En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 799.87 PTS
-1.11 %
4 764.5
-1.68 %
SBF 120 PTS
3 812.18
-1.18 %
DAX PTS
10 772.20
-0.86 %
Dowjones PTS
23 720.96
-1.57 %
6 484.28
-1.68 %
1.135
+0.40 %

Ouverture Paris : un rebond a minima

| Boursier | 495 | Aucun vote sur cette news

Le rebond matinal du jour apparaît bien trop faible pour permettre au CAC40 de repasser en territoire positif depuis le 1er janvier :...

Ouverture Paris : un rebond a minima
Credits Reuters

LA TENDANCE

Le rebond matinal du jour apparaît bien trop faible pour permettre au CAC40 de repasser en territoire positif depuis le 1er janvier : +0,07% à 5.303 points. Il lui permet tout juste de demeurer au-dessus des 5.300 points, dans une tendance poussive à l'image de Wall Street qui a peiné hier soir, alors que le '10 ans' américain poursuit son ascension et parvient à 3,25%.

Les investisseurs voient les nuages s'accumuler sous le ciel de l'économie mondiale alors que le Fonds monétaire international a revu en baisse ses prévisions de croissance pour l'économie mondiale sur fond de montée des incertitudes liées aux tensions commerciales et à la situation de certains pays émergents. Le FMI table sur une croissance globale stabilisée à 3,7% en 2018 comme en 2019, soit 0,2 point de moins qu'il ne l'escomptait encore mi-juillet. La révision concerne aussi bien les Etats-Unis, que la zone euro et la Chine. Pour cette dernière, le FMI voit notamment la croissance ralentir à 6,2% en 2019, après 6,6% en 2018, sous l'effet des tensions commerciales. Voilà en tout cas qui matérialise les craintes autour d'un ralentissement de l'économie chinoise, déjà alimentées la veille par l'intervention de la banque centrale, qui a abaissé le taux
de réserves obligatoires des banques.

En Europe, on a d'autres chats à fouetter et la Commission européenne a fait part de ses "graves inquiétudes" sur les objectifs de déficit budgétaire retenus par le gouvernement italien pour les trois prochaines années, ce qui accru lundi la pression sur les rendements obligataires souverains et les valeurs bancaires italiennes et pèse toujours sur la tendance ce matin.

WALL STREET

Les marchés d'actions américains ont eu du mal à trouver une direction, lundi, terminant en ordre dispersé après un démarrage en nette baisse. Les investisseurs se préparent à la saison des résultats d'entreprises du 3ème trimestre, qui s'annoncent une nouvelle fois en nette hausse. Toutefois, la croissance économique chinoise pourrait pâtir de la montée des barrières douanières imposées par Donald Trump, faisant courir un risque à l'ensemble de l'économie mondiale. En outre, les tensions entre Bruxelles et l'Italie sont montées d'un cran, pesant sur l'euro, tandis que les marchés obligataires américains étaient fermés pour Columbus Day.

A la clôture, l'indice Dow Jones a gagné lundi 0,15% à 26.486 points, après avoir cédé jusqu'à 0,8% en séance, tandis que l'indice large S&P 500 a fini stable (-0,04%) à 2.884 pts. Le Nasdaq composite, riche en valeurs technologiques et biotechnologiques, a plongé jusqu'à 1,7% en séance, avant de limiter les dégâts à la clôture, en recul de 0,67% à 7.735 pts.

ECO ET DEVISES

Surveillé de près par les marchés, l'excédent commercial allemand s'est encore accru en août en raison d'une forte baisse des importations sur la période. Selon les données de l'Office fédéral de la statistique, l'excédent commercial, ajusté des variations saisonnières et des effets calendaires, a ainsi atteint 18,3 milliards d'euros en août, contre 15,9 MdsE en juillet et 16,4 MdsE de consensus. Les exportations ont diminué de 0,1% alors que les importations ont baissé de 2,7%.

La parité euro / dollar atteint 1,1488$ ce matin. Le baril de Brent se négocie 84,34$. L'once d'or se traite 1.186$.

VALEURS EN HAUSSE

ECA Group (stable à 14,15 Euros) et Naval viennent de nouer un partenariat technologique et commercial dans le domaine de la Guerre des mines robotisée. La première application concrète s'est faite dans le cadre de la réponse à la consultation lancée par la Belgique dans le cadre d'une coopération belgo-néerlandaise pour la fourniture de douze chasseurs de mines.

Bouygues (+0,40% à 36,71 Euros) a décidé de lancer une nouvelle opération d'épargne salariale à effet de levier dénommée Bouygues Confiance no10. Cette augmentation de capital d'un montant maximum de 150 millions d'euros, prime d'émission incluse, est réservée aux salariés des sociétés françaises du Groupe, via un FCPE dont les parts sont bloquées pendant une période de 5 ans, sauf déblocage anticipé autorisé par la loi.

Airbus (+0,05% à 103,68 Euros) : Le Conseil d'administration d'Airbus SE a nommé Guillaume Faury futur Chief Executive Officer (CEO) d'Airbus. Actuellement Président d'Airbus Commercial Aircraft, Guillaume Faury (50 ans) succédera à Tom Enders (59 ans). Tom Enders continuera d'exercer la fonction de CEO jusqu'à l'Assemblée générale des actionnaires, prévue le 10 avril 2019, au cours de laquelle la nomination de Guillaume Faury à la fonction de membre exécutif du Conseil d'administration sera soumise à l'approbation des actionnaires.

JCDecaux (+0,15% à 30,94 Euros) a remporté le contrat couvrant les espaces publicitaires intérieurs de Westfield London et Westfield Stratford City, les destinations retail, shopping et loisirs premium à Londres, classées aux première et deuxième places des dépenses de consommation en centre commercial au Royaume-Uni. Ce contrat de 8 ans et demi a été remporté à la suite d'un appel d'offres.

VALEURS EN BAISSE

Ipsen (-2,78% à 134,85 Euros) : sixième séance consécutive dans le rouge. Le flux vendeur du jour est à mettre en relation avec une note de JP Morgan qui a dégradé le titre du laboratoire de 'neutre' à 'sous-pondérer'. L'objectif est confirmé à 120 euros.

Archos (-4,40% à 0,587 Euro) enregistre un chiffre d'affaires cumulé de 47,8 ME à fin septembre 2018 contre 80,6 ME pour la même période en 2017, soit -41%. Sur le troisième trimestre 2018, le chiffre d'affaires s'établit à 15,5 ME contre 30,2 ME en 2017.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/12/2018

  ADLPartner Société anonyme à directoire et conseil de surveillance au capital de 6 478 836 euros 3, avenue de Chartres 60500 - CHANTILLY 393 376 801 R.C.S.…

Publié le 17/12/2018

Saint-Gobain a finalisé l’acquisition de SIG RoofSpace Solutions (« RoofSpace ») au Royaume- Uni. Cette acquisition complète le portefeuille de produits du groupe dans ce pays et y accélère…

Publié le 17/12/2018

  CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL ALPES…

Publié le 17/12/2018

Carmat et la Banque Européenne d’Investissement (BEI) ont signé un accord de prêt d’un montant de 30 millions d'euros, soutenu par le Fonds européen pour les investissements stratégiques…

Publié le 17/12/2018

Les actionnaires d’Itesoft ont adopté à la majorité le versement d’un dividende de 0,163 euro par action. Sa mise en paiement interviendra le 21 décembre et la date de détachement de ce…