5 366.15 PTS
+0.48 %
5 364.00
+0.55 %
SBF 120 PTS
4 270.60
+0.45 %
DAX PTS
13 167.54
+0.83 %
Dowjones PTS
23 590.83
+0.69 %
6 378.63
+1.11 %
Nikkei PTS
22 416.48
-
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Ouverture Paris : l'effet BCE se poursuit

| Boursier | 230 | Aucun vote sur cette news

Le marché a finalement été soulagé hier, ce qui s'est traduit par une vive hausse du CAC40...

Ouverture Paris : l'effet BCE se poursuit
Credits Reuters

LA TENDANCE

Le marché a finalement été soulagé hier, ce qui s'est traduit par une vive hausse du CAC40. Si la mesure annoncée par Mario Draghi : une réduction de moitié, dès janvier, des injections de liquidités mensuelles, ne plaide pas en faveur des marchés actions, l'attente qui entourait le calendrier précis et le montant en jeu était telle que sa divulgation permet aux investisseurs d'y voir désormais plus clair et d'avoir toutes les cartes en main. La hausse se poursuit d'ailleurs ce matin à Paris où le CAC40 s'octroie à nouveau un gain de 0,50% à 5.480 points. Côté valeurs, les publications trimestrielles battent leur plein et sont favorables au titre Total, beaucoup moins à LafargeHolcim ou Eutelsat.

WALL STREET

A la clôture, l'indice Dow Jones Industrial Average a progressé jeudi soir de 0,31% à 23.400 points, tandis que l'indice large S&P 500 a avancé de 0,13% à 2.560 pts et le Nasdaq composite, riche en valeurs technologiques et biotechnologiques, a cédé 0,11% à 6.556 pts.
Le Congrès américain a adopté jeudi la résolution sur le budget 2018, qui permettra à Donald Trump de lancer sa grande réforme fiscale. Parmi les très nombreux résultats d'entreprises, ceux de Twitter ont fait s'envoler le titre de 18,5% : le réseau social pourrait afficher ses tous premiers bénéfices au 4ème trimestre. Après la clôture, Amazon, Alphabet,Intel et Microsoft ont publié des résultats meilleurs que prévu.

ECO ET DEVISES

La confiance des ménages dans la situation économique diminue pour le quatrième mois consécutif en octobre. L'indicateur qui la synthétise, calculé par l'Insee, perd 1 point à 100, sa moyenne de longue période. Il était au-dessus de ce seuil depuis mai 2017. Le consensus tablait sur une stabilité de l'indice à 101.

En Europe, la BCE a donc annoncé, comme anticipé, une prolongation de son programme de "QE" mais avec des montants d'achats réduits de moitié à partir de janvier 2018.
Sur le marché des changes, le dollar a regagné 1% jeudi face à un panier de devises de référence, l'indice du dollar finissant à 94,68. L'euro a chuté de 1,4% à 1,1645$ après les annonces de la BCE, considérées comme globalement accommodantes, même si la banque centrale européenne va réduire de moitié le montant de ses achats d'actifs, pour les ramener à 30 MdsE par mois, à partir de janvier prochain.

Sur les marchés obligataires américains, les cours ont reculé, faisant monter les taux d'intérêt, qui évoluent en sens inverse. Le rendement de l'emprunt d'Etat américain (T-Bond) à 10 ans a repris 3 points de base à 2,46% jeudi soir. A l'inverse, en Europe, le rendement du Bund allemand à 10 ans a plongé de 7 points de base pour revenir à 0,41% après les annonces de la BCE.

Le Congrès américain a donc adopté jeudi la résolution sur le budget 2018, après un vote de la Chambre des représentants qui permettra à Donald Trump de lancer sa réforme fiscale. La résolution, votée la semaine dernière par le Sénat (51 voix pour, 49 contre), a été adoptée par 216 voix pour (212 contre) à la Chambre jeudi.
Une fois adoptée, cette résolution autorise une procédure simplifiée pour le vote de la réforme de la fiscalité, en supprimant le vote à la majorité qualifiée au Sénat. Les sénateurs n'auront donc besoin que d'une majorité simple, de 51 voix pour adopter la loi fiscale, au lieu des 60 voix généralement requises. Une aubaine pour les Républicains, qui disposent de 52 voix au Sénat et n'auront donc pas besoin de voix démocrates, sauf en cas de défections dans leurs rangs.

Donald Trump s'est félicité jeudi de l'adoption du texte en saluant sur Twitter une "grande nouvelle". La réforme fiscale prévoit notamment une baisse de l'impôt sur les sociétés, qui passerait de 35% à 20 %, ainsi qu'une baisse de l'impôt sur le revenu pour la plupart des ménages, et la suppression de nombreuses déductions fiscales, au nom d'une simplification. Au total, les impôts baisseraient de 1.500 milliards de dollars, ce qui inquiète les élus démocrates, qui craignent une hausse du déficit budgétaire et des coupes claires dans les programmes de santé Medicaid et Medicare.
Le baril de pétole grimpe sur les 59$ le Brent, à 59,33$.

VALEURS EN HAUSSE

* Total (+1% à 47,04 Euros) : Très solide troisième trimestre pour Total. Le géant pétrolier voit sur la période son résultat net ajusté progresser de 29% à 2,7 milliards de dollars, alors que le Brent n'a augmenté que de 14%. Le résultat opérationnel net ajusté des secteurs bondit de 31% à 3,06 Mds$ pour un chiffre d'affaires de 43 Mds$. Hors acquisitions-cessions, le groupe a généré 2,1 Mds$ de cash après investissements au troisième trimestre et 5,2 Mds$ sur neuf mois. La production d'hydrocarbures a atteint 2,581 millions de barils équivalent pétrole par jour au troisième Trimestre, en hausse de près de 6% sur un an. Les investissements organiques s'établissent à 10 Mds$ sur neuf mois, en ligne avec le budget de 14 Mds$ pour l'année, et l'objectif d'économies de coûts opératoires sera dépassé pour atteindre plus de 3,6 Mds$, contre 3,5 Mds$ visés auparavant.
Le point mort organique du Groupe avant dividende (hors acquisitions-cessions) sera inférieur à 30 $/b en 2017 et devrait continuer de baisser pour atteindre 20 $/b en 2019.

* Ipsos (+13% à 31,30 Euros) : Au 3e trimestre 2017, soit sur la période juillet-septembre 2017, le chiffre d'affaires d'Ipsos s'est élevé à 434 millions d'euros, en progression de 0,5% par comparaison à la même période de l'exercice 2016.
Les effets de change sont marqués par la détérioration de la valeur du dollar américain et de la livre sterling vis-à-vis de l'euro. Ils ont été négatifs de 3,9% tandis que les effets de périmètre liés à la cession d'une petite activité d'études dans le secteur agricole au dernier trimestre 2016, ont pesé pour 0,5%. Ipsos est cependant en croissance organique vigoureuse de 4,9%. Il s'agit de sa meilleure performance trimestrielle depuis 2011. Sur les 9 premiers mois de l'année 2017, le chiffre d'affaires d'Ipsos est de 1,268 milliard d'euros, en légère progression de 0,2% par comparaison avec 2016. Les effets de change sont toujours négatifs à -1% ainsi que les effets de périmètre à -0,6%. La croissance organique s'établit à 1,8%, pas encore dans la fourchette prévue dans le cadre du plan New Way -entre 2% et 5%- mais en amélioration par rapport au 1er semestre. A fin septembre 2017, Ipsos réalise 33% de son activité dans les marchés émergents contre 31% en 2016.

VALEURS EN BAISSE

* LafargeHolcim (-2,90% à 47,68 Euros) : le groupe annonce une progression de son chiffre d'affaires net de 4,1% au 3 ème trimestre, par rapport à la même période de l'année dernière, à 6,9 milliards de francs suisses sur base comparable.
Des synergies de 97 millions de francs suisses ont été réalisées au 3ème trimestre, ce qui a permis au Groupe de dépasser, dès le mois de juillet, son objectif de 1 milliard de francs suisses de synergies fixé pour la fin de l'année.
L'Ebitda opérationnel retraité a progressé de 5,9% sur le trimestre, à 1 750 millions de francs suisses sur base comparable, et de 9,2 % depuis le début de l'année. Des niveaux de prix favorables, la maîtrise des coûts et les synergies ont contribué à une amélioration de 80 points de base de la marge d'Ebitda opérationnel retraité sur base comparable au 3ème trimestre et de 100 points de base sur les neuf premiers mois de l'année.
A 1.446 millions de francs suisses, le résultat net part du Groupe a progressé de 8,1% depuis le début de l'année, en raison de la hausse de l'Ebitda opérationnel et d'une diminution du taux d'imposition effectif sur les neuf premiers mois de 2017. Le résultat net part du Groupe du trimestre a reculé à 433 millions de francs suisses, du fait de produits de cession plus élevés au cours de la même période de l'année précédente. Le résultat net récurrent a augmenté de 7,9% depuis le début de l'année, à 1.270 millions de francs suisses, mais a reculé au 3ème trimestre, à 589 millions de francs suisses.

* Rexel (-0,70% à 14,60 Euros) : Au troisième trimestre, Rexel a réalisé un chiffre d'affaires de 3,24 MdsE, en hausse de 1,4% en données publiées. En données comparables et à nombre de jours constant, les ventes ont progressé de 5,2%, incluant un effet positif de 1,5% lié aux variations du prix des câbles à base de cuivre. La marge brute a augmenté de 18bps par rapport à l'année précédente, s'établissant à 24,1% des ventes. La marge d'EBITA ajusté au T3 s'établit à 4,2% des ventes contre 4% au T3 2016. L'EBITA publié s'élève à 139,8 millions d'euros (incluant un effet non-récurrent du cuivre positif de 4,0 millions d'euros), en hausse de 12%
Sur 9 mois, Rexel a réalisé un chiffre d'affaires de 9,90 MdsE, en hausse de 2,1% en données publiées. En données comparables et à nombre de jours constant, les ventes progressent de 2,8%, avec un impact positif de 1,2% lié aux variations du prix des câbles à base de cuivre. L'EBITA ajusté s'établit à 420,8 ME à 4,2% des ventes, en hausse de 9bps sur un an. L'EBITA publié s'établit à 431,8 ME sur 9 mois (incluant un effet non-récurrent du cuivre négatif de 11,1 ME), en hausse de 11,9%. Le résultat net a augmenté de 22,6% à 163,6 ME sur les 9 mois de 2016 (contre 133,4 ME sur les 9 mois de 2016). Le résultat net récurrent des 9 mois s'est élevé à 208,2 ME, en hausse de 11% par rapport à l'année précédente. Rexel confirme ses objectifs financiers pour l'exercice 2017, avec une croissance de l'EBITA ajusté en bas de la fourchette annoncée en février : "au moins 5% et inférieure à 10%"

* Elis (-0,05% à 22,34 Euros) : Le leader multi-services de la location-entretien de linge plat, Elis, génère un chiffre d'affaires de 589,8 millions d'euros au 3e trimestre 2017. Il est en croissance de 46,4%. La croissance organique est de +2,3%. Toutes les zones géographiques du périmètre historique du Groupe restent bien orientées malgré des bases de comparaison très élevées en Espagne et au Brésil. En France, l'amélioration constatée au 1er semestre se confirme, avec une amélioration de la croissance organique au 3e trimestre.
Sur 9 mois, le chiffre d'affaires ressort à 1,435 milliard d'euros. Il est en croissance publiée de 26,7%. La croissance organique ressort à +2,3%. Les acquisitions continuent de fortement tirer la croissance du Groupe, notamment Indusal, Lavebras et bien sûr Berendsen que nous consolidons depuis le 1er septembre.

* Eutelsat (-11% à 20,66 Euros) : ajuste son objectif de chiffre d'affaires pour l'exercice 2017-18 qui est désormais attendu entre -1% et -2% contre "quasiment stable" auparavant.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 30 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/11/2017

Lors de la conférence annuelle de la RSNA 2017La toute dernière technologie offre de nouvelles modalités d'imagerie avec des vitesses et des...

Publié le 21/11/2017

L'Iran a mis en garde Total contre la perte de son investissement s'il se désengageait du champ gazier géant South Pars.

Publié le 21/11/2017

Le chiffre d'affaires du 3e trimestre de l'exercice 2017 d'ESI s'établit à 24,9 ME, en recul de 2,4% à taux constants par rapport à la même période...

Publié le 21/11/2017

Sur les 9 premiers mois de l'exercice 2017, le groupe réalise un chiffre d'affaires de 51 ME

Publié le 21/11/2017

Au troisième trimestre, ESI Group a réalisé un chiffre d'affaires de 24,9 millions d'euros en baisse de 2,4% à taux de change constant. L'effet de change sur la période est négatif à hauteur de…

CONTENUS SPONSORISÉS