Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 652.65 PTS
+0.2 %
6 649.5
+0.16 %
SBF 120 PTS
5 207.01
+0.17 %
DAX PTS
15 710.57
-0.12 %
Dow Jones PTS
34 033.67
-0.77 %
13 983.01
-0.34 %
1.199
+0.01 %

Mi-séance Paris : le CAC40 reste sous les 4.500 points

| Boursier | 1399 | Aucun vote sur cette news

La Bourse de New York a démarré la semaine en ordre dispersé

Mi-séance Paris : le CAC40 reste sous les 4.500 points
Credits Reuters

LA TENDANCE

Le CAC40 évolue en légère baisse depuis ce matin et a échoué d'1 point à retrouver les 4.500 points dans la matinée. Vers la mi-journée, le CAC40 recule de 0,3% à 4.477 points.

Les investisseurs sont dans l'expectative face au Coronavirus et la crise sanitaire qu'il a engendré. Ils observent, inquiets, la possibilité d'une "deuxième vague" significative, avec des mesures nouvelles de confinement prises en Corée du Sud et en Chine dans le foyer initial de Wuhan où 5 nouveaux cas sont apparus pour la première fois depuis 1 mois. Des réflexions en ce sens existent aussi en Allemagne au niveau régional. Des craintes légitimes alors que les principaux pays occidentaux, les plus touchés par le virus, ont tous entamé un déconfinement progressif. Ce dernier avait déjà largement été anticipé sur les marchés actions et hier les valeurs exposées à la pandémie ont le plus souffert comme les grandes foncières.

La Bourse de New York a démarré la semaine en ordre dispersé, lundi, les investisseurs se montrant partagés sur le rythme du redémarrage de l'économie mondiale, à l'issue des déconfinements en cours aux Etats-Unis et en Europe. Les valeurs technologiques et de la santé ont soutenu le Nasdaq, ces deux secteurs apparaissant comme les gagnants de la crise actuelle. Des experts et des membres de la Fed mettent cependant en garde contre le risque d'un excès d'optimisme des marchés, et prévoient une reprise économique lente et progressive, sous la menace d'une résurgence du coronavirus, qui reste présent.

VALEURS EN HAUSSE

* Alstom s'adjuge 5,5% à 38,2 euros, le marché saluant la publication annuelle du groupe ferroviaire. Sur l'exercice clos fin mars, le groupe a enregistré un chiffre d'affaires de 8,2 milliards d'euros, en progression de 1% à données comparables et un résultat d'exploitation ajusté de 630 millions d'euros (+4%), conduisant à une marge de 7,7%. Alstom, qui a renoncé à verser un dividende pour cette année, estime que la crise sanitaire aura un impact négatif sur la performance financière de l'exercice 2020-2021 qu'il n'est pas en mesure d'évaluer à ce stade. Le management a néanmoins maintenu ses objectifs de moyen terme en termes de marge d'exploitation ajustée et de conversion du résultat net en cash-flow libre.

* Iliad (+5% à 148 euros) a publié un chiffre d'affaires en hausse de 6,9% sur les trois premiers mois de l'année, à 1,382 MdE, tiré par la poursuite de la bonne dynamique commerciale en Italie (150 millions de chiffre d'affaires sur 3 mois), la hausse du chiffre d'affaires services en France (+4,2%), deux facteurs absorbant la baisse des ventes d'équipements qui contrairement au 1er trimestre 2019 n'ont pas bénéficié d'un nouveau lancement de produit (Freebox Delta). Dans un marché français qui reste très concurrentiel, au 1er trimestre 2020, le chiffre d'affaires enregistre un cinquième trimestre consécutif de croissance, en hausse de 1,7% à 1.233 millions d'euros.

* Delta Plus Group gagne 3% à 37 euros. Le groupe a bien commencé 2020 avec un chiffre d'affaires trimestriel de 67,7 millions d'euros, en progression de 14% dont +5,1% en organique. Le fabricant et distributeur d'équipements de protection individuelle a enregistré un niveau élevé de ventes de masques et de combinaisons jetables (qui représentent environ 5% du chiffre d'affaires du groupe), et dans une moindre mesure de certains gants et lunettes de protection. Ces ventes ont conduit, pour plusieurs de ces références de produits, à des ruptures de stocks et à des difficultés de réapprovisionnements durables.

VALEURS EN BAISSE

* CGG recule de 8% à 1,09 euro après la publication de résultats trimestriels négatifs avec une perte nette de 98 M$. L'EBITDAs des activités atteint 123 M$, en hausse de 3%, pour un chiffre d'affaires des activités de 271 M$, en baisse de 4%. Le consensus Factset tablait sur une perte nette de 29 M$ pour des revenus de 265 M$. Dans la crise actuelle, la société explique se concentrer sur la gestion de sa liquidité, la réduction de ses investissements et des coûts cash, l'ajustement "si nécessaire" de son organisation et le maintien en parallèle de ses efforts de R&D. CGG dispose de 624 millions de dollars de trésorerie à fin mars et aucune dette obligataire à rembourser avant avril 2023.

* Engie (-3,6% à 9,4 euros) a dévoilé des résultats trimestriels en retrait, pénalisés par les premiers effets de la pandémie de Covid-19 et une météo défavorable. Sur les trois premiers mois de l'année, la firme enregistre ainsi un Ebitda de 3,1 milliards d'euros, en baisse de 1,8% en brut (+1,4% en organique) pour un chiffre d'affaires de 16,5 milliards d'euros, en repli de 3,7% en brut et en organique. Le résultat opérationnel courant s'élève à 1,9 MdE, en baisse de 6,6% en brut et de 2,1% en organique. Hors effet négatif des températures en France, le ROC aurait augmenté de 2,1% en organique, précise Engie. Les cash-flow des opérations atteint 0,2 milliard d'euros, en hausse de 0,1 MdE en raison d'effets timing des appels de marge sur produits dérivés, et d'une baisse des impôts payés.

* Safran reste en baisse de 1,8% à 77 euros. Jefferies est passé de 'sous-performer' à 'conserver' avec un objectif ramené de 120 à 75 euros.

* Genfit chute de 65% à 7,25 euros. Les espoirs concernant sa principale molécule, l'Elafibranor, dans la Nash, la maladie du "foie gras" sont douchés avec l'échec de sa phase III. Les résultats étaient attendus, ils sont tombés hier soir. L'Elafibranor n'a pas démontré d'effet statistiquement significatif sur le critère principal de résolution de la NASH sans aggravation de la fibrose. L'essai n'a donc pas atteint le critère d'évaluation principal prédéfini de résolution de la NASH sans aggravation de la fibrose dans la population ITT de 1070 patients. Le taux de réponse observé dans le bras composé des 717 patients ayant reçu elafibranor 120mg a été de 19,2%, contre 14,7% dans le bras placebo.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/06/2021

Ces travaux seront sur la mise à disposition de bactériophages pour l'usage thérapeutique...

Publié le 16/06/2021

CNIM Groupe décide de reporter à une Assemblée ultérieure son projet d'émission d'obligations remboursables en actions et de réserver l'assemblée...

Publié le 16/06/2021

Linkeys apparaît plus que jamais comme un relais de croissance à forte valeur ajoutée pour le groupe Mare Nostrum...

Publié le 16/06/2021

Cette certification revêt une importance toute particulière...

Publié le 16/06/2021

Le calendrier de l'offre sera déterminé par l'AMF, conformément à son règlement général...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne