En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 367.62 PTS
-0.15 %
5 367.0
-0.07 %
SBF 120 PTS
4 237.09
-0.23 %
DAX PTS
12 096.40
-0.60 %
Dowjones PTS
26 089.61
-0.07 %
7 479.11
-0.42 %
1.121
-0.00 %

Mi-séance Paris : le CAC40 s'affirme en direction des 5.300 pts

| Boursier | 398 | Aucun vote sur cette news

Dans le sillage de la cote américaine

Mi-séance Paris : le CAC40 s'affirme en direction des 5.300 pts
Credits Reuters

Les places européennes poursuivent leur reprise ce mercredi, toujours soutenues par les espoirs monétaires. Les opérateurs prennent également connaissance ce jour d'indices PMI contrastés en Europe et de ventes de détail en retrait, ce qui n'entame visiblement pas le moral des marchés. L'indice phare parisien, le CAC 40, s'adjuge 0,44% à 5.291 pts. Sur le marché des changes, l'euro remonte à 1,128$ environ ce jour (+0,2%). Les cours du pétrole sont quant à eux en retrait, avec une baisse de 0,6% sur le baril de brut WTI à 53,1$ et un repli de 0,2% du Brent.

La cote américaine est attendue en progression avant bourse ce mercredi, le S&P500 s'accordant 0,6% et le Nasdaq 0,8%. La bourse de New York s'était envolée hier de plus de 2%, les marchés spéculant sur une baisse des taux après le récent plongeon des taux souverains et des propos du président Jerome Powell. Ce dernier a indiqué mardi que la banque centrale américaine agirait de manière "appropriée" face aux risques nés des tensions commerciales. Une légère détente s'est justement produite sur ces dossiers commerciaux mardi. D'une part, le président mexicain Andrés Manuel Lopez Obrador s'est dit confiant dans la possibilité de parvenir à un accord avec Washington afin d'éviter des taxes à partir du 10 juin... D'autre part, la Chine a légèrement adouci le ton : le ministère du Commerce a appelé à renouer le dialogue en vue de résoudre les différends avec les Etats-Unis... Enfin, Trump a évoqué hier, lors d'une conférence de presse avec Theresa May, la possibilité d'un accord commercial "phénoménal" avec le Royaume-Uni, dès que ce dernier sera sorti de l'UE. A la clôture hier, l'indice Dow Jones a regagné 2,06% à 25.332 points, tandis que l'indice large S&P 500 est remonté de 2,14% à 2.803 pts, et que le Nasdaq composite a grimpé de 2,65% à 7.527 pts, effaçant sa chute de 1,61% de lundi.

Dans ce contexte d'anxiété sur la croissance, tous les regards se tournent vers la Réserve fédérale, dont les marchés attendent massivement non pas une, mais plusieurs baisses de taux cette année, afin de soutenir une économie fragilisée. Mardi, le président de la Fed, Jerome Powell, a assuré que la Banque centrale allait faire le nécessaire pour soutenir la croissance américaine. Powell affirme que la Fed "surveille de près" les développements liés à la guerre commerciale et leurs implications économiques.

La prochaine réunion de politique monétaire de la Fed se déroulera les 18 et 19 juin prochains, mais pour l'instant, la probabilité reste à 82% en faveur d'un statu quo sur les taux des fed funds (fixés à 2,25%-2,50%) pour cette date, selon l'outil FedWatch du CME Group. Ce même outil, qui reflète l'évolution des contrats à terme sur les 'fed funds' (le principal taux directeur de la Fed), montre toutefois que les marchés tablent désormais sur plusieurs baisses de taux cette année, les attentes les plus fortes se portant sur les réunions de septembre et d'octobre.

Sur le front commercial, le président mexicain s'est montré optimiste mardi, alors que Donald Trump a prévu de taxer à 5% les produits mexicains importés dès le 10 juin, puis de monter progressivement jusqu'à 25% si Mexico n'agit pas davantage pour contrôler les flux de migrants vers les Etats-Unis. Andrés Manuel Lopez Obrador a déclaré mardi qu'il s'entretiendrait avec Donald Trump "si nécessaire" pour régler ce problème. Mexico a envoyé à Washington une délégation, menée par le ministre des Affaires étrangères Marcelo Ebrard, pour négocier avec les responsables américains. Selon le président Obrador, "les pourparlers se passent bien (...) Je suis optimiste. Je pense que la rencontre de demain (mercredi avec le secrétaire d'Etat Mike Pompeo) va être importante et que nous trouverons un accord avant le 10 juin", a-t-il insisté.

Par ailleurs, la Chine s'est montrée plus souple mardi, après une semaine de rhétorique musclée entre Pékin et Washington... Le ministère chinois du commerce a appelé a un dialogue continu pour résoudre les différends commerciaux. La Chine "continue de penser que les différends et les frictions entre les deux parties devraient à la fin se résoudre via le dialogue et la consultation". Toutefois, "les consultations doivent être basées sur le respect mutuel, l'égalité et le bénéfice mutuel" des parties en présence, a ajouté le ministère. Pékin avait publié dimanche un livre blanc accusant les Etats-Unis d'être à l'origine de l'échec des dernières négociations. La Chine a relevé le 1er juin les taxes sur 60 Mds$ de biens américains importés, a menacé de réduire ses livraisons de terres rares à Washington et a ouvert une enquête sur le groupe américain Fedex, accusé d'avoir mal acheminé des colis adressés à Huawei...

Le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin doit s'entretenir avec le gouverneur de la Banque populaire de Chine et aura d'autres entretiens bilatéraux en marge du G20. En revanche, la rencontre au sommet attendue entre Donald Trump et son homologue chinois Xi Jinping à l'occasion du G20 d'Osaka au Japon demeure incertaine.

Sur le front économique aux Etats-Unis ce jour, le rapport d'ADP concernant l'emploi privé non-agricole pour le mois de mai 2019 sera communiqué à 14h15 (consensus 175.000 créations de postes contre 275.000 le mois précédent). L'indice Markit PMI final des services américains pour le mois de mai sera communiqué à 15h45, avec l'indice PMI composite (consensus 50,9). L'ISM des services du mois de mai sera annoncé à 16h (consensus 55,8). Le rapport hebdomadaire du Département américain à l'énergie concernant les stocks pétroliers domestiques pour la semaine close le 31 mai sera annoncé à 16h30 (consensus -1,7 million de barils sur les stocks de brut). Enfin, le Livre Beige économique de la Fed sera annoncé à 20h. Plusieurs responsables de la Fed s'expriment ce jour, dont son vice-président Richard Clarida à Chicago.

En Europe cette fois, l'indicateur IHS Markit PMI France pour le secteur des services du mois de mai 2019 a fait ressortir la plus forte croissance de l'activité depuis novembre dernier. L'indice final français du mois de mai s'établit à 51,5, contre 51,7 de consensus et 51,7 pour l'estimation initiale du mois de mai. L'indicateur était de 50,5 en avril. L'indice PMI composite français de l'activité globale s'est redressé de 50,1 en avril à 51,2, signalant une croissance modérée de l'activité du secteur privé français, mais néanmoins la plus forte depuis novembre dernier.

L'indice Markit PMI final européen des services s'est établi pour sa part à 52,9, contre 52,5 de consensus et 52,5 pour l'évaluation préliminaire. L'indicateur PMI allemand final des services est ressorti à haut niveau, à 55,4 contre 55 de consensus. L'indice italien des services est ressorti juste à l'équilibre, à 50 en mai ('en ligne'), alors que l'indicateur espagnol s'est élevé à 52,8 (consensus 52,5).

Les ventes au détail, corrigées des variations saisonnières, ont diminué de 0,4% dans la zone euro en avril après être restées stables le mois précédent. Le consensus tablait toutefois sur un repli légèrement plus marqué de 0,5%. En glissement annuel, les ventes affichent une hausse de 1,5%, en ligne avec les attentes.

Les prix à la production industrielle ont diminué de 0,3% dans la zone euro en avril après avoir reculé de 0,1% en mars. Sur un an, les prix ont augmenté de 2,6%. Le consensus tablait respectivement sur des hausses de 0,3% et de 3,2%.

Valeurs en hausse

EuropaCorp (+22%) connaît un nouvel épisode spéculatif assez intense ce jour. Rappelons que le groupe avait réagi fin mai, après une envolée boursière provoquée par les informations dévoilées par 'Les Echos'. La société de Luc Besson confirmait alors des discussions avec ses créanciers et le groupe Pathé, dans le cadre de la restructuration de sa dette et du renforcement de sa capacité financière par augmentation de capital.

Dassault Aviation (+2,2%) rebondit après une note de Goldman Sachs, qui a rehaussé de 'neutre' à 'achat' sa recommandation sur la valeur tout en portant sa cible de 1.529 à 1.542 euros. Les analystes sont désormais quasiment unanimes sur le dossier dans la mesure où sur les douze suivant le titre de l'avionneur répertoriés par Bloomberg, un seul est à 'conserver'.

Bourbon (+8,4%). Les créanciers principaux et loueurs de navires ont déposé une nouvelle offre visant à restructurer la dette. L'offre prévoit un apport de liquidités à hauteur de 120 millions d'euros, ainsi qu'une conversion en capital de plus de 1,4 milliard d'euros de dette - sur 2,7 milliards de dette totale. A l'issue de cette restructuration, les créanciers et loueurs disposeraient de 93% du capital. Le 'deal' permettrait une réduction de de plus de moitié de l'endettement du groupe.

Solocal (+6,1%) annonce qu'Olivier Regnard rejoindra le groupe le 1er juillet en tant que directeur financier. Il intègrera le Comité exécutif et reportera directement à Eric Boustouller, Directeur général de Solocal. Avant de rejoindre Solocal, et après une expérience chez Mauna Kea Technologies, il était depuis le premier trimestre 2018, directeur financier du groupe Europe Snacks.

Deinove (+10%) engage une collaboration avec Dow pour le développement conjoint d'un ingrédient cosmétique exclusif issu de sa collection d'extraits bactériens. Le géant américain des produits chimiques a en effet sélectionné l'un des extraits d'intérêt issus de la collection bactérienne de Deinove qui va désormais concevoir et optimiser un procédé de production dédié.

Genfit (+1%) lance un essai de Phase 2 évaluant l'effet d'elafibranor sur la composition lipidique du foie dans la stéatose hépatique. L'étude a pour objectif de déterminer l'effet d'elafibranor, un double agoniste des PPAR alpha/delta, sur l'index de saturation des acides gras hépatiques.

Renault (+0,5%). Pour l'instant, aucune décision n'a été prise, et le conseil du constructeur français se réunira à nouveau mercredi "en fin de journée", a indiqué mardi soir Renault. Le conseil continuera d'étudier "avec intérêt" la proposition de fusion "entre égaux", faite par Fiat. Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a mis en garde ce jour contre toute précipitation dans les discussions...

Valeurs en baisse

Fleury Michon (-2,3%) livre des précisions concernant le résultat opérationnel du 1er semestre, qui devrait ressortir dans le rouge. L'épidémie de peste porcine et ses impacts sur le cheptel chinois en particulier, a eu pour conséquence depuis plusieurs semaines une forte hausse du prix du porc et du jambon de porc. Le chiffre d'affaires du 1er semestre 2019 sera communiqué le 18 juillet. Les prévisions sont en recul, notamment en raison des ventes perdues consécutives au virus informatique.

Arkema (-0,8%) a annoncé son intention d'émettre une nouvelle souche d'obligations super-subordonnées à durée indéterminée libellées en euros, incluant une première option de remboursement anticipé au gré de la société après 5,25 ans et portant intérêt à taux fixe réajustable. Arkema annonce également le lancement d'une offre contractuelle de rachat visant le rachat partiel de ses obligations super-subordonnées à durée indéterminée d'un montant de 700 ME ayant une première date de remboursement anticipé au gré de la société le 29 octobre 2020 portant intérêt à taux fixe réajustable, émises par la Société le 29 octobre 2014.

Altice (-3,7%) décroche à Amsterdam, alors que la vente d'une participation dans son réseau de fibre optique au Portugal susciterait finalement un intérêt modéré de la part des candidats potentiels. Selon des sources proches du dossier citées par 'Bloomberg', l'opérateur télécoms aurait reçu des offres valorisant le réseau entre 3 et 4 milliards d'euros quand le groupe de Patrick Drahi espérait un montant d'au moins 5 MdsE. Les analystes évoquaient même une somme plus élevée.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 30 juin 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/06/2019

Manutan annoncé avoir financé cette acquisition essentiellement sur ses fonds propres

Publié le 14/06/2019

Par l'acquisition d'actions auprès d'ABN AMRO et Société Générale

Publié le 14/06/2019

Manutan a annoncé l'acquisition de 100 % des titres de la société Kruizinga, acteur majeur de la distribution en ligne d'équipements de stockage et de transport au Benelux. Basée à Wapenveld (au…

Publié le 14/06/2019

Dans le cadre du programme de rachat d'actions annoncé le 29 octobre 2018 avec l'objectif de racheter jusqu'à 1 % de son capital social sur une durée de 12 mois, Kering a mis en place un nouveau…

Publié le 14/06/2019

Acquisition de la société KRUIZINGA, Acteur majeur de la distribution en ligne d'équipements de stockage et de transport au…