En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 593.69 PTS
+0.53 %
4 586.00
+0.45 %
SBF 120 PTS
3 637.48
+0.36 %
DAX PTS
11 557.75
-0.35 %
Dow Jones PTS
26 349.43
-1.16 %
11 059.98
-2.56 %
1.165
-0.23 %

Mi-séance Paris : le CAC 40 corrige, avant la Fed et l'échéance des tarifs douaniers

| Boursier | 2937 | 2.50 par 2 internautes

Le CAC 40, qui corrigeait déjà de 0,59% hier avec les craintes commerciales et économiques, perd 0,63% ce mardi à 5...

Mi-séance Paris : le CAC 40 corrige, avant la Fed et l'échéance des tarifs douaniers
Credits Reuters

Le CAC 40, qui corrigeait déjà de 0,59% hier avec les craintes commerciales et économiques, perd 0,63% ce mardi à 5.801 pts, toujours miné par l'approche de l'échéance commerciale sino-américaine du 15 décembre. La réunion de la Fed, qui débute ce jour et donnera lieu demain à un probable statu quo, n'offrira vraisemblablement pas de soutien réel aux marchés. L'euro se traite actuellement à 1,107$ (+0,1%). Le baril de brut se stabilise ce jour, à 59$ sur le WTI et 64,3$ pour le Brent de la mer du Nord.

L'incertitude qui règne, notamment sur la question du conflit commercial, contraint à la prudence. Il ne reste en effet que quelques jours avant de savoir si les États-Unis imposeront ou non des taxes supplémentaires sur plus de 150 milliards de dollars de marchandises chinoises à partir de ce dimanche 15 décembre... Le secrétaire à l'Agriculture Sonny Perdue a précisé que Trump ne voulait pas instaurer ces nouveaux droits... mais qu'il désirait observer "du mouvement" de la part de la Chine pour s'abstenir des nouvelles surtaxes douanières. Le ministère chinois au Commerce indique pour sa part souhaiter un accord dès que possible.

Les statistiques chinoises ressortent quant à elles déprimées. les derniers chiffres du commerce extérieur montrent que le pays souffre de la guerre commerciale, avec des exportations en berne. Et ce matin, on apprenait que les prix à la production en Chine ont décliné pour un cinquième mois consécutif en novembre. Autre rendez-vous de la semaine, celui avec les banquiers centraux : La Fed et la BCE se réuniront, mais les marchés n'attendent pas de changement de leur politique monétaire. Les élections au Royaume-Uni, jeudi, seront aussi très suivies par les marchés financiers qui aimeraient enfin être fixés sur les modalités du Brexit.

Le rendez-vous économique majeur de la semaine aux États-Unis est celui de la réunion monétaire de la Fed, qui se tient ce mardi et demain mercredi. Le communiqué monétaire de la Banque centrale américaine est attendu à 20 heures mercredi soir, avant la conférence de presse de Jerome Powell qui aura lieu à 20h30. Selon l'outil FedWatch du CME Group, la probabilité d'un statu quo monétaire (taux inchangés entre 1,50 et 1,75%) le 11 décembre serait de plus de 99%, ce qui laisse donc peu de suspense.

En France, la production industrielle est restée bien orientée en octobre, affichant une hausse de 0,4%, identique à celle du mois précédent. Le consensus tablait sur une progression de 0,2%. La production de la seule industrie manufacturière a augmenté de 0,5% après +0,8% en septembre, précise l'Insee. Au cours des trois derniers mois, la production baisse en revanche dans l'industrie manufacturière (-0,8%), et plus nettement dans l'ensemble de l'industrie (-1,2%).

L'indice ZEW allemand s'est nettement amélioré en décembre. L'indice ressort à 10,7 points après -2,1 en novembre, et contre +1,1 de consensus. L'indice relatif à la situation actuelle s'établit de son côté à -19,9 contre -24,7 le mois précédent et -22,3 de consensus. L'indice ZEW est compilé chaque mois auprès d'environ 350 experts financiers. Il représente la différence entre la portion d'analystes optimistes et la portion d'analystes pessimistes pour le développement économique allemand à 6 mois.

Le produit intérieur brut britannique est resté inchangé après deux mois consécutifs de déclin, vient d'annoncer l'Office national de la statistique. Le marché tablait sur une légère progression de 0,1%. En glissement annuel, la croissance se limite à 0,7%, soit la plus faible hausse depuis juin 2012. Le secteur des services a soutenu l'activité, tout comme le secteur manufacturier, la constitution des stocks ayant repris avant la date limite initiale du Brexit fixée au 31 octobre. Toutefois, ces progressions ont été compensées par le recul de l'exploitation de pétrole et par la plus forte baisse de la production dans le secteur de la construction depuis le début de l'année 2018. Selon les dernières prévisions, la Grande-Bretagne devrait enregistrer une croissance d'à peine plus de 1% cette année, sa pire performance depuis la crise financière, il y a une décennie.

Deux valeurs sont entourées ce matin : Valeo et Sanofi. Les groupes ont présenté une feuille de route de moyen terme et l'accueil des marchés diffère fortement - peu convaincant pour Valeo, beaucoup plus pour Sanofi.

Valeurs en hausse

GTT (+2,7%) progresse, soutenu par une nouvelle commande et un conseil de Portzamparc, qui vient de revoir sa recommandation de 'conserver' à 'acheter' avec un objectif de cours relevé de 89,2 à 94,9 euros. Selon l'intermédiaire, le newsflow devrait rester favorable sur le long terme pour GTT. Les FID de projets de liquéfaction, attendues en 2020, et le marché de remplacement, offrent des perspectives solides. Par ailleurs, GTT a reçu une commande de la part du chantier naval chinois Hudong-Zhonghua pour la conception des cuves d'un navire de soutage de GNL pour le compte de l'armateur japonais Mitsui OSK Lines Ltd. (MOL).

Sanofi (+4,9%). Les investisseurs saluent la nouvelle feuille de route du laboratoire. Le groupe a annoncé son intention de mettre fin à ses recherches sur le diabète et les maladies cardio-vasculaires dans le cadre d'un plan de réorganisation en trois grandes entités commerciales globales. Sous la houlette de Paul Hudson, Sanofi vise deux milliards d'euros d'économies supplémentaires d'ici 2022 et table sur une marge opérationnelle de 30% la même année, puis de plus de 32% en 2025. Bernstein évoque aussi "un bon départ", louant la stratégie consistant à se concentrer sur les coûts, à 'sortir' de l'activité diabète et parle d'une première étape vers une vente ou un spin-off de la branche 'santé grand public'.

Le Bélier (+23,1%) s'envole pour sa reprise de cotation. On a appris hier que les actionnaires majoritaires de l'équipementier étaient entrés en négociations exclusives avec le Chinois Wencan en vue d'une cession de leurs participations respectives au prix de 38,18 euros par titre. Une OPA simplifiée devrait suivre... L'idée consiste à rapprocher un spécialiste de la fonderie gravité en coquille avec un leader de la fonderie sous pression.

Quantum Genomics (+3,1%). L'entreprise biopharmaceutique, spécialisée dans le développement d'une nouvelle classe de médicaments agissant directement sur le cerveau pour traiter l'hypertension artérielle résistante et l'insuffisance cardiaque, et Biolab Sanus Pharmaceutical, un des cinq plus grands laboratoires pharmaceutiques au Brésil, annoncent la signature d'un accord exclusif de licence et de collaboration pour développer et commercialiser le firibastat en Amérique latine. Il s'agit du premier partenariat régional pour Quantum Genomics, qui recevra des paiements initiaux (upfront) et d'étapes (milestones) s'élevant à 21,2 M$, auxquels s'ajouteront des royalties sur les ventes.

Rallye (+7,3%). Les sociétés d'investissement de Jean-Charles Naouri, qui coiffent le groupe de distribution Casino (+1,1%), ont annoncé lundi avoir finalisé leurs projets de plans de sauvegarde. Rallye, Foncière Euris, Finatis et Euris ont précisé dans un communiqué commun que ces projets, élaborés avec le concours des administrateurs judiciaires, seront transmis par les mandataires judiciaires dans les prochaines semaines aux créanciers des Sociétés, en vue de recueillir leur acceptation ou leur refus sur les propositions. Les créanciers disposeront d'un délai de 30 jours calendaires à compter de la réception des propositions d'apurement du passif afin de se prononcer sur lesdites propositions. Les projets de plans de sauvegarde des Sociétés sont "interdépendants et se fondent sur la chaîne de détention économique existant à ce jour. Ils prévoient la capacité des Sociétés à verser des dividendes pendant la durée des plans", précise le communiqué.

FDJ (+0,4%). La Française des Jeux a mis en place une couverture d'assurance globale pour couvrir son risque de contrepartie à partir du 1er janvier 2020. La réforme du cadre fiscal et règlementaire dans le cadre de la privatisation de FDJ a notamment mis fin au système des "fonds de contrepartie", assurance que l'Etat fournissait à l'entreprise en laissant à celle-ci une partie de ses prélèvements sur les jeux afin de constituer un fonds de garantie, mobilisable en cas d'évènement de contrepartie rarissime mais potentiellement élevé.

Valeurs en baisse

Valeo (-4,3%) perd du terrain après la présentation de son nouveau plan stratégique pour la période 2020-2022. Alors que l'équipementier automobile entend combiner croissance et résilience et se focaliser sur l'amélioration de sa profitabilité et de sa génération de cash-flow libre d'ici 2022, les premiers retours d'analystes sur cette présentation ne sont pas très reluisants. A 'vendre' sur le dossier, Citi explique que les nouveaux objectifs financiers de Valeo sont légèrement supérieurs au consensus, tandis que le cash-flow libre reste la priorité dans un environnement automobile difficile. Selon le courtier, l'augmentation du contenu par véhicule et l'amélioration de l'efficacité opérationnelle devraient entraîner une progression des marges, tandis que la réduction de la R&D et des dépenses en immobilisations en pourcentage des ventes devraient soutenir la FCC...

Capgemini (-2%). La SSII a pourtant annoncé hier soir le gain d'un nouveau contrat avec Var Energi, la plus grande société indépendante d'exploration et de production pétrolière et gazière sur le plateau continental norvégien. Dans le cadre de cet accord, Capgemini mènera un vaste programme de transformation, incluant la fourniture de services numériques, pour aider Var Energi à accélérer sa transformation numérique conformément à ses objectifs. Les modalités financières n'ont pas été dévoilées. Exane BNP Paribas a par ailleurs abaissé son objectif sur la valeur de 127 à 120 euros tout en confirmant son conseil 'surperformer'.

EDF (-0,1%) et Veolia (-0,9%), via leurs filiales respectives Cyclife Holding et Asteralis, annoncent la création d'une structure commune : Graphitech, pour répondre aux enjeux de démantèlement des réacteurs nucléaires de technologie graphite. La déconstruction des réacteurs graphite est complexe en raison de leur conception (empilement de couches de graphite à l'intérieur du réacteur) et du volume de matériaux à évacuer. A l'échelle mondiale, seuls deux réacteurs de technologie graphite de petite puissance ont été démantelés à ce jour.

SMCP (-6%). Outre les propres difficultés de la société liées notamment à la forte détérioration du marché à Hong Kong, la firme n'est également pas épargnée par les déboires financiers de son principal actionnaire, Shandong Ruyi. La société chinoise a demandé vendredi à S&P de suspendre sa notation crédit 'CCC+' (perspective 'négative')... De quoi envoyer les obligations libellées en dollar de la firme asiatique au tapis. Sur le front des analystes, un nouvel ajustement est à relever ce matin puisque CIC Market Solutions a coupé sa cible de 19,1 à 14,6 euros tout en restant à l''achat'.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
2 avis
Note moyenne : 2.50
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

Suivez la tendance avec
Nicolas PAGNIEZ,

du lundi au vendredi à 9h55, 12h30, 14h55 et 18h30 sur

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 30/10/2020

IMERYSLe groupe de spécialités minérales pour l'industrie publiera ses résultats du troisième trimestre.UNIBAIL-RODAMCO-WESTFIELDLa foncière spécialisée dans les centres commerciaux publiera…

Publié le 30/10/2020

9h30 en zone euroIndice Sentix de la confiance des investisseurs en novembre9H45 en FranceIndice des directeurs d'achat pour le secteur manufacturier en octobre9h50 en AllemagneIndice des directeurs…

Publié le 30/10/2020

Dans des volumes limités, Clasquin bondit de 10,7% à 28 euros après avoir dévoilé une marge brute quasi stable sur neuf mois, à 55,6 millions d'euros...

Publié le 30/10/2020

Il n'y a pas de fumée sans feu...

Publié le 30/10/2020

Verallia signe l'une des hausses du jour à Paris, avec un titre qui accroît ses gains et grimpe désormais de plus de 10% à 24 euros...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne