En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 567.02 PTS
-
5 568.00
-
SBF 120 PTS
4 390.49
-
DAX PTS
12 289.40
+0.24 %
Dowjones PTS
27 171.90
+0.07 %
7 905.12
+0.90 %
1.120
-0.10 %

Mi-séance Paris : un peu plus près des 5.600 points

| Boursier | 501 | Aucun vote sur cette news

Le CAC40 progresse encore et gagne 4% sur la semaine...

Mi-séance Paris : un peu plus près des 5.600 points
Credits Reuters

LA TENDANCE

Le CAC40 progresse encore ce vendredi et se rapproche un peu plus de ses récents plus hauts du mois d'avril à 5.601 points. En fin de matinée, l'indice parisien gagne 0,5% à 5.565 points après être monté jusqu'à 5.582 points un peu plus tôt. Depuis le début de l'année, la hausse atteint presque 18% grâce à 4% de progression cette semaine, dans des marchés à nouveau dopés par le soutien des banques centrales. Les indices US se sont encore distingués hier soir, surtout le S&P500 qui a battu de nouveaux records au lendemain des annonces de la Fed, qui a fait savoir qu'elle baisserait ses taux directeurs en cas de "dégradation conjoncturelle".

La Banque du Japon a elle aussi signalé qu'elle pourrait soutenir son économie, comme l'avait déjà fait mardi le patron de la BCE Mario Draghi... Le regain de tension dans le Golfe où l'Iran a abattu un drone américain hier appelle toutefois à un peu plus de prudence de la part de certains investisseurs sur fond de flambée du pétrole et de l'or qui se retrouve à son plus haut niveau depuis près de 5 ans, au-dessus des 1.400$. Sur les marchés obligataires, le rendement de l'emprunt d'Etat américain de référence, le T-Bond à 10 ans, est tombé sous le seuil des 2% en séance, à 1,97%, avant de finir à 2% (-3 points de base), au plus bas depuis octobre 2016.

VALEURS EN HAUSSE

* SuperSonic Imagine bondit de 41% en direction du prix d'OPA de 1,5 euro proposé par la société américaine Hologic. L'opération porterait sur l'acquisition par Hologic, qui ne détient actuellement aucun titre de SuperSonic Imagine, d'un bloc de 10.841.409 actions représentant environ 46% des actions émises par la société auprès de ses 5 principaux actionnaires, à savoir Bpifrance, Andera Partners, Auriga Partners, Mérieux Participations et CDC PME Croissance. Ils cèderaient ainsi la totalité de leurs actions au prix de 1,50 euro par action.

* Ubisoft gagne 0,6% à 69,6 euros. Suite aux cessions récentes d'actions, Guillemot Brothers Ltd a tenu à faire une déclaration. Les frères Guillemot rappellent qu'en 2016 et 2017, afin de préserver l'indépendance d'Ubisoft, ils avaient acquis des actions d'Ubisoft directement sur le marché, ces achats ayant alors été financés par des lignes de crédit. La vente d'un total de 680.000 actions ayant eu lieu en mai et juin 2019 entrerait donc dans le cadre du plan de remboursement de Guillemot Brothers Ltd. La vente ne serait donc aucunement liée à des obligations d'appels de marge, et aucun autre instrument financier de Guillemot Brothers Ltd ne serait impacté par des appels de marge. Jusqu'à 700.000 actions supplémentaires représentant environ 0,6% du capital d'Ubisoft pourraient être vendues en 2019 et serviraient le même but, prévient la famille Guillemot, qui a l'intention de rester un actionnaire de référence à long terme et un fervent supporter de La stratégie d'Ubisoft visant à poursuivre la croissance du chiffre d'affaires et de la rentabilité dans les années à venir...

* Le baril de pétrole est encore hausse à presque 65 dollars le Brent. De quoi booster Total (+1,7%) et Technip FMC (+1,2%).

* Renault gagne 1,7% à 55,8 euros. Le flux acheteur sur le constructeur automobile est à relier à une note d'Exane BNP Paribas qui a rehaussé de 'neutre' à 'surperformer' sa recommandation sur la valeur tout en portant son objectif de 55 à 70 euros. Les analystes sont assez partagés sur le dossier puisque si un seul conseille de 'vendre' le titre, 13 sont 'acheteurs' et 12 à 'conserver'. L'objectif moyen à 12 mois est fixé à 72,12 euros (consensus Bloomberg).

* Mauna Kea (+11%) et la Banque Européenne d'Investissement (BEI), banque de l'Union Européenne, ont annoncé la signature d'un accord de prêt d'un montant de 22,5 millions d'euros, soutenu par le Fonds européen pour les investissements stratégiques (EFSI) ou Plan Juncker. Ce prêt permettra à Mauna Kea Technologies de dynamiser ses activités de développement commercial, de continuer à investir dans ses activités de recherche, de développement et d'innovation ainsi que d'augmenter sa capacité de production, si nécessaire, en fonction de l'évolution de la demande au cours des prochaines années.

VALEURS EN BAISSE

* Natixis perd encore 5% à 3,35 euros. La banque du groupe BPCE continue à faire couler beaucoup d'encre ce matin. Confirmant les données citées par Jefferies, un porte-parole de Natixis a indiqué à Bloomberg que les sorties de fonds chez H2O ont atteint 600 millions d'euros au deuxième trimestre (au 20 juin). La direction de l'établissement financier a également demandé à Bruno Crastes de quitter le conseil de surveillance de Tennor Holding, le fonds d'investissement de Lars Windhorst.

* LDLC (-8%) a préservé sa marge brute à 17% sur l'exercice 2018-2019, avec une progression au deuxième semestre à 17,6%. L'EBITDA s'établit à 2 ME pour l'exercice 2018-2019, renouant comme escompté avec un EBITDA positif au 2nd semestre. Après une perte opérationnelle au 1er semestre, liée au développement de nombreux projets (évolution des systèmes d'information et des plateformes informatiques, lancement de l'implantation en Espagne, mise en place d'une équipe BtoB en région parisienne...), l'EBITDA a enregistré une nette amélioration au deuxième semestre pour atteindre 3,9 ME, tirant parti de la progression de la marge brute, de la matérialisation des économies liées aux synergies groupe et de l'abaissement des charges. Le résultat opérationnel bascule en perte de 4,3 ME malgré un léger bénéfice au deuxième semestre. Le coût de l'endettement financier s'élève à 1,9 ME, contre 1,1 ME un an plus tôt. La charge d'impôts est négative à -1,8 ME contre 2,3 ME en n-1. Au global, le résultat net part du groupe s'inscrit en perte à -4,3 ME. LDLC avait réalisé sur l'exercice 2018-2019 un chiffre d'affaires annuel de 507,5 ME, en progression de +7,5%.

* Aucune baisse n'atteint 1% sur les valeurs du CAC40. STMicroelectronics consolide de 0,8% sur les 15 euros après un gain supérieur à 6% sur la semaine.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/07/2019

Le groupe Bourbon a demandé la suspension de la cotation...

Publié le 22/07/2019

Stentys a échoué dans le processus de recherche de partenaire stratégique

Publié le 22/07/2019

La progression de 31,9 ME par rapport au même trimestre de l'exercice précédent est la conséquence d'une amélioration des recettes dans l'ensemble des secteurs d'activité...

Publié le 22/07/2019

"Les platesformes d'automatisation intelligente tout-en-un et disponibles sur le cloud représentent de nouvelles opportunités pour le marché de l'automatisation"...

Publié le 22/07/2019

CFI n'envisage pas de développer une quelconque activité opérationnelle au sein de CFI...