020 (36,6 ME pour le premier semestre 2019) suite à l'achèvement d'activités réglementaires pour certains programmes, dont le dépôt du dossier de demande d'Autorisation de Mise sur le Marché (AMM) de Lumoxiti en Europe, et la transition en Phase 1 d'IPH5201 à AstraZeneca.
Les frais commerciaux et généraux ont augmenté de 5,2 ME à 14,5 ME pour le premier semestre 2020 (9,3 ME pour le premier semestre 2019). Cette augmentation résulte principalement de la mise en place de la filiale américaine et la commercialisation de Lumoxiti.
Le contrat de distribution de Lumoxiti a généré un revenu net de 0,9 ME au premier semestre 2020 (une perte de 3,8 ME au premier semestre 2019) principalement en raison du transfert des coûts commerciaux d'AstraZeneca à Innate Pharma.
Le résultat financier présente une perte nette de 2 Millions d'euros pour le premier semestre 2020 (gain de 3,8 ME pour le premier semestre 2019) principalement en raison de la variation de la juste valeur des instruments financiers due à la crise sanitaire COVID sur les marchés financiers.
La perte nette est de 10,3 ME pour le premier semestre 2020 (bénéfice de 13,2 ME pour le premier semestre 2019).

LVMH a annoncé lundi que son conseil d'administration débattrait en octobre du versement éventuel d'un acompte sur dividende pour l'exercuce 2020 en cours. Dans une lettre aux actionnaires, Bernard Arnault, PDG du géant français du luxe, écrit ainsi que "la décision de paiement d'un acompte sur le dividende sera débattue par le conseil d'administration en octobre et annoncée, le cas échéant, à ce moment-là".
Le dirigeant affiche par ailleurs sa conviction que "LVMH est en excellente position pour profiter de la reprise qui, nous l'espérons, se confirmera au second semestre, et pour renforcer en 2020 son avance sur le marché mondial du luxe".
"Après un second trimestre très affecté par la crise, on peut espérer que la reprise se matérialise graduellement au second semestre", écrit-il aussi.
En juin dernier, l'Assemblée Générale de LVMH avait décidé d'un dividende de 4,80 euros par action au titre de l'exercice 2019, en baisse de 20% par rapport à 2018 (6 euros) dans un contexte de crise du coronavirus. Un acompte sur dividende de 2,20 euros avait été versé le 10 décembre 2019, suivi d'un solde de 2,60 euros versé le 9 juillet 2020.
Initialement, le groupe, qui a dégagé en 2019 des profits records, avait prévu d'augmenter son dividende à 6,80 euros (+13% par rapport à 2018), mais à l'issue d'un 1er trimestre marqué par la crise du Covid-19, le groupe avait décidé de réduire la voilure de 30%.

Figeac Aéro a enregistré au premier trimestre de son exercice 2020-2021 un chiffre d'affaires de 50,2 ME, en retrait de 55% par rapport à la même période de l'exercice précédent. La division Aérostructures, déjà affectée par l'arrêt de production du programme du Boeing 737 Max, affiche une forte contraction de son activité (-60%). Le chiffre d'affaires des autres activités s'inscrit en baisse de 23%.
Les discussions avec l'ensemble des partenaires sociaux, notamment à Figeac, se poursuivent en vue de conclure un plan d'ajustement des effectifs pour une mise en oeuvre à partir de janvier 2021. D'autres mesures sont également à l'étude en France et à l'international.
L'ensemble des mesures entreprises dans le cadre de la mise en oeuvre du plan d'optimisation opérationnel devraient permettre une réduction des coûts fixes et structurels de l'ordre de 30 ME, dont Figeac Aéro assure que le quasi plein effet sera déjà visible sur l'exercice 2021-2022. Ce plan devrait générer des charges non courantes estimées entre 20 et 23 ME, qui seront principalement provisionnées sur l'exercice en cours (clos le 31/03/2021).
Figeac Aéro a obtenu auprès de Bpifrance un prêt Atout d'un montant de 15 ME qui vient compléter les Prêts Garantis par l'État d'un montant total de 80 ME obtenu auprès des partenaires bancaires historiques du Groupe. Ces financements permettent de sécuriser l'avenir du Groupe. Par ailleurs, Figeac Aéro annonce être en discussion avancée avec ses partenaires bancaires dans le cadre d'un assouplissement de ses covenants financiers pour l'exercice en clôture à mars 2021. Ces discussions devraient se conclure dans les prochaines semaines avant la clôture du premier semestre 2020-2021.
Figeac Aéro estime ne pas être en mesure de formuler d'objectifs financiers pour l'exercice 2020-2021 qui devrait être impacté par la baisse brutale d'activité et les charges non courantes de restructuration.
Le groupe a quand même remporté un contrat " program life " d'une valeur de 250 MUSD, aux cadences actuelles, relatif à la production de pièces élémentaires et sous-ensembles pour les programmes A320, A321 et B787. Ce nouveau client a sélectionné Figeac Aéro pour la production de pièces mécaniques en aluminium et titane de petites, moyennes et grandes dimensions, ainsi que des sous-ensembles, grâce notamment à la stratégie gagnante déployée au travers de son empreinte mondiale. Une pleine contribution au chiffre d'affaires est programmée dès 2022 soit 17 MUSD, après une phase de montée en puissance. Figeac annonce également le gain d'un contrat de près de 50 MUSD de type LTA (Long Term Agreement) avec un motoriste majeur. Le groupe produira dans son Usine du Futur en France des pièces moteurs complexes du programme A350 sur la base d'un savoir-faire développé avec d'autres motoristes. Après une phase de montée en puissance, ce contrat apportera une pleine contribution au chiffre d'affaires dès 2022, soit 5 MUSD.

Les comptes du premier semestre 2020 de Delta Plus Group confirment la dynamique de croissance rentable annoncée à l'occasion de la publication du chiffre d'affaires semestriel en juillet dernier. Les ventes ont progressé de +11,6% sur les 6 premiers mois de 2020 (+6,3% à périmètre et taux de change constants) pour atteindre 137 ME.
Cette croissance, couplée à une bonne tenue des marges et à une maîtrise des coûts, permet au résultat opérationnel courant d'augmenter de façon significative (20,1 ME en 2020 contre 16 ME en 2019). Il s'élève à 14,7% du chiffre d'affaires contre 13% l'an dernier.
Le résultat net grimpe à 13,3 ME (+13,7% par rapport à 2019), en dépit d'effets de change impactant négativement le résultat financier.
Tout comme en 2019, les éléments non courants sont peu significatifs en 2020.
Le coût du financement est en légère baisse par rapport à 2019, tandis que les autres éléments financiers sont impactés au premier semestre 2020 par des écarts de change négatifs.
Le taux effectif d'impôts, qui s'est élevé à 25% au premier semestre 2020, est en ligne avec celui enregistré sur les douze mois de l'exercice 2019 (25%).
Sur le plan bilanciel, le premier semestre 2020 a permis au Groupe de renforcer sa structure financière. Le Besoin en Fonds de Roulement opérationnel s'est amélioré de façon significative (107 jours de chiffre d'affaires au 30 juin 2020 contre 126 jours au 30 juin 2019) grâce notamment à la baisse des stocks sur les références de produits utilisés dans la lutte contre le Covid-19 (masques, gants, visières, combinaisons jetables), mais aussi grâce à la réduction du délai moyen de règlement clients au cours du semestre.
Les ratios d'endettement sont en amélioration par rapport à 2019, la dette bancaire nette (57,7 ME) représentant 38% des capitaux propres (contre 45% il y a un an) et 1,3 fois l'EBITDA des douze derniers mois (contre 1,7 au 30 juin 2019).
Le Prêt Garanti par l'Etat, d'un montant de 42 ME, obtenu par le Groupe au mois de juin 2020, explique l'augmentation des disponibilités au 30 juin 2020.
Enfin, les capitaux propres sont en hausse de 1,5 ME sur le semestre, à 152,3 ME, le résultat net des six premiers mois de 2020 (+13,3 ME) étant partiellement compensé par le versement de dividendes effectué au mois de juin (-5 ME) et par des impacts de change négatifs (-7,4 ME).
Dans le contexte actuel, il reste encore difficile aujourd'hui de prédire et de quantifier l'impact qu'aura cette crise sur le chiffre d'affaires consolidé et sur les résultats du Groupe pour l'ensemble de l'année 2020 estime le groupe.
Néanmoins, Delta Plus Group a démontré à l'occasion des dernières semaines sa capacité à limiter les conséquences de cette première phase de la crise sur son activité.
En outre, le groupe a mis en place toutes les mesures nécessaires pour restreindre au maximum l'impact négatif de cette crise sur la croissance et sur les développements futurs de ses activités, à l'image du Prêt Garanti par l'Etat, finalisé en Juin 2020 ou de la réorientation de la production dans certaines de ses usines.
Bénéficiant d'une structure financière saine pour aborder cette période de crise, Delta Plus Group, qui a accéléré son développement ces dernières années grâce à une politique volontariste d'acquisitions, confirme sa volonté à terme de poursuivre son déploiement dans des zones à fort potentiel de croissance et sur des métiers à forte valeur ajoutée.
Confiant à l'issue de ce premier semestre, Delta Plus Group affiche comme objectif d'enregistrer cette année encore une nouvelle croissance de son chiffre d'affaires, malgré les contexte sanitaire et économique très incertains.
L'ambition du Groupe est également de confirmer cette année le niveau de rentabilité opérationnelle record atteint fin 2019.

GTT a reçu une commande de la part des chantiers coréens Hyundai Heavy Industries (HHI) et Hyundai Samho Heavy Industries (HSHI) portant sur la conception des cuves de six nouveaux méthaniers. Deux de ces méthaniers seront construits par le chantier HSHI pour le compte d'un armateur européen. Les quatre autres méthaniers seront construits par HHI, deux pour le compte d'un armateur asiatique et deux pour un armateur européen.
Chacun des navires offrira une capacité de 174.000 mètres cubes et GTT en réalisera le design des cuves, qui intégreront le système de confinement à membrane "Mark III Flex". La livraison des navires interviendra entre le deuxième et le dernier trimestre 2023.

Icade Santé a procédé, le 7 septembre, au rachat de ses propres actions détenues par un de ses actionnaires minoritaires à hauteur de 2,51%. Ces actions ont été immédiatement annulées dans le cadre d'une réduction du capital social d'Icade Santé.
Icade renforce ainsi son exposition dans les actifs de santé avec une détention qui s'élève désormais à 58,3% (56,8% avant l'opération).
Le capital social d'Icade Santé est désormais détenu par Icade à hauteur de 58,3% et par les associés minoritaires à hauteur de 41,7%.

EDF annonce le lancement d'une émission inaugurale majeure d'obligations vertes senior non garanties à option de conversion et/ou d'échange en actions nouvelles et/ou existantes de la Société (OCEANEs Vertes) à échéance 2024 par voie de placement uniquement auprès d'investisseurs qualifiés pour un montant nominal maximum d'environ 2,4 milliards d'euros.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
2 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

Suivez la tendance avec
Nicolas PAGNIEZ,

du lundi au vendredi à 9h55, 12h30, 14h55 et 18h30 sur

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 01/10/2020

Amoeba envisage une autorisation de commercialisation aux Etats-Unis en 2022

Publié le 01/10/2020

Vivendi a annoncé, jeudi 1er octobre, avoir franchi les seuils de 25 % du capital et de 20 % des droits de vote de Lagardère SCA. Vivendi précise qu'il détient, au 30 septembre 2020, 26,7% du…

Publié le 01/10/2020

Vinci Energies a annoncé l’acquisition de la société canadienne Transelec Common Inc. Fondée en 1978 par Claude Gauthier pour la construction et la maintenance des réseaux électriques au…

Publié le 01/10/2020

La trésorerie disponible atteignait 13,2 ME au 30 juin 2020

Publié le 01/10/2020

Eurazeo annonce une prise de participation minoritaire de 25 millions de dollars dans Dewey's Bakery, fabricant de biscuits salés et sucrés avec un positionnement Clean Label dont le siège est à…

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne