En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 919.02 PTS
+0.59 %
5 934.5
+0.86 %
SBF 120 PTS
4 655.99
+0.57 %
DAX PTS
13 282.72
+0.46 %
Dow Jones PTS
28 135.38
+0.01 %
8 487.71
+0.25 %
1.112
0. %

Ouverture Paris : la FDJ flambe à 23 euros !

| Boursier | 977 | Aucun vote sur cette news

Alors que la Bourse de New York a perdu du terrain hier, et que le dossier commercial inquiète de nouveau, la tendance est à la baisse ce...

Ouverture Paris : la FDJ flambe à 23 euros !
Credits Reuters

LA TENDANCE

Alors que la Bourse de New York a perdu du terrain hier, et que le dossier commercial inquiète de nouveau, la tendance est à la baisse ce jeudi matin, avec un CAC40 de retour à 5.835 pts, en repli de 1%, les investisseurs craignant que le 'deal' commercial entre les Etats-Unis et la Chine ne soit retardé en 2020, faute d'accord sur un calendrier de démantèlement des barrières douanières entre les deux géants économiques mondiaux.
En outre, l'adoption mardi par le Sénat américain d'un texte critiquant la répression du mouvement pro-démocratie à Hong Kong a tendu les relations politiques avec Pékin...
Ce jeudi est une "grande première" pour la FDJ qui ouvre en hausse de 18% à 23 euros, à l'issue d'une opération qui a rencontré un large succès, avec un prix de lancement situé en haut de fourchette, à 19,50 euros pour les particuliers qui ont été plus de 500.000 à participer au placement...

WALL STREET

A la clôture hier soir, le Dow Jones a cédé 0,4% à 27.821 points, tandis que l'indice large S&P 500 a reculé de 0,38% à 3.108 pts et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques, a fléchi de 0,51%, à 8.526 pts, au lendemain d'un nouveau sommet historique en clôture.
Au plus bas de la séance, les indices ont abandonné près de 1% après la publication par l'agence 'Reuters' d'informations selon lesquelles la signature d'un accord commercial entre Washington et Pékin pourrait être reportée à l'année prochaine. Les Etats-Unis sont réticents à l'idée de retirer les taxes d'importations existantes s'ils n'obtiennent pas des engagements fermes de la Chine en matière de respect de la propriété intellectuelle et de transferts de technologie, ont précisé des sources proches des négociations.

En outre, les négociations commerciales entre les Etats-Unis et la Chine pourraient souffrir d'un regain des tensions politiques autour de la situation à Hong Kong. Ainsi, mardi soir, le Sénat américain a adopté à l'unanimité un texte soutenant les "droits humains et la démocratie" à Hong Kong, et menaçant de suspendre le statut économique spécial accordé par Washington à l'ancienne colonie britannique, rétrocédée à la Chine en 1997.
En octobre, la chambre des représentants avait déjà adopté un texte semblable, provoquant une réaction d'"extrême indignation" de la Chine. Les deux textes doivent désormais être harmonisés, avant qu'un texte commun soit soumis à Donald Trump en vue d'une promulgation.
Le vote de mardi a provoqué une nouvelle fois la colère de la Chine, qui a menacé de prendre d'importantes mesures de représailles si le texte devait être adopté définitivement. Le porte-parole de la diplomatie chinoise, Geng Shuang, a déploré l'adoption d'un texte dont l'objectif, selon lui, est "de soutenir les extrémistes et les éléments antichinois violents qui tentent de semer le chaos à Hong Kong".

Les investisseurs surveillent aussi avec nervosité les auditions qui ont commencé mercredi devant le Congrès américain dans le cadre de la procédure de destitution entamée contre Donald Trump. Or, mercredi, Gordon Sondland, l'ambassadeur des Etats-Unis auprès de l'Union européenne, a déposé un témoignage choc. Il a impliqué le président américain en assurant que c'était "à sa demande expresse" que les diplomates chargés du dossier ukrainien ont accepté, malgré leurs réserves, de travailler avec son avocat personnel Rudy Giuliani.
Or, l'avocat du président a d'emblée fait pression pour que Kiev accepte d'enquêter sur les démocrates américains et sur le groupe gazier Burisma dont Hunter Biden, fils de Joe Biden, était administrateur. Sonderland a aussi indiqué que le déblocage de l'aide militaire à l"Ukraine, gelée par la présidence américaine au début de l'été, était conditionné à l'ouverture de ces enquêtes souhaitées par Donald Trump autour de Joe Biden, considéré comme son adversaire démocrate le mieux placé pour l'affronter lors de la présidentielle de 2020. "En l'absence d'explication crédible pour sa suspension (de l'aide mitaire : ndlr), je suis parvenu à la conclusion que la reprise de l'aide sécuritaire n'interviendrait pas tant qu'il n'y aurait pas une déclaration publique de l'Ukraine s'engageant à mener les enquêtes", a témoigné l'ambassadeur. Il a toutefois admis qu'il Donald Trump ne lui avait "jamais dit directement que l'aide était conditionnée" à l'ouverture d'enquêtes.

ECO ET DEVISES

Après une phase d'euphorie, début novembre, où l'annonce d'un accord commercial semblait très proche, les obstacles semblent de nouveau s'accumuler... Les discussions, présentées comme étant "en phase finale" la semaine dernière, achoppent sur la question du démantèlement des taxes douanières déjà mises en place depuis 16 mois entre les Etats-Unis et la Chine.
Alors que Pékin réclame un calendrier de retrait de ces barrières douanières, Washington ne serait prêt qu'à renoncer aux taxes prévues le 15 octobre (suspendues en attendant l'accord de Phase 1) et le 15 décembre prochain. Lundi, la chaîne de télévision américaine 'CNBC' avait évoqué un climat "pessimiste" côté chinois sur la possibilité de conclure un accord.

Donald Trump a remis la pression sur Pékin, en menaçant à nouveau la Chine d'augmenter encore les taxes si un accord commercial n'est pas conclu. Le président américain s'est tout de même dit "très heureux" des négociations en cours, selon la chaîne 'CNBC', qui a relayé les propos du président.
Pour sa part, le secrétaire américain au Commerce, Enfin, Wilbur Ross, a affirmé mercredi sur la chaîne 'Fox Business' que les Etats-Unis étaient optimistes à propos des négociations commerciales, et que les discussions en seraient au stade de "l'affinage".

Sur le marché des changes, le dollar reste hésitant, tandis que l'euro revient à 1,1075$.
Les Minutes de la Fed n'ont pas donné d'indications à ce sujet, se contentant de confirmer une pause dans le cycle baissier, après 3 baisses depuis juillet dernier. Le compte-rendu de la réunion des 29 et 30 octobre a montré que la plupart des membres de la Fed se sont accordés pour dire que la politique monétaire dépendrait des futurs indicateurs économiques.

Les cours du pétrole sont remontés après l'annonce d'une progression moins forte que prévu des stocks de brut aux Etats-Unis la semaine dernière. Le cours du baril de brut léger américain (WTI) a regagné 3% à 57$ sur le Nymex (contrat à terme de décembre), tandis que le Brent de la mer du Nord pointe à 62,30$.
Les stocks pétroliers US pour la semaine close au 15 novembre, ont progressé de 1,37 million de barils en comparaison de la semaine antérieure (hors réserve stratégique), contre +1,5 mb attendu par le consensus.

VALEURS EN HAUSSE

FDJ : +18% à 23 euros ! Comme le laissaient penser les derniers échos, la demande des institutionnels comme des particuliers pour les actions de la Française des Jeux a été très forte. Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire vient d'indiquer que la demande totale avait atteint 11 milliards d'euros, dont 1,6 milliard d'euros pour le grand public. Plus de 500.000 personnes ont ainsi souscrit à l'opération.
Rappelons que les ménages français bénéficiaient de conditions préférentielles par rapport aux investisseurs institutionnels, à savoir une décote de 2% pour toute action achetée, et 1 action gratuite pour 10 actions achetées dès lors qu'ils s'engagent à garder leurs titres pendant au moins 18 mois.
Sans surprise également, le haut de la fourchette a été retenu pour le prix d'introduction. Il a ainsi été fixé à 19,90 euros pour les institutionnels et 19,50 euros pour les particuliers.

ABIVAX (+2%). La société de biotechnologie au stade clinique qui mobilise le système immunitaire afin de développer de nouveaux traitements contre les maladies inflammatoires, les maladies virales et le cancer a annoncé que les autorités règlementaires françaises (ANSM) avaient donné leur autorisation au lancement en France de l'étude clinique de Phase 2b avec son candidat médicament phare ABX464, en une prise orale par jour visant le traitement de la rectocolite hémorragique (RCH) modérée à sévère.

Figeac Aéro (+1,5%) a réalisé au titre du 2ème trimestre de l'exercice 2019/20, un chiffre d'affaires de 108,7 ME, en progression de +10,4% par rapport à la même période de l'exercice précédent.
À périmètre et taux de change constants, la croissance trimestrielle s'élève à +8,2% grâce aux gains de nouveaux contrats dans un marché des Aérostructures toujours difficile.
Sur l'ensemble du 1er semestre, la société enregistre un chiffre d'affaires de 220,9 ME en progression de 9,4%. À périmètre et taux de change constants, la croissance d'activité au 30 septembre 2019, s'élève à 7%.

Ekinops : +1% avec EOS, 2CRSI

Thermador : +0,5% avec Haulotte, Nicox, Sword, Tikehau

Vicat : inchangé avec Somfy, Valneva

VALEURS EN BAISSE

Archos : -3% avec Europacorp, Eramet et Akwel

Interparfums (-2,5%). L'année 2019 aura été marquée par un plan de lancements conséquent chez Interparfums, principalement axé sur les lignes Lanvin A girl in Capri, Jimmy Choo Urban Hero et surtout Montblanc Explorer. Cette dernière connaît un succès remarquable avec plus de 40 millions d'euros de facturation attendus sur l'année, et ce, sans impact sur les ventes de la ligne Montblanc Legend.
Les parfums Montblanc continuent ainsi à prendre des parts de marché importantes avec un chiffre d'affaires qui dépassera 135 millions d'euros sur l'année, en hausse de 25% par rapport à 2018. Combiné aux bonnes performances des parfums Jimmy Choo et Coach, l'exercice va ainsi se terminer sur une croissance conforme aux anticipations, avec un chiffre d'affaires de 480 millions d'euros.
L'année 2020 sera marquée chez Interparfums par un plan de lancements tout aussi riche en nouvelles initiatives, principalement féminines, avec notamment : Des initiatives complémentaires sur les marques Montblanc, Lanvin et Rochas viendront également renforcer l'activité.
Dans ce contexte et sur la base du niveau actuel de la parité euro/dollar, le chiffre d'affaires de l'exercice 2020 devrait atteindre 500 millions d'euros.

Valeo : -2% avec Claranova, Faurecia et IPSOS

Renault : -1,5% avec Seb, Saint-Gobain, TechnipFMC, Ubisoft, Dior, Wendel, Ingenico, STM

AccorHotels (-1%) 'Le Parisien' a révélé mercredi soir sur son site internet que les données personnelles et bancaires de 130.000 à 140.000 clients d'AccorHotels ont été exposées par erreur. Elles étaient stockées sans être protégées sur un serveur mal paramétré d'une filiale du géant français de l'hôtellerie, Gekko Group, et ont donc été potentiellement accessibles à des cyber-pirates.
L'erreur a été rectifiée le 13 novembre, et l'incident a été signalé le 16 novembre à la CNIL, le gendarme français des données personnelles, qui pourrait sanctionner ce manquement.
En raison d'un serveur mal paramétré laissant un port de connexion ouvert, des données concernant 130.000 à 140.000 voyageurs étaient potentiellement librement accessibles, dont des identifiants et des coordonnées bancaires, ont indiqué mercredi l'entreprise et une agence de cybersécurité, confirmant les informations du 'Parisien'.
Ce sont ainsi non moins d'un Téraoctet d'informations sensibles qui ont été laissées en accès libre, dont des historiques des réservations d'hôtels et de transports, des factures mais aussi des références incomplètes de cartes de crédit.
Les données menacées proviennent de Teldar Travel, le système de réservation créé par Gekko pour les agences de voyages professionnels et d'Infinite Hotels, la centrale hôtelière qui gère les réservations chez les hôtels indépendants.
Interrogée par le quotidien 'Les Echos', l'entreprise a assuré qu'aucune donnée n'a été consultée ou récupérée pour une utilisation frauduleuse, selon un audit effectué a posteriori. Les personnes concernées par cette fuite de données ont également été prévenues.
Fabrice Perdoncini, le nouveau PDG de Gekko, filiale d'AccorHotels depuis janvier 2018, affirmé pour sa part au 'Parisien' que "moins de 900 cartes de crédit (ont été) exposées et sans leur cryptogramme visuel obligatoire pour un paiement, car nous facturons nos clients à 98% des cas par des virements". Gekko revendique travailler avec 300 grandes entreprises et 14.000 agences de voyages.
Selon 'Le Parisien', ce sont les spécialistes israéliens de la cybersécurité de VPNMentor qui ont détecté le 7 novembre dernier cette fuite potentielle en scrutant les ports ouverts en libre accès sur Internet. Ils l'ont ensuite signalée à Gekko, qui l'a colmatée le 13 novembre.

Casino (-0,5%) a finalisé hier son plan de refinancement annoncé le 22 octobre visant à renforcer sa liquidité et sa structure financière. La finalisation de ces opérations permet au Groupe de se concentrer pleinement sur l'atteinte de ses objectifs opérationnels, financiers et stratégiques ainsi que sur la bonne exécution de son plan de cessions d'actifs.

Suez (-0,5%) Moody's a dégradé hier soir la note senior non garantie long terme de Suez d''A3' à 'Baa1'. La perspective associée à la notation est 'stable'. L'agence explique son choix par le fait qu'il soit peu probable que le groupe affiche à moyen terme une performance financière conforme à celle de sa précédente notation 'A3'. En particulier, Moody's estime que certains ratios financiers clés seront faiblement positionnés par rapport aux niveaux requis pour une note 'A3'. Dans le même temps, Moody's considère que le risque pesant sur l'activité augmente avec la hausse des fuites de cash-flow vers les intérêts minoritaires, notamment dans les activités réglementées, et une part croissante des revenus provenant des clients industriels.

NextStage (-0,5%) a publié un Actif Net Réévalué (ANR) à 245,3 ME au 30/09/2019, en hausse de +8,4% vs 226,4 ME au 30/06/2019 sous l'effet de l'augmentation de capital de 22,4 ME de juillet 2019, nette de charges de revalorisation et de charges opérationnelles.
L'ANR par action ressort à 115,07 euros au 30/09, en recul de -3,1% et -1% vs respectivement 118,74 euros (ANR/action publié au 30/06/2019) et 116,24 euros (ANR/action au 30/06/2019 retraité après dilution de l'augmentation de capital de juillet dernier).

Eiffage (-0,5%) se renforce dans APRR et ADELAC et accompagne l'évolution de la gouvernance de son co-actionnaire MAF2 Eiffage a conclu ce jour un accord en vue d'acquérir 4% du capital de MAF2, actionnaire indirect d'APRR (50% moins 1 action) et d'ADELAC (25,1%).
Une fois réalisée, cette transaction effectuée de gré à gré avec les actionnaires actuels de MAF2, pour un investissement net proche de 150 millions d'euros, permettra le renforcement indirect d'Eiffage de 2 % au capital d'APRR et d'ADELAC (A41 Nord) au travers de MAF2 et l'accompagnement de l'évolution de la gouvernance de cette dernière.
Par ailleurs, afin d'accompagner APRR dans ses missions, une convention de prestations de services sera conclue avec Eiffage.
Enfin, les actionnaires d'APRR ont décidé du lancement des travaux de refinancement par anticipation d'APRR et d'Eiffarie. L'investissement dans MAF2 qui sera financé par Eiffage sur sa trésorerie disponible, est soumis à des conditions suspensives et réglementaires usuelles et devrait être finalisé au cours du 1e semestre 2020.

LVMH (-0,5%) serait officiellement entré en négociations avec le management de Tiffany après avoir revu à la hausse sa proposition de rachat sur le géant new-yorkais de la joaillerie. Selon les indiscrétions obtenues par 'Bloomberg', le numéro un mondial du luxe proposerait désormais environ 130$ par action pour reprendre sa cible alors que le groupe aurait offert jusqu'ici 120$ par titre en cash. Une nouvelle avance qui valoriserait la firme américaine près de 16 Md$.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 13/12/2019

L'opération se conclut à 590 ME pour 50% de participation...

Publié le 13/12/2019

La société anglaise Clugston, associée au Groupe CNIM en tant que génie civiliste pour plusieurs contrats de réalisation d'usines de valorisation de...

Publié le 13/12/2019

Wendel et d'autres actionnaires existants d'Allied Universal ont finalisé la cession d'une part majoritaire de leur participation dans la société à...

Publié le 13/12/2019

Au premier semestre, clos fin septembre, EuropCorp a essuyé une perte nette, part du groupe, de 22,7 millions d’euros contre une perte de 88,9 millions d’euros, un an plus tôt. Le premier…

Publié le 13/12/2019

En novembre 2019, le trafic de Paris Aéroport ressort en hausse de 0,9 % par rapport au mois de novembre 2018 avec 7,9 millions de passagers accueillis, dont 5,7 millions à Paris-Charles de Gaulle…