Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 261.12 PTS
-0.56 %
6 216.00
-0.22 %
SBF 120 PTS
4 935.71
-0.39 %
DAX PTS
15 377.87
+0.06 %
Dow Jones PTS
34 077.63
-0.36 %
13 907.67
+0. %
1.207
+0.33 %

Mi-séance Paris : le CAC40 regarde en direction des 6.000 points

| Boursier | 997 | Aucun vote sur cette news

Le marché parisien reste bien orienté en ce milieu de semaine et se dirige tranquillement vers les 6...

Mi-séance Paris : le CAC40 regarde en direction des 6.000 points

LA TENDANCE

Le marché parisien reste bien orienté en ce milieu de semaine et se dirige tranquillement vers les 6.000 points. A la mi-journée, le CAC40 gagne 0,46% à 5.952 points, toujours porté par l'amélioration des perspectives économiques mais également par une certaine accalmie du côté des rendements obligataires. A ce sujet, la publication des chiffres des prix à la consommation aux Etats-Unis, qui pourraient alimenter le débat sur l'évolution de l'inflation, sera particulièrement suivi à 14h30. Toujours de l'autre côté de l'Atlantique, les opérateurs surveilleront de près le vote par la Chambre des représentants du plan de relance économique de 1.900 milliards de dollars voulu par Joe Biden.

En Europe, le point d'orgue de la semaine est pour demain avec la réunion de la Banque centrale européenne. Une BCE particulièrement attendue dans un contexte de remontée (trop) rapide des taux d'intérêts et de craintes inflationnistes. Christine Lagarde devra employer les bons mots pour rassurer des investisseurs tiraillés entre les espoirs d'une reprise économique soutenue et ces tensions sur les marchés obligataires.

Ce sont les Small&Midcaps qui animent la cote ce mercredi à Paris à l'image de Quadient, Gensight ou encore Voyageurs du Monde. Alstom recule après un placement de titres par Bouygues alors que les technos sont à nouveau délaissées malgré l'envolée du Nasdaq hier.

VALEURS EN HAUSSE

* Quadient. L'ex-Neopost bondit de 8,2% à 21,6 euros après avoir révisé à la hausse sa prévision de flux de trésorerie disponible pour 2020 et dit s'attendre à ce que le repli de son chiffre d'affaires en données organiques soit "légèrement meilleur" que le recul de 8% attendu auparavant.

* Gensight (+8% à 8,8 euros). La biotech a fait état d'une trésorerie en hausse de 19,2 à 37,9 ME sur un an. Les produits opérationnels ont augmenté de 51,5% pour s'établir à 7,4 millions d'euros. Cette croissance importante reflète principalement le chiffre d'affaires généré par LUMEVOQ (GS010) dans le cadre de l'Autorisation Temporaire d'Utilisation (ATU nominative) accordée par l'Agence Nationale de Sécurité du Médicament au prix de 700 000 euros par patient pour une injection bilatérale. "En réduisant de 46% notre cash burn opérationnel, tout en préparant avec succès le lancement commercial de LUMEVOQ en Europe et en sécurisant 34 millions d'euros de financement en 2020, nous abordons 2021 sur des bases financières solides", a commenté Thomas Gidoin, Directeur Administratif et Financier. "Nous sommes actuellement financés jusqu'à la fin du premier trimestre 2022, et continuerons d'être opportunistes en cherchant les conditions optimales pour financer le lancement commercial de LUMEVOQ sur 2022".

* Voyageurs du Monde s'adjuge 7,2% à 98,8 euros après que le spécialiste du voyage sur mesure eut annoncé un accord de recapitalisation de 130 ME. Dans le contexte de crise sanitaire et sur la base des transactions économiques qui ont déjà eu lieu, le groupe a par ailleurs confirmé ses prévisions 2020, à savoir un chiffre d'affaires de 118 millions d'euros et un EBITDA négatif d'environ 13,5 millions d'euros. Prenant acte de ces annonces, Gilbert Dupont a rehaussé à l''achat' sa recommandation sur la valeur en visant 115 euros

* Jacquet Metals bondit de 5% à 19 euros sur le marché parisien, dopé par une publication annuelle plus solide qu'attendue... Le distributeur d'aciers spéciaux a enregistré en 2020 un EBITDA courant de 62 millions d'euros contre 73 ME un an plus tôt, représentant une marge de 4,6% contre 4,5% en 2019. Le chiffre d'affaires consolidé s'est établi à 1,4 milliard d'euros, inférieur de -15,5% à celui de 2019. Le résultat net Part du Groupe a atteint 11 ME contre 25 ME en 2019 (ce dernier prenait en compte une plus-value de 9 ME liée à la cession d'Abraservice). Au 31 décembre 2020, le Groupe a généré un flux de trésorerie d'exploitation positif de 140 ME.

* Rothschild & Co (+2,6% à 30,2 euros). La maison mère du Groupe Rothschild a vu ses résultats reculer l'an passé avec un résultat net part du groupe de 161 millions d'euros contre 243 ME en 2019 pour des revenus en baisse de 4% à 1,8 MdE. Le dividende 2020 est limité à 0,70 euro par action à la suite de non-versement du dividende 2019 de 0,85 euro.

* Devoteam (+2,2% à 104 euros). La firme a dévoilé des résultats annuels résilients avec une marge d'exploitation de 73,7 ME pour un chiffre d'affaires de 760,4 millions d'euros, en décroissance de -0,2% par rapport et de -0,6% à périmètre et taux de change constants. Aux effets continus de la crise du Covid 19 s'est ajoutée l'accélération de la perte d'activité en Allemagne. La pression sur les prix en 2020 se traduit par une baisse d'environ -2% du tarif journalier moyen par rapport à 2019. Le résultat opérationnel s'élève à 71,9 ME. Le résultat net part du Groupe diminue de -1,8% à 40,8 ME.

* CNP Assurances (+1,3% à 16,4 euros). L'assureur est soutenu par une note de Berenberg qui est passé à 'acheter' sur le titre avec 21,4 euros dans le viseur. L'analyste estime que le changement de stratégie de la CNP, qui ne se concentre plus sur la croissance de son chiffre d'affaires mais sur la transformation de son portefeuille d'assurances vie en France, pourrait permettre à l'action d'engranger de nouveaux gains. Il pense également que la croissance du dividende peut accélérer et atteindre 10% par an sur la période 2020-2027.

* Stellantis gagne encore 0,8% à 14,8 euros, en hausse pour la troisième séance consécutive. Le titre du constructeur continue à bénéficier des annonces d'Aramis Group, sa filiale spécialisée dans la vente en ligne de voitures d'occasion, qui a indiqué lundi envisager une introduction en Bourse à Paris cette année pour accélérer son développement en Europe. La firme a précisé qu'en cas d'IPO, Stellantis resterait majoritaire et que les deux fondateurs demeureraient des actionnaires de référence.

VALEURS EN BAISSE

* Maisons du Monde (-3,8% à 17,9 euros). La société a dévoilé des résultats 2020 en repli mais résilients grâce à une bonne gestion des coûts et à un rebond de 4,8% des ventes au second semestre (+3% à périmètre comparable). Sur l'année, le groupe a dégagé un EBITDA de 241 millions d'euros, en repli de 7%, traduisant une marge d'EBITDA résiliente de 20,4%, soit une baisse limitée à 70 points de base par rapport à l'année précédente. Le consensus était positionné à 230,7 ME. Le résultat net est néanmoins négatif à hauteur de 16,1 ME pour un chiffre d'affaires de 1,182 MdE (-3,5%), avec des ventes en ligne en hausse de 29%. MdM a également annoncé interrompre sa stratégie de développement aux Etats-Unis et réfléchir à toutes les options stratégiques pour sa filiale américaine Modani à peine trois ans après son acquisition. L'enseigne d'ameublement compte rembourser intégralement avant juin prochain le prêt garanti par l'Etat de 150 millions d'euros contracté l'an dernier et reprendre le versement d'un dividende avec un montant de 0,30 par action proposé au titre de 2020.

* Eramet (-2,6% à 55,8 euros). Le Conseil d'administration se donne un peu de temps. Alors qu'un Conseil devant statuer du sort de Christel Bories à la tête du groupe était prévu demain, le sujet ne sera pas abordé, croit savoir 'Les Echos'. Selon une source du quotidien financier, "l'échéance a été repoussée pour faire baisser la pression. L'objectif est de laisser aux deux actionnaires le temps de trouver un consensus". Début mars, 'L'Agefi' affirmait que la famille Duval, première actionnaire du groupe minier, poussait pour le départ de la PDG. Mais l'Etat, deuxième actionnaire d'Eramet avec 25,6% du tour de table, ne verrait pas les choses de la même manière et soutiendrait la dirigeante actuelle. Et ce alors que les deux parties sont liées par un pacte d'actionnaires qui prévoit notamment qu'elles s'entendent sur la nomination des principaux dirigeants...

* Alstom cède 1,5% à 42, 4 euros alors que Bouygues a placé avec succès 12 millions d'actions Alstom, représentant 3,23% du capital social du groupe ferroviaire, au prix de 41,65 euros par action (soit un montant total de 499,8 millions d'euros) dans le cadre d'un placement auprès d'investisseurs qualifiés par voie de construction accélérée d'un livre d'ordres. À l'issue du Placement, Bouygues conservera 3,12% du capital social d'Alstom.

* Air France KLM (-0,8% à 5,2 euros). Profitant d'une attribution de droits de vote double, l'Etat hollandais détient désormais 18,56% des droits de vote du groupe aérien. Dans une déclaration AMF, La Haye a précisé ne pas avoir acquis de nouvelles actions et détient ainsi toujours 14% du capital du transporteur. L'Etat néerlandais envisage en revanche de demander un deuxième représentant au conseil d'administration, dans le cadre de son soutien au groupe.

* EDF (-0,5% à 9,9 euros). La Commission européenne veut un "éclatement d'EDF" dans le cadre des négociations en cours entre Paris et Bruxelles sur la nouvelle régulation et la réorganisation du groupe français, a déclaré le PDG de l'énergéticien, Jean-Bernard Lévy. Dans un entretien à 'L'Express' publié mardi sur le site de l'hebdomadaire, M. Lévy a ajouté que les "choses n'avancent plus beaucoup depuis la fin de l'automne" entre Paris et Bruxelles, précisant que les négociations se "poursuivent" et que leur issue dépendra de l'"attitude" de la Commission européenne.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/04/2021

Navya et REE Automotive ont signé un accord de collaboration pour le développement d’un système de conduite autonome de niveau 4 intégrant la technologie REEcorner et les solutions de conduite…

Publié le 20/04/2021

L'indice CAC40 marque une pause ce mardi après avoir aligné une série de 5 séances gagnantes...

Publié le 20/04/2021

Danone fait état d'un chiffre d'affaires consolidé de 5,7 milliards d'euros au premier trimestre, en retrait de 3,3%, en données comparables, soit un...

Publié le 20/04/2021

La situation nette de trésorerie de GenSight Biologics s'établit à 61,1 millions d'euros au 31 mars 2021, comparée à 37,9 millions d'euros au 31...

Publié le 20/04/2021

Implanet a enregistré au premier trimestre 2021 un chiffre d'affaires de 1,68 ME, en hausse de 7% (vs...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne