Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 701.98 PTS
+0.98 %
6 698.00
+1.07 %
SBF 120 PTS
5 247.64
+0.98 %
DAX PTS
15 643.97
+0.88 %
Dow Jones PTS
34 764.82
+1.48 %
15 316.58
+0.92 %
1.174
+0.04 %

Ouverture Paris : prudence avant l'inflation US

| Boursier | 2526 | Aucun vote sur cette news

Le CAC40 recule de 0,70% ce mardi matin à 6...

Ouverture Paris : prudence avant l'inflation US
Credits Reuters

LA TENDANCE

Le CAC40 recule de 0,70% ce mardi matin à 6.628 pts dans un contexte prudent en attendant les chiffres de l'inflation US au mois d'août cet après-midi... Face aux interrogations concernant l'évolution des politiques monétaires des banques centrales, en particulier de la Réserve fédérale américaine, les investisseurs limitent encore leurs prises d'initiatives.
Le secteur du luxe est de nouveau chahuté, tandis que les nouvelles sanitaires en Chine continuent d'inquiéter...

WALL STREET

A l'issue d'une séance hésitante, la Bourse de New York a fini en ordre dispersé lundi soir, les investisseurs manquant de catalyseurs, dans un contexte de crainte d'un ralentissement conjoncturel et d'un début de "tapering" des banques centrales. L'appétit du risque est assez limité avant la publication, mardi, du taux d'inflation en août aux Etats-Unis, qui sera déterminant pour la Fed lors de sa réunion des 21 et 22 septembre.
A la clôture, l'indice Dow Jones a gagné 0,76% à 34.869 points, tandis que l'indice large S&P 500 a pris 0,23% à 4.468 pts et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques et biotechs, a légèrement reculé de 0,07% à 15.105 pts. La semaine dernière, le DJIA avait cédé 2,1%, le S&P 500 avait lâché 1,7% et le Nasdaq avait concédé 1,6%, la pire semaine pour les marchés US depuis juin dernier.
La cote a toutefois été soutenue par l'énergie (+2,9% pour le S&P sectoriel) et les financières (+1,1%) et dans une moindre mesure par les services de communication (+0,4%). Du côté des valeurs, l'action Apple (+0,39%), poids-lourd du DJIA et du Nasdaq, a eu du mal à rebondir après sa chute de 3,3% subie vendredi. A l'approche de la "keynote" de présentation de l'iPhone 13, prévue mardi, la firme à la pomme été taclée vendredi par la justice américaine, qui l'a sommée d'ouvrir aux développeurs son système de paiement dans son App Store.

Les pétrolières ont progressé (+2% pour Chevron, +2,5% pour ExxonMobil), soutenues par les cours du brut qui ont retrouvé leur plus haut niveau depuis 6 semaines. Le baril de brut léger américain WTI a ainsi gagné 1,1% à 70,34$ le baril (contrat à terme d'octobre) après le dernier rapport mensuel de l'Opep qui prévoit toujours un marché en déficit malgré les légères hausses de production prévues ces prochains mois par le cartel et ses alliés.
Les cours du brut sont aussi favorisés par la lenteur de la reprise de la production de pétrole et de gaz dans le golfe du Mexique après le passage de l'ouragan Ida. Les cours du gaz ont même bondi de près de 6% lundi, terminant au plus haut depuis 7 ans.
Toujours du côté des matières premières, le cours de l'aluminium a atteint 3.000 dollars la tonne pour la première fois depuis 2008, tiré par la limitation de la production chinoise, premier producteur mondial, qui fait craindre des tensions sur le marché.

ECO ET DEVISES

Sur le front macro-économique, la séance de lundi a été calme, marquée seulement par l'annonce du déficit budgétaire fédéral d'août, qui a baissé de 15% par rapport à août 2020, à 171 milliards de dollars. L'amélioration plus rapide que prévue est liée à la vigueur de la reprise économique, qui a fait augmenter les recettes fiscales, malgré le regain de l'épidémie en août. Cependant, ces chiffres ne changent rien à la nécessité urgente de relever le plafond de la dette américaine. La semaine dernière, la secrétaire au Trésor Janet Yellen estimait que les mesures de financement exceptionnelles mises en place pourraient être taries courant octobre, avec un risque de "shutdown" si le Congrès n'agit pas rapidement.
La statistique la plus attendue de la semaine est donc celle de l'inflation en août aux Etats-Unis, qui sera publiée ce mardi. Le consensus est logé à +0,4% sur un mois et à +5,3% sur un an (+0,3% et +4,2% hors alimentation et énergie). La semaine dernière, l'indice des prix à la production est ressorti à un niveau record en août, en hausse de 8,3% sur un an.

Sur le front budgétaire, les projets de Joe Biden de plan de relance massif s'enlisent, face à des dissensions au sein du parti démocrate. Nombre de sénateurs de la majorité reconnaissent désormais que le niveau de 3.500 milliards de dollars pour le plan "infrastructures humaines et sociales" devra être ajusté significativement en baisse. L'intraitable sénateur démocrate Joe Manchin évoque son soutien éventuel à un plan de réconciliation de... 1.000 à 1.500 milliards, s'il maintient des règles fiscales compétitives au niveau mondial.
La parité euro / dollar atteint 1,1815$ ce matin. Le baril de Brent se négocie 74$. L'once d'or se traite 1.793$, le Bitcoin pointe à 45.231$.

VALEURS EN HAUSSE

Séché Environnement (+5%) affiche au 30 juin 2021 un chiffre d'affaires contributif de 354,7 ME, en forte hausse de +18,4% par rapport au 30 juin 2020. Il intègre, à hauteur de 11,1 ME, la contribution de Spill Tech, consolidée à compter du 1er mars 2021. La croissance organique est annoncée à +15% par rapport au premier semestre 2020. En France, Séché annonce avoir bénéficié de marchés solides, soutenus par des volumes bien orientés et par des évolutions de prix positives, aussi bien sur ses marchés industriels que de Collectivités. Cette dynamique commerciale est soutenue par la mise en oeuvre d'une politique d'efficience industrielle qui favorise la pleine disponibilité des outils de valorisation et de traitement et améliore les performances de l'organisation.
L'International confirme globalement son retour à la croissance et affiche, à des degrés divers, des niveaux d'activité plus soutenus après un exercice 2020 affecté par la pandémie. "A périmètre constant, Séché Environnement réalise ainsi au 1er semestre 2021 une performance commerciale, opérationnelle et financière non seulement supérieure à celle de la même période de 2020 mais également très sensiblement améliorée par rapport à celle du 30 juin 2019", commente le groupe.
L'Excédent Brut d'Exploitation (EBE) s'établit à 81,1 ME, soit 22,9% du chiffre d'affaires contributif. Il marque une hausse de +50,7% par rapport au 30 juin 2020 (et +27,5% par rapport à la même période de 2019). Il intègre un effet de périmètre lié à l'intégration de Spill Tech à compter du 1er mars 2021, pour 3,4 ME (soit 30,6% du chiffre d'affaires).
Le résultat opérationnel courant atteint 32,9 ME, soit 9,3% du chiffre d'affaires contributif. Il progresse de +152,1% par rapport au 30 juin 2020 (et +48,4% par rapport à la même période de 2019). La rentabilité opérationnelle courante s'affiche à 8,7% du chiffre d'affaires contributif (4,4% au 1er semestre 2020 et 7% au 1er semestre 2019). Le résultat net part du groupe s'inscrit à 13,5 ME, soit 3,8% du chiffre d'affaires contributif contre une perte nette de 0,9 ME au 30 juin 2020 (et un bénéfice net de 7,6 ME au 30 juin 2019).
Séché révise en hausse ses objectifs pour 2021 et pense atteindre, avec un an d'avance, la plupart des objectifs d'activité et de rentabilité opérationnelle initialement fixés pour 2022. Le groupe se dit confiant dans la poursuite de sa croissance en France et à l'International, dans la progression pérenne de ses marges opérationnelles et dans la poursuite de l'amélioration de sa solidité bilancielle et de sa flexibilité financière. Un nouvel objectif de marge brute opérationnelle est annoncé entre 21% et 22% du chiffre d'affaires contributif (y compris TGAP).

Valneva remonte de 4% après l'effondrement de la veille. Le groupe a annoncé avoir finalisé le recrutement de personnes âgées pour la première cohorte de son essai de Phase 3, VLA2001-304, pour son candidat vaccin inactivé contre la COVID-19, VLA2001.
300 volontaires âgés de 56 ans et plus ont été recrutés en Nouvelle Zélande dans l'essai VLA2001-304 avec pour objectif de générer des données de sécurité et d'immunogénicité supplémentaires pour cette tranche d'âge.
Le nombre de participants recrutés dans cette cohorte a été augmenté de 150 à 300 en consultation avec l'agence européenne du médicament (EMA). Les résultats initiaux pour cette cohorte devraient être disponibles début 2022, et ces données pourraient être fournies à l'appui de nouvelles soumissions réglementaires.
Juan Carlos Jaramillo, M.D., Directeur Médical de Valneva, a indiqué, "Nous avons lancé cet essai il y a environ un mois, nous sommes donc extrêmement ravis d'avoir franchi cette étape importante en si peu de temps. Nous pensons que notre candidat vaccin, de par sa différence de technologie, peut apporter une contribution majeure à la lutte actuelle contre la pandémie de COVID-19."

Esi Group : +4% avec Burelle (+3%) et Albioma

AB Science (+3%) a annoncé que les résultats de l'étude AB12003 du masitinib dans le cancer de la prostate métastatique hormono-résistant, avaient été présentés lors du congrès annuel 2021 de l'American Urological Association (AUA) par le Dr Michel Pavic (Directeur de l'Unité d'Hématologie et d'Oncologie de l'Université de Sherbrooke, Canada). La réunion annuelle de l'AUA, le plus grand rassemblement de professionnels d'urologie au monde, s'est tenue cette année du 10 au 13 septembre sous format virtuel.
Le masitinib est positionné en association avec le docetaxel comme traitement en première ligne du cancer de la prostate métastatique hormono-résistant (mCRPC) éligible à la chimiothérapie. Bien que la maladie soit associée à des taux de survie élevés lorsque celle-ci reste localisée, le cancer de la prostate métastatique représente toujours un besoin médical non satisfait avec un taux de survie à 5 ans d'environ 30%. Il n'existe actuellement aucun médicament enregistré en association avec le traitement standard docetaxel.

Elis (+2%) annonce avoir placé aujourd'hui avec succès, dans le cadre de son programme EMTN (Euro Medium Term Notes), une émission d'obligations de maturité 2028 et offrant un coupon annuel fixe de 1,625% pour un montant de 200 millions d'euros (les "Nouvelles Obligations"). Celles-ci seront assimilables et formeront une souche unique avec les obligations existantes de maturité 2028 et offrant un coupon annuel fixe de 1,625%, émises le 3 octobre 2019 pour un montant de 350 millions d'euros.
Elis a placé les Nouvelles Obligations à 100,125% du pair, correspondant à un taux de rendement de 1,60% pour une maturité d'environ 6,5 ans. Ces excellentes conditions, figurant parmi les plus bas niveaux obtenus par la Société sur les marchés obligataires, témoignent de la confiance du marché dans la résilience du modèle économique d'Elis et sa capacité à tirer profit de la reprise économique après la crise sans précédent liée à la pandémie de Covid-19.

Technip Energies : +1,5% avec Neurones, Alstom, TF1, M6 et BigBen

Neoen : +1% avec STM et Ipsen

Linedata (+0,7%) a dégagé au premier semestre 2021 un EBITDA de 22,6 ME (près de 30% du chiffre d'affaires), en augmentation de 23,1% par rapport au 1er semestre 2020. Linedata rappelle cependant que l'exercice 2020 intégrait des charges de restructuration liées à la pandémie, que les besoins en recrutement n'ont pas été pleinement satisfaits au 1er semestre 2021 et que les frais de déplacement restent encore à un niveau très bas. Retraité de ces différentiels de charges estimés à environ 3 ME sur le semestre écoulé, la marge d'EBITDA normalisé ressort à 26% (23,4% au premier semestre 2020).
Le résultat opérationnel atteint 15,3 ME, en hausse plus sensible de 57%, en raison notamment de la baisse des dotations aux amortissements d'actifs incorporels liées aux acquisitions. Le résultat net du 1er semestre 2021 s'établit à 11 ME (+45%), soit une marge nette de 14,5%.
Linedata anticipe de réaliser en 2021 "une deuxième année de transition quasi stable par rapport à 2020".

Bonduelle : +0,5% suivi de Vivendi, Stellantis, Mersen, Interparfums, J-C Decaux et Rallye

CBo Territoria (+0,3%) a fait état de résultats semestriels en nette amélioration avec un bénéfice net Part du Groupe qui bondit de 73,0% à 7,3 ME. Le Résultat Net PdG/action dilué ressort à 0,18 euro, soit une hausse de 67,4%, pour un chiffre d'affaires de 36,4 ME, en baisse de 3,9% compte tenu d'un retour, conforme aux prévisions du Groupe, à un niveau courant d'activité de la Promotion après le pic de 2019 et 2020. Au niveau de la Foncière, les loyers bruts du patrimoine économique progressent de 8,6% à 12,6 ME, portés par ceux des actifs tertiaires qui atteignent 10,8 ME, soit + 9,7%. Ils représentent désormais 86% des revenus locatifs bruts globaux contre 84% au S1 2020. A ce jour, l'impact prévisionnel de la crise sanitaire sur les comptes 2021 de CBo Territoria est limité à moins de 0,2 ME.
Au 30 juin 2021, le patrimoine économique ressort à 383,6 ME, en croissance de 3,8% par rapport à fin 2020 suite à la livraison du Retail Park du Port. Il est constitué à 79% d'actifs tertiaires contre 74% fin 2020, confirmant sa mutation vers cette classe d'actifs. Sa valorisation, réalisée par des experts indépendants, qui demeure conservatrice par rapport au marché métropolitain, n'a pas été impactée par la crise sanitaire compte tenu de la résilience des actifs du Groupe.
Au 30 juin, l'ANR progresse de +4,1% sur 12 mois à 216,3 ME, soit 5,87 euros par action dilué. La décote du titre, sur la base du cours de bourse moyen entre le 1er et 10 septembre 2021, atteint 34% par rapport à l'ANR par action dilué.
Fort d'un bilan solide et d'un modèle économique diversifié et résilient, CBo Territoria entend poursuivre la croissance de sa Foncière avec le développement d'ici 2023 de 46 ME d'actifs tertiaires dont 24 ME mis en chantier au S2 2021.
Parallèlement, le Groupe poursuit la cession de ses logements sécurisée par l'accord conclu avec la SHLMR/Action Logement. Pour 2021, le Groupe se fixe un objectif de croissance de 2% des loyers bruts à 23,8 ME.
L'activité de Promotion, levier de financement de la Foncière, poursuivra un niveau courant d'activités après le niveau record en 2019 et 2020 avec un carnet de commande et des négociations en cours pour 80,7 ME.

Sodexo (stable) : A travers sa filiale Sodexo Pass France, prend une participation majoritaire dans la start-up française Wedoogift, pour offrir une expérience cadeau digitale complète et unique aux entreprises, aux Comités Sociaux et Économiques (CSE), aux collectivités et aux salariés. Sous l'impulsion des nouvelles tendances sociétales accélérées par la crise sanitaire, le marché des titres cadeaux d'entreprise se transforme et se renouvelle. Les besoins des entreprises et CSE pour engager, fidéliser, motiver ou encore reconnaitre leurs salariés s'accroissent et se diversifient. Ils sont à la recherche d'offres toujours plus innovantes et totalement digitalisées, intégrant l'ensemble des services, de la gestion des dotations cadeaux à la communication avec les utilisateurs. Les attentes de ces derniers en faveur de solutions fluides et personnalisées sont également de plus en plus fortes.

VALEURS EN BAISSE

Les résultats financiers semestriels de Latécoère (-4%) pour 2021 reflètent le faible niveau de production dans l'ensemble du secteur aéronautique. Comme indiqué précédemment, la crise s'est poursuivie sur le 1er semestre 2021 pour atteindre son point bas sur la période. Globalement, au 1er semestre 2021, le chiffre d'affaires du Groupe a diminué de 21,9 % à 181,1 millions d'euros en données publiées ou de -31,7% à taux de change et périmètre constants, tous les secteurs d'activité étant touchés. Il est à noter que l'activité de 2020 incluait un 1er trimestre 2020 pré-covid.
L'EBITDA courant au 1er semestre 2021 s'est élevé à -23 millions d'euros, soit une marge de -12,7% en recul par rapport au 1er semestre 2020. Le résultat d'exploitation courant de Latécoère au 1er semestre 2021 s'est élevé à - 36,5 millions d'euros, contre -30,8 millions d'euros pour la même période en 2020.
Le résultat financier net de Latécoère s'est élevé à -15,6 millions d'euros au 1er semestre 2021 contre -12,3 millions d'euros au 1er semestre 2020. Les autres produits et charges financiers comprennent l'impact de l'amortissement du prêt d'actionnaire pour un montant de -16,4 millions d'euros suite à l'anticipation du remboursement du prêt d'actionnaire au mois d'août 2021 pour un montant de 52,5 millions d'euros conformément au protocole de conciliation homologué le 2 juillet 2021.
Le résultat net du Groupe s'est élevé à -56,6 millions d'euros au 1er semestre 2021 contre une perte de -89,8 millions d'euros qui comprenait notamment une dépréciation d'actif de la division Aerostructures de -28,2 millions d'euros.
Le free cash-flow des opérations sur la période s'est élevé à -16,7 millions d'euros contre -5,2 millions d'euros il y a un an.
La dette nette augmente de 64,4 millions d'euros (40,6 millions d'euros hors IFRS 16) et comprend l'impact de l'amortissement accéléré du prêt d'actionnaire de 16,4 millions d'euros, l'évolution des dettes locatives de 23,4 millions d'euros (essentiellement liées à la location du nouveau siège social du Groupe) et une dégradation de la trésorerie de 22,1 millions d'euros. La position de trésorerie au 30 juin 2021 s'élève à 55,6 millions d'euros.

Kering : -3% suivi de Navya, Ose et Gensight

LVMH : -2% suivi de Safran, 2CRSI, Poxel et Dior

Airbus : -1,5% avec Ateme, Remy Cointreau, SMCP, Imerys

HiPay (-1%) confirme sa trajectoire de croissance rentable et la forte progression du volume des paiements (+27%, à 3,2 Milliards d'euros). Le chiffre d'affaires progresse de +23% vs le S1 2020, porté par un volume de paiements en hausse de +27% vs le S1 2020 et de +82% vs le S1 2019. Le résultat opérationnel, en progression continue, est désormais proche de l'équilibre, à -0,4 million d'euros.
La capacité de financement de HiPay s'élevait à 8,6 millions d'euros au 30 juin 2021.

Atari : -1% suivi de Thales, Lagardere, L'Oreal, Pernod Ricard et Casino

Air Liquide (-0,3%) a réalisé avec succès une émission obligataire de 500 millions d'euros dédiée au refinancement de son échéance obligataire de septembre 2021 et au financement de manière durable de sa croissance à long terme, et ce dans des conditions très compétitives.
Cette opération, significativement sursouscrite par les investisseurs, a été réalisée dans le cadre du programme Euro Medium Term Note (EMTN) du Groupe. Elle permet d'émettre 500 millions d'euros d'obligations, à un coût global pour Air Liquide de 0,390% sur une durée de 12 ans.
Cette émission bénéficiera d'une notation "A" par Standard & Poor's et "A3" par Moody's.

Entech, la société de technologie spécialisée dans le stockage et le pilotage intelligent des énergies renouvelables, annonce le lancement de son introduction en bourse en vue de l'inscription de ses actions aux négociations sur le marché Euronext Growth à Paris.
L'Autorité des marchés financiers (AMF) a approuvé le 13 septembre 2021 sous le numéro 21-395 le prospectus relatif à l'introduction en bourse d'Entech.
"L'accélération des énergies renouvelables au sein du mix énergétique est rendue possible par la technologie : la mission d'Entech est de permettre cette transition en s'appuyant sur un savoir-faire pointu dans la maitrise des EnR et de leurs particularités. Avec plus de 230 projets réalisés en 5 ans, une technologie et un modèle économique validés, Entech ambitionne de passer aujourd'hui à une nouvelle phase de développement. Grâce à l'intégration de compétences tant au niveau de la R&D qu'au niveau commercial, à des financements et à une visibilité accrue, nous pourrons déployer notre expertise sur des projets plus nombreux, plus importants, tout en couvrant une part plus large de la chaîne de valeur. Ce projet d'introduction en bourse intervient donc au bon moment pour soutenir l'accélération de notre développement" a déclaré Christopher Franquet, PDG et cofondateur d'Entech.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/09/2021

Le groupe européen doit améliorer sa compétitivité face à une concurrence accrue du groupe américain SpaceX et de ses lanceurs réutilisables.

Publié le 23/09/2021

BOA Concept annonce sa participation aux Forums Investor Access et Lyon Pôle Bourse Valeurs Régionales, respectivement les lundi 27 et mardi 28...

Publié le 23/09/2021

Au cours du premier semestre 2021, le chiffre d'affaires consolidé du groupe Altheora, s'est établi à 17,1 ME...

Publié le 23/09/2021

DOLFINES, expert dans les projets d'ingénierie et de services sur le marché des énergies traditionnelles depuis plus de 20 ans, a finalisé...

Publié le 23/09/2021

Pour le premier semestre de l'exercice 2021, Wedia a réalisé un chiffre d'affaires consolidé de 8,1 ME, en progression de 9% par rapport au premier...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne