5 415.57 PTS
+1.24 %
5 409.0
+1.25 %
SBF 120 PTS
4 318.39
+1.20 %
DAX PTS
13 255.95
+1.16 %
Dowjones PTS
24 651.74
+0.58 %
6 466.32
+0.00 %
Nikkei PTS
22 901.77
+1.55 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Mi-séance Paris : le CAC40 à l'équilibre après une avalanche de résultats

| Boursier | 535 | Aucun vote sur cette news

Technicolor, Solocal, Imerys ou encore Airbus sont chahutés...

Mi-séance Paris : le CAC40 à l'équilibre après une avalanche de résultats
Credits Reuters

LA TENDANCE

Le marché parisien peine à conserver son avance à la mi-journée, limitant désormais ses gains à moins de 0,1%, à 5.194 points. Les investisseurs digèrent une avalanche de publications d'entreprises, dont l'accueil donne droit à des évolutions très diverses. Dassault Aviation, JCDecaux ou encore Nokia pointent par exemple en forte hausse. A l'inverse, Technicolor, Solocal, Imerys ou encore Airbus sont chahutés.

Sur le front macroéconomique, le principal événement de la semaine, la décision de la Fed sur ses taux, a abouti, comme prévu par plus de 96% des économistes, à un statu quo monétaire. La banque centrale a indiqué que l'économie américaine se porte bien et que les risques futurs étaient équilibrés, même si l'institution conserve un oeil sur l'inflation. Sans surprise, la banque centrale a confirmé qu'elle allait commencer à réduire la taille de son bilan "relativement rapidement", ce qui cadre avec une annonce en septembre, comme anticipé par les investisseurs.

Vierge en Europe, le programme macro est riche aux Etats-Unis avec la balance commerciale, les commandes de biens durables, les inscriptions hebdomadaires au chômage ou encore l'indice d'activité nationale de la Fed de Chicago attendus dans l'après-midi.

VALEURS EN HAUSSE

* Dassault Aviation (+5,6% à 1.269 euros) au lendemain de la confirmation de ses objectifs annuels en dépit d'un marché de jets qui reste difficile en raison de la chute des prix des avions d'occasion. L'avionneur a ainsi réitéré son objectif de livraison de 45 Falcon et 9 Rafale (1 à la France et 8 à l'Egypte) et d'un chiffre d'affaires 2017 qui devrait être supérieur à celui de 2016 compte tenu du chiffre d'affaires Rafale Export.

* JCDecaux (+3,8% à 29,9 euros), dopé par l'annonce d'une nette accélération de sa croissance organique au deuxième trimestre et de perspectives plus favorables. Oddo évoque une publication globalement encourageante notamment sur les perspectives.

* Schneider (+3,8% à 68,6 euros). Les résultats semestriels ont repris la pente ascendante, ce qui permet de relever les objectifs. En parallèle, le groupe français a annoncé l'acquisition de l'américain ASCO Power Technologies pour 1,25 milliard de dollars (environ 1,07 MdE).

* Nokia (+3,5% à 5,5 euros). L'équipementier télécoms a publié des résultats trimestriels en nette amélioration et supérieurs aux attentes des analystes. Cependant, il s'attend à un marché mondial des réseaux plus difficile que prévu sur l'ensemble de l'année, du fait des incertitudes entourant certains projets.

* Vallourec (+3% à 5,5 euros). En marge des résultats semestriels, le groupe, déficitaire de -245 ME, vise un résultat brut d'exploitation annuel de 125 à 175 ME contre le haut de la fourchette 50 à 100 ME jusque-là.

* Orange (+2,8% à 14,7 euros) au terme du premier semestre 2017, le groupe a fait un peu mieux que prévu. "Pour la première fois depuis 2009, le chiffre d'affaires de la France renoue avec la croissance", se réjouit le PDG Stéphane Richard. Les objectifs sont confirmés.

* Danone (+2,6% à 60,6 euros). Les marges sont meilleures que prévu au premier semestre. La croissance, elle, est plutôt au point mort comme cela était anticipé. Les perspectives annuelles ont été confirmées.

* TechnipFMC (+1,6% à 24,5 euros).Après le mauvais tour joué cette semaine à ses actionnaires, le groupe a publié des trimestriels un peu plus élevés que prévu. Les objectifs du segment Onshore/Offshore ont été relevés, tandis que les coûts du rapprochement ont été chiffrés à 125 M$ au second semestre.

* ArcelorMittal (+0,3% à 22,1 euros). La croissance de l'activité s'est confirmée au second trimestre 2017, avec un chiffre d'affaires de 17,24 milliards de dollars, pour un Ebitda de 2,11 Mds$. Un niveau cependant un peu court par rapport au consensus de place (2,15 Mds$).

VALEURS EN BAISSE

* Technicolor (-16,6% à 3,2 euros), sanctionné après des résultats semestriels décevants. Le groupe spécialisé dans les technologies de l'image et du son a creusé ses pertes en raison des difficultés qu'il rencontre dans ses activités de maison connectée avec la hausse des prix des mémoires. Une évolution qui avait conduit le management à lancer fin juin un avertissement sur ses résultats annuels.

* Solocal (-10,8% à 0,9 euros). La recapitalisation réussie ne signifie pas pour autant que la société est en meilleure posture opérationnelle, comme le prouve le nouvel avertissement lancé sur les objectifs 2017.

* Imerys (-9% à 73,3 euros), après ses comptes intermédiaires. Laa rentabilité est un peu décevante et les prévisions, qui ont été chiffrées alors qu'elles ne l'étaient pas jusque-là, paraissent un peu courtes.

* Elior (-6,6% à 23 euros). Le PDG Philippe Salle claque la porte après que son conseil d'administration a décidé de dissocier les fonctions de président et de directeur général. Il partira le 30 novembre. Gilles Cojan prendra la présidence à ce moment-là. Société Générale a par ailleurs dégradé le dossier d'achat à conserver et réduit à 25,50 euros son objectif.

* Airbus (-3,4% à 72,1 euros). Le géant européen de l'aviation a dévoilé des résultats trimestriels nettement inférieurs aux attentes sous le coup de l'étalement des livraisons d'avions de ligne et de pressions sur les prix.

* Eramet (-2,1% à 55,6 euros) en dépit d'une nette amélioration de ses comptes intermédiaires. Le groupe minier a annoncé, au titre de son premier semestre 2017, un résultat opérationnel courant de 256 millions d'euros, contre une perte de 91 ME un an plus tôt, pour un chiffre d'affaires en hausse de 31% à 1,797 MdE.

* LVMH (-1,6% à 214,6 euros), victime de prises de bénéfices malgré une nouvelle publication brillante. Le groupe de luxe a délivré une croissance organique de 12% au premier semestre et une marge opérationnelle courante de 18,5%, en hausse de 1 point.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/12/2017

Après la fiction live et le documentaire, l'animation ? Mediawan est entré en négociation exclusive avec les actionnaires de ON kids & family, en vue...

Publié le 18/12/2017

Huitième de l'année...

Publié le 18/12/2017

Atos a renoncé à Gemalto. Pour mieux se consacrer à sa filiale ?

Publié le 18/12/2017

Europacorp perd 3,6% à 1,06 euro à l'ouverture, logiquement sous pression après des résultats semestriels peu flatteurs...

CONTENUS SPONSORISÉS