En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 412.83 PTS
+0.14 %
5 399.00
+0.26 %
SBF 120 PTS
4 285.80
+0.13 %
DAX PTS
11 657.06
-0.25 %
Dowjones PTS
25 861.92
+0.05 %
7 313.68
+0.09 %
1.132
+0.01 %

Mi-séance Paris : les publications annuelles continuent à faire la différence

| Boursier | 565 | Aucun vote sur cette news

Le CAC40 poursuit sa pause, un peu au-dessus de 5.200 points

Mi-séance Paris : les publications annuelles continuent à faire la différence
Credits Reuters

LA TENDANCE

Alors que les marchés financiers ont soufflé hier, la tendance reste prudente ce jeudi, en petite baisse de 0,15% sur le CAC40 autour de 5.215 points. Wall Street a fini en ordre dispersé et sans grande conviction, mercredi, à l'issue d'une journée dominée par des questions géopolitiques et alors que les négociations commerciales entre les Etats-Unis et la Chine butent encore sur plusieurs points, notamment le contrôle de leur mise en oeuvre par Pékin. L'attention des marchés reste donc tournée vers les négociations commerciales entre les Etats-Unis et la Chine qui, si elles ont nettement progressé, semblent encore piétiner sur de nombreux points non résolus. Mercredi, Robert Lighthizer, le représentant américain au commerce -- considéré comme un "faucon" en matière commerciale--, s'est montré prudent, en soulignant d'une part qu'il restait du chemin à faire, et en insistant d'autre part sur l'importance de faire respecter l'accord lorsqu'il sera signé.

Lors d'une audition devant la chambre des représentants, M. Lighthizer a tout de même estimé que son équipe et lui-même "devraient être en mesure d'obtenir un accord qui contribuera à prendre un nouveau virage dans (leur) relation économique avec la Chine". Mais cet accord devra être "quantifiable" et "mis en oeuvre à tous les niveaux du gouvernement", a martelé le responsable américain, rappelant que par le passé, "dans de très rares cas, ils (les Chinois) avaient respecté leurs engagements". Interrogé sur ce qui ferait le succès d'un potentiel accord, il a cité sans hésitation "sa mise en oeuvre". S'il n'était pas appliqué véritablement, cela n'aurait aucune valeur, a-t-il fait valoir.

La seconde audition de Jerome Powell, devant la Chambre des représentants (après le Sénat mardi), n'a pas apporté d'éléments nouveaux. Le patron de la Fed a réaffirmé que la croissance de l'économie devrait rester solide cette année malgré la montée des risques, et a redit que la Fed resterait "patiente" en ce qui concerne de futures hausses de taux. Il a ajouté qu'un accord pourrait être bientôt annoncé sur la gestion du bilan de la banque centrale.

VALEURS EN HAUSSE

* Plus forte hausse du CAC40, Vivendi s'accorde 3,8% à 25,3 euros ce jeudi, porté essentiellement par les spéculations relatives à l'avenir d'Universal Music. Vincent Bolloré, premier actionnaire de Vivendi avec environ un quart du capital, sélectionne actuellement les banques conseils qu'il chargera de céder une part du capital d'Universal Music Group (UMG), ont indiqué deux sources proches de la question à Reuters. Les banques devraient être mandatées en mars en vue d'un lancement du processus au deuxième trimestre, mais des discussions informelles avec des candidats potentiels seraient déjà en cours.

* Altran (+13% à 9,8 euros) a annoncé une performance robuste pour l'exercice 2018 marquée par une croissance organique forte, avec un accroissement des marges et un désendettement rapide. Le chiffre d'affaires ressort à 2,916 MdsE (+27,1% publié, +8% organique par rapport à 2017). La croissance organique à deux chiffres au S2 ressort à +10,9%. La marge opérationnelle est de 352 ME (+40,9% vs. 2017), soit 12,1%, +120 bps par rapport à 2017. La marge opérationnelle d'Aricent est rétablie à 18,2% au S2 et 17,8% pour la période consolidée. Le résultat net ajusté s'inscrit à 165 ME (+11,4% par rapport à 2017).

* Carrefour (+2,6% à 18 euros) a dévoilé des résultats 2018 globalement en ligne avec les attentes du marché et a relevé son objectif de réduction de coûts. Le bénéfice opérationnel courant du premier distributeur européen ressort à 1,94 milliard d'euros (avant normes IAS 29), en recul de 3,4% en données publiées pour cause de baisse du real brésilien (+4,6% à taux de changes constants) pour un chiffre d'affaires de 85,2 MdsE, en hausse de +2,5% à changes constant. Le résultat net part du groupe ajusté repasse dans le vert, à 802 millions d'euros après une perte de 531 ME un an auparavant liée à des charges exceptionnelles massives. Le cash-flow libre, hors éléments exceptionnels, progresse de 14% à 1,088 milliard et la dette nette totalise 3,7 MdsE. Les solides résultats de la filiale brésilienne ont permis au groupe de compenser un nouveau recul en France, où les hypermarchés français ne sont toujours pas parvenus à redresser la barre. Le groupe propose le versement d'un dividende de 0,46 euro par action, stable par rapport à l'exercice 2017.

* Genfit (+6,4% à 21,9 euros) a déposé un Document d'Enregistrement Form F-1 auprès de la Securities and Exchange Commission (SEC) dans le cadre de son projet d'introduction en bourse aux Etats-Unis sous forme d'American Depositary Shares (ADSs) - chacune d'entre elles représentant une action ordinaire. Dans le même temps, Genfit envisage l'émission d'actions ordinaires par voie de placement privé en Europe (y compris la France) et dans d'autres pays en dehors des Etats-Unis et du Canada. Tous les titres vendus dans le cadre de l'offre Globale seront émis par Genfit. Le nombre de titres proposés et la fourchette de prix de l'Offre Globale envisagée n'ont pas encore été déterminés. Genfit a procédé à une demande d'admission de ses ADS sur le Nasdaq Global Market sous le symbole 'GNFT', les actions ordinaires de Genfit étant cotées sur Euronext Paris sous ce même symbole.

* Bureau Veritas (+4% à 20,6 euros) a publié des résultats annuels en progression et légèrement supérieurs au consensus. Le groupe confirme également ses objectifs 2020. Sur le dernier exercice, la firme a enregistré un résultat opérationnel ajusté de 758 millions d'euros, en progression de 8,4% à taux de change constant, matérialisant une marge opérationnelle ajustée de 15,8%, en hausse de 20 pb en organique. Le marché tablait sur 754 ME. Le chiffre d'affaires s'établit à 4,796 milliards d'euros, en progression de 2,3% et de 7% à taux de change constant (+4% en organique). Le bénéfice net augmente de 8% à 332,6 ME (+27,3% à change constant) alors que les flux de trésorerie disponibles bondissent de 45,8% à taux de change constant.

* Seb et Ipsos progressent aussi de 3 à 5% après leurs comptes 2018.

VALEURS EN BAISSE

* Technicolor perd 5% à 0,95 euro. Le chiffre d'affaires des activités poursuivies de Technicolor s'élève à 3.988 ME, en baisse de 3% à taux de change constants, avec un EBITDA ajusté de 266 ME comparé à 341 ME en 2017. Le chiffre d'affaires a augmenté de 3% à taux de change constants au cours du second semestre, grâce notamment à une hausse de 5% au dernier trimestre. Les coûts de restructuration s'élèvent à 62 ME à taux de changes courants, dont 34 ME pour le segment Maison Connectée et 26 ME pour la fermeture de sites aux États-Unis dans la Post Production et les Services DVD. Le Résultat net des activités poursuivies est de -224 ME contre -168 ME en 2017. Aucun dividende ne sera versé... Les flux de trésorerie des activités poursuivies hors R&I s'élèvent à -43 ME, en baisse de 143 ME à taux de change constants, avec un flux de trésorerie positif de 94 ME au deuxième semestre. La société a décidé de ne plus fournir de prévisions chiffrées spécifiques pour l'année ou les suivantes.

* Engie (-2,7% à 13,5 euros) a publié des résultats 2018 en croissance organique soutenue et a présenté un nouveau plan lui permettant de faire progresser son résultat net courant de 7% à 9% par an sur la période 2019-2021. Ce plan prévoit qu'il se développera en priorité dans les renouvelables et les "solutions clients". Il concentrera en outre ses investissements sur 20 pays et 30 métropoles, ce qui le conduira à quitter une vingtaine de pays en trois ans. Engie projette également un programme d'économies de 800 millions d'euros pour la période 2019-2021, en écho à celui de 1,3 milliard mis en oeuvre sur 2016-2018, ainsi que 11 à 12 milliards d'investissements de croissance et six milliards de cessions. Le groupe a en outre annoncé un objectif de résultat net récurrent part du groupe en croissance en 2019, compris entre 2,5 et 2,7 milliards d'euros, qui repose sur une fourchette indicative d'Ebitda de 9,9 à 10,3 milliards. Il va aussi mettre en place "à moyen terme" une nouvelle politique de dividende, avec un ratio de distribution de 65% à 75% de son résultat net part du groupe, le haut de cette fourchette étant visé pour 2019.

* Air France-KLM perd encore 2,1% à 11 euros. Le gouvernement néerlandais a poursuivi mercredi sa montée au capital d'Air France-KLM, dévoilée 24 heures plus tôt. La Haye a ainsi annoncé avoir achevé son opération de rachat de parts d'Air-France KLM et en détenir désormais 14%, presque autant que le gouvernement français (14,3%, mais 22,7% des droits de vote). "L'Etat néerlandais a pris une participation de 14% dans Air France-KLM", a ainsi annoncé mercredi soir le gouvernement néerlandais dans un communiqué, précisant que "l'opération de rachat de parts d'Air-France-KLM est achevée". Mardi, La Haye avait révélé avoir acquis une participation de 12,68% du capital de la compagnie aérienne franco-néerlandaise afin de défendre ses intérêts. En réaction, l'action AF-KLM a plongé mercredi de 11,7% à la Bourse de Paris. L'irruption de l'Etat néerlandais dans Air France-KLM a suscité une vive réaction du gouvernement français qui a jugé cette opération "inamicale", "surprenante" et "contestable", digne d'un raider boursier, rompant ainsi avec les habituelles conventions du langage diplomatique pratiqué d'Etat à Etat. Le président Emmanuel Macron a demandé à La Haye de "clarifier ses intentions dans cette affaire...

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 15 avril 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/03/2019

Légère baisse de l'ANR à fin 2018

Publié le 18/03/2019

  CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL ALPES…

Publié le 18/03/2019

Bureau Veritas annonce l'acquisition de Owen Group Inc., un spécialiste régional dans les services de conformité des bâtiments et infrastructures aux États-Unis. Owen compte parmi ses clients des…

Publié le 18/03/2019

Marie-Christine Ducholet est nommée Directrice de la Banque de détail Société Générale en France à compter du 1er juin 2019. Avec plus de 34 années passées au sein du groupe, elle a…

Publié le 18/03/2019

Ingenico Group, spécialiste des solutions de paiement intégrées, a annoncé la nomination de Matthieu Destot en tant que Vice-président exécutif, en charge de la division Banques et Acquéreurs…