En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 591.44 PTS
+0.48 %
4 589.00
+0.51 %
SBF 120 PTS
3 639.05
+0.4 %
DAX PTS
11 594.32
-0.03 %
Dow Jones PTS
26 659.11
+0.52 %
11 350.74
+0. %
1.167
-0.02 %

Ouverture Paris : Tarkett, EDF et TF1 grimpent, Renault chute

| Boursier | 2105 | Aucun vote sur cette news

Fin de semaine hésitante ce vendredi sur les marchés financiers, à l'écoute des informations contradictoires qui arrivent de Chine sur la...

Ouverture Paris : Tarkett, EDF et TF1 grimpent, Renault chute
Credits Reuters

LA TENDANCE

Fin de semaine hésitante ce vendredi sur les marchés financiers, à l'écoute des informations contradictoires qui arrivent de Chine sur la situation sanitaire dans le pays. Le CAC40 recule modestement de 0,2% à 6.080 pts. En attendant, les investisseurs continuent de se concentrer sur les publications d'entreprises qui se poursuivent avec de bonnes nouvelles ce matin, en particulier en provenance de Tarkett, d'EDF et de TF1, voire du Crédit Agricole. En revanche, Renault s'affiche en perte, une première depuis 10 ans !

WALL STREET

Après ses records de la veille, la Bourse de New York a subi des prises de bénéfices jeudi soir, suite à l'annonce par la Chine d'une flambée de nouveaux cas de coronavirus dans la province de Hubei, l'épicentre de l'épidémie. L'OMS a relativisé cette annonce, en expliquant qu'un changement de protocole de détection de la maladie a entraîné la hausse.
A la clôture, le Dow Jones a cédé 0,43% à 29.423 points, plombé notamment par l'action Cisco Systems, qui a chuté de plus de 5% après des comptes et des perspectives décevants. L'indice large S&P 500 a cédé 0,16% à 3.373 pts et le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques, a reculé de 0,14% à 9.711 pts.

ECO ET DEVISES

A suivre à l'agenda ce vendredi aux Etats-Unis :
- Ventes de détail. (14h30)
- Prix à l'import et à l'export. (14h30)
- Production industrielle américaine. (15h15)
- Indice du sentiment des consommateurs américains mesuré par l'Université du Michigan. (16h00)
- Stocks et ventes des entreprises. (16h00)
L'once de métal jaune s'échange à 1.575$. De son côté, la parité euro / dollar atteint 1,0844$ ce matin. Le baril de Brent se négocie 56,34$.

VALEURS EN HAUSSE

Tarkett grimpe de 11%. Le groupe a réalisé un chiffre d'affaires 2019 de 2,992 milliards d'euros, en hausse de 5,5%. Cette augmentation reflète une croissance organique modérée (+0,7%), un effet périmètre positif (+2,1%) et un effet de change positif (+2,6%) provenant principalement de l'appréciation du dollar par rapport à l'euro.

TF1 grimpe de 9%. Le chiffre d'affaires consolidé 2019 du groupe s'élève à 2.337,3 millions d'euros, en hausse de 49 millions d'euros. Le chiffre d'affaires publicitaire du Groupe s'établit à 1.658,1 millions d'euros, en léger recul sur un an (-0,2%). Cette variation traduit à la fois :
- La baisse du chiffre d'affaires publicitaire des Antennes, cette année, reflétant une base de comparaison élevée pour la chaîne TF1 partiellement compensée par des revenus publicitaires des chaînes TNT3 et de MYTF1 en croissance ;
- Un segment digital Unify en hausse, bénéficiant, pour la première année, du plein effet de sa consolidation.
Le résultat opérationnel courant du Groupe s'élève à 255,1 millions d'euros, en progression de 56,3 millions d'euros. Le taux de marge opérationnelle courante est en augmentation significative sur cette même période à 10,9%, en hausse de 2,2 points par rapport à l'année précédente, confirmant l'atteinte de l'objectif d'un taux de marge opérationnelle courante à deux chiffres en 2019.
Le résultat net part du Groupe s'établit à 154,8 millions d'euros, en croissance de 27,4 millions d'euros.
Au 31 décembre 2019, les capitaux propres part du Groupe atteignent 1.562,4 millions d'euros pour un total de bilan de 3.344,1 millions d'euros.
Avant prise en compte des obligations locatives, le groupe TF1 affiche une dette nette de 126,3 millions d'euros au 31 décembre 2019 (dette nette de 225,8 millions d'euros après prise en compte des obligations locatives), contre une dette nette de 27,5 millions d'euros à fin décembre 2018 (dette nette de 130,9 millions d'euros après prise en compte des obligations locatives). Cette hausse s'explique principalement par les acquisitions de De Mensen et Reel One réalisées cette année pour un montant de 107 ME.
En 2019, le ROCE s'établit à 9,6%, en amélioration par rapport à celui de 2018 qui s'élevait à 8,8%.
Afin de rémunérer les capitaux investis, le Conseil d'Administration propose à l'Assemblée Générale Mixte du 17 avril 2020 de verser un dividende de 0,50 euro par action, représentant 68% du résultat net.

ESi Group : +9%. ESI a enregistré sur 12 mois proforma un chiffre d'affaires de 146,2 ME en croissance de +7,8% et de +5,6% à données identiques.
La croissance sur 12 mois proforma a été portée par l'activité Licences (115,9 ME, +8,4% et +6% tcc), pilier du modèle commercial du groupe avec 79% du chiffre d'affaires total.

EDF (+7%) a publié ce vendredi des résultats en forte hausse au titre de 2019, portés par des conditions de prix favorables en France et au Royaume-Uni ainsi que par les énergies renouvelables, et a fait savoir que ses performances opérationnelles devraient de nouveau progresser cette année.
L'électricien, dont l'Etat détient 83,6% du capital, a précisé qu'il visait pour 2020 un bénéfice avant impôts, charges financières, dépréciations et amortissements (Ebitda) compris entre 17,5 et 18,0 milliards d'euros, à périmètre et change constants, après 16,7 milliards en 2019 (+8,4% en croissance organique). EDF prévoit en outre pour l'exercice en cours des charges opérationnelles stables, des investissements nets totaux d'environ 15,5 milliards d'euros (13,9 milliards en 2019) et, pour la période 2019-2020, un montant de cessions compris entre 2 à 3 milliards.
Le groupe a enregistré au titre de 2019 un résultat net courant de 3,9 milliards d'euros (+57,9%), un cash flow positif de 1,8 milliard - hors projet d'EPR britannique d'Hinkley Point et coûts liés au compteur communicant Linky - et un chiffre d'affaires de 71,3 milliards (+4,0%).
Il a dans le même temps multiplié par 4,4 son résultat net part du groupe, à 5,2 milliards d'euros, en particulier grâce à la forte amélioration de son résultat financier.
Selon un consensus réalisé par Refinitiv, les analystes attendaient en moyenne un résultat net part du groupe de 3,0 milliards d'euros, un Ebitda de 16,3 milliards et un chiffre d'affaires de 70,9 milliards.
En France, EDF vise cette année une production nucléaire comprise entre 375 et 390 térawatts-heure (TWh), après 379,5 TWh en 2019 (-3,5%).
EDF cible également un ratio d'endettement financier net sur Ebitda d'environ 2,6 en 2020 et inférieur ou égal à 2,7 en 2021, ainsi qu'un taux de distribution représentant 45 à 50% de son résultat net courant pour ces deux années, l'Etat ayant opté pour un paiement du dividende en actions du solde du dividende 2019 et s'étant engagé à faire de même au titre du dividende au titre de 2020.

Mauna Kea : +4% avec Genomic, Vetoquinol

M6 (+2,6%) a réalisé un chiffre d'affaires 2019 de 1,456 milliard d'euros, en hausse de +2,4%, soutenu par la croissance des recettes publicitaires plurimédia (+3,8%), qui incluent notamment le pôle Jeunesse TV (ex-Lagardère) sur les 4 derniers mois de l'année. Le résultat opérationnel courant (EBITA) atteint 284,4 ME (+7%), nouveau plus haut historique. La marge opérationnelle s'élève à 19,5% (+0,8 point par rapport à 2018) et atteint son plus haut niveau depuis 19 ans. Le résultat net des activités poursuivies est stable, à 174 ME.

Eutelsat (+2%) Le chiffre d'affaires total du premier semestre de l'exercice fiscal 2019-20 ressort à 637 millions d'euros, en baisse de 3,3% sur une base publiée et de 4,7% sur une base comparable. Le chiffre d'affaires des cinq activités opérationnelles (hors Autres Revenus) s'établit à 636 millions d'euros, en baisse de 4,9% sur une base comparable compte tenu d'un effet périmètre négatif à hauteur d'environ 0,3 point (effet de la cession de la participation d'Eutelsat dans le satellite EUTELSAT 25B en août 2018) et d'un effet de change positif d'environ 1,5 point.
Le chiffre d'affaires du deuxième trimestre ressort à 319 millions d'euros, en baisse de 1,2% sur une base publiée et de 3,4% sur une base comparable. Le chiffre d'affaires des cinq activités opérationnelles s'établit à 319 millions d'euros, en baisse de 3,7% sur douze mois et en hausse de 0,4% par rapport au trimestre précèdent sur une base comparable.
Sauf indication contraire, toutes les variations mentionnées ci-dessous sont sur une base comparable (à périmètre et taux de change constants).
Le carnet de commandes s'établit à 4,3 milliards d'euros au 31 décembre 2019 contre 4,6 milliards d'euros un an plus tôt et 4,4 milliards d'euros à fin juin 2019. Le carnet de commandes inclut désormais les engagements fermes de capacité sur le satellite EUTELSAT 10B récemment commandé. Le carnet de commandes équivaut à 3,3 fois le chiffre d'affaires de l'exercice 2018-19 et le Broadcast représente 68% du total.
L'EBITDA s'élève à 496 millions d'euros au 31 décembre 2019 contre 518 millions d'euros un an plus tôt, en baisse de 4,4%. La marge d'EBITDA s'établit à 77,8% (77,9% à taux de change constant), comparé à 78,8% l'année précédente, ce qui reflète la baisse du chiffre d'affaires ainsi que la hausse des coûts liés à l'application de Haut Débit Fixe, qui est partiellement compensée par une forte discipline en matière de coûts sur les activités historiques. A ce stade, le plan d'économies de coûts "LEAP 2", qui vient tout juste d'être lancé et qui a pour objectif de générer des économies additionnelles de 20 à 25 millions d'euros d'ici 2021-22, n'a pas encore généré d'économies.

Atari : +2% avec Carrefour, Ingenico, Imerys, AKKA

Vicat (+1%) Le résultat net de l'ensemble consolidé s'élève à 160 millions d'euros en hausse de +0,8% en base publiée et en baisse de -7,1% à périmètre et change constants. Le résultat net part du groupe est stable en base publiée, à 149 millions d'euros, et recule de -6,5% à périmètre et taux de change constants. Vicat estime que, le contexte macro-économique devrait poursuivre son amélioration en 2020 sur la plupart des zones dans lesquelles le groupe est présent, même si certaines régions émergentes resteront confrontées à un environnement sectoriel incertain. Vicat s'attend à une nouvelle amélioration de son EBITDA sur l'ensemble de l'année.

Publicis : +1% suivi de Ipsen, Rexel, Séché, Eiffage, Valeo

Bolloré (stable) a publié un chiffre d'affaires 2019 en croissance de 3% en organique. Le CA du 4ème trimestre 2019 se situe à 6,895 milliards d'euros,en repli de 0,1% à périmètre et taux de change constant mais en croissance de 6% en données publiées. Le chiffre d'affaires de l'année 2019 atteint 24,843 milliards d'euros, en hausse de 3% à périmètre et taux de change constant. En données publiées, le chiffre d'affaires est en hausse de 8%, compte tenu de 878 millions d'euros de variation de périmètre, notamment liés à l'intégration d'Editis chez Vivendi, et de 285 millions d'euros d'effets de changes positifs, liés à la dépréciation de l'euro vis-à-vis de la plupart des devises et particulièrement du dollar américain.

Vivendi (stable) Le résultat opérationnel ajusté (EBITA) s'élève à 1,526 MdE d'euros, en hausse de +18,5%. A taux de change et périmètre constants, le résultat opérationnel ajusté augmente de +10,8%. Le résultat opérationnel (EBIT) s'élève à 1,381 MdE, en hausse de +16,9% par rapport à 2018. Le résultat net, part du groupe est un bénéfice de 1,583 MdE (1,28 euro par action de base), contre 127 ME en 2018 (0,10 euro par action de base), en augmentation de 1,456 MdE. Le résultat net ajusté est un bénéfice de 1,741 MdE (1,41 euro par action de base), contre 1,157 MdE (0,92 euro par action de base), en hausse de +50,5%.

Crédit Agricole est stable après avoir publié ce vendredi des résultats supérieurs aux attentes du marché au quatrième trimestre grâce en particulier à la banque d'investissement qui a profité d'un environnement de marché plus favorable qu'en 2018. La filiale cotée du groupe Crédit agricole indique ainsi dans un communiqué que son résultat net trimestriel a grimpé de près de 65% à 1,66 milliard d'euros. Les revenus ont de leur côté progressé de 5,5% à 5,12 milliards d'euros. D'après les prévisions des analystes, la bourse tablait en moyenne sur un bénéfice net de 1,5 MdE.
Le bénéfice par action sous-jacent atteint 0,42 euro par action sur le quatrième trimestre 2019, en hausse de +28,1% par rapport au quatrième trimestre 2018. La rentabilité ressort à un haut niveau avec un ROTE sous-jacent à 11,9%. Le dividende s'inscrira en hausse de 1,4% 2019/2018, à 0,70 euro.
Le groupe bancaire souligne le record de collecte nette en gestion d'actifs, avec un effet de marché favorable, une croissance de +7,7% et de +8,7% du chiffre d'affaires dommages et de protection des personnes en 2019.
Le groupe souligne aussi une conquête dynamique en banque de proximité en France et en Italie (1.800.000 particuliers et entrepreneurs en 2019) et une croissance de la collecte et du crédit (+6,7% déc./déc. en France et en Italie dans les réseaux retail.
Concernant la solidité financière, le ratio CET1 s'inscrit à 12,1% (+0,4 pp déc./sept.), permettant un démantèlement partiel de 35% du Switch au T1-20, relutif pour CAsa.

VALEURS EN BAISSE

Technicolor : -11%. Technicolor a annoncé son Plan Stratégique 2020-2022 ainsi que 3 opérations destinées à renforcer sa structure financière et restaurer sa flexibilité stratégique :
- Une augmentation de capital avec maintien du droit préférentiel de souscription des actionnaires d'un montant total d'environ 300 ME, prime d'émission incluse ;
- Une extension à 2023 de la maturité de ses lignes de crédit, initialement dues en 2021, sous réserve de la réalisation de l'Augmentation de Capital. La ligne de crédit RCF sera réduite de 250 ME à 225 ME à partir du 1er janvier 2021 puis à 202,5 ME à partir du 22 décembre 2021 ;
- Une nouvelle facilité court terme de 110M$ fournissant une marge de manoeuvre additionnelle en termes de liquidité.
Anne Bouverot, Présidente du Conseil d'administration de Technicolor, commente : L'annonce ce jour du Plan Stratégique 2020-2022 de Technicolor, associé au projet d'Augmentation de Capital et à l'extension de la ligne de crédit RCF, constitue une étape importante dans l'histoire récente de Technicolor et illustre la priorité accordée par le Conseil à la solidité financière de la société et à la création de valeur pour les clients, les employés et les actionnaires. Nous nous réjouissons du soutien de nos principaux actionnaires Bpifrance Participations et RWC Partners dans la mise en oeuvre de l'Augmentation de Capital.
A l'issue d'une revue approfondie de ses activités, Technicolor a identifié de nombreuses initiatives destinées à accompagner la transformation financière et opérationnelle de la société, parmi lesquelles des économies de coûts d'un montant d'environ 150 ME en base annuelle à horizon 2022 (dont 100 ME dès 2020).
Afin de regagner en flexibilité stratégique et d'opérer dans un environnement durable, Technicolor annonce un renforcement global de sa structure du capital par le biais d'une Augmentation de Capital d'environ 300 ME. L'augmentation de capital sera garantie par un syndicat bancaire.
Les actionnaires seront réunis le 23 mars 2020 en assemblée générale extraordinaire afin d'approuver les résolutions relatives à l'augmentation de capital. Il est prévu que l'émission soit lancée au cours du second trimestre 2020, sous réserve de l'approbation des actionnaires de Technicolor, des autorités réglementaires et des conditions de marché.

Renault (-4%) a fait état vendredi d'une forte dégradation de ses résultats annuels, tombés dans le rouge pour la première fois depuis 10 ans sous l'effet des difficultés de Nissan et de la détérioration de ses propres ventes sur plusieurs marchés clés. Le groupe au losange a accusé en 2019 une perte nette, part du groupe, de 141 millions d'euros, alors que l'année précédente, il affichait un bénéfice de 3,3 milliards. C'est sa première perte depuis la crise financière de 2007-2008, quand le résultat net, part du groupe, était ressorti négatif à hauteur de 3,1 milliards en 2009... Le bénéfice net de Renault a été amputé par une chute de la contribution de son partenaire Nissan ainsi que par une charge fiscale de 753 millions d'euros liée à la suspension du plan stratégique moyen terme lancé par l'ex-PDG Carlos Ghosn. Le constructeur a également réduit des 2/3, à 1,10 euro par action, son dividende pour l'exercice écoulé, et dit viser pour l'année en cours une baisse de sa marge à 3-4%, contre 4,8% en 2019.

Claranova : -2% avec Amoeba et Remy Cointreau

Guerbet (-2,5%) annonce pour son exercice 2019, un chiffre d'affaires publié de 816,9 ME en progression de 3,5% par rapport à 2018, incluant un effet de change favorable de 11,3 ME. Le chiffre d'affaires à taux de change constant (TCC), s'élève à 805,6 ME en progression de 2%. Le chiffre d'affaires du quatrième trimestre 2019 s'établit à 211,2 ME en croissance de 1,4% à TCC. Hors impact de la baisse d'activité liée à un contrat de sous-traitance hérité des activités de CMDS, la croissance du chiffre d'affaires à TCC est de 3,7% sur l'exercice 2019 et de 3,1% au quatrième trimestre 2019. Le groupe anticipe une marge d'EBITDA de l'ordre de 13,5% hors impact positif IFRS16 et hors impact de 7,6 ME au titre de l'accord final avec Mallinckrodt et de l'indemnité à titre transactionnel d'Yves L'Epine.

Recylex (-1%) Le chiffre d'affaires consolidé au 31 décembre 2019 a atteint 305,7 millions d'euros, en repli de -16% par rapport à 2018. Le chiffre d'affaires consolidé pour le 4e trimestre 2019 s'est monté à 72,8 ME, en baisse de -13% par rapport au 4e trimestre 2018.

FDJ : -0,5% avec STM, Innate, Pernod Ricard, Kering

Akwel (-0,7%) a enregistré un chiffre d'affaires consolidé de 1.101,2 ME en 2019, en hausse de +3,7% par rapport à 2018 et de +4,4% à périmètre et taux de change constants. La société indique avoir donné en 2019 la priorité à l'optimisation de ses conditions d'exploitation, au regard notamment du manque de visibilité du marché, avec une meilleure maîtrise de l'évolution du BFR. Akwel a ainsi généré sur l'exercice un free cash-flow positif de 24,2 ME et diminué significativement son endettement financier net à 24,6 ME à fin décembre 2019, hors impact IFRS 15/16, contre 40,6 ME.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

Suivez la tendance avec
Nicolas PAGNIEZ,

du lundi au vendredi à 9h55, 12h30, 14h55 et 18h30 sur

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 30/10/2020

Aubert & Duval pourrait bien tomber dans l'escarcelle de Safran...

Publié le 30/10/2020

L'indice parisien progresse légèrement après presque 7% de baisse cumulée depuis le début de la semaine

Publié le 30/10/2020

Facebook a dévoilé hier soir des résultats supérieurs aux anticipations de Wall Street, mais a aussi averti que 2021 s'annonçait difficile. Le numéro un mondial des réseaux sociaux a vu son…

Publié le 30/10/2020

LafargeHolcim pointe hausse limitée malgré la présentation de résultats meilleurs qu'attendu au troisième trimestre et le relèvement de sa prévision...

Publié le 30/10/2020

OSE Immunotherapeutics grimpe de 10,5% à 7,25 euros ce vendredi après avoir présenté des données précliniques d'efficacité d'OSE-230, une thérapie...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne