En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 346.14 PTS
+4.61 %
4 340.00
+4.52 %
SBF 120 PTS
3 416.20
+4.71 %
DAX PTS
10 075.17
+5.77 %
Dow Jones PTS
22 107.90
+5.01 %
7 877.79
+4.64 %

Ouverture Paris : Schneider grimpe, Vallourec s'effondre

| Boursier | 854 | Aucun vote sur cette news

Le CAC40 va tenter de se maintenir au-dessus de la barre des 6...

Ouverture Paris : Schneider grimpe, Vallourec s'effondre
Credits Reuters

LA TENDANCE

Le CAC40 tente de se maintenir au-dessus de la barre des 6.100 pts refranchie hier, aidé par les nouveaux records de Wall Street hier soir sur le Nasdaq et le S&P500. Le CAC40 recule ce jeudi de 0,15% à 6.101 pts. L'épidémie de coronavirus a montré de légers signes de ralentissement ces dernières heures. De quoi accréditer la thèse d'un pic épidémique qui serait proche... La banque centrale chinoise a déclaré de son côté que l'épidémie de coronavirus aurait un impact économique "d'une ampleur et d'une durée limitées", sans remettre en cause les fondamentaux de l'économie du pays.
Ce matin, les publications s'accélèrent avec Schneider qui s'envole, mais les comptes d'Axa, d'Air France et surtout de Vallourec sont plutôt mal reçus...

WALL STREET

A la clôture de Wall Street, le Dow Jones est monté de 0,40% à 29.348 points, tandis que le S&P500 s'adjuge 0,47% à 3.386 points, ce qui lui permet de s'offrir un nouveau record. Le Nasdaq aussi est au plus haut historique, à 9.817 points grâce à un gain de 0,87%...
Une progression qui fait le bonheur de Donald Trump. Le président américain s'est félicité via un nouveau message posté sur Twitter de l'ascension des indices. "Plus Haut Marché Boursier de l'Histoire, De Loin !", écrit le président américain, confirmant son goût immodéré pour l'usage des lettres en capitale.

ECO ET DEVISES

Sur le front économique outre-Atlantique, les mises en chantier de logements (1,567 million d'unités contre 1,42 million de consensus) et permis de construire (1,551 million contre 1,453 million de consensus) du mois de janvier 2020 ont positivement surpris, d'autant que les chiffres de décembre 2019 ont été par ailleurs revus en hausse (1,626 million pour les mises en chantier, 1,42 million pour les permis).

L'indice des prix à la production du mois de janvier 2020, qui vient lui aussi d'être révélé, a fait ressortir une poussée des prix à +0,5% en comparaison du mois antérieur (consensus +0,1%). Hors alimentaire et énergie, les prix à la production ont également progressé de 0,5% par rapport au mois antérieur, contre +0,1% de consensus. En glissement annuel, l'indice des prix à la production a augmenté de +2,1% (+1,7% hors alimentaire et énergie).

Les 'Minutes' de la dernière réunion monétaire de la Fed (les 28 et 29 janvier) ont montré que les responsables de la Réserve fédérale sont prudemment optimistes sur la possibilité de maintenir des taux stables cette année, tout en reconnaissant que le coronavirus pourrait peser. Le document révèle que les membres ont voté à l'unanimité fin janvier pour maintenir les taux d'intérêt inchangés dans une fourchette cible comprise entre 1,50% et 1,75%.
L'orientation actuelle de la politique monétaire devrait probablement rester appropriée "pendant un certain temps", peut-on lire dans le document. En début d'année, la Fed avait clairement indiqué qu'après trois baisses de taux d'intérêt en 2019, elle prévoyait désormais de les maintenir à un niveau stable, à moins d'un changement significatif des perspectives économiques américaines.

Le Brent de la mer du Nord a rebondi à 59,35$ et le baril de brut léger américain (WTI) monte à 53,80 dollars. Les cours du brut s'affichent ainsi au plus haut de trois semaines, avant le rapport de l'American Petroleum Institute sur les stocks américains hebdomadaires... L'once d'or atteint pour sa part des sommets de sept ans à près de 1.606$. L'euro campe sous les 1,08/$ entre banques.

A suivre ce mercredi aux Etats-Unis :
- Indice manufacturier de la Fed de Philadelphie. (14h30)
- Inscriptions hebdomadaires au chômage. (14h30)
- Indice des indicateurs avancés du Conference Board. (16h00)
- Rapport hebdomadaire du Département à l'énergie sur les stocks pétroliers domestiques. (17h00)

VALEURS EN HAUSSE

LISI (+5%). Le groupe a dégagé l'an dernier un chiffre d'affaires de 1,723 milliard d'euros, en progression de +5,1%. A taux de change et périmètre constants, le chiffre d'affaires augmente de +3,3% par rapport à 2018. Le chiffre d'affaires de la division LISI AEROSPACE atteint 996,6 ME (+6,7% comparé à 2018) et la division LISI AUTOMOTIVE a vu ses ventes progresser de +1,2% pour s'établir à 587,9 ME.
L'excédent brut d'exploitation (EBITDA) s'inscrit en progrès de +21,2% à 273,2 ME (soit 15,8% du chiffre d'affaires). LISI précise que l'ensemble de ses divisions affiche une amélioration séquentielle entre le premier et le deuxième semestre.
Le résultat opérationnel courant progresse de 14,4% et atteint 155,1 ME. A 9%, la marge opérationnelle gagne 0,8 point par rapport à 2018. Le résultat net s'établit à 69,8 ME, contre 92,1 ME en 2018 (-24,2%).

Schneider : +4%, au-dessus des 100 euros, après avoir publié un chiffre d'affaires de 27,2 Milliards d'euros, en croissance publiée de +6% et de +4,2% en organique en 2019, toutes les activités et régions ressortant en croissance.
L'EBITA ajusté s'établit de 4,2 milliards d'euros, soit une marge de 15,6%, en amélioration organique de +9% et de 70 pts de base. Le résultat net ajusté est de 2,9 milliards d'euros, soit +14%. Le résultat net s'inscrit à 2,4 milliards d'euros, en hausse de +3,4%. Le Cash-flow libre s'envole à 3,5 milliards d'euros, en hausse de +65%. Le retour sur capitaux employés s'établit à 12,5%, soit +70 points de base.
Le dividende proposé à l'AG sera de 2,55 euros par action, en hausse de +8,5%
L'optimisation du portefeuille du groupe est en bonne voie avec 0,6 milliard d'euros de chiffre d'affaires traité.
Le groupe continue ainsi de mettre en oeuvre l'initiative d'optimisation de son portefeuille, lancée en février 2019 et couvrant 1,5 milliard à 2 milliards d'euros de chiffre d'affaires. Les progrès devraient se poursuivre au cours des prochains mois.

Voltalia : +2% avec Gensight, Onxeo, Tarkett

Bouygues : +2%. Le groupe a dévoilé des comptes 2019 en ligne avec ses objectifs annuels grâce à des résultats solides portés par ses trois activités et une génération élevée de cash. Le résultat opérationnel courant s'améliore de 112 millions d'euros à 1,676 milliard d'euros pour un chiffre d'affaires en hausse de 7% (+5 % à périmètre et change constants) à 37,9 milliards d'euros. Hors impact d'Axione, le résultat opérationnel courant augmente de 218 ME sur la période avec une marge opérationnelle courante en progression de 0,3 point sur un an à 4,4%.

Colas : +1% avec Argan, SMCP, K&B, Atari, Suez, M6, Séché, FDJ

Airbus (+0,5%) : Airbus Defence & Space est entré dans un processus de consultation avec le comité d'entreprise européen sur le projet de restructuration de la division. Alors que les perspectives commerciales sous-jacentes, en particulier dans le coeur de métier, restent solides, Airbus estime dans un communiqué que des mesures sont devenues nécessaires après que la division a atteint un ratio de commandes sur facturations inférieur à 1 pour la troisième année consécutive, principalement en raison d'un marché de l'espace atone et de reports de contrats sur le segment défense.
Les plans présentés aux représentants des salariés prévoient la suppression de 2.362 postes d'ici fin 2021, dont 829 en Allemagne, 357 au Royaume-Uni, 630 en Espagne, 404 en France et 142 dans d'autres pays. Ces efforts seront soutenus par un programme renforcé de rentabilité et de nouvelles mesures pour accroître la compétitivité à long terme et préserver le positionnement futur de la division.

Dalet (+0,5%) a réalisé au 4e trimestre de l'exercice 2019 un chiffre d'affaires de 18,5 millions d'euros, en progression de +7% en comparaison du 4e trimestre 2018 à données publiées, soit une croissance de +4% à périmètre comparable. Retraité des ventes de matériels et d'Ooyala, le chiffre d'affaire du T4 est en croissance de +6%.
Sur l'ensemble de l'année, les ventes ressortent à 58,5 ME en croissance de +5% à données publiées et de +2% hors impact Ooyala. Retraitée des ventes de matériels, la croissance annuelle à périmètre constant atteint +6%.
Le groupe a largement réalisé son objectif de progression de la marge brute commerciale, avec une augmentation de +6% hors contribution des actifs Ooyala et de +9% en intégrant ces derniers, ce qui représente 91% du chiffre d'affaires consolidé pour 53,3 ME de marge brute commerciale.

Linedata (+0,5%) a réalisé en 2019 un chiffre d'affaires de 169,7 ME en baisse de 2,1% par rapport à 2018.
Hors effet non récurrent de l'activité BOT en Asset Management, la société affiche une croissance pro-forma de 1,8%.
L'EBITDA ressort à 46,6 ME en hausse de 6,1%. Cette augmentation tient compte notamment du retraitement IFRS 16 des loyers pour 4,7 ME et d'une diminution des frais de personnel de 6 ME.
Le résultat opérationnel ressort à 29,8 ME, en progression de 3,9% par rapport à 2018. Hors impact IFRS 16, il atteint 29,5 ME, soit une hausse de 2,9%.
Le résultat net s'élève à 17,5 ME contre 19,7 ME.
Le bénéfice net par action (BNPA) ressort à 2,69 Euros en 2019 contre 2,85 Euros en 2018.

VALEURS EN BAISSE

Vallourec : -17%. Pour 2019, le chiffre d'affaires du Groupe s'élève à 4,173 milliards d'euros, en hausse de +6,4% par rapport à 2018 (+5% à taux de change constants), l'activité Pétrole et Gaz dans les régions EA-MEA ayant apporté la plus forte contribution à cette croissance. L'effet volume est de -3,1%, l'effet prix/mix de +7,7% et l'effet de change de +1,8%.
Au 4e trimestre, le chiffre d'affaires a représenté 1,004 MdE, en baisse de -10% par rapport au 4e trimestre 2018 (-10% à taux de change constants).
Pour l'exercice 2019, le résultat brut d'exploitation s'établit à 347 millions d'euros, en amélioration de +197 ME par rapport à 2018. Le résultat d'exploitation est de -17 ME, en amélioration de +260 ME par rapport à 2018
Le résultat financier est négatif à -244 ME (-220 ME pour l'exercice 2018). L'impôt sur les bénéfices s'établit à -75 ME, lié principalement au résultat au Brésil. Le résultat net, part du Groupe, est une perte nette réduite de 164 ME, à -338 ME (-502 ME pour l'exercice 2018).
Pour renforcer la structure de son bilan et sa position de liquidité, Vallourec va engager une émission d'actions et refinancer ses lignes de crédit.
Le produit de l'émission sera utilisé pour réduire le Ratio de Levier Financier Proforma à environ 2,8x8 à fin 2020 (correspondant à un endettement financier net de 1,4 MdE environ proforma pour l'augmentation de capital) contre 5,9x en 2019 en incluant l'exercice de l'option d'achat sur un contrat de location-financement au Brésil pour un montant de 100 ME au plus.
Sur une base pro forma s'agissant de l'émission d'actions et du refinancement du RCF, Vallourec aurait disposé de 1,7 MdE de liquidité au 31 décembre 2019, composée d'environ 900 ME de cash et 800 ME de lignes de crédit non tirées.

Eramet : -12%. Le chiffre d'affaires est ressorti en baisse de -4% sur l'année 2019, à 3,671 milliards d'euros dans un environnement de prix contrasté. Ainsi, les prix du minerai de manganèse accusent une forte baisse de -21 % en moyenne sur l'année alors que le cours du nickel au LME est en hausse de +6%.
A 630 millions d'euros, l'Ebitda est en ligne avec la guidance, avec principalement un impact défavorable de -268 ME par rapport à 2018 dû au prix du manganèse.
Le résultat opérationnel courant du Groupe est en baisse de -41% à 341 ME.
Le résultat avant impôt s'élève à 89 ME, après comptabilisation de -118 ME de produits et charges non-opérationnels, dont une provision pour dépréciation d'actif chez Erasteel (-25 ME), et de -134 ME de résultat financier.
Le résultat net part du Groupe est en perte à -184 ME, après comptabilisation d'une charge d'impôts de -227 ME. Cette charge est principalement liée aux impôts et taxes au Gabon (-147 ME).

Air France KLM recule de 6% après avoir publié un résultat d'exploitation 2019 à 1.141 millions d'euros et des coûts unitaires à -0,9%. Les recettes ressortent en hausse pour toutes les activités, avec une forte progression pour Transavia et la Maintenance. Les coûts unitaires sont en baisse de 0,9% à change et carburant constants. Le résultat d'exploitation s'inscrit à 1.141 millions d'euros, en baisse de 264 millions d'euros par rapport à l'an dernier
Le résultat net ressort à 290 millions d'euros. Le ratio dette nette/EBITDA s'inscrit à 1,5x, en ligne avec la perspective.
Après une bonne performance de l'activité Réseaux passage avec une recette unitaire positive en janvier 2020, les développements récents liés au Covid-19 ont impacté les prévisions de demande, notamment sur le réseau asiatique. Cela se traduit par des coefficients de réservation long-courrier en baisse entre février et mai 2020. En conséquence, le groupe prévoit des recettes unitaires à change constant en baisse au premier trimestre 2020...

Technicolor : -6% suivi de P&V (-4%)

Nextedia (-3,5%) poursuit en 2019 sa trajectoire de croissance avec un chiffre d'affaires de 24,4 ME en progression de 8,6% après une hausse organique de 8,1% déjà réalisée en 2018.
Cette augmentation du revenu s'accompagne par la montée en puissance des activités de type projet et de type récurrent.
Compte-tenu de son niveau de carnet de commandes, la société anticipe la poursuite de la progression de son chiffre d'affaires au travers d'une croissance organique pérenne et continuera d'investir afin d'accélérer sa transformation.
Nextedia veut poursuivre activement sur 2020 l'étude d'opportunités de croissance externe permettant soit de renforcer sa position sur ses expertises existantes soit d'étendre ses expertises sur des domaines en forte croissance.

Axa : -3%. Le chiffre d'affaires du groupe d'assurance est ressorti en hausse de 5% à 103,5 milliards d'euros en 2019. Le résultat opérationnel par action s'inscrit en hausse de 5% à 2,59 euros. Le résultat opérationnel progresse de 2% à 6,5 milliards d'euros, reflétant une forte amélioration des performances opérationnelles de la France (+9%), l'International (+17%), l'Asie (+3%) et l'Europe (+1%), essentiellement portées par une amélioration de la rentabilité technique en dommages et la croissance de l'activité santé.
La hausse de la contribution d'AXA XL a été compensée par la baisse de la contribution d'Equitable Holdings, Inc.
Les charges de la Holding sont en hausse, reflétant principalement un accroissement temporaire des charges financières.
Le résultat opérationnel de l'activité dommages ressort en hausse de 12% à 3,3 milliards d'euros, soutenu à la fois par une sinistralité plus favorable et une hausse des boni sur exercices antérieurs.
Le ratio de solvabilité II s'établit à 198%, en hausse de 5 points par rapport à 2018.
Le dividende proposé à l'AG sera de 1,43 par action, en hausse de 7%, proposé par le Conseil d'Administration.
Le groupe d'assurance annonce au passage abaisser sa prévision de résultat opérationnel pour Axa XL en 2020 après avoir pris des mesures pour réduire l'exposition de sa filiale aux sinistres liés aux catastrophes naturelles qui deviennent plus fréquentes.
Le groupe indique ainsi prévoir un bénéfice d'exploitation de l'ordre de 1,2 milliard d'euros pour Axa XL cette année contre une prévision initiale de 1,4 milliard.
Pour réduire l'exposition d'Axa XL aux catastrophes naturelles, l'assureur explique être plus sélectif dans les risques assurés et avoir pris des couvertures de réassurance supplémentaires.

Plastic Omnium : -2% avec Ipsen, DBV, SES

Nexans -1% après avoir publié ses comptes pour l'année 2019, arrêtés par le Conseil d'Administration réuni sous la Présidence de Jean Mouton, le 19 février 2020.
Le groupe annonce que les objectifs stratégiques 2019 du plan "New Nexans" ont été atteints avec une hausse de l'EBITDA à 413 millions d'euros (384 millions d'euros hors
IFRS 16), contre 325 millions d'euros en 2018, soit +18% en base comparable, une génération de trésorerie au-delà des attentes à 251 millions d'euros.
La rentabilité des Capitaux Employés (ROCE) s'inscrit à 11,1%. Le résultat net ressort à -118 millions d'euros, impacté par les charges de réorganisation du plan "New Nexans" de -201 millions d'euros.
La proposition de dividende s'établit à 0,40 euro par action.
Les perspectives d'EBITDA 2020 se situent entre 440 et 460 millions d'euros.

CNP Assurances : -1%. Le CA du groupe est ressorti à 33,5 MdsE, en hausse de 3,5% (+4% à périmètre et change constants). La part d'unités de compte (UC) dépasse les 42% dans le chiffre d'affaires épargne/retraite Groupe.
La croissance de 5,6% du chiffre d'affaires groupe en emprunteur est portée par l'ensemble des zones et par les principaux partenaires. La collecte nette est positive de 3,3 MdsE pour les contrats en UC, et négative de 3 MdsE pour les contrats en euro en France
Le Résultat brut d'exploitation ressort au final à 3.041 ME, en hausse de 4% (+5% à périmètre et change constants). Le résultat net part du Groupe s'inscrit à 1.412 ME en hausse de 3,3% (+4% à périmètre et change constants). Le taux de marge sur affaires nouvelles est de 17,1%. Le taux de couverture du SCR Groupe est de 227%.
Le conseil d'administration propose d'augmenter le dividende à 0,94 euro par action (+5,6%).

Accor: -0,5%. Le groupe hôtelier a publié sur 2019 un chiffre d'affaires de 4.049 ME en hausse de 16% (+3,8% A PCC). L'excédent brut d'exploitation s'inscrit à 825 ME, en hausse de 14,8% (+5,9% à PCC). Le cash-flow récurrent est de 434 ME. Le résultat net part du groupe s'établit au final à 464 ME.
La Dette Nette du Groupe au 31 décembre 2019 s'établit à 1.333 millions d'euros, en augmentation de 180 millions d'euros par rapport au 31 décembre 2018 s'expliquant en grande partie par la reconnaissance de la dette des loyers au titre de la norme IFRS 16 pour 978 millions d'euros compensée par les cessions d'une participation de 5,2% d'AccorInvest (199 millions d'euros), d'une participation d'environ 5% dans Huazhu (398 millions d'euros) et de l'opération de Sale & Management back des hôtels Mövenpick en location (430 millions d'euros).

Renault : -0,5% avec Peugeot, Atos, AKKA, Ubisoft, Sanofi, BNP Paribas

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 06/04/2020

FLEURY MICHONLe groupe agroalimentaire publiera ses résultats annuels.source : AOF

Publié le 06/04/2020

8h00 en AllemagneProduction industrielle en février8h45 en FranceBalance commerciale en févriersource : AOF

Publié le 06/04/2020

Sur des marchés actions américains portés par une vague d’optimisme, Delta Air Lines se singularise avec un repli de 1,51 % à 22,14 dollars. Berkshire Hathaway a cédé environ 18% de ses parts…

Publié le 06/04/2020

Sogeclair confirme qu'il respecte tous les critères d'éligibilité au PEA-PME, à savoir une capitalisation boursière inférieure à 1 milliard d'euro, un...

Publié le 06/04/2020

Safran s'offre un nouveau rebond de 5% à 66,30 euros sur le marché parisien ce lundi...