Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
7 172.98 PTS
+0.55 %
7 171.00
+0.53 %
SBF 120 PTS
5 557.49
+0.49 %
DAX PTS
15 809.72
+0.24 %
Dow Jones PTS
35 209.50
-0.45 %
15 196.42
-0.09 %
1.135
+0.19 %

Ouverture Paris : début de semaine dans le vert

| Boursier | 1039 | 3 par 1 internautes

La semaine commence un peu plus fermement ce lundi, dans un marché qui veut se rassurer à l'écoute des derniers échos en provenance du...

Ouverture Paris : début de semaine dans le vert
Credits Reuters

LA TENDANCE

La semaine commence un peu plus fermement ce lundi, dans un marché qui veut se rassurer à l'écoute des derniers échos en provenance du variant Omicron lequel serait très contagieux mais entraînerait peu de cas graves selon les dernières études scientifiques. Le CAC40 qui grimpait de 0,8% à l'ouverture, de retour à plus de 6.800 pts, monte désormais de 0,5% à 6.797 pts à 9H30, malgré la baisse de Wall Street en fin de semaine dernière et l'attente de nouvelles mesures sanitaires en France...

WALL STREET

La Bourse de New York a terminé en baisse une semaine très volatile, marquée par l'inquiétude sur le variant Omicron, et la perspective d'une politique monétaire moins accommodante de la Réserve fédérale américaine en 2022 face à l'inflation. Malgré des créations d'emplois décevantes en novembre aux Etats-Unis, les salaires ont augmenté, faisant craindre une spirale inflationniste prix-salaires.
Vendredi en clôture, le Dow Jones a perdu 0,17% à 34.580 points, tandis que l'indice large S&P 500 a lâché 0,84% à 4.538 pts. Le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques et biotechs, a chuté de 1,92% à 15.085 pts, après être tombé en séance sous le seuil des 15.000 points, au plus bas depuis 7 semaines.
Sur l'ensemble de la semaine écoulée, les trois indices ont reculé respectivement de 0,9% pour le Dow Jones, 1,2% pour le S&P 500 et 2,6% pour le Nasdaq. Pour le Dow Jones, il s'agit de la 5e semaine de baisse consécutive, tandis que les deux autres indices ont baissé quatre fois en 5 semaines.
Par rapport aux récents records du 8 novembre, le DJIA a désormais cédé 5% et le S&P 500 a lâché 3,4%. Le Nasdaq a perdu 6% par rapport à son record du 19 novembre.

ECO ET DEVISES

La séance de vendredi a été marquée par l'annonce surprise de seulement 210.000 créations d'emplois en novembre aux Etats-Unis, après 546.000 en octobre, et alors que les économistes s'attendaient à des créations d'emplois deux fois plus nombreuses. Avec 155 millions d'emplois salariés, il en manque encore 3,9 millions par rapport au niveau de début 2020, avant la crise du coronavirus. Le taux de chômage a malgré tout reculé plus que prévu, de 0,4 point, à 4,2% après 4,6% en octobre.
Par ailleurs, la hausse du salaire horaire moyen dynamique a bondi de 4,8% sur un an, ce qui fait craindre à certains un enchaînement délétère entre la hausse des prix et des salaires.

Inflation durable ou pas, les responsables de la Fed militent de plus en plus pour une accélération du "tapering"... La présidente de la Fed de Cleveland, Loretta Mester, a déclaré qu'elle était "très ouverte" à l'accélération du rythme de réduction des achats d'actifs. Elle favorise une finalisation du tapering en mars, laissant la banque centrale en mesure de relever ses taux deux fois en 2022. Le gouverneur sortant de la Fed, Randal Quarles, a quant à lui déclaré que la Fed devait durcir sa politique en réponse à une demande élevée.
La présidente de la Fed de San Francisco, Mary Daly, a réitéré son opinion, indiquant que la Fed pourrait devoir réduire plus rapidement, et ajoutant qu'il faudrait peut-être commencer à élaborer un plan pour réfléchir au resserrement ultérieur. Raphael Bostic de la Fed d'Atlanta a également réitéré sa préférence pour une réduction plus rapide des achats d'actifs obligataires, se terminant à la fin du premier trimestre. Enfin, vendredi, James Bullard, patron de la Fed de St. Louis, a réaffirmé la nécessité d'accélérer le tapering pour mettre un terme aux achats d'actifs mensuels dès le mois de mars.
Même le FMI a exhorté la Fed a accélérer le resserrement de sa politique monétaire. Face à une inflation qui n'est clairement plus "transitoire", "il serait approprié pour la Réserve fédérale d'accélérer la réduction de ses achats d'actifs et d'avancer dans la voie d'une remontée des taux directeurs", a estimé vendredi le FMI dans un texte publié sur son blog.

Dans ce contexte, le FMI demande à toutes les banques centrales, et pas seulement à la Fed, de communiquer clairement leurs projets de politique monétaire pour 2022 pour éviter de déstabiliser les marchés financiers. "Il est essentiel pour les grandes banques centrales de communiquer attentivement sur leurs politiques pour ne pas provoquer sur les marchés une panique, qui aurait des effets délétères sur le plan domestique et à l'étranger".

Le pétrole a évolué en ordre dispersé vendredi, au lendemain de la décision de l'Opep+ de continuer d'augmenter sa production en janvier, de 400.000 barils par jour, malgré la menace du variant Omicron. Ce lundi, le brent remonte à 71,50$. L'once d'or pointe à 1.784$, après avoir touché son plus bas niveau depuis 7 semaines. Le bitcoin a fortement corrigé ce week-end et cote ce matin 48.118$. L'euro reste discuté à 1,1280/$.

VALEURS EN HAUSSE

2CRSI : +11% suivi de Figeac Aero (+5%) après les contrats dans le Golfe et Catana dans la foulée de ses résultats

Nacon remonte de 4% avec Abivax, Dassault Aviation, STEF et Abionyx

Rallye : +3,5% avec P&V

Thales : +2% suivi de Elis et Elior

Orapi : +2% avec Savencia, Vallourec, Safran, Bic, Michelin

Eiffage : +1,5% suivi de TotalEnergies, Sodexo, Chargeurs

Saint-Gobain (+1%) et GCP Applied Technologies annoncent avoir conclu un accord en vue de l'acquisition par Saint-Gobain de l'intégralité des actions de GCP pour un montant en numéraire de 32$ par action, qui correspond à une valeur d'entreprise d'environ 2,3 Milliards de dollars (soit environ 2 Milliards d'euros). Cette acquisition constitue une étape décisive pour établir Saint-Gobain comme un leader mondial de la chimie de la construction - avec un chiffre d'affaires total de plus de 4 Milliards d'euros (contre 3 Milliards d'euros précédemment) - et renforce la stratégie du Groupe en tant que leader mondial de la construction durable.
Le prix convenu représente un multiple (avant synergies) d'environ 13,2x l'EBITDA ajusté estimé pour 2022 de GCP de 170 millions de dollars, un multiple de 8,8x l'EBITDA après prise en compte des synergies de 85 millions de dollars en année pleine, et une prime de 39% par rapport à la moyenne pondérée par les volumes des 30 cours de l'action GCP non affectés sur la période précédant le 30 novembre 2021. Cette
acquisition répond aux critères d'investissement stratégiques et financiers du Groupe formulés lors de la journée investisseurs du 6 octobre 2021 :
1) Renforcement de positions de leader notamment en Amérique du Nord et en Asie et enrichissement de l'offre de construction durable ;
2) Création de valeur dès la troisième année après finalisation de la transaction et effet relutif sur le résultat net par action dès la première année (+4% avant synergies) ;
3) Maintien d'un bilan solide et d'une note de crédit élevée avec un impact limité à +0,3x dette nette sur EBITDA.

Engie (+0,5%) et Masdar, spécialiste dans le domaine des énergies renouvelables à la croissance la plus rapide au monde, ont annoncé la signature d'une alliance stratégique visant à codévelopper un pôle d'hydrogène vert basé aux Emirats Arabes Unis.
Les deux entreprises cherchent à déployer des projets d'une capacité d'au moins 2 GW d'ici 2030, avec un investissement total de l'ordre de 5 milliards de dollars US.
L'accord a été signé par Sultan Ahmed Al Jaber (Ministre de l'Industrie et des Technologies avancées des EAU, Directeur général du groupe ADNOC et Président de Masdar) et par Catherine MacGregor (Directrice générale d'Engie), en présence de Mohammed bin Zayed Al Nahyan (Prince héritier d'Abou Dhabi) et d'Emmanuel Macron (Président de la République française), lors de sa visite aux Emirats arabes unis.

Veolia (stable) a remporté le contrat de gestion des services d'approvisionnement en eau potable et en assainissement pour la Région de Riyad. La National Water Company vient en effet d'attribuer à Veolia le contrat de gestion des services d'eau potable et d'assainissement de la capitale Riyad et de 22 municipalités périphériques pour une durée de 7 ans. Ce contrat représente un chiffre d'affaires de 82,6 millions d'euros. Il concerne une population de près de 9 millions de personnes, amenée à doubler d'ici 2030.
Ce contrat couvre la gestion d'un réseau d'eau potable de 30.000 km et d'un réseau d'eaux usées de 10.000 km, avec un nombre élevé d'unités de production et de traitement.
Aux côtés du groupe saoudien Alkhorayef Water and Power Technologies, Veolia relèvera ainsi les principaux défis opérationnels et techniques du développement des services d'eau du Riyad et de sa région. Le groupe français s'engage sur une série d'objectifs concrets. Il s'agit notamment de réduire de moitié les pertes dans le réseau de distribution d'eau, d'assurer la continuité du service et l'accès à une eau potable de qualité 24h sur 24, ainsi que de former plus de 5.000 employés locaux.

VALEURS EN BAISSE

Valneva (-7%) a commenté les données publiées dans le cadre de l'essai COV-Boost qui a étudié la réactogénicité et l'immunogénicité de sept vaccins contre la COVID-19, administrés dans différents dosages comme troisième dose, ou dose de rappel, à des personnes ayant reçu le vaccin Comirnaty de Pfizer ou Vaxzevria d'AstraZeneca.
L'essai COV-Boost, initié en mai 2021 et mené par l'hôpital universitaire de Southampton NHS Foundation Trust, incluait le candidat vaccin à virus entier, inactivé et adjuvanté contre la COVID-19 de Valneva, VLA2001.
L'objectif de l'essai COV-Boost était de rapidement générer des données afin d'éclairer les recommandations du Comité sur la Vaccination et l'Immunisation du Royaume-Uni sur la campagne de rappel effectué cet automne.
Les participants ont reçu une dose de rappel relativement tôt, seulement deux à trois mois après l'administration de la deuxième dose de leur primovaccination, alors qu'ils n'avaient à ce stade pas besoin d'un rappel, que ce soit d'un point de vue immunologique ou selon les recommandations actuelles concernant l'intervalle de temps nécessaire entre les injections pour les vaccins contre la COVID-19 déjà enregistrés.
Valneva estime probable que le court intervalle entre la deuxième injection et l'injection de rappel ait pu avoir un impact négatif sur les résultats de VLA2001, étant donné qu'un intervalle plus long pour la dose de rappel est généralement requis pour les vaccins inactivés.
La société a commencé à générer des données afin d 'éclairer les discussions réglementaires pour une possible indication de rappel pour VLA2001.
Les premiers résultats provenant d'essais cliniques en cours sont attendus au premier trimestre 2022. Valneva s'apprête, par ailleurs, à lancer un essai clinique sur les rappels de vaccins de type hétérogène.
Tous ces essais testeront une dose de rappel injectée au moins six mois après la primovaccination, en accord avec l'intervalle qui est actuellement recommandé pour les vaccins contre la COVID-19 déjà enregistrés.
Les résultats de l'essai COV-Boost n'ont jamais été destinés à faire partie, et ne feront pas partie, des dossiers soumis par la société é auprès de l'agence de santé britannique et de l'Agence Européenne des Médicaments.
Ces soumissions visent à obtenir une autorisation de mise sur le marché de VLA2001 pour la primovaccination sur la base des données positives de l'étude pivot de Phase 3 Cov-Compare.

DMS : -5% avec Ose (-4%)

Navya : -2% avec S30 et Synergie

Technip Energies (-1,5%) a remporté un contrat conséquent d'ingénierie, de fourniture des équipements et de construction (EPC) en consortium avec TARGET Engineering auprès d'Abu Dhabi Polymers co. Ltd. (Borouge), une joint-venture entre ADNOC et Borealis, pour la construction d'une nouvelle unité de craquage d'éthane, qui sera intégrée au complexe pétrochimique Borouge 4 à Ruwais, aux Émirats Arabes Unis.
Le contrat a été signé par SE Dr. Sultan Al Jaber, Ministre de l'Industrie et des Technologies Avancées, Directeur général du Groupe ADNOC et Président d'Abu Dhabi Polymers Co Ltd. (Borouge), et le Directeur général de Technip Energies Arnaud Pieton, en présence de Son Altesse Cheikh Mohamed ben Zayed Al Nahyan, prince héritier d'Abu Dhabi et commandant suprême adjoint des forces armées des Émirats arabes unis, et président du conseil d'administration de la Compagnie pétrolière nationale d'Abou Dhabi (ADNOC) et du Président de la République française, Emmanuel Macron lors de la visite de la délégation française aux Emirats Arabes Unis.

Bastide : -1,5% avec LVMH et Kering

Innate : -1% suivi de Boiron, Genfit.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

Plus que quelques jours pour bénéficier de notre offre Assurance vie

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 janvier 2021 inclus.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/01/2022

Eurazeo conforte son statut de 1er investisseur de la French Tech...

Publié le 19/01/2022

Enertime se distingue sur deux projets...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne