En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 154.58 PTS
-1.57 %
4 138.00
-1.9 %
SBF 120 PTS
3 262.43
-1.67 %
DAX PTS
9 525.77
-0.47 %
Dow Jones PTS
21 052.53
-1.69 %
7 528.11
-1.41 %

Ouverture Paris : le CAC40 n'est pas mort !

| Boursier | 1219 | 3 par 1 internautes

L'histoire retiendra qu'au lendemain du krach historique, le CAC40 a ouvert en vive hausse de +4,70%...

Ouverture Paris : le CAC40 n'est pas mort !
Credits Reuters

LA TENDANCE

L'histoire retiendra qu'au lendemain du krach historique, le CAC40 a ouvert en vive hausse de +4,70%... La hausse est ramenée à +2,50% trente minutes après, mais le rebond est bel et bien là. Le CAC40 remonte à 4.140 points. Les ventes à découvert sont suspendues à Milan et Londres ce matin. Ce qui contribue à la stabilisation. L'indice Nikkei a pour sa part clôturé sur une nouvelle chute de -6,08% à 17,431.05 points, après avoir perdu en séance jusqu'à plus de 10%.

Le CAC40 s'oriente, quoiqu'il en soit, vers une semaine terrible semaine avec un lundi noir ET un jeudi noir. Ces séances de chutes obligent à regarder dans le rétroviseur. Pour constater que la séance d'hier, -12,28%, est la pire de l'histoire du CAC40, depuis sa création en 1987. La seule baisse à deux chiffres de l'histoire! Le 11 septembre 2001, lors de l'attentat du Wall Trade Center, le CAC40 avait chuté de -7,39%. Le lendemain du vote britannique sur le Brexit il s'était effondré de -8,04% ou encore de -9,04% lors de la pire séance de la séquence de la crise financière de 2008. Lundi, il avait chuté de -8,39%.

Au coeur de la chute d'hier, l'énorme déception des marchés par rapport à la prestation de la présidente de la BCE. Christine Lagarde a adopté un ton inverse à celui de son prédécesseur Mario Draghi et son fameux "wathever it takes". "Quoi qu'il en coûte" c'est d'ailleurs l'expression reprise à son compte par Emmanuel Macron hier. Il faudra donc peut-être que les Marchés attendent désormais bien plus des politiques budgétaires des Etats que de la politique monétaire de la BCE. Mais la fracture est sensible et de vrais doutes existent désormais sur la capacité de Christine Lagarde à parler aux marchés. Son annonce choc expliquant qu'elle n'était pas là pour réduire les spreads de crédits a inquiété. Les taux d'intérêt des obligations à 10 ans des pays européens se sont logiquement tendus dans la foulée. Restaurer la confiance sera compliqué pour la BCE et chaque réunion risque désormais d'être appréhendée avec angoisse par les investisseurs.

WALL STREET

La Bourse de New York s'est effondrée de près de 10% jeudi soir, subissant son pire coup de tabac depuis le Lundi noir du krach boursier de 1987. A la clôture, l'indice Dow Jones a dévissé de 9,99% à 21.200 points, sa pire journée depuis le krach boursier de 1987, tandis que l'indice large S&P 500 a lâché 9,51% à 2.480 pts et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques, perdait 9,43% à 7.201 pts. Les trois indices américains sont désormais tombés dans un marché baissier ("bear market") caractérisé par une baisse de plus de 20% par rapport à leurs derniers pics.

Les investisseurs ont cédé à un vent de panique après une série de réponses politiques et monétaires jugées insuffisantes pour lutter contre les effets du coronavirus Covid-19. Donald Trump a choqué les marchés en annonçant une suspension des transports aériens d'Europe vers les Etats-Unis, tandis que la BCE a annoncé jeudi des mesures de soutien qui ne sont pas allées assez loin selon les marchés...

ECO ET DEVISES

Etats-Unis :
- Indice des prix à l'import. (13h30)
- Indice préliminaire du sentiment des consommateurs américains de l'Université du Michigan. (15h00)

Le taux d'inflation annuelle s'est maintenu à 1,7% en février en Allemagne, comme indiqué en première estimation par l'Office fédéral de la statistique. En séquentiel, les prix à la consommation affichent une hausse de 0,4%. Harmonisée aux normes européennes, l'inflation annuelle ressort aussi à 1,7% sur la période, également stable par rapport au mois précédent.

L'once de métal jaune s'échange à 1.653$. De son côté, la parité euro / dollar atteint 1,1178$ ce matin. Le baril de Brent se négocie 34,34$.

VALEURS EN HAUSSE

Air France-KLM (+2,60% à 4,37 Euros) : annonce avoir tiré sa ligne de crédit renouvelable (revolving credit facility agreement) conclue le 29 avril 2015 et amendée le 6 novembre 2017 pour un montant total de 1,1 milliard d'euros réparti en deux tranches de 550 millions d'euros chacune. Ces tranches sont renouvelables successivement à la demande d'Air France-KLM par période de 1, 3 ou 6 mois jusqu'au 6 novembre 2022. Le Groupe Air France-KLM dispose donc désormais de plus de 5,5 milliards d'euros de liquidités immediatement disponibles pour faire face aux possibles évolutions du contexte, précise la direction...

FDJ (+1% à 22,41 Euros) La Française des Jeux entre dans les indices SBF 120 et STOXX Europe 600. A la suite de la révision trimestrielle des indices d'Euronext Paris, le Conseil Scientifique des Indices a décidé d'inclure FDJ au SBF 120. FDJ intègre également l'indice CAC Mid 60, le CAC Mid & Small et le CAC All-Tradable.

Showroomprivé (+2,94% à 0,70 Euro) : L'EBITDA 2019 s'établit à -31,4 ME dont -23,2 ME au premier semestre et -8,3 ME au second semestre. L'EBITDA marque ainsi une nette amélioration sur la deuxième partie de l'année, et ressort sur cette période à l'équilibre retraitée des dépréciations exceptionnelle de stocks. Le résultat net du groupe ressort à -70,5 ME avec des charges non-courantes comprenant des charges de restructuration, l'arrêt d'un projet logistique devenu non-stratégique, un complément de prix relatif à l'acquisition de Saldi Privati, des honoraires de conseil et provisions pour risques, et diverses autres charges majoritairement sans impact sur la trésorerie.

Bolloré (+1,50% à 2,53 Euros) : Le chiffre d'affaires pour l'exercice 2019 s'élève à 24,843 milliards d'euros, en hausse de +3% à périmètre et taux de change constants (+8% en données publiées). Le résultat opérationnel ajusté (Ebita) est de 1,634 MdE en hausse de +0,2% (-5 %(3) à périmètre et taux de change constants). Le résultat financier s'établit à 17 millions d'euros (140 ME en 2018) compte tenu notamment de la moindre réévaluation des titres (Spotify, Tencent Music) : +139 ME en 2019 (+311 ME en 2018), de -101 ME de charges d'intérêt sur la dette de loyer IFRS 16 et 111 ME de plus-values (Wifirst, Bolloré Ports France, ...). La part dans le résultat net des sociétés mises en équivalence non opérationnelles ressort à 98 ME (172 ME en 2018), principalement en raison de la baisse de la contribution de Telecom Italia. Après prise en compte d'un produit de 35 ME d'impôts (-506 ME en 2018), exclusivement attribuable à Vivendi, le résultat net consolidé s'établit à 1,408 MdE (1,107 MdE en 2018), +27%. Le résultat net part du Groupe ressort à 237 ME (235 ME en 2018).

Stef (+0,60% à 66,80 Euros) : L'EBIT passe de 137,2 ME en 2018 à 162,9 ME en 2019, soit +18,7%. Le Résultat net, part du groupe est en hausse de 6,2% à 100,3 ME. Les bons résultats du groupe amèneront le Conseil d'administration à proposer au vote de l'Assemblée Générale du 30 avril le versement d'un dividende de 2,65 Euros par action.

VALEURS EN BAISSE

TechnipFMC (-0,80% à 6,24 Euros) : la plus petite capitalisation du CAC40, sort de l'indice de référence parisien. Le groupe d'ingénierie du secteur pétrolier est rétrogradé au sein du CAC Next 20. Il cède sa place dans le CAC 40 à Worldline, le spécialiste européen des paiements électroniques.

ILS ONT PUBLIÉ...

Groupe Bel, Unibel, Emova Group, Financière de l'Odet, Compagnie du Cambodge, Encres Dubuit, Tramways de Rouen, Adocia,Acteos

LES DERNIÈRES "RECOS" D'ANALYSTES...

HSBC passe à acheter sur bioMérieux en ciblant 98 euros.

HSBC repasse de 'conserver' à 'acheter' sur BNP Paribas en visant un cours de 45 euros.

JP Morgan repasse de 'sous-pondérer' à 'neutre' sur Air Liquide en ciblant un cours de 110 euros.

AlphaValue ramène son avis à 'alléger' sur ADP avec un objectif de cours ajusté en baisse à 113 euros.

INFOS MARCHÉ

Emova Group : augmentation de capital en vue.

Delta Drone se rapproche de la société australienne Parazero.

Blue Solutions : Bolloré propose une offre alternative par échange d'actions.

EN BREF

Sensorion décale le recrutement de la Phase 2 AUDIBLE-S de SENS-401.

Groupe Bel étend son offre au végétal avec l'acquisition d'All in Foods.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 03/04/2020

Le groupe publiera son chiffre d'affaires du premier trimestre le 15 avril

Publié le 03/04/2020

Unibel a annoncé que, compte tenu des incertitudes résultant du contexte actuel lié au COVID-19, l'assemblée générale du 14 mai 2020 se tiendra au siège social, 2, Allée de Longchamp 92 150…

Publié le 03/04/2020

Dans son communiqué du 11 mars dernier, Transgène a initialement prévu une consommation nette de trésorerie de l'ordre de 25 millions d'euros pour 2020. Malgré les effets difficilement…

Publié le 03/04/2020

Transgene prévient qu'elle pourrait souffrir de dysfonctionnements dans la chaîne d'approvisionnement et d'expédition dont elle dépend

Publié le 03/04/2020

Le Crédit Agricole a adapté son dispositif d’accompagnement des clients aux particularités du marché des agriculteurs. Il intensifie ses actions pour accompagner ses clients exploitants…