En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 889.52 PTS
-
4 891.50
-
SBF 120 PTS
3 859.45
-
DAX PTS
12 600.87
-
Dow Jones PTS
26 828.47
+0.62 %
11 096.54
+0. %
1.181
+0.14 %

Mi-séance Paris : le CAC40 reperd près de 1%

| Boursier | 955 | Aucun vote sur cette news

L'intensification des tensions entre Washington et Pékin fait craindre aux investisseurs un retour de la guerre commerciale

Mi-séance Paris : le CAC40 reperd près de 1%
Credits Reuters

LA TENDANCE

La bourse de Paris reperd la moitié du terrain gagné hier : le CAC40 cède en effet près de 1% en fin de matinée autour de 5.060 points.

Les investisseurs ne tiennent pas vraiment compte de la belle progression de la croissance chinoise, au-delà des attentes : le produit intérieur brut du pays a avancé de +3,2% pour des attentes à +2,5%, après la chute historique de -6,8% au premier trimestre. Les chiffres trimestriels témoignent notamment d'une forte reprise de la production industrielle, alors que la consommation des ménage et l'investissement ressortent sur des niveaux plus mitigés.

Pour autant, l'intensification des tensions entre Washington et Pékin fait craindre aux investisseurs un retour de la guerre commerciale entre les deux premières puissances économiques de la planète. Les Etats-Unis ne veulent plus commercer de façon privilégiée avec Hong Kong depuis que la Chine a renforcé sa position sur la ville-Etat et Mike Pompeo, a déclaré que les Etats-Unis allaient restreindre les visas pour certains employés d'entreprises technologiques chinoises, comme Huawei, accusés de faciliter les violations des droits humains.

Sur le plan sanitaire, alors que le bilan de la pandémie continue de s'aggraver jour après jour, les Etats-Unis viennent d'enregistrer un nouveau record quotidien de cas avec plus de 67.000 contaminations au Covid-19. L'Université Johns Hopkins dénombre désormais 13,5 millions de cas confirmés à travers le monde depuis le début de l'épidémie, pour 584.100 morts. Les Etats-Unis sont les plus touchés, avec 3,49 millions de cas et plus de 137.400 décès.

VALEURS EN HAUSSE

* Inventiva (+10% à 10,14 euros) est enfin coté sur le Nasdaq Global Market comme précédemment annoncé, pour un nombre total de 7.478.261 actions ordinaires nouvelles, sous la forme d'American Depositary Shares (" ADSs "), chacune d'entre elles représentant une action ordinaire, à un prix de 14,40$ par ADS. Le montant brut total de l'Offre, avant déduction des commissions des intermédiaires financiers et frais estimés à payer par la société, est d'environ 107,7 millions de dollars U.S. (soit 94,9 millions d'euros).

* Sartorius Stedim Biotech grimpe de 8% à 262 euros. Sur la base des bonnes performances de l'entreprise au premier semestre et des prévisions de demande qui devraient rester élevées pour le reste de l'année, le groupe a une nouvelle fois rehaussé ses prévisions de croissance et de bénéfices pour l'ensemble de l'exercice 2020. La direction prévoit désormais une croissance des ventes de 26 à 30% (contre 17 à 21% auparavant) et une marge EBITDA courant d'environ 31% (contre 30% auparavant), les chiffres étant donnés à taux de change constants comme par le passé. La révision à la hausse des prévisions est en partie liée à la pandémie actuelle de coronavirus, car les produits de Sartorius Stedim Biotech sont utilisés pour la fabrication de vaccins et de médicaments antiviraux.

* Alstom avance de 2,2% à 48,4 euros. Le groupe ferroviaire a fait état d'un chiffre d'affaires en baisse de 27% (-25% à périmètre et taux de change constants) mais supérieur aux attentes du marché au premier trimestre de son exercice 2020-2021 tout en enregistrant 1,7 milliard d'euros de commandes, contre 1,6 MdsE sur la même période l'année précédente. "La crise du Covid-19 aura probablement un impact négatif sur la performance financière de l'exercice 2020/21, et notamment sur les prises de commandes, le résultat net, le cash-flow libre et le chiffre d'affaires, même s'il est difficile aujourd'hui de déterminer avec précision l'ampleur de cet impact", a précisé Alstom, qui anticipe toutefois une reprise rapide du marché ferroviaire, soutenu par de solides fondamentaux et une demande croissante en mobilité durable.

* Renault progresse de 1,6% à 23,8 euros. Le déclin des ventes de voitures neuves ralentit quelque peu dans l'Union Européenne. Selon les données de l'Association des constructeurs automobiles européens, les immatriculations de voitures particulières neuves se sont élevées à 949.722 unités en juin, en baisse de 22,3% sur un an. Ce repli marque une amélioration par rapport à la chute de 52,3% observée en mai. Bien que les concessionnaires aient rouvert leurs portes après la levée des mesures de confinement, la demande des consommateurs ne s'est pas totalement redressée le mois dernier, souligne l'ACEA. Tous les marchés de l'Union européenne ont continué à afficher des baisses importantes en juin, la France (+1,2%) étant la seule exception à la règle. Cette dernière s'explique par les nouvelles mesures d'incitation visant à stimuler les ventes de véhicules à faibles émissions qui ont été introduites par le gouvernement français au début du mois de juin. En ce qui concerne les autres grands marchés automobiles, l'Espagne (-36,7%), l'Allemagne (-32,3%) et l'Italie (-23,1%) ont tous enregistré des baisses à deux chiffres le mois dernier. Au niveau des constructeurs, Renault (-15,7%) s'en est mieux sorti que Groupe PSA (-28,3%) le mois passé, tandis que chez les groupes étrangers, Toyota (-16,2%), Daimler (-16%) et BMW (-18,9%) ont réalisé les meilleures performances.

VALEURS EN BAISSE

* Le secteur du luxe est mal orienté à l'image de Kering qui perd plus de 2% à 512 euros et de LVMH qui cède 1,4% à 406 euros. Il faut dire que Richemont (-5%), qui détient le joaillier Cartier ou encore l'horloger IWS, a annoncé un plongeon de 47% de son chiffre d'affaires sur les trois mois clos fin juin à 1,99 milliard d'euros. Richemont a déclaré que les ventes s'étaient contractées dans toutes les régions, sur toutes les chaînes et dans tous les secteurs d'activité. L'Asie-Pacifique s'en est un peu mieux sortie grâce à une augmentation des ventes de 49% en Chine liée au dynamisme du commerce en ligne. Le groupe helvète n'a pas fourni de détails sur ses perspectives. Bernstein explique que Richemont suit les traces de ses pairs Swatch et Burberry avec une autre série de chiffres "gravement négatifs". Les fermetures liées aux Covid-19 font que les entreprises de biens de luxe enregistrent les pires résultats trimestriels de leur histoire et Richemont "ne fait pas exception".

* M6 (-0,4% à 10 euros) a annoncé mercredi être en négociations exclusives avec la société Stars, maison-mère de Teleshopping, en vue de la cession de son activité de téléachat.

* Atos recule de 1,4% à 75,9 euros. Citigroup a pourtant remonté son objectif de cours de 68 à 78 euros.

* Casino recule de près de 4% à 28,9 euros. Bryan Garnier a dégradé le titre à 'vendre' tout en coupant sa 'fair value' de 36 à 26 euros. Avec la réouverture des restaurants/bars/cantines, le commerce de détail alimentaire perd son statut de refuge. Conformément à sa position plus prudente concernant l'ensemble du secteur de la distribution alimentaire après le confinement, le broker pense que la prime de valorisation de 15% de Casino par rapport à ses pairs semble de plus en plus injustifiée et difficilement viable. En effet, certaines de ses principales enseignes françaises présentent un risque pour le second semestre (Monoprix et Franprix avec leur exposition à Paris et aux touristes), laissant la place à une éventuelle dégradation, tandis que le pari sur le versement d'un dividende exceptionnel fin 2022/début 2023 est trop lointain et devient de plus en plus hypothétique.

* Plus forte baisse du CAC40, Airbus perd 2,4% à 67,5 euros. Morgan Stanley a abaissé son objectif de cours de 94 à 90 euros ('surpondérer').

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 04/08/2020

ACTIA GROUPChiffre d'affaires 1er semestre (Avant ouverture)PHARMAGEST INTERACTIVEChiffre d'affaires 1er semestresource : AOF

Publié le 04/08/2020

9h50 en FranceIndices des directeurs d'achat pour le secteur des services et Composite en juillet9h55 en AllemagneIndices des directeurs d'achat pour le secteur des services et Composite en…

Publié le 04/08/2020

Une erreur s'est glissée dans le titre de notre dépêche précédente sur Accor. Il s'agit des résultats du premier semestre.Accor a enregistré au premier semestre une perte nette, part du groupe,…

Publié le 04/08/2020

Accor a enregistré au premier semestre une perte nette, part du groupe, de 1,51 milliard d’euros contre un profit de 141 millions d’euros un an plus tôt. Le groupe hôtelier a enregistré 1…

Publié le 04/08/2020

Neurones a publié des revenus au premier semestre 2020 en croissance organique de 0,4% à 254,4 millions d'euros. L'expert des services informatiques souligne que dans le contexte très particulier…

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne